Premiers Écrits

Le Sanctuaire

Il me fut montré le triste désappointement éprouvé par les enfants de Dieu quand ils ne virent pas apparaître Jésus au moment où ils l’attendaient. Ils ignoraient la raison pour laquelle leur Sauveur n’était pas venu; car ils ne pouvaient découvrir aucune preuve que le temps prophétique n’était pas terminé. L’ange me dit: “La Parole de Dieu a-t-elle failli? Dieu n’a-t-il pas accompli ses promesses? Non! Il a fait tout ce qu’il avait promis. Jésus s’est levé et a fermé la porte du lieu saint du sanctuaire céleste, il a ouvert une porte du lieu très saint, et y est entré pour purifier le sanctuaire. Tous ceux qui attendent patiemment comprendront ce mystère. L’homme s’est trompé, mais il n’y a aucune faute de la part de Dieu. Il a accompli tout ce qu’il avait promis. L’homme a cru par erreur que la terre était le sanctuaire qui devait être purifié à la fin des périodes prophétiques. C’est l’expectative de l’homme, non la promesse de Dieu, qui a failli.”

Jésus envoya ses anges pour diriger vers le lieu très saint les esprits de ceux qui étaient désappointés; il y est entré pour purifier le sanctuaire et faire une propitiation spéciale pour Israël. Jésus dit aux anges que tous ceux qui l’y trouveraient comprendraient l’œuvre qu’il devait accomplir. Je vis que les épousailles de Jésus et de la sainte Jérusalem auraient lieu tandis qu’il était dans le lieu très saint. Lorsqu’il y aura achevé son œuvre, il descendra sur la terre avec le pouvoir royal et prendra avec lui tous ceux qui ont patiemment attendu son retour.

Il me fut montré ce qui se passa au ciel en 1844, à la fin des périodes prophétiques. Lorsque Jésus acheva son ministère dans le lieu saint et en ferma la porte, de profondes ténèbres entourèrent ceux qui avaient entendu et rejeté les messages de son retour; ils le perdirent de vue. Jésus revêtit alors ses habits précieux. Il y avait autour de la bordure de sa robe une clochette d’or et une grenade, une clochette d’or et une grenade. A ses épaules était suspendu un pectoral artistement travaillé. Lorsqu’il faisait un mouvement, ce pectoral étincelait comme des diamants, faisant ressortir des lettres qui paraissaient comme des noms écrits ou gravés. Il portait sur la tête quelque chose qui ressemblait à une couronne. Une fois vêtu, il fut entouré par les anges, et franchit le second voile dans un chariot de feu.

Je fus alors invitée à remarquer les deux appartements du sanctuaire céleste. Le voile, ou la porte, fut levé, et j’eus la permission d’entrer. Dans le lieu saint, je vis le chandelier d’or avec sept lampes, la table des pains de proposition, l’autel des parfums et l’encensoir. Tous les meubles de cet appartement ressemblaient à de l’or pur, et réfléchissaient l’image de celui qui entrait dans ce lieu. Le rideau qui séparait les deux appartements était de différentes couleurs et de matières diverses, avec une magnifique bordure où se trouvaient des images d’or représentant des anges. Ce rideau, ou voile, fut levé, et je regardai dans le second appartement. J’y vis une arche qui paraissait être faite de l’or le plus fin. Le haut de l’arche avait une bordure travaillée magnifiquement, façonnée en couronnes. Dans l’arche se trouvaient les tables de pierre où étaient gravés les dix commandements.

Deux ravissants chérubins se tenaient de chaque côté de l’arche, avec les ailes étendues au-dessus et venant se toucher un peu plus haut que la tête de Jésus debout devant le propitiatoire. Leurs faces étaient tournées l’une contre l’autre, le regard dirigé vers l’arche, représentant toute l’armée des anges considérant avec intérêt la loi de Dieu. Entre les chérubins il y avait un encensoir d’or, et alors que les prières des saints, offertes avec foi, parvenaient à Jésus et qu’il les présentait à son Père, une nuée odoriférante se dégageait de l’encens comme une fumée aux couleurs merveilleuses. Audessus de l’endroit où Jésus se tenait, devant l’arche, il y avait une lumière glorieuse si éclatante que je ne pus la regarder. Cela ressemblait au trône de Dieu. Lorsque l’encens montait vers le Père, cette gloire excellente venait du trône jusqu’à Jésus; et de là elle descendait sur ceux dont les prières étaient montées comme un encens d’agréable odeur. La lumière se répandait abondamment sur Jésus; elle couvrait le propitiatoire, et la traînée de gloire remplissait le temple. Je ne pus regarder longtemps cette scène incomparable. Aucune langue au monde ne saurait la décrire. J’étais comme accablée, et je me détournai de cette scène de gloire et de majesté.

Il me fut aussi montré un sanctuaire sur la terre ayant deux appartements. Il ressemblait à celui que j’avais vu au ciel; et il me fut dit qu’il n’en était qu’une image. L’ameublement du premier appartement était semblable à celui du ciel. Le voile fut levé, et je pus jeter un coup d’œil dans le lieu très saint. J’y vis le même ameublement que dans celui du ciel. Le grand prêtre exerçait son ministère dans les deux appartements du sanctuaire terrestre. Chaque jour il entrait dans le premier, mais seulement une fois par an dans le second, afin de le purifier des péchés qui y avaient été transférés.

Je vis que Jésus exerçait aussi son ministère dans les deux appartements du sanctuaire céleste. Ici-bas les prêtres entraient dans le sanctuaire terrestre en offrant le sang d’un animal pour le péché. Jésus entra dans le sanctuaire céleste par l’offrande de son propre sang. Le grand prêtre du sanctuaire terrestre était remplacé à sa mort; son service se terminait avec lui. Mais Jésus est Souverain Sacrificateur éternellement. Par leurs sacrifices et les offrandes, les enfants d’Israël devaient s’approprier les mérites de Jésus, du Sauveur à venir. Aussi, dans sa sagesse, Dieu nous a donné des détails à ce sujet, afin que nous puissions, en les considérant, comprendre le ministère de Jésus dans le sanctuaire céleste.

En mourant sur le Calvaire, Jésus s’écria: “Tout est accompli.” Le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, afin de montrer que les services du sanctuaire terrestre avaient pris fin pour toujours, et que Dieu n’aurait plus à accepter les sacrifices des prêtres. Le sang de Jésus était répandu; il l’offrirait lui-même dans le sanctuaire céleste. De même que le grand prêtre entrait une fois l’an dans le lieu très saint du sanctuaire terrestre pour le purifier, de même Jésus est entré dans le lieu très saint du sanctuaire céleste, à la fin des 2300 jours de (Daniel 8), en 1844, afin de faire une propitiation finale pour tous ceux qui pourraient profiter de sa médiation, et purifier ainsi le sanctuaire.