Premiers Écrits

Paul visite Jérusalem

Après sa conversion, Paul se rendit à Jérusalem; il y prêcha Jésus et les merveilles de sa grâce. Il relata sa conversion miraculeuse, ce qui rendit les prêtres et les principaux si furieux qu’ils cherchaient à lui ôter la vie. Afin de le sauver, Jésus lui apparut à nouveau dans une vision alors qu’il était en prière. Il lui dit: “Hâte-toi, et sors promptement de Jérusalem, parce qu’ils ne recevront pas ton témoignage sur moi.” Paul répondit: “Seigneur, ils savent eux-mêmes que je faisais mettre en prison et battre de verges dans les synagogues ceux qui croyaient en toi, et que, lorsqu’on répandit le sang d’Etienne, ton témoin, j’étais moi-même présent, joignant mon approbation à celle des autres, et gardant les vêtements de ceux qui le faisaient mourir.” Paul pensait que les Juifs de Jérusalem ne résisteraient pas à son témoignage, et qu’ils considéreraient que le grand changement qui s’était opéré en lui ne pouvait l’avoir été que par la puissance divine. Mais le Seigneur fut encore plus catégorique: “Va, lui dit-il, je t’enverrai au loin vers les nations.”

Pendant son absence de Jérusalem, Paul écrivit plusieurs lettres à différents endroits, relatant son expérience et rendant son témoignage avec puissance. Mais quelques-uns s’efforçaient de détruire l’influence de ces lettres. Ils étaient forcés d’admettre que celles-ci avaient du poids et du pouvoir, mais ils déclaraient que Paul, présent en personne, était faible et sa parole méprisable.

Le fait est que Paul était un homme de grand savoir et que sa sagesse et ses manières charmaient ses auditeurs. Ses connaissances plaisaient aux savants, et beaucoup d’entre eux croyaient en Jésus. Devant les rois et de grandes assemblées, il déployait une telle éloquence que tous étaient fascinés par ses paroles. Les prêtres et les anciens en étaient furieux. Paul pouvait entrer dans des raisonnements compliqués et entraîner son auditoire par son éloquence enflammée, lui faisant toucher du doigt les profondes richesses de la grâce divine et l’amour extraordinaire du Christ. Puis en toute simplicité il se mettait à la portée du commun peuple, et de façon puissante il relatait son expérience, ce qui suscitait chez eux un ardent désir de devenir disciples du Christ.

Le Seigneur apparut à nouveau à Paul, et lui révéla qu’il devait se rendre à Jérusalem; qu’il y serait lié et souffrirait pour son nom. Et bien qu’il fût prisonnier pendant longtemps, le Seigneur accomplit par son intermédiaire une œuvre spéciale. Ses liens devaient être le moyen de répandre la connaissance du Christ, et ainsi de glorifier Dieu. Renvoyé de ville en ville pour son jugement, son témoignage concernant Jésus et les incidents intéressants de sa propre conversion furent relatés devant des rois et des gouverneurs, afin qu’ils soient sans excuse au sujet de Jésus. Des milliers crurent au Sauveur et se réjouirent en son nom.

J’ai vu que le dessein de Dieu avait été accompli lorsque Paul fit la traversée pour se rendre à Rome. Il voulut que l’équipage du vaisseau soit témoin de la puissance de Dieu manifestée par le moyen de Paul, et que les païens puissent entendre le nom de Jésus, afin que beaucoup d’entre eux se convertissent en écoutant les enseignements de Paul et en voyant les miracles qu’il faisait. Des rois et des gouverneurs furent charmés par son raisonnement. En l’entendant prêcher Jésus, par la puissance du Saint-Esprit, et relater son expérience religieuse, ils étaient convaincus que Jésus était le Fils de Dieu. Tandis que plusieurs l’écoutaient émerveillés, l’un d’entre eux s’exclama: “Tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien.” Cependant la plupart de ceux qui l’entendirent remirent à des temps futurs l’examen de ce qu’il avait dit. Satan mettait à profit ce délai: en négligeant de se convertir lorsque leurs cœurs étaient touchés, ils laissaient passer l’occasion et s’endurcissaient.

Il me fut montré que Satan aveugla les Juifs au point qu’ils ne purent accepter Jésus comme leur Sauveur; puis il les dirigea de telle manière que, jaloux de ses œuvres merveilleuses, ils décidèrent de lui ôter la vie. Satan prit possession de l’un des disciples du Christ et l’amena à livrer son Maître entre les mains de ses ennemis, afin qu’ils crucifient le Seigneur de vie et de gloire.

Après la résurrection du Christ, les Juifs ajoutèrent péché sur péché en soudoyant la garde romaine. Mais cette résurrection fut confirmée par une multitude de témoins qui ressuscitèrent en même temps. Ensuite Jésus apparut à ses disciples, à plus de cinq cents à la fois, alors que ceux qui ressuscitèrent avec lui apparurent à un bon nombre de personnes, déclarant que le Christ était ressuscité.

Satan avait poussé les Juifs à se rebeller contre Dieu en refusant de reconnaître son Fils et en trempant les mains dans son précieux sang. Peu leur importaient maintenant les preuves que Jésus était le Fils de Dieu, le Rédempteur du monde; ils l’avaient mis à mort et ne voulaient rien savoir d’autre à son sujet. Leur seul espoir et leur seule consolation, comme celle de Satan après sa chute, étaient de prévaloir contre le Fils de Dieu. Ils continuèrent donc leur rébellion en persécutant les disciples du Christ et en les mettant à mort. Rien n’était plus odieux à leurs oreilles que le nom de Jésus qu’ils avaient crucifié; ils étaient déterminés à repousser toutes les preuves fournies en sa faveur.

Lorsque le Saint-Esprit, par l’intermédiaire d’Etienne, donna la preuve évidente que Jésus était bien le Fils de Dieu, les Juifs se bouchèrent les oreilles pour ne pas être convaincus. Satan avait en sa possession les meurtriers de Jésus. Par leurs mauvaises actions ils étaient devenus ses sujets qui lui obéissaient volontiers et le grand ennemi agissait par leur moyen pour tourmenter ceux qui croyaient en Christ. Il se servait des Juifs pour exciter les Gentils contre Jésus et ses disciples. Mais Dieu envoya ses anges pour affermir ces derniers dans leur œuvre, afin qu’ils puissent témoigner des choses qu’ils avaient vues et entendues, et enfin, par leur fermeté, sceller leur témoignage de leur sang.

Satan se réjouissait de voir les Juifs assujettis dans ses filets. Ces derniers continuaient leurs formes inutiles, leurs sacrifices et leurs rites. Lorsque Jésus, sur la croix, s’écria: “Tout est accompli!” le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, indiquant par là que Dieu ne se rencontrerait plus avec les prêtres dans le temple, qu’il n’accepterait plus leurs sacrifices et leurs rites. Dorénavant, le mur de séparation entre les Juifs et les Gentils était renversé. Jésus avait offert son sacrifice en faveur des deux communautés. Si Juifs et Gentils voulaient le salut, ils devaient croire en lui, en l’unique offrande pour le péché, le Sauveur du monde.

Lorsque le soldat perça le côté de Jésus, sur la croix, il en sortir deux liquides distincts: de l’eau et du sang. Le sang avait pour but de laver les péchés de ceux qui croiraient en son nom; l’eau représentait cette eau vive obtenue grâce au Sauveur pour donner la vie au croyant.