Prophètes et Rois

Chapitre 49

Aux jours de la reine Esther

Lorsque Cyrus permit aux Juifs de retourner dans leur pays, environ cinquante mille d'entre eux en profitèrent. Comparés aux centaines de mille dispersés dans les provinces de l'empire médo-persan, ce nombre ne représentait qu'un faible reste. La grande majorité des Juifs préféraient rester en exil plutôt que d'affronter les souffrances possibles d'un retour et d'une réinstallation dans des villes et des maisons dévastées.

Une vingtaine d'années après le décret de Cyrus, Darius en promulgua un deuxième tout aussi favorable que le précédent. Ainsi, dans sa miséricorde, Dieu suscita une nouvelle occasion pour les Juifs de regagner leur patrie. Il avait prévu les temps fâcheux du règne de Xerxès — l'Assuérus du livre d'Esther. Il n'opéra pas seulement un changement dans le cœur des dirigeants, mais il inspira aussi à Zacharie l'idée d'insister auprès des exilés pour qu'ils retournent en Judée.

« Fuyez, fuyez du pays du septentrion! » proclamait le prophète aux tribus dispersées d'Israël, qui s'étaient établies dans des contrées lointaines de la Judée. « Je vous ai dispersés aux quatre vents des cieux, dit l'Éternel. Sauve-toi, Sion, toi qui habites chez la fille de Babylone! Car ainsi parle l'Éternel des armées: Après cela, viendra la gloire! Il m'a envoyé vers les nations qui vous ont dépouillés; car celui qui vous touche, touche la prunelle de son œil. Voici, je lève ma main contre elles, et elles seront la proie de ceux qui leur étaient asservis. Et vous saurez que l'Éternel des armées m'a envoyé. » (Zacharie 2:6-9)

Le dessein de Dieu restait toujours le même: son peuple devait être ici-bas une louange à la gloire de son nom. Il avait suscité au cours d'un long exil de fréquentes occasions de retourner à lui. Certains Israélites avaient écouté ses avertissements et en avaient profité. D'autres avaient trouvé le salut au sein de l'affliction. Ils représentaient la plus grande partie de ce reste qui retourna en Judée. La Parole inspirée les compare à « la cime d'un grand cèdre », planté « sur une montagne haute et élevée, ... sur une haute montagne d'Israël » (Ézéchiel 17:22, 23).

Ces Israélites comptaient parmi « ceux dont Dieu réveilla l'esprit » (Esdras 1:5). Mais le Seigneur ne cessa de plaider avec les autres qui demeuraient volontairement en terre d'exil. À eux aussi, il multipliait les occasions pour faciliter leur retour. Cependant, la grande majorité des Juifs qui n'avaient pas répondu au décret de Cyrus se moquèrent de ces sollicitations. Ils refusèrent d'écouter l'appel de Zacharie, qui les invitait à quitter Babylone.

En attendant, la situation du royaume médo-persan évoluait rapidement. À Darius, si favorable aux Juifs, succéda Xerxès. C'est sous son règne que les Juifs, insensibles à l'appel de Zacharie, durent affronter une crise terrible. Ayant refusé de profiter de l'occasion nouvelle que Dieu leur offrait pour retourner en Palestine, ils se trouvaient maintenant placés en face de la mort.

Par l'intermédiaire d'Haman, l'Agaguite, homme sans scrupule qui jouissait des pleins pouvoirs dans le royaume, Satan chercha à contrecarrer les desseins de Dieu. Haman nourrissait des sentiments de haine envers Mardochée qui était Juif. Ce dernier n'avait fait aucun mal à Haman, mais il avait refusé de lui témoigner de la vénération. Haman « dédaigna de porter la main sur Mardochée seul »; il voulait « détruire le peuple de Mardochée, tous les Juifs qui se trouvaient dans tout le royaume d'Assuérus » (Esther 3:6).

Trompé par les faux rapports d'Haman, Xerxès fut amené à publier un édit ordonnant le massacre de tous les Juifs, ce « peuple dispersé et à part parmi les peuples » (Esther 3:8) du royaume médo-persan. Un certain jour fut fixé pour les exterminer et confisquer leurs biens. Le roi était loin de se douter de la répercussion que cet édit pourrait avoir s'il était appliqué à la lettre. Satan, l'instigateur secret de ce complot, s'efforçait de débarrasser la terre de ce peuple qui avait conservé la connaissance du vrai Dieu.

« Dans chaque province, partout où arrivaient l'ordre du roi et son édit, il y eut une grande désolation parmi les Juifs; ils jeûnaient, pleuraient et se lamentaient, et beaucoup se couchaient sur le sac et la cendre. » (Esther 4:3) L'édit des Mèdes et des Perses ne pouvait être révoqué; il n'y avait donc en apparence aucun espoir possible. Tous les Israélites étaient voués à la mort.

Mais les machinations de l'ennemi furent déjouées par celui qui règne sur les enfants des hommes. Dans sa providence, Dieu avait élevé au rang de reine, dans l'empire médo-persan, Esther, jeune juive qui craignait le Très-Haut. Mardochée était l'un de ses proches parents. Désespérés, ils décidèrent d'en référer à Xerxès pour qu'il intervienne en faveur des Juifs. Esther devait prendre le risque de se présenter devant le roi comme intercesseur. « Qui sait, lui dit Mardochée, si ce n'est pas pour un temps comme celui-ci que tu es parvenue à la royauté? » (Esther 4:14)

Esther avait à faire face à une crise telle qu'il fallait prendre une décision rapide. Mais elle savait, ainsi que Mardochée, que si Dieu n'intervenait pas puissamment en leur faveur leur démarche resterait vaine. Esther passa donc une partie de son temps en communion avec Dieu d'une manière toute particulière. « Va, ordonna-t-elle à Mardochée, rassemble tous les Juifs qui se trouvent à Suse, et jeûnez pour moi, sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour. Moi aussi, je jeûnerai de même avec mes servantes, puis j'entrerai chez le roi, malgré la loi; et si je dois périr, je périrai. » (Esther 4:16)

Les événements se succédèrent alors rapidement: l'apparition d'Esther devant Assuérus, la faveur qu'il lui témoigna, le festin du roi et de la reine avec Haman comme seul invité, le sommeil agité du monarque, les honneurs rendus à Mardochée, l'humiliation et la disgrâce d'Haman à la découverte du complot qu'il avait tramé — tout cela fait partie d'une histoire qui nous est bien familière. Dieu opéra merveilleusement en faveur de son peuple repentant, et l'édit du roi permettant aux Juifs de défendre leur vie fut rapidement communiqué à tout le royaume par des courriers à cheval « qui partirent aussitôt et en toute hâte, d'après l'ordre du roi ». « Dans chaque province et dans chaque ville, partout où arrivaient l'ordre du roi et son édit, il y eut parmi les Juifs de la joie et de l'allégresse, des festins et des fêtes. Et beaucoup de gens d'entre les peuples du pays se firent Juifs, car la crainte des Juifs les avait saisis. » (Esther 8:14, 17)

Lorsque le jour fixé pour leur extermination arriva, « les Juifs se rassemblèrent dans leurs villes, dans toutes les provinces du roi Assuérus, pour mettre la main sur ceux qui cherchaient leur perte; et personne ne put leur résister, car la crainte qu'on avait d'eux s'était emparée de tous les peuples ». Les anges qui excellent en force avaient été envoyés par Dieu pour protéger ses enfants alors « qu'ils défendaient leur vie » (Esther 9:2, 16).

Mardochée reçut la place d'honneur qui avait été occupée par Haman. Il « était le premier après le roi Assuérus; considéré parmi les Juifs et aimé de la multitude de ses frères » (Esther 10:3). Il s'efforça de favoriser le bien-être d'Israël. C'est ainsi que Dieu intervint une fois de plus pour que son peuple obtînt les faveurs de la cour médo-persane et qu'il rendît possible l'accomplissement de ses desseins: rétablir les Juifs au pays de la promesse. Mais ce ne fut que quelques années plus tard, sept ans après l'avènement d'Artaxerxès I, successeur de Xerxès, qu'un grand nombre de Juifs retourna à Jérusalem sous la conduite d'Esdras.

Les tribulations que subit le peuple d'Israël à l'époque d'Esther n'étaient pas particulières à ce moment-là. Le voyant de Patmos, parlant de la fin des temps, déclare: « Le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. » (Apocalypse 12:17) Il faut donc nous attendre à voir aujourd'hui s'accomplir cette prophétie. L'esprit qui poussa jadis les hommes à persécuter la véritable Église les amènera à user des mêmes procédés envers ceux qui restent fidèles au Seigneur. Des préparatifs se font déjà en ce moment en vue du dernier conflit où s'affronteront les enfants de Dieu et les forces du mal.

Un décret semblable à celui d'Assuérus concernant les Juifs sera promulgué contre le peuple de Dieu. De nos jours, les ennemis de la véritable Église considèrent le petit peuple qui observe le quatrième commandement comme un Mardochée à la porte du roi. Le respect que montrent les enfants de Dieu à l'égard de la loi est comme un reproche continuel adressé à tous ceux qui ont abandonné la crainte de Dieu et foulé aux pieds son saint sabbat.

Satan fera naître l'indignation contre la minorité qui refuse de se soumettre aux coutumes et aux traditions du monde. Les hommes influents et réputés s'allieront aux gens douteux et sans principes pour comploter contre le peuple de Dieu. La fortune, le génie, la science s'associeront pour le couvrir de mépris. Les dirigeants, les pasteurs et les membres d'église conspireront contre lui. Ils chercheront à détruire la foi des enfants de Dieu par tous les moyens, oralement, par écrit, par la flatterie, les menaces, les sarcasmes. On excitera les passions humaines par de faux rapports. À défaut d'un passage formel des Écritures au sujet du sabbat, on aura recours à des mesures coercitives.

Pour s'assurer la popularité, les législateurs voteront des lois relatives à l'observation du dimanche. Mais ceux qui craignent Dieu ne sauraient se soumettre à une institution qui viole les préceptes du Décalogue. Le grand conflit entre la vérité et l'erreur aura comme enjeu ce sujet brûlant. Mais nous ne sommes pas laissés dans le doute quant à l'issue de ce combat. Aujourd'hui, comme au temps d'Esther, Dieu vengera sa vérité et son peuple.