Prophètes et Rois

Chapitre 26

Voici votre Dieu

Au temps d'Ésaïe, l'état spirituel de l'humanité était obscurci par son incompréhension à l'égard de Dieu. Pendant longtemps, Satan s'était efforcé de faire croire aux hommes que leur Créateur était l'auteur du péché, de la souffrance et de la mort. Ceux qu'il avait ainsi trompés s'imaginaient que Dieu était un Dieu cruel et exigeant, qu'il les observait pour les accuser et les condamner, et ne recevait pas les pécheurs qui venaient à lui. La loi d'amour qui régit le royaume des cieux avait été présentée par le grand séducteur comme une atteinte à leur bonheur, comme un joug pesant auquel ils devaient se soustraire avec joie. Satan prétendait qu'on ne pouvait pas obéir aux préceptes de cette loi, et que la pénalité attachée à sa transgression était infligée d'une manière arbitraire.

En perdant de vue le vrai caractère du Très-Haut, les Israélites étaient sans excuse. Dieu se révéla souvent à eux comme celui qui est « miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité » (Psaumes 86:15). « Quand Israël était jeune, déclarait-il, je l'aimais, et j'appelai mon fils hors d'Égypte. » (Osée 11:1)

Le Seigneur avait témoigné une tendresse infinie à Israël lors de sa délivrance du joug égyptien pour le conduire vers la terre promise. « Dans toutes leurs détresses ils n'ont pas été sans secours, et l'ange qui est devant sa face les a sauvés; il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde, et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jours. » (Ésaïe 63:9)

« Je marcherai moi-même avec toi » (Exode 33:14), telle était la promesse faite à Israël quand il errait dans le désert. Cette certitude était accompagnée d'une révélation merveilleuse du caractère de Dieu, ce qui avait rendu Moïse capable de proclamer la bonté de Dieu à tout Israël et de bien l'instruire sur les attributs du Roi invisible. « L'Éternel passa devant lui, et s'écria: L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent. » (Exode 34:6, 7)

C'est grâce à sa connaissance de la longanimité du Seigneur, de son amour infini et de sa miséricorde que Moïse plaida si merveilleusement en faveur d'Israël, lorsque, sur les frontières de la terre promise, ce peuple refusa d'avancer, selon l'ordre de Dieu. Au moment où il manifestait sa révolte avec le plus d'intensité, le Seigneur avait déclaré: « Je le frapperai par la peste, et je le détruirai », et il avait promis de faire des descendants de Moïse « une nation plus grande que lui (Israël) » (Nombres 14:12). Mais le prophète insistait sur les merveilleuses bénédictions et les promesses divines qui étaient réservées au peuple élu. Et dans une prière suprême, il implorait le Dieu d'amour en faveur de l'homme perdu (Voir Nombres 14:17-19).

Dans sa grande bonté, le Seigneur répondit: « Je pardonne, comme tu l'as demandé. » Et sous la forme d'une prophétie, il fit connaître à Moïse son intention concernant le triomphe final d'Israël. « Je suis vivant! déclarait-il, et la gloire de l'Éternel remplira toute la terre. » (Nombres 14:20, 21) Sa gloire, sa miséricordieuse bonté, son tendre amour — que Moïse avait réclamés avec tant d'insistance — devaient être révélés à l'humanité tout entière. Cette promesse du Seigneur fut confirmée par un serment. Aussi certainement que Dieu existe et règne, sa gloire serait proclamée « parmi les nations, ... ses merveilles parmi les peuples » (Psaumes 96:3).

C'est au sujet de l'accomplissement de cette prophétie qu'Ésaïe avait entendu les séraphins chanter devant le trône de Dieu: « Toute la terre est pleine de sa gloire! » (Ésaïe 6:3) Confiant dans la certitude de ces paroles, le prophète déclara lui-même avec hardiesse au sujet de ceux qui se prosternaient devant les statues de pierre et de bois: « Ils verront la gloire de l'Éternel, la magnificence de notre Dieu. » (Ésaïe 35:2)

Aujourd'hui, cette prophétie trouve un accomplissement rapide. L'activité missionnaire de l'Église de Dieu produit une riche moisson d'âmes, et bientôt l'Évangile sera proclamé à toutes les nations. Hommes et femmes de toute nation, de toute tribu et de toute langue ont été acceptés dans « le bien-aimé », « à la louange de la gloire de sa grâce », « afin de montrer dans les siècles à venir l'infinie richesse de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ » (Éphésiens 1:6; 2:7). « Béni soit l'Éternel Dieu, le Dieu d'Israël, qui seul fait des prodiges! Béni soit à jamais son nom glorieux! Que toute la terre soit remplie de sa gloire! » (Psaumes 72:18, 19)

Dans la vision qui lui fut donnée dans le temple, Ésaïe eut une magnifique révélation du caractère du Dieu d'Israël. « Le Très-Haut, dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint », lui apparut dans toute sa majesté; et cependant, le prophète put comprendre la nature compatissante du Seigneur. Celui qui habite « dans les lieux élevés et dans la sainteté » est « avec l'homme contrit et humilié, afin de ranimer les cœurs contrits » (Ésaïe 57:15). L'ange chargé de toucher les lèvres d'Ésaïe lui avait apporté ce message: « Ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié. » (Ésaïe 6:7)

Lorsqu'il contempla son Dieu, comme plus tard Saul de Tarse à la porte de Damas, le prophète n'eut pas seulement un aperçu de sa propre indignité, mais il reçut dans son cœur humilié l'assurance du pardon total et gratuit de ses péchés. Il se releva transformé. Il avait vu son Sauveur; il avait entrevu la beauté du caractère divin. Il pouvait témoigner de la transformation opérée en lui par la contemplation de l'amour infini. Désormais, il n'avait plus qu'un désir: libérer Israël égaré du fardeau et de la pénalité du péché. « Quels châtiments nouveaux vous infliger? demandait-il. ... Venez et plaidons! dit l'Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; s'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. » « Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la méchanceté de vos actions; cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien. » (Ésaïe 1:5, 18, 16, 17)

Le Dieu que les Israélites prétendaient servir, mais dont ils comprenaient mal le caractère, leur était présenté comme le grand Médecin des maladies de l'âme. Qu'importait si toute la tête était malade, et si tout le cœur était languissant? Qu'importait si, de la plante des pieds jusqu'au sommet de la tête, rien n'était sain; si tout n'était que blessures, meurtrissures et plaies vives? (Voir Ésaïe 1:6) Celui dont le cœur était pervers pouvait trouver la guérison en se tournant vers le Seigneur. « J'ai vu ses voies, déclarait-il, et je le guérirai; je lui servirai de guide, et je le consolerai, lui et ceux qui pleurent avec lui. ... Paix, paix à celui qui est loin et à celui qui est près! dit l'Éternel. Je les guérirai. » (Ésaïe 57:18, 19)

Le prophète exaltait Dieu, le Créateur de toutes choses. Aux villes de Juda, il apportait ce message: « Voici votre Dieu! » (Ésaïe 40:9) « Ainsi parle Dieu, l'Éternel, qui a créé les cieux et qui les a déployés, qui a étendu la terre et ses productions. » « Moi, l'Éternel, j'ai fait toutes choses. » « Je forme la lumière, et je crée les ténèbres. » « C'est moi qui ai fait la terre, et qui sur elle ai créé l'homme; c'est moi, ce sont mes mains qui ont déployé les cieux, et c'est moi qui ai disposé toute leur armée. » (Ésaïe 42:5; 44:24; 45:7, 12)

« À qui me comparerez-vous, pour que je lui ressemble? dit le Saint. Levez vos yeux en haut, et regardez! Qui a créé ces choses? Qui fait marcher en ordre leur armée? Il les appelle toutes par leur nom; par son grand pouvoir et par sa force puissante. Il n'en est pas une qui fasse défaut. » (Ésaïe 40:25, 26)

À ceux qui craignaient que Dieu ne les reçoive pas, s'ils revenaient à lui, le prophète déclarait: « Pourquoi dis-tu, Jacob, pourquoi dis-tu, Israël: Ma destinée est cachée devant l'Éternel, mon droit passe inaperçu devant mon Dieu? Ne le sais-tu pas? Ne l'as-tu pas appris? C'est le Dieu d'éternité, l'Éternel, qui a créé les extrémités de la terre; il ne se fatigue point, il ne se lasse point; on ne peut sonder son intelligence. Il donne de la force à celui qui est fatigué, et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance. Les adolescents se fatiguent et se lassent, et les jeunes hommes chancellent; mais ceux qui se confient en l'Éternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; ils courent, et ne se lassent point, ils marchent, et ne se fatiguent point. » (Ésaïe 40:27-31)

Le cœur de celui qui est tout amour a pitié du faible qui se sent incapable de se dégager des pièges de Satan. Avec une tendresse infinie, il lui offre de le fortifier, afin qu'il vive pour lui. « Ne crains rien, lui dit-il, car je suis avec toi; ne promène pas des regards inquiets, car je suis ton Dieu; je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante. » « Car je suis l'Éternel, ton Dieu, qui fortifie ta droite, qui te dis: Ne crains rien, je viens à ton secours. Ne crains rien, vermisseau de Jacob, faible reste d'Israël; je viens à ton secours, dit l'Éternel, et le Saint d'Israël est ton sauveur. » (Ésaïe 41:10, 13, 14)

Tous les habitants de Juda étaient coupables, mais Dieu ne les abandonnait pas. C'est par eux que son nom serait exalté parmi les païens. Un grand nombre d'hommes qui l'ignoraient totalement devaient encore contempler sa gloire. C'était pour faire connaître ses desseins qu'il continuait à envoyer ses serviteurs avec ce message: « Revenez chacun de votre mauvaise voie. » (Jérémie 25:5) « À cause de mon nom, ... déclarait-il par la bouche du prophète Ésaïe, je me contiens envers toi pour ne pas t'exterminer. ... C'est pour l'amour de moi, pour l'amour de moi, que je veux agir; car comment mon nom serait-il profané? Je ne donnerai pas ma gloire à un autre. » (Ésaïe 48:9, 11)

L'appel à la repentance retentissait avec une netteté indéniable, et tous étaient invités à retourner au Seigneur. « Cherchez l'Éternel pendant qu'il se trouve, suppliait Ésaïe; invoquez-le, tandis qu'il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l'homme d'iniquité ses pensées; qu'il retourne à l'Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner. » (Ésaïe 55:6, 7)

Ami lecteur, as-tu choisi ta propre voie? Erres-tu encore loin de Dieu, et cherches-tu à te rassasier des fruits de tes transgressions, pour les retrouver en cendre sur tes lèvres? Maintenant que tes projets sont contrariés, que tes espérances sont anéanties, restes-tu seul et désolé? Alors cette voix qui a si longtemps résonné dans ton cœur, mais que tu ne voulais pas entendre, s'adresse à toi, toujours plus claire et plus distincte: « Levez-vous, marchez! car ce n'est point ici un lieu de repos; à cause de la souillure, il y aura des douleurs, des douleurs violentes. » (Michée 2:10) Retourne à la maison du Père. Il te redit encore: « Reviens à moi, car je t'ai racheté. » « Prêtez l'oreille, et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra: je traiterai avec vous une alliance éternelle, pour rendre durables mes faveurs envers David. » (Ésaïe 44:22; 55:3) Ne prête pas l'oreille aux suggestions de l'ennemi à ne pas t'approcher du Sauveur avant de t'être amélioré. Si tu attends de parvenir à cet état, tu ne viendras jamais à lui. Lorsque Satan te présente ta souillure, pense à cette promesse de Jésus: « Je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi. » (Jean 6:37) Dis à l'ennemi que le sang du Christ lave toutes les souillures. Que la prière de David devienne la tienne: « Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur; lave-moi, et je serai plus blanc que la neige. » (Psaumes 51:9)

Le prophète Ésaïe exhorta Juda à contempler le Dieu vivant, et à accepter ses offres gratuites. Il ne parla pas en vain: d'aucuns y prêtèrent une profonde attention, et abandonnèrent leurs idoles pour adorer le vrai Dieu. Ils apprirent à discerner dans leur Créateur l'amour, la miséricorde, la compassion. Aux jours douloureux qui assombrirent l'histoire de Juda et ne laissèrent qu'un reste dans le pays, les paroles du prophète devaient continuer à favoriser une réforme décisive. « En ce jour, avait déclaré Ésaïe, l'homme regardera vers son créateur, et ses yeux se tourneront vers le Saint d'Israël; il ne regardera plus vers les autels, ouvrage de ses mains, et il ne contemplera plus ce que ses doigts ont fabriqué, les idoles d'Astarté et les statues du soleil. » (Ésaïe 17:7, 8)

Nombreux furent les hommes qui s'approchèrent de celui qui est tout amour, et le « plus puissant entre dix mille ». « Tes yeux verront le roi dans sa magnificence » (Ésaïe 33:17), telle était la promesse qui leur était faite. Leurs péchés seraient effacés, et ils ne se glorifieraient qu'en Dieu seul. Au jour heureux où ils triompheraient de l'idolâtrie, ils s'écrieraient: « L'Éternel est magnifique pour nous; il nous tient lieu de fleuves, de vastes rivières. ... L'Éternel est notre juge, l'Éternel est notre législateur, l'Éternel est notre roi: c'est lui qui nous sauve. » (Ésaïe 33:21, 22)

Les messages adressés par Ésaïe à ceux qui se détourneraient de leurs mauvaises voies étaient pleins d'encouragement et de consolation. Écoutez ses paroles:

Souviens-toi de ces choses, ô Jacob!
O Israël! car tu es mon serviteur;
Je t'ai formé, tu es mon serviteur;
Israël, je ne t'oublierai pas.
J'efface tes transgressions comme un nuage,
Et tes péchés comme une nuée;
Reviens à moi,
Car je t'ai racheté.
(Ésaïe 44:21, 22)

Tu diras en ce jour-là:
Je te loue, ô Éternel!
Car tu as été irrité contre moi,
Ta colère s'est apaisée, et tu m'as consolé.
Voici, Dieu est ma délivrance,
Je serai plein de confiance, et je ne craindrai rien;
Car l'Éternel, l'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges. ...

Célébrez l'Éternel, car il a fait des choses magnifiques:
Qu'elles soient connues par toute la terre!
Pousse des cris de joie et d'allégresse, habitant de Sion!
Car il est grand au milieu de toi, le Saint d'Israël.
(Ésaïe 12)