Prophètes et Rois

Chapitre 38

Lumière dans les ténèbres

Les sombres années qui caractérisèrent la fin du royaume de Juda auraient apporté le désespoir au cœur le plus affermi, si les paroles prophétiques des messagers de Dieu n'avaient été pleines d'encouragement. Par Jérémie à Jérusalem, Daniel à la cour de Babylone, Ézéchiel sur les rives du Kebar, le Seigneur, dans sa miséricorde, avait fait connaître clairement son dessein éternel, et il avait donné l'assurance qu'il accomplirait à l'égard de son peuple les promesses mentionnées dans les écrits de Moïse. Ce qu'il avait promis à ceux qui lui seraient fidèles, il le ferait sûrement. La parole de Dieu est « vivante et permanente » (1 Pierre 1:23).

Lorsque son peuple errait dans le désert, Dieu avait tout fait pour qu'il se souvînt des paroles de sa loi. Après l'établissement des Israélites en Canaan, les préceptes divins devaient être répétés chaque jour et dans chaque foyer. Il fallait les écrire « sur les poteaux de sa maison et sur les portes », ainsi que sur des tablettes, les mettre en musique et les faire chanter par les jeunes et par les vieux. Il était recommandé aux prêtres de les enseigner aux assemblées, et les chefs du pays devaient les étudier chaque jour. « Méditez-le jour et nuit, avait ordonné le Seigneur à Josué, en parlant du livre de la loi, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c'est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c'est alors que tu réussiras. » (Josué 1:8)

Josué fit connaître les écrits de Moïse à tout le peuple d'Israël. « Il n'y eut rien de tout ce que Moïse avait prescrit, que Josué ne lût en présence de toute l'assemblée d'Israël, des femmes et des enfants, et des étrangers qui marchaient au milieu d'eux. » (Josué 8:35) Ceci était en harmonie avec l'ordre formel que Dieu avait donné au sujet de la lecture du livre de la loi, qui devait se faire tous les sept ans, à la fête des tabernacles. « Tu rassembleras le peuple, les hommes, les femmes, les enfants, et l'étranger qui sera dans tes portes, était-il ordonné aux conducteurs spirituels d'Israël, afin qu'ils t'entendent, et afin qu'ils apprennent à craindre l'Éternel, votre Dieu, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi. Et leurs enfants qui ne la connaîtront pas l'entendront, et ils apprendront à craindre l'Éternel, votre Dieu, tout le temps que vous vivrez dans le pays dont vous prendrez possession, après avoir passé le Jourdain. » (Deutéronome 31:12, 13)

Combien différente eût été l'histoire d'Israël si cet ordre avait été observé au cours des années qui suivirent! Ce n'est qu'en révérant la Parole de Dieu que les Israélites pouvaient s'attendre à voir s'accomplir le plan divin. C'est la vénération de la loi qui donna de la force à Israël sous le règne de David et pendant les premières années de celui de Salomon. C'est par la foi en la Parole de Dieu qu'une réforme fut opérée à l'époque d'Élie et de Josias. Et c'est à cette même Parole de vérité, précieux héritage d'Israël, que s'en référait Jérémie dans son désir d'arriver à une réforme. Partout où il exerçait son ministère, il suppliait le peuple en ces termes: « Écoutez les paroles de cette alliance » (Jérémie 11:2), — paroles qui devaient leur apporter une totale compréhension du plan divin destiné à faire connaître à toutes les nations la vérité salvatrice.

Au cours des dernières années de l'apostasie de Juda, les exhortations des prophètes semblaient avoir bien peu d'efficacité, et alors que les armées des Chaldéens faisaient pour la troisième et dernière fois le siège de Jérusalem, tout espoir s'était évanoui. Jérémie prédisait la ruine totale de la ville sainte, et c'est parce qu'il insistait sur la capitulation qu'il avait été jeté en prison. Mais Dieu n'abandonna pas à un découragement sans espoir le fidèle reste qui se trouvait encore dans la ville. Alors même que Jérémie était gardé sous une étroite surveillance par ceux qui se moquaient de ses messages, de nouvelles révélations lui parvinrent concernant le désir de Dieu de pardonner et de sauver. Ces révélations ont été pour les croyants de tous les âges une source de consolation. S'appuyant fortement sur les promesses de Dieu, Jérémie illustra par une parabole, devant les habitants de la ville éprouvée, sa foi inébranlable dans l'accomplissement final des desseins du Seigneur en faveur de son peuple. En présence de témoins, et en observant avec soin toutes les formes légales nécessaires, il acheta pour dix-sept sicles d'argent un champ appartenant à ses ancêtres, situé dans le voisinage du village d'Anathoth.

À vues humaines, l'acquisition de ce terrain en pays déjà sous contrôle babylonien semblait être une folie. Le prophète avait lui-même prédit la destruction de Jérusalem, la désolation de Juda et la ruine totale du royaume. Il avait prophétisé une longue période d'exil à Babylone. Déjà avancé en âge, il ne pouvait espérer recevoir un bénéfice personnel de cette acquisition. Cependant, l'étude des prophéties de l'Écriture avait fait naître dans son cœur la ferme conviction que Dieu allait rendre aux captifs leurs anciennes possessions de la terre promise. Avec l'œil de la foi, le prophète vit les exilés revenir à la fin des années de leurs tribulations occuper à nouveau le pays de leurs pères. En achetant le champ d'Anathoth, il faisait tout ce qu'il pouvait pour susciter chez autrui l'espoir qui réconfortait son cœur.

Lorsqu'il eut signé l'acte d'acquisition et fait signer les témoins, Jérémie donna cet ordre à Baruc, son secrétaire: « Prends ces écrits, ce contrat d'acquisition, celui qui est cacheté et celui qui est ouvert, et mets-les dans un vase de terre, afin qu'ils se conservent longtemps. Car ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël: On achètera encore des maisons, des champs et des vignes, dans ce pays. » (Jérémie 32:14, 15)

La situation pour Juda était si désespérée à l'époque de cette transaction extraordinaire que lorsque le prophète eut mis au point les détails de l'achat et fait les arrangements pour la conservation des documents, sa foi, jusqu'ici inébranlable, fut sérieusement éprouvée. Avait-il, dans son désir d'encourager Juda, commis un acte présomptueux? Avait-il donné lieu à de faux espoirs, en voulant inspirer la confiance dans les promesses divines? Ceux qui avaient contracté alliance avec Dieu avaient, depuis bien longtemps, tourné en ridicule les assurances données. Les promesses destinées au peuple élu se réaliseraient-elles jamais totalement?

En proie au plus profond désarroi, accablé de tristesse en songeant aux souffrances de ceux qui avaient refusé de se repentir de leurs péchés, le prophète invoqua Dieu, afin d'être éclairé sur ses intentions envers l'humanité. « Ah! Seigneur Éternel, s'écria-t-il, voici, tu as fait les cieux et la terre par ta grande puissance et par ton bras étendu: rien n'est étonnant de ta part. Tu fais miséricorde jusqu'à la millième génération, et tu punis l'iniquité des pères dans le sein de leurs enfants après eux. Tu es le Dieu grand, le puissant, dont le nom est l'Éternel des armées. Tu es grand en conseil et puissant en action; tu as les yeux ouverts sur toutes les voies des enfants des hommes, pour rendre à chacun selon ses voies, selon le fruit de ses œuvres. Tu as fait des miracles et des prodiges dans le pays d'Égypte jusqu'à ce jour, et en Israël et parmi les hommes, et tu t'es fait un nom comme il l'est aujourd'hui. Tu as fait sortir du pays d'Égypte ton peuple d'Israël, avec des miracles et des prodiges, à main forte et à bras étendu, et avec une grande terreur. Tu leur as donné ce pays, que tu avais juré à leurs pères de leur donner, pays où coulent le lait et le miel. Ils sont venus, et ils en ont pris possession. Mais ils n'ont point obéi à ta voix, ils n'ont point observé ta loi, ils n'ont pas fait tout ce que tu leur avais ordonné de faire. Et c'est alors que tu as fait fondre sur eux tous ces malheurs! » (Jérémie 32:17-23)

Les armées de Nebucadnetsar étaient sur le point de faire l'assaut des murailles de Sion. Des milliers d'Israélites périssaient dans un effort désespéré pour défendre la ville. Des milliers d'autres mouraient de faim ou de maladie. Le sort de Jérusalem était déjà décidé. Les tours d'assaut de l'ennemi s'élevaient au-dessus des murailles. « Voici, ajoutait le prophète dans sa prière, les terrasses s'élèvent contre la ville et la menacent; la ville sera livrée entre les mains des Chaldéens qui l'attaquent, vaincue par l'épée, par la famine et par la peste. Ce que tu as dit est arrivé, et tu le vois. Néanmoins, Seigneur Éternel, tu m'as dit: Achète un champ pour de l'argent, prends des témoins. ... Et la ville est livrée entre les mains des Chaldéens! » (Jérémie 32:24, 25)

Dieu exauça la prière du prophète. À cette heure troublée, alors que la foi du messager du Seigneur était soumise à une rude épreuve, « la parole de l'Éternel lui fut adressée en ces mots: Voici, je suis l'Éternel, le Dieu de toute chair. Y a-t-il rien qui soit étonnant de ma part? » (Jérémie 32:26, 27) La ville allait bientôt capituler; ses portes et ses palais être incendiés. Mais bien que cette destruction ait été imminente, et les Israélites sur le point d'être déportés, le dessein de Dieu en leur faveur restait à accomplir. Pour encourager ceux qui allaient subir le châtiment, le Seigneur répondit à la prière de son serviteur: « Voici, je les rassemblerai de tous les pays où je les ai chassés, dans ma colère, dans ma fureur, et dans ma grande irritation; je les ramènerai dans ce lieu, et je les y ferai habiter en sûreté. Ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu. Je leur donnerai un même cœur et une même voie, afin qu'ils me craignent toujours, pour leur bonheur et celui de leurs enfants après eux. Je traiterai avec eux une alliance éternelle, je ne me détournerai plus d'eux, je leur ferai du bien, et je mettrai ma crainte dans leur cœur, afin qu'ils ne s'éloignent pas de moi. Je prendrai plaisir à leur faire du bien, et je les planterai véritablement dans ce pays, de tout mon cœur et de toute mon âme. Car ainsi parle l'Éternel: De même que j'ai fait venir sur ce peuple tous ces grands malheurs, de même je ferai venir sur eux tout le bien que je leur promets. On achètera des champs dans ce pays dont vous dites: C'est un désert, sans hommes ni bêtes, il est livré entre les mains des Chaldéens. On achètera des champs pour de l'argent, on écrira des contrats, on les cachètera, on prendra des témoins, dans le pays de Benjamin et aux environs de Jérusalem, dans les villes de Juda, dans les villes de la montagne, dans les villes de la plaine et dans les villes du midi; car je ramènerai leurs captifs, dit l'Éternel. » (Jérémie 32:37-44)

Pour confirmer ces promesses rassurantes, « la parole de l'Éternel fut adressée à Jérémie une seconde fois, en ces mots, pendant qu'il était encore enfermé dans la cour de la prison: Ainsi parle l'Éternel, qui fait ces choses, l'Éternel, qui les conçoit et les exécute, lui, dont le nom est l'Éternel: Invoque-moi, et je te répondrai; je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées que tu ne connais pas. Car ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël, sur les maisons de cette ville et sur les maisons des rois de Juda, qui seront abattues par les terrasses et par l'épée, quand on avancera pour combattre les Chaldéens. ... Voici, je lui donnerai la guérison et la santé, je les guérirai, et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de fidélité. Je ramènerai les captifs de Juda et les captifs d'Israël, et je les rétablirai comme autrefois. Je les purifierai de toutes les iniquités qu'ils ont commises contre moi, je leur pardonnerai toutes les iniquités par lesquelles ils m'ont offensé. ... Cette ville sera pour moi un sujet de joie, de louange et de gloire, parmi toutes les nations de la terre, qui apprendront tout le bien que je leur ferai; elles seront étonnées et émues de tout le bonheur et de toute la prospérité que je leur accorderai.

» Ainsi parle l'Éternel: On entendra encore dans ce lieu dont vous dites: Il est désert, il n'y a plus d'hommes, plus de bêtes; on entendra dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem ... les cris de réjouissance et les cris d'allégresse, les chants du fiancé et les chants de la fiancée, la voix de ceux qui disent: Louez l'Éternel des armées, car l'Éternel est bon, car sa miséricorde dure à toujours! La voix de ceux qui offrent des sacrifices d'actions de grâces dans la maison de l'Éternel. Car je ramènerai les captifs du pays, je les rétablirai comme autrefois, dit l'Éternel.

» Ainsi parle l'Éternel des armées: Il y aura encore dans ce lieu qui est désert, sans hommes ni bêtes, et dans toutes ses villes, il y aura des demeures pour les bergers faisant reposer leurs troupeaux. Dans les villes de la montagne, dans les villes de la plaine, dans les villes du midi, dans le pays de Benjamin et aux environs de Jérusalem, et dans les villes de Juda, les brebis passeront encore sous la main de celui qui les compte, dit l'Éternel.

» Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où j'accomplirai la bonne parole que j'ai dite sur la maison d'Israël et sur la maison de Juda. » (Jérémie 33:1-14)

Ainsi le peuple de Dieu était-il réconforté aux heures les plus sombres de son combat avec les forces du mal. Il semblait que Satan avait réussi à triompher dans sa tentative d'anéantir Israël. Mais Dieu dirigeait les événements et, au cours des années qui suivirent, son peuple devait trouver l'occasion de racheter le passé. Voici le message qui lui était adressé:

« Et toi, mon serviteur Jacob, ne crains pas, dit l'Éternel; ne t'effraie pas, Israël! Car je te délivrerai de la terre lointaine, je délivrerai ta postérité du pays où elle est captive; Jacob reviendra, il jouira du repos et de la tranquillité, et il n'y aura personne pour le troubler. Car je suis avec toi, dit l'Éternel, pour te délivrer. ... Je te guérirai, je panserai tes plaies. » (Jérémie 30:10, 11, 17)

Aux jours heureux de la restauration, les dix tribus séparées devaient être réunies avec Juda pour former un seul peuple. Dieu serait reconnu comme le roi de « toutes les familles d'Israël ». « Ils seront mon peuple, déclarait-il. ... Poussez des cris de joie sur Jacob, éclatez d'allégresse à la tête des nations! Élevez vos voix, chantez des louanges et dites: Éternel, délivre ton peuple, le reste d'Israël! Voici, je les ramène du pays du septentrion, je les rassemble des extrémités de la terre; parmi eux sont l'aveugle et le boiteux. ... Ils viennent en pleurant, et je les conduis au milieu de leurs supplications; je les mène vers des torrents d'eau, par un chemin où ils ne chancellent pas; car je suis un père pour Israël, et Éphraïm est mon premier-né. » (Jérémie 31:1, 7-9)

Humiliés aux yeux des païens, ceux qui autrefois avaient été, parmi tous les peuples de la terre, favorisés du ciel, devaient apprendre en exil l'obéissance si nécessaire à leur bonheur futur. Aussi longtemps qu'ils ne l'auraient pas compris, Dieu ne pouvait accomplir pour eux ce qu'il désirait. « Je te châtierai avec équité, déclarait-il, je ne puis pas te laisser impuni. » (Jérémie 30:11) Mais ce châtiment avait pour but le bien spirituel des Israélites. Ceux qui étaient l'objet de son tendre amour ne seraient pas rejetés à toujours. Devant toutes les nations du monde, il démontrerait, selon ses desseins, que la victoire est cachée dans la défaite apparente et qu'il désire sauver plutôt que perdre.

Voici le message qui fut donné au prophète:

« Celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et il le gardera comme le berger garde son troupeau. Car l'Éternel rachète Jacob, il le délivre de la main d'un plus fort que lui. Ils viendront, et pousseront des cris de joie sur les hauteurs de Sion; ils accourront vers les biens de l'Éternel, le blé, le moût, l'huile, les brebis et les bœufs; leur âme sera comme un jardin arrosé, et ils ne seront plus dans la souffrance. ... Je changerai leur deuil en allégresse, et je les consolerai; je leur donnerai de la joie après leurs chagrins. Je rassasierai de graisse l'âme des sacrificateurs, et mon peuple se rassasiera de mes biens, dit l'Éternel. »

« Ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël: Voici encore ce que l'on dira dans le pays de Juda et dans ses villes, quand j'aurai ramené leurs captifs: Que l'Éternel te bénisse, demeure de la justice, montagne sainte! Là s'établiront Juda et toutes ses villes, les laboureurs et ceux qui conduisent les troupeaux. Car je rafraîchirai l'âme altérée, et je rassasierai toute âme languissante. »

« Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je ferai avec la maison d'Israël et la nation de Juda une alliance nouvelle, non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, alliance qu'ils ont violée, quoique je fusse leur maître, dit l'Éternel. Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit l'Éternel: Je mettrai ma loi au-dedans d'eux, je l'écrirai dans leur cœur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Celui-ci n'enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant: Connaissez l'Éternel! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dit l'Éternel; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. » (Jérémie 31:10-14, 23-25, 31-34)