Prophètes et Rois

Chapitre 14

Avec l'esprit et la puissance d'Élie

Au cours des longs siècles qui se sont écoulés depuis Élie, le récit de son ministère a inspiré et encouragé tous ceux qui ont été appelés à lutter contre l'apostasie. Pour nous, qui « sommes parvenus à la fin des siècles » (1 Corinthiens 10:11), ce récit a une signification toute particulière. L'histoire se répète. Notre époque a ses Achabs et ses Jézabels; elle ressemble étrangement à celle du grand prophète. Les autels des idoles peuvent ne pas être visibles, les statues non apparentes; il n'en reste pas moins que des milliers de personnes adorent les dieux de ce monde: les richesses, la gloire, les plaisirs, les fables agréables qui permettent aux hommes de suivre les penchants de leurs cœurs irrégénérés. Des multitudes ont une conception erronée de Dieu et de ses attributs, et elles servent ainsi un faux dieu comme les adorateurs de Baal. Beaucoup de ceux qui se disent chrétiens ont subi des influences diamétralement opposées à Dieu et à sa vérité. Ils se détournent du divin pour exalter ce qui est humain.

L'esprit qui prédomine à notre époque est un esprit d'incrédulité et d'apostasie. Les hommes prétendent posséder des lumières parce qu'ils connaissent la vérité; mais, en réalité, ils font preuve de la suffisance la plus aveugle. Ils exaltent les théories humaines, et les substituent à Dieu et à sa loi. Satan incite les hommes à la désobéissance; il leur assure qu'ils trouveront ainsi la liberté et l'indépendance, ce qui les rendra semblables à des dieux. On constate de plus en plus un esprit d'opposition à la Parole infaillible de Dieu, et une sorte d'idolâtrie de la sagesse humaine que l'on place au-dessus de la révélation divine.

En se conformant aux coutumes et aux influences du monde, les hommes ont laissé envahir leur esprit par les ténèbres et la confusion, si bien qu'ils semblent avoir perdu toute possibilité de discerner la lumière des ténèbres, la vérité de l'erreur. Ils se sont éloignés du droit chemin au point de considérer l'opinion de quelques philosophes comme étant plus importante que les vérités de la Bible. Les promesses de la Parole de Dieu, ses menaces contre la désobéissance et l'idolâtrie paraissent impuissantes à toucher les cœurs. Une foi semblable à celle de Paul, Pierre et Jean leur paraît périmée, mystique et indigne de l'intelligence des penseurs modernes.

Aux origines, Dieu donna sa loi à l'humanité pour lui permettre d'acquérir le bonheur et la vie éternelle. Or, le seul espoir de Satan pour arriver à faire obstacle aux desseins de Dieu était d'amener hommes et femmes à désobéir à cette loi. Il s'est donc appliqué à dénaturer ce qu'elle enseignait, et à minimiser son importance. Il a essayé par un coup de maître de changer la loi elle-même, de façon à persuader les hommes à violer ses préceptes tout en prétendant l'observer.

Un écrivain a comparé la tentative faite pour changer la loi de Dieu à une malicieuse habitude d'autrefois, consistant à tourner dans une fausse direction la flèche d'un poteau indicateur placé au croisement de deux routes importantes. On peut imaginer la confusion et les complications qui en résultaient.

Dieu avait aussi placé un poteau indicateur sur la route des voyageurs de notre globe. Une flèche indiquait l'obéissance volontaire au Créateur, obéissance conduisant au chemin de la félicité et de la vie; l'autre indiquait la désobéissance menant au chemin de la misère et de la mort. La voie qui aboutissait au bonheur était aussi nettement délimitée que celle conduisant à la cité de refuge de la dispensation juive. Mais, à une heure fatale pour nous, l'ennemi de tout bien retourna les flèches du poteau indicateur, et des multitudes furent fourvoyées.

Par l'intermédiaire de Moïse, Dieu avait donné aux Israélites les instructions suivantes: « Vous ne manquerez pas d'observer mes sabbats, car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, un signe auquel on connaîtra que je suis l'Éternel qui vous sanctifie. Vous observerez le sabbat, car il sera pour vous une chose sainte. Celui qui le profanera sera puni de mort; celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là ... sera puni de mort. Les enfants d'Israël observeront le sabbat, en le célébrant, eux et leurs descendants, comme une alliance perpétuelle. Ce sera entre moi et les enfants d'Israël un signe qui devra durer à perpétuité; car en six jours l'Éternel a fait les cieux et la terre, et le septième jour il a cessé son œuvre et il s'est reposé. » (Exode 31:13-17)

Par ces paroles, le Seigneur indiquait nettement que l'obéissance est le chemin qui conduit à la cité céleste. Mais l'homme de péché a tourné les flèches du poteau indicateur; il a instauré un faux sabbat et fait croire aux hommes qu'en se reposant ce jour-là, ils observaient le commandement du Créateur. Dieu a déclaré que le septième jour est le jour de repos de l'Éternel. Quand « furent achevés les cieux et la terre », il glorifia ce jour en en faisant le mémorial de son œuvre créatrice. « Il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu'il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia. » (Genèse 2:1-3)

À la sortie d'Égypte, le peuple élu fut clairement instruit à ce sujet. Alors qu'ils étaient en esclavage, les Israélites durent subir le joug de leurs oppresseurs, qui essayèrent de les forcer à travailler le jour du sabbat en augmentant la somme de travail qu'ils exigeaient d'eux chaque semaine. Les conditions dans lesquelles ils se trouvaient devinrent de plus en plus difficiles et de plus en plus contraignantes. Mais ils furent délivrés de l'esclavage, et établis dans un pays où ils pouvaient observer librement les préceptes du Seigneur. La loi fut proclamée sur le Sinaï, inscrite sur deux tables de pierre, par le doigt même de Dieu (Voir Exode 31:18), et donnée à Moïse. Pendant les quarante ans passés au désert, les Israélites se souvinrent du jour de repos. La manne ne tombait pas le septième jour, le vendredi il en tombait deux fois plus, et elle se conservait miraculeusement deux jours, ce qui n'était pas le cas les autres jours.

Avant d'entrer dans le pays de la promesse, les Israélites furent exhortés par Moïse « à observer le jour du repos, pour le sanctifier » (Deutéronome 5:12). Dieu voulait que, par une observance fidèle du sabbat, Israël se souvienne de son Créateur et Rédempteur. S'il observait ce jour dans l'esprit voulu, il ne connaîtrait pas l'idolâtrie. Mais si les préceptes du Décalogue étaient mis de côté, le Créateur serait vite oublié, et les hommes adoreraient de faux dieux. « Je leur donnai aussi mes sabbats, dit le Seigneur, comme un signe entre moi et eux, pour qu'ils connussent que je suis l'Éternel qui les sanctifie. » Et cependant, « ils rejetèrent mes ordonnances et ne suivirent point mes lois, et ... ils profanèrent mes sabbats, car leur cœur ne s'éloigna pas de leurs idoles », ajoutait le Seigneur. En les invitant à retourner à lui, Dieu insistait à nouveau sur l'importance de sanctifier le sabbat. « Je suis l'Éternel, votre Dieu, dit-il. Suivez mes préceptes, observez mes ordonnances, et mettez-les en pratique. Sanctifiez mes sabbats, et qu'ils soient entre moi et vous un signe, auquel on connaisse que je suis l'Éternel, votre Dieu. » (Ézéchiel 20:12, 16, 19, 20)

En attirant l'attention de Juda sur les péchés qui lui valurent finalement la captivité babylonienne, le Seigneur déclarait: « Tu profanes mes sabbats. ... Je répandrai sur eux ma fureur, je les consumerai par le feu de ma colère, je ferai retomber leurs œuvres sur leur tête. » (Ézéchiel 22:8, 31)

Aux jours de Néhémie, pendant la restauration de Jérusalem, la profanation du sabbat attira sur les Israélites ces reproches sévères: « N'est-ce pas ainsi qu'ont agi vos pères, et n'est-ce pas à cause de cela que notre Dieu a fait venir tous ces malheurs sur nous et sur cette ville? Et vous, vous attirez de nouveau sa colère contre Israël, en profanant le sabbat. » (Néhémie 13:18)

Au cours de son ministère terrestre, le Christ insista sur les exigences du sabbat. Dans tous ses enseignements, il manifesta de la vénération pour cette institution qu'il avait lui-même créée. De son temps, le sabbat était si peu respecté que son observance reflétait le caractère égoïste et despotique de l'homme, plutôt que celui de Dieu. Jésus rejeta la fausse doctrine enseignée par ceux qui prétendaient connaître le Seigneur et l'avaient dénaturé. Bien qu'il fût impitoyablement poursuivi par la haine des rabbins, il continua résolument à observer le sabbat selon la loi de Dieu, sans même paraître se conformer à leurs exigences.

Dans un langage clair, le Christ déclara au sujet de la loi divine: « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. » (Matthieu 5:17-19)

Pendant la dispensation chrétienne, le grand ennemi du bonheur de l'homme a fait du quatrième commandement un sujet spécial d'attaque. Satan déclare: « Je m'opposerai aux desseins de Dieu. J'aiderai mes sujets à ne pas tenir compte du mémorial du Seigneur, le septième jour de la semaine. Je montrerai ainsi au monde que le jour béni et sanctifié par l'Éternel a été changé. Le souvenir de ce jour ne survivra pas dans la pensée des hommes; je l'effacerai de leur mémoire. J'instaurerai à sa place un jour qui ne porte pas les empreintes de Dieu, un jour qui ne soit pas un signe entre l'Éternel et son peuple. J'inciterai ceux qui acceptent ce jour à lui conférer la sainteté attribuée au septième jour.

» Par l'intermédiaire de mon substitut, je me glorifierai moi-même. On célébrera ce jour de la semaine, et le monde religieux acceptera cette contrefaçon du septième jour. Ce sera pour lui le vrai sabbat. Par la violation du sabbat institué par Dieu, j'arriverai à jeter le discrédit sur la loi divine. Ces paroles: « Un signe entre moi et vous et vos descendants », je les appliquerai au jour de repos que j'instituerai. Ainsi, l'univers m'appartiendra; je serai le chef de la terre, le prince de ce monde. J'aurai une telle emprise sur les esprits que le sabbat deviendra un sujet de mépris tout particulier.

» Un signe? Je ferai de l'observation du septième jour un signe de désobéissance envers les autorités de ce monde. Les lois humaines seront si draconiennes que l'on n'osera pas observer le sabbat, de peur de manquer de nourriture et de vêtements. Les croyants s'uniront au monde en transgressant la loi divine. Toute la terre sera sous ma domination. »

En instituant ainsi un faux sabbat, l'ennemi pensa « changer les temps et la loi ». Mais a-t-il bien réussi à changer la loi de Dieu? Les paroles du chapitre trente et un de l'Exode nous en donnent la réponse. Celui qui est le même hier, aujourd'hui et demain a déclaré au sujet du septième jour: « Vous ne manquerez pas d'observer mes sabbats, car ce sera entre moi et vous, et parmi vos descendants, un signe ... qui devra durer à perpétuité. » (Exode 31:13, 17) La flèche du poteau indicateur a été retournée et elle indique une fausse direction; mais Dieu, lui, n'a pas changé; il est toujours le Dieu puissant d'Israël. « Voici, dit-il, les nations sont comme une goutte d'un seau, elles sont comme de la poussière sur une balance; voici, les îles sont comme une fine poussière qui s'envole. Le Liban ne suffit pas pour le feu. Et ses animaux ne suffisent pas pour l'holocauste. Toutes les nations sont devant lui comme un rien, elles ne sont pour lui que néant et vanité. » (Ésaïe 40:15-17) Dieu est aussi juste et aussi jaloux maintenant à l'égard de sa loi qu'à l'époque d'Élie et d'Achab.

Comme cette loi est bafouée de nos jours! Le monde est en rébellion ouverte contre Dieu. Notre génération est en réalité faite de mécontents remplis d'ingratitude, de formalisme, de fausseté, d'orgueil et d'apostasie. Les hommes négligent la Bible et haïssent la vérité. Jésus voit sa loi rejetée, son amour méprisé, ses ambassadeurs traités avec indifférence. Il a parlé par ses bénédictions, mais on ne les a pas reconnues; il a parlé par ses avertissements, mais on n'en a pas tenu compte. Le temple de l'âme a été profané par le péché: l'égoïsme, l'envie, l'orgueil, la malice y sont entretenus.

Un grand nombre n'hésitent pas à se moquer de la Parole de Dieu. On ridiculise ceux qui y croient encore; on méprise de plus en plus la loi et l'ordre parce qu'on transgresse les commandements divins. La violence et le crime en sont les résultats visibles. Qu'il est triste de constater la pauvreté et la misère des multitudes qui se courbent devant les idoles, cherchant en vain le bonheur et la paix! Le mépris du commandement relatif au sabbat est presque universel. On voit avec quelle cynique impiété certains hommes promulguent des décrets pour sauvegarder la prétendue sainteté du premier jour de la semaine, et en même temps en émettent d'autres permettant le trafic de l'alcool! Plaçant leur sagesse au-dessus des Écritures, ils essaient de contraindre les consciences, alors qu'ils favorisent un vice qui dégrade et avilit les êtres créés à l'image de Dieu. C'est Satan lui-même qui inspire de telles lois. Il sait bien que la colère céleste atteindra ceux qui mettent les décrets humains au-dessus des lois divines, et il fait l'impossible pour égarer les hommes sur la voie spacieuse qui mène à la mort.

On s'est si longtemps passionné pour les idées et les institutions humaines que presque tout l'univers se courbe devant les idoles. Celui qui a essayé de changer la loi de Dieu emploie tous les moyens pour tromper les hommes et les pousser à se soulever contre le Seigneur et le signe qui permet de reconnaître le juste. Mais le ciel ne souffrira pas toujours que sa loi soit foulée aux pieds. Le moment approche où « l'homme au regard hautain sera abaissé, et où l'orgueil sera humilié: L'Éternel seul sera élevé ce jour-là. » (Ésaïe 2:11)

Le scepticisme peut traiter les exigences de la loi divine par la raillerie, la dérision ou la négation; l'esprit du monde peut contaminer la majeure partie des hommes et en dominer la minorité; la cause de Dieu peut demander de grands efforts et des sacrifices continuels; il n'en est pas moins certain que la vérité finira par triompher d'une manière éclatante.

Lorsque le Seigneur achèvera son œuvre ici-bas, la loi divine sera de nouveau exaltée. La fausse religion peut devenir universelle, l'iniquité abonder, l'amour du plus grand nombre se refroidir, la croix du Calvaire être ignorée et les ténèbres recouvrir la surface de la terre comme un suaire; le courant populaire peut se déchaîner violemment contre la vérité; des complots répétés peuvent se tramer pour anéantir le peuple de Dieu; à l'heure du péril extrême, le Dieu d'Élie suscitera des instruments' humains dont la voix ne pourra être réduite au silence.

Dans les grandes agglomérations, dans les lieux où les hommes ont blasphémé contre le Tout-Puissant, de sévères répréhensions se feront entendre. Des hommes envoyés par Dieu dénonceront courageusement l'union de l'Église et du monde. Ils supplieront hommes et femmes de se détourner de l'observance du jour de repos d'institution humaine pour observer le vrai sabbat. « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, proclameront-ils à toutes les nations, car l'heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d'eaux. ... Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère. » (Apocalypse 14:7-10)

Dieu ne violera pas son alliance; il ne changera pas les paroles qui sont sorties de sa bouche; elles sont éternelles, aussi immuables que son trône. Au jour du jugement, les commandements seront mis en plein jour, tels qu'ils ont été écrits par le doigt même de Dieu. Les hommes passeront devant le tribunal de la justice suprême pour recevoir leur rétribution.

De nos jours, comme au temps d'Élie, la ligne de démarcation entre ceux qui observent les commandements de Dieu et ceux qui adorent des idoles est nettement tracée. « Jusques à quand clocherez-vous des deux côtés? s'écriait Élie. Si l'Éternel est Dieu, allez après lui; si c'est Baal, allez après lui! » (1 Rois 18:21) Et voici le message pour notre époque: « Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! ... Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux. Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel, et Dieu s'est souvenu de ses iniquités. » (Apocalypse 18:2, 4, 5)

L'heure où chacun de nous sera mis à l'épreuve va bientôt sonner. Le faux sabbat sera imposé; il y aura contestation entre les commandements de Dieu et les commandements des hommes. Ceux qui ont cédé peu à peu aux coutumes du monde, s'inclineront devant les autorités plutôt que de s'exposer aux moqueries, à l'insulte, aux menaces d'emprisonnement et de mort. À ce moment-là, l'or se séparera de la gangue, la vraie piété se distinguera nettement de la piété apparente et fausse. Les étoiles que nous avons admirées pour leur éblouissante clarté s'obscurciront. Ceux qui ont porté des vêtements sacerdotaux, mais qui n'ont pas revêtu la justice du Christ apparaîtront alors dans la honte de leur nudité.

Parmi les habitants de la terre, répandus dans toutes les nations, se trouvent des hommes qui n'ont pas fléchi les genoux devant Baal. Semblables aux étoiles qui n'apparaissent qu'à la nuit, ils brilleront lorsque les ténèbres couvriront la terre et l'obscurité les peuples. Dans l'Afrique païenne, dans les pays catholiques d'Europe et de l'Amérique du Sud, en Chine, aux Indes, dans les îles lointaines et dans les lieux les plus reculés du globe, le Seigneur possède un firmament d'âmes d'élite qui apparaîtront dans tout leur éclat au sein des ténèbres, révélant nettement au monde apostat le pouvoir transformateur de sa loi. Déjà aujourd'hui, nous les voyons apparaître dans toute nation, tout peuple, toute tribu et toute langue. À l'heure de la grande apostasie, quand Satan tentera un suprême effort pour que « tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves » (Apocalypse 13:16) reçoivent, sous peine de mort, le sceau de l'obéissance à un faux jour de repos, ces fidèles, « sans tache, ni ride, ni rien de semblable », brilleront « comme des flambeaux dans le monde » (Philippiens 2:15). Plus la nuit sera sombre, plus vif sera leur éclat.

Comme il semblait étrange qu'Élie dénombrât les fidèles d'Israël au moment où les jugements de Dieu allaient fondre sur la nation apostate! Il n'avait pu compter, en effet, qu'un seul homme du côté de l'Éternel. Mais lorsqu'il dit: « Je suis resté moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie », et que Dieu lui répondit: « Je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n'ont point fléchi les genoux devant Baal » (1 Rois 19:14, 18), alors le prophète éprouva un grand étonnement.

Que nul n'essaie donc, de nos jours, de compter les fidèles d'Israël; mais que chacun possède un cœur rempli d'amour, comme celui du Christ, pour sauver les âmes qui se perdent.