Prophètes et Rois

Chapitre 30

Délivrance de l'Assyrie

Lorsque les armées d'Assyrie envahirent le royaume de Juda, ce pays courut un grand danger. Jérusalem semblait ne pouvoir être épargnée d'une destruction totale. Alors Ézéchias rassembla ses forces pour résister avec un courage indomptable aux oppresseurs païens, et prouver sa confiance dans le pouvoir du Dieu qui délivre. « Fortifiez-vous et ayez du courage! Ne craignez point et ne soyez point effrayés devant le roi d'Assyrie et devant toute la multitude qui est avec lui, dit-il aux hommes de Juda; car avec nous il y a plus qu'avec lui. Avec lui est un bras de chair, et avec nous l'Éternel, notre Dieu, qui nous aidera et qui combattra pour nous. » (2 Chroniques 32:7, 8)

Ce n'était pas sans raison que le roi Ézéchias pouvait parler avec une telle assurance de l'issue de la guerre. L'Assyrien orgueilleux, dont Dieu se servait momentanément comme verge de sa colère (Voir Ésaïe 10:5) pour châtier les nations, ne devait pas toujours triompher. « Ne crains pas l'Assyrien », avait déclaré le Seigneur par la bouche du prophète Ésaïe quelques années auparavant. « Encore un peu de temps, avait-il ajouté, ... et l'Éternel des armées agitera le fouet contre lui, comme il frappa Madian au rocher d'Oreb; et, de même qu'il leva son bâton sur la mer, il le lèvera encore, comme en Égypte. En ce jour, son fardeau sera ôté de dessus ton épaule, et son joug de dessus ton cou; et la graisse fera éclater le joug. » (Ésaïe 10:24-27)

Dans un autre message prophétique, donné « l'année de la mort du roi Achaz », le prophète avait déclaré: « L'Éternel des armées l'a juré, en disant: Oui, ce que j'ai décidé arrivera, ce que j'ai résolu s'accomplira. Je briserai l'Assyrien dans mon pays, je le foulerai aux pieds sur mes montagnes; et son joug leur sera ôté, et son fardeau sera ôté de leurs épaules. Voilà la résolution prise contre toute la terre, voilà la main étendue sur toutes les nations. L'Éternel des armées a pris cette résolution: qui s'y opposera? Sa main est étendue: qui la détournera? » (Ésaïe 14:28, 24-27)

La puissance de l'oppresseur devait donc être brisée. Cependant, Ézéchias, au début de son règne, avait continué à payer le tribut que le roi Achaz s'était engagé à verser à cette nation. Mais « il tint conseil avec ses chefs et ses hommes vaillants », et il mit tout en œuvre pour défendre son royaume. Il était assuré d'une abondante réserve d'eau dans Jérusalem, alors qu'il savait que celle-ci ferait défaut hors de la ville. Il « prit courage; il reconstruisit la muraille qui était en ruine et l'éleva jusqu'aux tours, bâtit un autre mur en dehors, fortifia Millo dans la cité de David, et prépara une quantité d'armes et de boucliers. Il donna des chefs militaires au peuple. » (2 Chroniques 32:3, 5, 6) Rien ne fut négligé en vue de la préparation d'un siège.

Lorsque le roi Ézéchias monta sur le trône de Juda, les Assyriens avaient déjà déporté un grand nombre d'Israélites du royaume du nord. Peu de temps après son avènement, alors qu'il renforçait les défenses de Jérusalem, les Assyriens assiégèrent Samarie et s'en emparèrent; puis ils dispersèrent les dix tribus dans les nombreuses provinces d'Assyrie. Les frontières de Juda n'étaient qu'à quelques kilomètres de distance et Jérusalem à moins de soixante-dix kilomètres. Or, les richesses qui se trouvaient dans le temple pouvaient inciter l'ennemi à revenir.

Mais le roi de Juda avait décidé de faire l'impossible pour lui résister. Après avoir accompli tout ce que l'ingéniosité et l'énergie humaines pouvaient réaliser, il rassembla ses armées et les exhorta au courage. « Il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël » (Ésaïe 12:6), avait proclamé le prophète Ésaïe à Juda. Et le roi affirmait maintenant, avec une foi inébranlable: « Avec nous [est] l'Éternel, notre Dieu, qui nous aidera et qui combattra pour nous. » Rien ne peut mieux inspirer la foi que de l'exercer. Le roi de Juda était prêt à affronter l'orage. Persuadé que la prophétie relative aux Assyriens se réaliserait, il s'appuyait sur Dieu. « Le peuple eut confiance dans les paroles d'Ézéchias. » (2 Chroniques 32:8) Qu'importait si les armées d'Assyrie, victorieuses dans leurs combats contre Samarie et les plus grandes nations, dirigeaient maintenant leurs forces contre Juda! Qu'importait si l'Assyrie disait avec orgueil: « De même que ma main a atteint les royaumes des idoles, où il y avait plus d'images qu'à Jérusalem et à Samarie, ce que j'ai fait à Samarie et à ses idoles, ne le ferai-je pas à Jérusalem et à ses images? » (Ésaïe 10:10, 11) Mais Juda n'avait rien à craindre, car il avait placé sa confiance en Dieu.

Le danger si longtemps prévu finit par survenir. Les armées d'Assyrie, marchant de triomphe en triomphe, pénétrèrent dans le royaume de Juda. Certains de la victoire, les chefs assyriens divisèrent leurs forces en deux armées; l'une devait rencontrer les Égyptiens, l'autre faire le siège de Jérusalem. L'unique espoir de Juda résidait alors en Dieu. Toute assistance possible de la part de l'Égypte avait été supprimée, et nulle autre nation n'était disposée à tendre à Ézéchias une main secourable.

Les chefs de l'armée assyrienne, convaincus de la puissance de leurs armées bien disciplinées, demandèrent alors à entrer en pourparlers avec les principaux de Juda, dont ils exigèrent avec insolence la reddition de Jérusalem. Cette demande était accompagnée d'insultes et de blasphèmes contre le Dieu des Hébreux. L'affaiblissement et l'apostasie d'Israël et de Juda avaient amené les nations à ne plus craindre le nom de Jéhovah; il était devenu au contraire un sujet d'outrage continuel (Voir Ésaïe 52:5).

« Dites à Ézéchias, dit alors Rabschaké, l'un des officiers supérieurs de Sanchérib, aux principaux chefs de Juda: Ainsi parle le grand roi, le roi d'Assyrie: Quelle est cette confiance sur laquelle tu t'appuies? Tu as dit: Il faut pour la guerre de la prudence et de la force. Mais ce ne sont que des paroles en l'air. En qui donc as-tu placé ta confiance pour t'être révolté contre moi? » (2 Rois 18:19, 20)

Les officiers conféraient hors des portes de la ville, mais les sentinelles placées sur les murs les entendaient parler. Or, comme les envoyés du roi d'Assyrie faisaient à haute voix leurs propositions, les chefs de Juda leur demandèrent de parler en araméen et non en langue judaïque, afin que le peuple ne puisse avoir connaissance des détails des pourparlers. Mais Rabschaké, méprisant cette proposition, éleva la voix, et continua à parler en langue judaïque. « Écoutez, dit-il, les paroles du grand roi, du roi d'Assyrie! Ainsi parle le roi: Qu'Ézéchias ne vous abuse point, car il ne pourra vous délivrer. Qu'Ézéchias ne vous amène point à vous confier en l'Éternel, en disant: L'Éternel nous délivrera, cette ville ne sera pas livrée entre les mains du roi d'Assyrie. N'écoutez point Ézéchias; car ainsi parle le roi d'Assyrie: Faites la paix avec moi, rendez-vous à moi, et chacun de vous mangera de sa vigne et de son figuier, et chacun boira de l'eau de sa citerne, jusqu'à ce que je vienne, et que je vous emmène dans un pays comme le vôtre, dans un pays de blé et de vin, un pays de pain et de vignes. Qu'Ézéchias ne vous séduise point, en disant: L'Éternel nous délivrera. Les dieux des nations ont-ils délivré chacun son pays de la main du roi d'Assyrie? Où sont les dieux de Hamath et d'Arpad? Où sont les dieux de Sepharvaïm? Ont-ils délivré Samarie de ma main? Parmi tous les dieux de ces pays, quels sont ceux qui ont délivré leur pays de ma main, pour que l'Éternel délivre Jérusalem de ma main? » (Ésaïe 36:13-20)

À ces insultes, les représentants de Juda « ne répondirent pas un mot ». Les pourparlers ayant pris fin, ils revinrent vers Ézéchias, « les vêtements déchirés, et lui rapportèrent les paroles de Rabschaké » (Ésaïe 36:21, 22). Après avoir entendu cela, « il déchira ses vêtements, se couvrit d'un sac, et alla dans la maison de l'Éternel » (2 Rois 19:1).

Un messager fut chargé d'aller informer le prophète Ésaïe des résultats de l'entretien. « Ce jour est un jour d'angoisse, de châtiment et d'opprobre », dit le roi. « Peut-être l'Éternel, ton Dieu, a-t-il entendu toutes les paroles de Rabschaké, que le roi d'Assyrie, son maître, a envoyé pour insulter au Dieu vivant, et peut-être l'Éternel, ton Dieu, exercera-t-il ses châtiments à cause des paroles qu'il a entendues. Fais donc monter une prière pour le reste qui subsiste encore. » (2 Rois 19:3, 4)

« Le roi Ézéchias et le prophète Ésaïe, fils d'Amots, se mirent à prier à ce sujet, et ils crièrent au ciel. » (2 Chroniques 32:20) Dieu exauça les prières de ses serviteurs. Et voici le message qui fut donné à Ésaïe pour Ézéchias: « Ainsi parle l'Éternel: Ne t'effraie point des paroles que tu as entendues et par lesquelles m'ont outragé les serviteurs du roi d'Assyrie. Je vais mettre en lui un esprit tel que, sur une nouvelle qu'il recevra, il retournera dans son pays; et je le ferai tomber par l'épée dans son pays. » (2 Rois 19:6, 7)

Lorsque les représentants de l'Assyrie eurent quitté les chefs de Juda, ils firent aussitôt part des résultats des pourparlers à leur roi qui se trouvait avec ses forces aux frontières de l'Égypte. Ce dernier adressa alors « une lettre insultante pour l'Éternel, le Dieu d'Israël, en s'exprimant ainsi contre lui: De même que les dieux des nations des autres pays n'ont pu délivrer leur peuple de ma main, de même le Dieu d'Ézéchias ne délivrera pas son peuple de ma main. » (2 Chroniques 32:17)

Cette menace insolente fut accompagnée de ce message du roi d'Assyrie au roi de Juda: « Que ton Dieu, auquel tu te confies, ne t'abuse point, en disant: Jérusalem ne sera pas livrée entre les mains du roi d'Assyrie. Voici, tu as appris ce qu'ont fait les rois d'Assyrie à tous les pays, et comment ils les ont détruits; et toi, tu serais délivré! Les dieux des nations que mes pères ont détruites les ont-ils délivrées, Gozan, Charan, Retseph, et les fils d'Eden qui sont à Telassar? Où sont le roi de Hamath, le roi d'Arpad, et le roi de la ville de Sepharvaïm, d'Héna et d'Ivva? » (2 Rois 19:10-13)

Lorsque le roi de Juda reçut cette lettre d'insulte, il la prit dans le temple, « et la déploya devant l'Éternel » (2 Rois 19:14). Il pria avec une foi ardente pour demander au ciel que les royaumes de la terre reconnaissent que le Dieu des Hébreux était toujours vivant, et qu'il n'avait cessé de régner. Il y allait de l'honneur du Très-Haut; lui seul pouvait accorder la délivrance. « Éternel, Dieu d'Israël, assis sur les chérubins! s'écria Ézéchias. C'est toi qui es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c'est toi qui as fait les cieux et la terre. Éternel! incline ton oreille, et écoute. Éternel! ouvre tes yeux, et regarde. Entends les paroles de Sanchérib, qui a envoyé Rabschaké pour insulter au Dieu vivant. Il est vrai, ô Éternel, que les rois d'Assyrie ont détruit les nations et ravagé leurs pays, et qu'ils ont jeté leurs dieux dans le feu; mais ce n'étaient point des dieux, c'étaient des ouvrages de mains d'homme, du bois et de la pierre; et ils les ont anéantis. Maintenant, Éternel, notre Dieu! délivre-nous de la main de Sanchérib, et que tous les royaumes de la terre sachent que toi seul es Dieu, ô Éternel! » (2 Rois 19:15-19)

Prête l'oreille, berger d'Israël,
Toi qui conduis Joseph comme un troupeau!
Parais dans ta splendeur,
Toi qui es assis sur les chérubins!
Devant Éphraïm, Benjamin et Manassé, réveille ta force,
Et viens à notre secours!
Ô Dieu, relève-nous!
Fais briller ta face, et nous serons sauvés!

Éternel, Dieu des armées!
Jusques à quand t'irriteras-tu contre la prière de ton peuple?
Tu les nourris d'un pain de larmes,
Tu les abreuves de larmes à pleine mesure.
Tu fais de nous un objet de discorde pour nos voisins,
Et nos ennemis se raillent de nous.
Dieu des armées, relève-nous!
Fais briller ta face, et nous serons sauvés!

Tu avais arraché de l'Égypte une vigne;
Tu as chassé des nations, et tu l'as plantée.
Tu as fait place devant elle:
Elle a jeté des racines et rempli la terre;
Les montagnes étaient couvertes de son ombre,
Et ses rameaux étaient comme des cèdres de Dieu;
Elle étendait ses branches jusqu'à la mer,
Et ses rejetons jusqu'au fleuve.
Pourquoi as-tu rompu ses clôtures,
En sorte que tous les passants la dépouillent?
Le sanglier de la forêt la ronge,
Et les bêtes des champs en font leur pâture.
Dieu des armées, reviens donc!
Regarde du haut des cieux, et vois! considère cette vigne!
Protège ce que ta droite a planté,
Et le fils que tu t'es choisi! ...

Fais-nous revivre, et nous invoquerons ton nom.
Éternel, Dieu des armées, relève-nous!
Fais briller ta face, et nous serons sauvés!
(Psaumes 80)
La prière d'Ézéchias en faveur de Juda et de la gloire de son suprême Souverain était selon la pensée de Dieu. Lors de la dédicace du temple, Salomon avait supplié le Seigneur pour « qu'il fasse en tout temps droit à son serviteur et à son peuple d'Israël, afin que tous les peuples de la terre reconnaissent que l'Éternel est Dieu, qu'il n'y en a point d'autre » (1 Rois 8:59, 60). Jéhovah devait secourir son peuple d'une manière toute particulière, si, en temps de guerre ou d'oppression ennemie, les principaux d'Israël se rendaient dans sa maison et lui adressaient des supplications pour obtenir la délivrance (Voir 1 Rois 8:33, 34).

Ézéchias ne fut pas abandonné à lui-même. Le prophète Ésaïe lui envoya dire: « Ainsi parle l'Éternel, le Dieu d'Israël. J'ai entendu ta prière au sujet de Sanchérib, roi d'Assyrie. Voici, la parole que l'Éternel a adressée contre lui:

Elle te méprise, elle se moque de toi,
La vierge, fille de Sion;
Elle hoche la tête après toi,
La fille de Jérusalem.
Qui as-tu insulté et outragé?
Contre qui as-tu élevé la voix?
Tu as porté tes yeux en haut
Sur le Saint d'Israël!
Par tes messagers tu as insulté le Seigneur,
Et tu as dit:
Avec la multitude de mes chars,
J'ai gravi le sommet des montagnes,
Les extrémités du Liban;
Je couperai les plus élevés de ses cèdres,
Les plus beaux de ses cyprès,
Et j'atteindrai sa dernière cime,
Sa forêt semblable à un verger;
J'ai creusé, et j'ai bu des eaux étrangères,
Et je tarirai avec la plante de mes pieds
Tous les fleuves de l'Égypte.

N'as-tu pas appris que j'ai préparé ces choses de loin,
Et que je les ai résolues dès les temps anciens?
Maintenant j'ai permis qu'elles s'accomplissent,
Et que tu réduisisses des villes fortes en monceaux de ruines.
Leurs habitants sont impuissants,
Épouvantés et confus;
Ils sont comme l'herbe des champs et la tendre verdure,
Comme le gazon des toits
Et le blé qui sèche avant la formation de sa tige.
Mais je sais quand tu t'assieds, quand tu sors et quand tu entres,
Et quand tu es furieux contre moi.
Parce que tu es furieux contre moi,
Et que ton arrogance est montée à mes oreilles,
Je mettrai ma boucle à tes narines et mon mors entre tes lèvres,
Et je te ferai retourner par le chemin par lequel tu es venu.
(2 Rois 19:20-28)
Le pays de Juda avait été dévasté par les troupes d'occupation; mais le Seigneur avait promis de subvenir miraculeusement aux besoins du peuple. Ézéchias reçut alors ce message: « Que ceci soit un signe pour toi: On a mangé une année le produit du grain tombé, et une seconde année ce qui croît de soi-même; mais la troisième année, vous sèmerez, vous moissonnerez, vous planterez des vignes, et vous en mangerez le fruit. Ce qui aura été sauvé de la maison de Juda, ce qui sera resté poussera encore des racines par-dessous, et portera du fruit par-dessus. Car de Jérusalem il sortira un reste, et de la montagne de Sion des réchappés. Voilà ce que fera le zèle de l'Éternel des armées. C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel sur le roi d'Assyrie:
Il n'entrera point dans cette ville,
Il n'y lancera point de traits,
Il ne lui présentera point de boucliers,
Et il n'élèvera point de retranchements contre elle.
Il s'en retournera par le chemin par lequel il est venu,
Et il n'entrera point dans cette ville, dit l'Éternel.
Je protégerai cette ville pour la sauver,
À cause de moi, et à cause de David, mon serviteur.
(2 Rois 19:29-34)
Ce fut cette nuit même que se produisit la délivrance. « L'ange de l'Éternel sortit, et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. » (2 Rois 19:35) « Tous les vaillants hommes, les princes et les chefs » (2 Chroniques 32:21) furent exterminés. La nouvelle de ce terrible désastre qui survint aux troupes envoyées pour s'emparer de Jérusalem parvint bientôt à Sanchérib, qui continuait à défendre l'accès de la Judée à l'Égypte. Saisi de frayeur, le roi d'Assyrie s'enfuit en toute hâte, et « confus, retourna dans son pays » (2 Chroniques 32:21). Mais il ne devait pas régner longtemps. Selon la prophétie relative à sa mort violente, il fut assassiné par les gens de sa propre maison. « Et Esar-Haddon, son fils, régna à sa place. » (Ésaïe 37:38)

Le Dieu des Hébreux l'avait emporté sur l'Assyrien orgueilleux. L'honneur de Jéhovah était vengé aux yeux des nations voisines. Le cœur des habitants de Jérusalem débordait de joie; leurs prières ferventes pour la délivrance du royaume avaient été accompagnées de la confession de leurs péchés et de leurs larmes. Dans leur grande détresse, ils s'étaient entièrement confiés à la puissance salvatrice de Dieu, qui ne les avait pas abandonnés. Alors, des parvis du temple, on entendit des chants de louange et d'actions de grâces:

Dieu est connu en Juda,
Son nom est grand en Israël.
Sa tente est à Salem,
Et sa demeure à Sion.
C'est là qu'il a brisé les flèches,
Le bouclier, l'épée, et les armes de guerre.

Tu es plus majestueux, plus puissant
Que les montagnes des ravisseurs.
Ils ont été dépouillés, ces héros pleins de courage,
Ils se sont endormis de leur dernier sommeil;
Ils n'ont pas su se défendre, tous ces vaillants hommes.
A ta menace, Dieu de Jacob!
Ils se sont endormis, cavaliers et chevaux.

Tu es redoutable, ô toi!
Qui peut te résister, quand ta colère éclate?
Du haut des cieux tu as proclamé la sentence;
La terre effrayée s'est tenue tranquille,
Lorsque Dieu s'est levé pour faire justice,
Pour sauver tous les malheureux de la terre.

L'homme te célèbre même dans sa fureur,
Quand tu te revêts de tout ton courroux.
Faites des vœux à l'Éternel, votre Dieu, et accomplissez-les!
Que tous ceux qui l'environnent apportent des dons au Dieu terrible!
Il abat l'orgueil des princes,
Il est redoutable aux rois de la terre.
(Psaumes 76)
L'ascension et la chute de l'empire assyrien sont riches d'enseignements pour les nations de nos jours. Les Écritures ont comparé la gloire de l'Assyrie, à son apogée, à un arbre majestueux du jardin de Dieu, dominant tous ceux qui l'environnent:
Voici, l'Assyrie était un cèdre du Liban;
Ses branches étaient belles,
Son feuillage était touffu, sa tige élevée,
Et sa cime s'élançait au milieu d'épais rameaux. ...
Toutes les bêtes des champs faisaient leurs petits sous ses rameaux,
Et de nombreuses nations habitaient toutes à son ombre.
Il était beau par sa grandeur, par l'étendue de ses branches,
Car ses racines plongeaient dans des eaux abondantes.
Les cèdres du jardin de Dieu ne le surpassaient point,
Les cyprès n'égalaient point ses branches,
Et les platanes n'étaient point comme ses rameaux;
Aucun arbre du jardin de Dieu ne lui était comparable en beauté. ...
Et tous les arbres d'Eden, dans le jardin de Dieu, lui portaient envie.
(Ézéchiel 31:3-9)
Mais les chefs de l'Assyrie, au lieu de mettre leurs privilèges extraordinaires au service de l'humanité, devinrent la verge de nombreux pays. Sans pitié, sans égard pour Dieu ou leurs semblables, ils poursuivirent leur but défini: faire connaître à toutes les nations la suprématie des dieux de Ninive, qu'ils exaltaient au-dessus du Très-Haut. Dieu leur avait envoyé Jonas avec un message d'avertissement, et pendant quelque temps, ils s'étaient humiliés devant l'Éternel des armées et avaient imploré son pardon. Mais ils retournèrent bientôt au culte des idoles et à la conquête du monde.

Le prophète Nahum, s'adressant aux Ninivites, s'écriait:

Malheur à la ville sanguinaire,
Pleine de mensonge, pleine de violence,
Et qui ne cesse de se livrer à la rapine! ...
On entend le bruit du fouet,
Le bruit des roues,
Le galop des chevaux,
Le roulement des chars.
Les cavaliers s'élancent, l'épée étincelle, la lance brille...
Une multitude de blessés! ...
Voici, j'en veux à toi, dit l'Éternel des armées.
(Nahoum 3:1-5)
Avec une précision infaillible, le Tout-Puissant tient compte des actions des hommes. Aussi longtemps que sa miséricorde s'exerce par des appels à la repentance, ce compte reste ouvert; mais lorsque la coupe déborde, alors éclate la colère divine. La mesure est pleine, la patience de Dieu est à son terme, sa miséricorde n'intervient plus en faveur de ces peuples.

C'est ainsi que Ninive, « cette ville joyeuse, qui s'assied avec assurance, et qui dit en son cœur: Moi, et rien que moi! » devient un lieu de désolation, qu'elle est pillée, dévastée, ravagée. Elle est « devenue ce repaire de lions, ce pâturage des lionceaux, où se retiraient le lion, la lionne, le petit du lion, sans qu'il y eût personne pour les troubler » (Sophonie 2:15; Nahoum 2:11, 12).

Lorsqu'il annonçait que l'orgueil de Ninive serait abaissé, le prophète Sophonie disait de cette ville: « Des troupeaux se coucheront au milieu d'elle, des animaux de toute espèce; le pélican et le hérisson habiteront parmi les chapiteaux de ses colonnes; des cris retentiront aux fenêtres; la dévastation sera sur le seuil, car les lambris de cèdre seront arrachés. » (Sophonie 2:14)

Combien fut grande la gloire de l'Assyrie, et combien grande aussi sa chute! Le prophète Ézéchiel, rappelant l'image du cèdre majestueux du Liban, annonçait clairement la chute de l'Assyrie, due à son orgueil et à sa cruauté. « C'est pourquoi, disait-il, ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Parce qu'il avait une tige élevée, parce qu'il lançait sa cime au milieu d'épais rameaux, et que son cœur était fier de sa hauteur, je l'ai livré entre les mains du héros des nations, qui le traitera selon sa méchanceté; je l'ai chassé. Des étrangers, les plus violents des peuples, l'ont abattu et rejeté; ses branches sont tombées dans les montagnes et dans toutes les vallées. Ses rameaux se sont brisés dans tous les ravins du pays; et tous les peuples de la terre se sont retirés de son ombre, et l'ont abandonné. Sur ses débris sont venus se poser tous les oiseaux du ciel, et toutes les bêtes des champs ont fait leur gîte parmi ses rameaux, afin que tous les arbres près des eaux n'élèvent plus leur tige. ... Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel: Le jour où il est descendu dans le séjour des morts, j'ai répandu le deuil. ... Tous les arbres des champs ont été desséchés. Par le bruit de sa chute j'ai fait trembler les nations. » (Ézéchiel 31:10-16)

L'orgueil et la chute de l'Assyrie doivent servir de leçon aux nations de la fin des temps. À celles qui s'élèvent avec arrogance contre Dieu, la sainte Écriture dit: « À qui ressembles-tu ainsi en gloire et en grandeur parmi les arbres d'Eden? Tu seras précipité avec les arbres d'Eden dans les profondeurs de la terre. » (Ézéchiel 31:18)

L'Éternel est bon,
Il est un refuge au jour de la détresse;
Il connaît ceux qui se confient en lui.
Mais avec des flots qui déborderont
Il détruira la ville.
(Nahoum 1:7, 8)
Voilà le sort de tous ceux qui voudront s'élever au-dessus du Très-Haut.

« L'orgueil de l'Assyrie sera abattu, et le sceptre de l'Égypte disparaîtra. » (Zacharie 10:11) Cette déclaration du prophète Zacharie ne concerne pas seulement les royaumes qui s'étaient autrefois dressés contre Dieu, mais aussi toutes les nations qui, aujourd'hui, sont infidèles à la mission divine. Au jour des rétributions finales, lorsque le juste Juge « va cribler les nations » (Ésaïe 30:28), et qu'il sera permis à tous ceux qui ont suivi la vérité d'entrer dans la sainte cité, alors les voûtes des cieux retentiront des accents triomphants des rachetés. « Vous chanterez comme la nuit où l'on célèbre la fête, déclare le prophète Ésaïe. Vous aurez le cœur joyeux comme celui qui marche au son de la flûte, pour aller à la montagne de l'Éternel, vers le rocher d'Israël. Et l'Éternel fera retentir sa voix majestueuse. ... À la voix de l'Éternel, l'Assyrien tremblera; l'Éternel le frappera de sa verge. À chaque coup de la verge qui lui est destinée, et que l'Éternel fera tomber sur lui, on entendra les tambourins et les harpes. » (Ésaïe 30:29-32)