Premiers Écrits

La mort n'est pas un tourment éternel

Satan commença ses séductions en Eden. Il dit à Eve: “Vous ne mourrez point.” Telle fut sa première leçon sur l’immortalité de l’âme. Elle a continué depuis lors à être enseignée avec tout ce qu’elle comporte de séductions, et elle continuera à l’être jusqu’à la fin de la captivité des enfants de Dieu. On me montra Adam et Eve. Ils mangèrent du fruit défendu, et alors une épée flamboyante leur interdit l’accès à l’arbre de vie. Ils furent chassés du jardin, afin qu’ils ne mangent pas du fruit de cet arbre et ne soient des pécheurs immortels. Le fruit de l’arbre de vie avait pour but de perpétuer l’immortalité. J’entendis un ange demander: “Quel est le membre de la famille d’Adam qui n’ait pas été arrêté par l’épée flamboyante et ait mangé du fruit de l’arbre de vie?” J’entendis un autre ange répondre: “Aucun membre de la famille d’Adam n’a jamais dépassé cette épée et n’a mangé du fruit de cet arbre; c’est pourquoi il n’y a pas de pécheur immortel.” L’âme qui pèche mourra de mort éternelle,—une mort dont il n’y a aucun espoir de résurrection; et alors la colère de Dieu sera apaisée.

C’était pour moi une chose extraordinaire que Satan puisse réussir avec tant de facilité à faire croire aux hommes que les paroles de Dieu: “L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra”, signifient que l’âme qui pèche ne mourra pas, mais vivra éternellement dans des tourments. L’ange me dit: “La vie, c’est la vie, qu’elle se passe dans la peine ou dans le bonheur. La mort ne connaît ni douleur, ni joie, ni haine.”

Satan ordonna à ses anges de faire un effort spécial pour répandre le mensonge proféré pour la première fois à Eve en Eden: “Vous ne mourrez point.” Et comme ce mensonge était accepté très facilement par les gens, tout disposés à croire que l’homme est immortel, Satan répandit la doctrine que le pécheur vivrait éternellement dans la douleur. Il avait ainsi préparé le chemin à ses suppôts pour faire passer Dieu aux yeux des hommes comme un tyran qui se venge en envoyant en enfer tous ceux qui lui déplaisent. Il leur fait sentir ainsi le poids de sa colère; et tandis qu’ils souffriront dans les flammes éternelles, il les regardera avec satisfaction. Satan savait que si cette erreur était acceptée, Dieu serait haï par un grand nombre d’hommes, au lieu d’être aimé et adoré. Mais d’un autre côté beaucoup seraient amenés à croire que les menaces de la Parole de Dieu ne sauraient être littéralement accomplies, car ce serait contraire à son caractère de bonté et d’amour de plonger dans d’éternels tourments les êtres qu’il a créés.

Un autre extrême où Satan a jeté les hommes est de leur faire oublier entièrement la justice de Dieu, les menaces de sa Parole, et de le représenter comme étant si miséricordieux qu’il ne fera périr personne, mais que tous, aussi bien les saints que les pécheurs, seront enfin sauvés dans son royaume.

En conséquence, les erreurs populaires de l’immortalité de l’âme, des peines éternelles, permettent à Satan de conduire une certaine classe de gens à considérer la Bible comme un livre qui n’est pas inspiré. Ils pensent qu’elle contient de bonnes choses, mais que l’on ne saurait lui faire confiance et l’aimer, car on leur a dit qu’elle enseignait les peines éternelles.

Satan conduit une autre classe de gens encore plus loin. Il les amène à nier l’existence même de Dieu. Ils ne peuvent comprendre le Dieu de la Bible, qui inflige d’horribles tortures à une partie de l’humanité, tortures qui dureraient pendant l’éternité. C’est pourquoi ils rejettent la Bible et son Auteur; ils considèrent la mort comme un sommeil éternel.

Il est encore une autre classe de gens craintifs et timides. Ceux-là, Satan les pousse à commettre le péché, et après qu’ils ont péché, il leur fait croire que le salaire du péché n’est pas la mort mais la vie dans d’horribles tourments qui dureront à travers les âges sans fin de l’éternité. En faisant ressortir devant ces faibles d’esprit les horreurs d’un enfer éternel, il prend possession d’eux et leur fait perdre la raison. Alors Satan et ses anges exultent, et les incrédules et les athées jettent le blâme sur le christianisme. Ils déclarent que ces maux sont le résultat naturel de la croyance à la Bible et à son Auteur, alors qu’au contraire ils proviennent d’une hérésie populaire.

J’ai vu que les armées célestes étaient remplies d’indignation devant cette œuvre de Satan. Je demandai pourquoi il était permis que ces séductions puissent s’exercer sur les esprits des hommes alors que les anges sont puissants, et pourraient facilement déjouer les desseins de l’ennemi s’ils en recevaient l’ordre. Puis je vis que Dieu savait que Satan emploierait tout son art pour détruire l’homme. C’est pourquoi le Seigneur fit écrire sa Parole et a rendu si clairs ses desseins que le plus faible d’entre les humains ne saurait errer. Après avoir donné sa Parole à l’homme, Dieu l’a soigneusement préservée de la destruction par Satan et ses anges, ou par ses suppôts ou ses représentants. Alors que d’autres livres pourraient être détruits, la Bible serait immortelle. A l’approche de la fin des temps, lorsque les séductions de Satan iraient en augmentant, les exemplaires de ce livre se multiplieraient au point que tous ceux qui désireraient le posséder pourraient l’obtenir, et s’armer ainsi contre les séductions et les mensonges de Satan.

J’ai vu que Dieu avait pris un soin tout particulier de la Bible. Cependant, alors qu’elle était peu répandue, certains savants ont modifié çà et là quelques mots, pensant rendre leur sens plus clair, alors qu’en réalité ils confondaient ce qui était clair pour l’incliner vers leurs propres vues, inspirées par la tradition. Mais j’ai vu que la Parole de Dieu, comme un tout, constitue une chaîne parfaite, un passage expliquant l’autre. Ceux qui recherchent vraiment la vérité ne sauraient errer en la lisant; car non seulement c’est la Parole de Dieu toute simple, qui indique le chemin de la vie, mais le Saint-Esprit est donné comme guide pour nous faire comprendre ce chemin de la vie qui y est révélé.

J’ai vu qu’il n’est jamais donné aux anges de Dieu de contrôler la volonté. Le Seigneur place devant l’homme la vie et la mort; il peut choisir. Beaucoup désirent la vie, mais continuent à suivre le chemin large. Ils choisissent de se révolter contre le gouvernement de Dieu, malgré sa miséricorde infinie et sa grande compassion en donnant son Fils afin qu’il meure pour eux. Ceux qui ne choisissent pas d’accepter le salut si chèrement acquis, doivent être châtiés. Mais j’ai vu que Dieu ne les jetterait pas en enfer pour leur faire endurer des peines éternelles; il ne les prendrait pas non plus au ciel; car s’ils devaient vivre en compagnie d’êtres saints et purs, ils seraient très malheureux. Mais il les détruira finalement, et ce sera comme s’ils n’avaient jamais existé. Alors sa justice sera satisfaite. Il a formé l’homme de la poussière de la terre, et ceux qui désobéissent, ceux qui ne sont pas saints, seront consumés par le feu; ils retourneront ainsi à l’état de poussière. J’ai vu que la bonté et la compassion de Dieu à cet égard devraient amener tous les hommes à admirer son caractère et à glorifier son saint nom. Après la destruction des méchants, toutes les armées célestes diront: “Amen!”

Satan considère avec satisfaction tous ceux qui acceptent les idées fausses qu’il a émises, quoiqu’ils professent le nom du Christ. Le diable est encore occupé à imaginer de nouvelles séductions, et son pouvoir et son art dans cette direction augmentent sans cesse. Il induisait ses représentants: les papes et les prêtres, à s’exalter eux-mêmes, et à pousser le peuple à persécuter violemment et à détruire ceux qui ne voulaient pas accepter ses séductions. Quelles souffrances les disciples n’avaient-ils pas dû endurer! Les anges ont gardé un récit fidèle de tout cela. Satan et ses anges déclarèrent, pleins de joie, aux anges qui exerçaient leur ministère en faveur de ces saints qui souffraient, qu’ils seraient tous mis à mort, de sorte qu’il ne resterait plus aucun chrétien véritable sur la terre. Je vis que l’Eglise de Dieu était alors pure. Il n’y avait aucun danger que des hommes au cœur corrompu y entrent; car le vrai chrétien, qui osait manifester sa foi, courait le risque de subir toutes les tortures inventées par Satan et ses mauvais anges, ou inspirées par les hommes.