Prophètes et Rois

Chapitre 13

« Que fais-tu ici? »

Ce chapitre est basé sur 1 Rois 19:9-18.

Si le refuge d'Élie, sur le mont Horeb, était caché aux hommes, il n'était pas inconnu du Seigneur. Lassé, découragé, le prophète n'était donc pas seul pour lutter contre les puissances des ténèbres. Dieu vint s'entretenir avec lui par le moyen d'un ange majestueux, à l'entrée de la caverne où il s'était retiré. Ce messager du ciel s'enquit de ses besoins, et lui fit comprendre clairement quels étaient les desseins de la Providence à l'égard d'Israël.

L'œuvre qu'Élie avait entreprise auprès des adorateurs de Baal ne pouvait s'achever tant que le prophète n'avait pas appris à mettre toute sa confiance en Dieu. Le triomphe éclatant remporté sur les hauteurs du Carmel avait ouvert la voie à des victoires plus glorieuses encore. Les perspectives merveilleuses qui s'ouvraient devant lui s'étaient estompées par la menace de Jézabel. Il fallait donc que l'homme de Dieu soit amené à comprendre la faiblesse de sa situation présente par rapport à la haute position qu'il devait occuper.

Dans l'état où se trouvait le prophète, le Seigneur lui posa cette question: « Que fais-tu ici? » Je t'ai envoyé près du torrent de Kérith, puis chez la veuve de Sarepta. Je t'ai ensuite chargé de retourner en Israël pour te dresser contre les prêtres idolâtres sur le Carmel. Je t'ai revêtu de force pour conduire le char du roi jusqu'aux portes de Jizréel. Mais qui t'a poussé à t'enfuir précipitamment dans le désert? Qu'as-tu à faire ici?

L'âme pleine d'amertume, Élie exhala sa triste plainte. « J'ai déployé, dit-il, mon zèle pour l'Éternel, le Dieu des armées; car les enfants d'Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l'épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie. »

L'ange invita alors le prophète à sortir de la caverne, à se tenir sur la montagne devant Dieu et à prêter l'oreille à ses paroles. « Et voici, l'Éternel passa. Et devant l'Éternel, il y eut un vent fort et violent qui déchirait les montagnes et brisait les rochers: l'Éternel n'était pas dans le vent. Et après le vent, ce fut un tremblement de terre: l'Éternel n'était pas dans le tremblement de terre. Et après le tremblement de terre, un feu: l'Éternel n'était pas dans le feu. Et après le feu, un murmure doux et léger. Quand Élie l'entendit, il s'enveloppa le visage de son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. »

Dieu se révéla à son serviteur, non pas dans de violentes manifestations de sa puissance, mais dans « un murmure doux et léger ». Il désirait apprendre ainsi à Élie que ce n'est pas toujours le travail exécuté dans les plus brillantes conditions qui a le plus d'importance pour l'accomplissement de ses desseins. Alors que le prophète attendait que Dieu se révélât à lui, une violente tempête se déchaîna; les éclairs sillonnèrent la nue, et un feu dévorant passa soudain. Mais Dieu n'était pas dans ces éléments déchaînés. Ensuite, on entendit un murmure doux et léger. Élie se couvrit le visage en présence de l'Éternel; il se calma, son esprit s'apaisa et se soumit. Il comprenait maintenant qu'une confiance tranquille, une ferme assurance en Dieu lui assureraient un secours efficace au moment du besoin.

Ce n'est pas toujours une présentation savante des vérités divines qui convainc et convertit les âmes. On n'atteint le cœur des hommes ni par la logique, ni par l'éloquence, mais par les douces influences du Saint-Esprit qui se font sentir silencieusement, mais sûrement, dans la transformation et le développement du caractère. Seul le murmure doux et léger de l'Esprit de Dieu peut changer les cœurs.

« Que fais-tu ici, Élie? » demanda encore la voix, et le prophète répondit à nouveau: « J'ai déployé mon zèle pour l'Éternel, le Dieu des armées; car les enfants d'Israël ont abandonné ton alliance, ils ont renversé tes autels, et ils ont tué par l'épée tes prophètes; je suis resté, moi seul, et ils cherchent à m'ôter la vie. »

Dieu répondit à Élie que les enfants d'Israël qui s'étaient livrés au mal ne resteraient pas impunis. Des hommes seraient spécialement choisis pour accomplir le dessein du ciel, qui allait châtier le royaume idolâtre. Une œuvre ardue restait à faire; il fallait donner à tous l'occasion de revenir au vrai Dieu. Élie devait retourner en Israël et s'unir à d'autres pour opérer une réforme.

« Va, lui dit le Seigneur, reprends ton chemin par le désert jusqu'à Damas; et quand tu seras arrivé, tu oindras Hazaël pour roi de Syrie. Tu oindras aussi Jéhu, fils de Nimschi, pour roi d'Israël; et tu oindras Élisée, fils de Schaphath, d'Abel-Mehola, pour prophète à ta place. Et il arrivera que celui qui échappera à l'épée de Hazaël, Jéhu le fera mourir, et celui qui échappera à l'épée de Jéhu, Élisée le fera mourir. »

Élie avait cru être resté seul en Israël à adorer le vrai Dieu. Mais celui qui lit dans le cœur de tous les hommes lui révéla que beaucoup d'autres Israélites, au cours des siècles d'apostasie, lui étaient restés fidèles. « Je laisserai en Israël, dit le Seigneur, sept mille hommes, tous ceux qui n'ont point fléchi les genoux devant Baal, et dont la bouche ne l'a point baisé. »

Que de leçons recèle l'expérience d'Élie pendant ces jours de découragement et de défaite apparente! Puissent tous les serviteurs de Dieu de notre époque s'en inspirer! L'apostasie qui règne de nos jours ressemble étrangement à celle qui florissait au temps d'Élie. Des foules aujourd'hui suivent encore Baal en élevant l'humain au-dessus du divin, en glorifiant les chefs populaires, en adorant Mammon, le dieu de la richesse, en plaçant la science au-dessus des vérités des saintes Écritures. Le doute et l'incrédulité exercent leur funeste influence sur l'esprit et le cœur, et l'on substitue aux vérités divines les théories humaines. Il est communément enseigné que nous avons atteint une période où la raison doit être placée au-dessus des enseignements des Écritures. La loi divine, modèle de justice, est mise de côté. L'ennemi de toute vérité s'ingénie, avec son pouvoir trompeur, à amener les hommes à mettre les institutions terrestres à la place de Dieu, et à oublier ce qui devrait faire le bonheur et le salut de l'humanité.

Et cependant, pour si répandue qu'elle soit, cette apostasie n'est pas universelle. Tous les hommes ne vivent pas sans loi et ne sont pas des pécheurs endurcis. Tous ne se rangent pas du côté de l'ennemi. Dieu possède des milliers de fidèles qui n'ont point fléchi le genou devant Baal, et qui désirent mieux comprendre les vérités concernant le Christ et sa loi. Ils espèrent contre toute espérance que Jésus reviendra bientôt pour mettre un terme au règne du péché et de la mort. Il en est un grand nombre qui ont adoré Baal par ignorance, mais chez lesquels l'Esprit de Dieu lutte toujours. Ces hommes ont besoin du secours de ceux qui ont appris à connaître le Seigneur et la puissance de sa Parole. De nos jours, tout enfant de Dieu devrait s'employer activement à venir en aide à son prochain.

Les anges accompagneront tous ceux qui, connaissant les vérités bibliques, s'efforceront de rechercher les hommes et les femmes avides de lumière. Et partout où se rendent les anges on peut avancer sans crainte. Ce travail, accompli avec fidélité, amènera de nombreux pécheurs à se détourner de l'idolâtrie pour adorer le Dieu vivant. Ils cesseront alors de glorifier les institutions humaines pour se ranger résolument du côté de Dieu et de sa loi.

Comme ces résultats dépendent en grande partie de l'activité incessante des ouvriers du Seigneur fidèles et sincères, Satan fait l'impossible pour les pousser à la désobéissance, afin de faire échouer les desseins de Dieu. À certains d'entre eux, il fait perdre de vue la noble et sainte mission à laquelle ils ont été appelés, et il les rend sensibles aux plaisirs de cette vie. Il les pousse à s'installer dans des demeures confortables, ou à changer de résidence si les avantages matériels leur paraissent plus intéressants ailleurs. C'est ainsi qu'ils abandonnent des endroits où ils auraient pu exercer une heureuse influence. Satan pousse encore d'autres serviteurs de Dieu à quitter leur travail lorsque le découragement s'empare d'eux à la suite de l'opposition ou de la persécution. Et cependant, pour tous ces hommes, le Seigneur éprouve la plus touchante pitié.

À tout enfant de Dieu dont la voix a été réduite au silence par l'ennemi de nos âmes, Dieu pose cette question: « Que fais-tu ici? » Je t'ai ordonné d'aller dans le monde entier prêcher l'Évangile et préparer un peuple pour le jour du Seigneur, pourquoi es-tu ici? Et qui t'y a envoyé?

La joie qui soutenait le Christ, au cours de son sacrifice et de ses souffrances, résidait dans le salut des âmes. Ce devrait être aussi celle de tous ses vrais disciples pour stimuler leur ambition. Ceux qui se rendent compte, même à une échelle réduite, de ce que signifie pour eux et leur prochain la rédemption, comprendront dans une certaine mesure les immenses besoins de l'humanité. Leurs cœurs seront émus de compassion en voyant la déchéance morale et spirituelle de milliers de pécheurs plongés dans les ténèbres, et dont la souffrance physique n'est rien en comparaison de leur souffrance morale.

Aux familles comme aux individus, cette question est posée: « Que fais-tu ici? » Dans de nombreuses églises se trouvent des familles très éclairées sur les vérités évangéliques. Elles pourraient élargir leur sphère d'influence en se rendant dans des lieux privés de ministres de la Parole et qu'elles seraient capables de remplacer. Dieu appelle ces familles à se rendre là où règnent les ténèbres; il les engage à travailler avec sagesse et persévérance en faveur de ceux qui vivent dans la nuit spirituelle. Mais pour répondre à cet appel, il faut consentir à faire des sacrifices. Des âmes se meurent sans espoir et sans Dieu, alors que ceux qui hésitent à répondre à l'appel divin attendent pour se décider que s'aplanissent les obstacles. Séduits par les avantages qu'offre le monde, par la recherche scientifique, les hommes veulent bien se risquer dans des régions pestilentielles et subir des privations et des souffrances. Mais où sont ceux qui désirent en faire autant pour la joie de parler du Sauveur à leurs semblables?

S'il arrive, à la suite de circonstances pénibles, que des hommes de grande spiritualité, éprouvés à l'extrême, se laissent aller au découragement et au désespoir, et s'ils ne trouvent plus rien dans la vie qui les attire ou les attache, il ne faut pas s'en étonner; cela n'a rien d'étrange, ni de nouveau. Qu'ils se rappellent que le plus grand des prophètes s'enfuit pour sa vie devant la colère d'une femme exaspérée. Brisé de fatigue, exténué par les rigueurs de la route, en proie au plus cruel désespoir, le fugitif demanda de mourir. Mais c'est alors qu'il désespérait et que son œuvre semblait menacée d'insuccès qu'il reçut la plus précieuse leçon de sa vie. Il apprit au moment de son extrême faiblesse qu'il est nécessaire et toujours possible de se confier en Dieu dans des circonstances paraissant insurmontables.

S'il arrive à ceux qui ont mis toutes leurs énergies au service d'une cause exigeant des sacrifices de tomber dans le doute et le découragement, qu'ils pensent à Élie et retrempent leur courage dans l'exemple donné par le prophète. La sollicitude incessante de Dieu, son amour, sa puissance se manifestent plus particulièrement envers ses serviteurs dont le zèle est mal compris ou inapprécié, dont les conseils et les reproches sont méprisés, et dont tout essai de réforme se heurte à la haine et à la résistance.

C'est alors que nous sommes le plus faibles que Satan nous fait subir les plus cruelles tentations. C'est ainsi qu'il avait espéré triompher du Fils de Dieu, car il avait réussi de cette manière à remporter bien des victoires sur les hommes. Chaque fois que leur volonté s'affaiblissait, que leur foi chancelait, ceux qui avaient vaillamment et pendant longtemps lutté pour la justice finissaient par céder à la tentation.

Fatigué par quarante ans de pérégrinations dans le désert, par ses luttes contre l'incrédulité, Moïse perdit pendant un certain temps le contact avec Dieu. Il faiblit juste au moment où il allait franchir les frontières de la terre promise. Il en fut de même avec Élie, qui avait été si confiant pendant les années de sécheresse et de famine. Il s'était présenté sans crainte devant Achab, levé en présence de tout Israël comme le seul et véritable témoin du Seigneur. Puis, dans un moment de lassitude, les menaces de Jézabel triomphèrent de sa foi.

Il en est de même aujourd'hui. Lorsque nous sommes assiégés par le doute, rendus perplexes par les circonstances; lorsque nous sommes éprouvés par la pauvreté ou l'affliction, alors Satan s'efforce d'ébranler notre confiance en Dieu. C'est à ce moment-là qu'il étale devant nous toutes nos fautes et nous incite à douter du Seigneur et de son amour. Il espère ainsi plonger notre âme dans le découragement, tout en nous faisant perdre contact avec Dieu.

Ceux que le Saint-Esprit a chargés d'accomplir une tâche particulière, et qui occupent la pointe du combat, subissent fréquemment une certaine réaction lorsque la calamité s'estompe. Le découragement peut ébranler la foi la plus solide, affaiblir la volonté la plus ferme. Mais le Seigneur comprend tout, et il ne cesse d'aimer et d'avoir pitié de ses enfants. Il lit dans leurs cœurs les intentions et les desseins qui les animent. Attendre avec patience et confiance lorsque tout paraît sombre, voilà ce que tous ceux qui ont la charge de l'œuvre de Dieu devraient apprendre. Le ciel n'abandonne jamais les siens dans l'adversité. Aucune situation n'est apparemment plus désespérée, et cependant plus triomphante, que celle de l'homme conscient de son néant et pleinement confiant en Dieu.

Ce ne sont pas seulement ceux qui assument des tâches importantes qui devront encore profiter, lorsque viendra l'épreuve, de l'exemple d'Élie. Quelle que soit sa faiblesse, l'enfant de Dieu peut avoir confiance en celui qui faisait la force du prophète. Le Seigneur compte sur la fidélité de tous ceux auxquels il accorde le secours nécessaire. Par lui-même l'homme est impuissant; mais, avec Dieu, il est capable de vaincre le mal et d'aider ses semblables à le surmonter. Impossible à Satan de triompher sur celui qui prend le Seigneur pour défenseur. « En l'Éternel seul ... résident la justice et la force. » (Ésaïe 45:24)

Ami chrétien, le diable connaît ta faiblesse. Appuie-toi donc sur Jésus. Si tu demeures dans l'amour de Dieu, tu pourras supporter l'épreuve. Seule la justice du Christ te donnera le pouvoir de résister à la marée montante du mal qui déferle sur le monde. Que ta vie déborde de foi. La foi allège tous les fardeaux, soulage toutes les fatigues. La Providence t'envoie des contrariétés qui te semblent mystérieuses aujourd'hui; tu en triompheras en te confiant continuellement en Dieu. Marche par la foi dans le sentier qu'il t'a tracé. Les épreuves surviendront, mais continue d'avancer. Elles serviront à fortifier ta foi et à te rendre apte au service du Maître. Le récit sacré n'a pas été écrit simplement pour que nous le lisions et en soyons émerveillés, mais pour que nous arrivions à avoir une foi semblable à celle que possédaient jadis les serviteurs de Dieu. Le Seigneur agit de nos jours d'une manière aussi frappante qu'alors. Partout il trouve des cœurs débordants de foi pour servir de canal à sa toute-puissance.

À nous, comme à Pierre autrefois, le Seigneur dit: « Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point. » (Luc 22:31, 32) Le Christ n'abandonnera jamais ceux pour lesquels il a donné sa vie. Nous pouvons l'oublier, être vaincus par la tentation; mais il ne se détournera jamais de celui qu'il est venu racheter au prix de son sang.

Si notre vision spirituelle pouvait être renforcée, nous verrions des âmes ployant sous le poids de la tentation et de la douleur, et sur le point de mourir de découragement. Nous verrions des anges voler rapidement au secours de ceux qui sont tentés, repoussant les armées du mal qui les assiègent, et les aidant à poser les pieds sur le rocher des siècles. Les batailles qui se livrent entre les deux armées sont tout aussi réelles que celles des armées d'ici-bas, et les destinées éternelles dépendent de l'issue du conflit spirituel.

Dans la célèbre vision du prophète Ézéchiel, une main apparaît sous les ailes des chérubins. Cette vision a pour but d'enseigner aux serviteurs de Dieu que c'est grâce à la puissance divine que l'on peut réussir. Ceux que le Seigneur emploie comme messagers ne doivent pas croire que la cause de Dieu dépend d'eux-mêmes. Des êtres limités ne sauraient assumer cette responsabilité. Celui qui ne sommeille ni ne dort est constamment à l'œuvre pour accomplir ses desseins; c'est lui qui achèvera la tâche. Il fera échouer les plans des méchants, et jettera la confusion dans les conseils de tous ceux qui machinent le mal contre son peuple. Celui qui est Roi et Seigneur des armées est assis entre les chérubins; et dans les combats et le tumulte des nations, il tranquillise ses enfants. Lorsque les forteresses des rois de ce monde seront renversées, quand les flèches de la colère divine frapperont le cœur des ennemis de Dieu, alors son peuple sera en sûreté.