Premiers Écrits

La transfiguration

La foi des disciples fut grandement fortifiée par la transfiguration. Il leur fut alors permis de contempler la gloire du Christ et d’entendre la voix du ciel témoigner de son divin caractère. Dieu avait voulu leur donner une preuve convaincante que Jésus était bien le Messie promis. Lorsque, à la crucifixion, ils éprouveraient une amère tristesse et une profonde déception, ils ne perdraient pas entièrement confiance. A la transfiguration, le Seigneur envoya Moïse et Elie s’entretenir avec le Sauveur au sujet de ses souffrances et de sa mort. Au lieu de choisir des anges, Dieu choisit ceux qui avaient passé eux-mêmes par les épreuves d’ici-bas.

Elie avait marché avec Dieu. Son œuvre fut toute d’épreuves et de labeurs. Par lui le Seigneur avait dénoncé les péchés d’Israël. C’était un prophète de Dieu, et cependant il dut fuir de lieu en lieu pour sauver sa vie. Sa propre nation le traqua comme une bête fauve, afin de s’en débarrasser. Mais Dieu le translata. Des anges le portèrent triomphalement dans la gloire du ciel.

Moïse fut l’homme le plus grand qui ait jamais existé parmi les hommes qui vécurent avant lui. Il fut hautement honoré par Dieu à qui il parlait face à face, comme avec un ami. Il lui fut permis de contempler la gloire éblouissante qui entoure le Père. C’est par lui que Dieu délivra les enfants d’Israël de l’esclavage d’Egypte. Il fut un médiateur pour son peuple, intervenant fréquemment pour apaiser la colère divine envers ce peuple. Lorsque le Seigneur fut courroucé contre les Israélites à cause de leur incrédulité, leurs murmures et leurs graves péchés, Moïse fit preuve d’un amour tout particulier à leur égard. Dieu se proposant de les détruire et de faire de lui une grande nation, Moïse plaida avec instance en leur faveur. Dans sa détresse, il supplia même le Seigneur de détourner son courroux d’Israël, de le pardonner, ou d’effacer son propre nom de son livre.

Lorsque les enfants d’Israël murmurèrent contre lui et contre Dieu parce qu’ils n’avaient plus d’eau, ils accusèrent leur chef de les avoir fait venir dans le désert pour les faire mourir, eux et leurs enfants. Le Seigneur entendit leurs murmures, et ordonna à Moïse de parler au rocher, afin d’obtenir de l’eau. L’homme de Dieu frappa le rocher dans sa colère et s’attribua la gloire du miracle. L’indiscipline continuelle et les murmures des enfants d’Israël lui avaient causé une vive tristesse, et pour un court instant il oublia combien le Seigneur les avait supportés et que leurs murmures n’étaient pas dirigés contre lui, mais contre Dieu. Il ne pensa qu’à lui-même, au tort qui lui était fait, et à l’ingratitude dont il était l’objet pour l’amour qu’il ne cessait de manifester à l’égard du peuple d’Israël.

Le dessein de Dieu était de placer souvent ce peuple dans des conditions difficiles et d’intervenir miraculeusement pour le délivrer, afin qu’il puisse se rendre compte de l’amour et de la sollicitude du Seigneur à son égard; il serait ainsi conduit à le servir et à l’honorer. Mais Moïse avait forfait à l’honneur de Dieu; il n’avait pas magnifié son nom devant le peuple pour l’amener à le glorifier. En agissant ainsi il encourut le déplaisir de Dieu.

Lorsque Moïse descendit de la montagne du Sinaï avec les deux tables de pierre et vit Israël adorer le veau d’or, il entra dans une violente colère; il brisa les tables de la loi. J’ai vu que Moïse n’avait pas commis de péché en faisant cela. Il s’était mis en colère pour Dieu, il débordait de zèle pour sa gloire. Mais lorsqu’il céda aux sentiments naturels de son cœur, qu’il s’attribua l’honneur qui n’était dû qu’à Dieu, il pécha, et pour ce péché Dieu ne lui permit pas d’entrer dans le pays de Canaan.

Satan avait cherché un motif pour accuser Moïse devant les anges. Il se réjouit d’avoir réussi à lui faire encourir le déplaisir de Dieu. Il dit aux anges qu’il arriverait à vaincre le Sauveur du monde quand il viendrait racheter l’homme. Par sa transgression, Moïse se plaça sous le pouvoir de Satan, dans le domaine de la mort. S’il était resté inébranlable, le Seigneur l’eût fait entrer dans le pays de la promesse et monter au ciel sans passer par la mort.

Moïse mourut, mais l’archange Michel descendit et ranima son corps avant qu’il n’ait vu la corruption. Satan s’y opposa, prétextant que ce corps lui appartenait; mais l’archange Michel ressuscita Moïse, et le prit au ciel. Satan fut très irrité contre Dieu, il l’accusa d’être injuste en lui dérobant sa proie. Mais le Christ ne reprit pas son adversaire, bien que celui-ci avait fait tomber le serviteur de Dieu. Il remit le cas à son Père et dit simplement: “Que le Seigneur te réprime.”

À une certaine occasion Jésus avait dit à ses disciples que quelques-uns de ceux qui étaient avec lui ne goûteraient pas la mort avant d’avoir vu le royaume des cieux venir avec puissance. Cette promesse s’accomplit à la transfiguration. Le visage du Sauveur fut changé et resplendit comme le soleil. Ses vêtements devinrent blancs et étincelants. Moïse était là, représentant ceux qui ressusciteront des morts à la seconde apparition du Christ. Elie aussi était là, lui qui fut translaté sans passer par la mort, pour représenter ceux qui revêtiront l’immortalité sans passer par la mort à la seconde venue du Christ. Les disciples contemplèrent avec étonnement et avec crainte la majesté de Jésus; une nuée vint les couvrir, et ils entendirent la voix majestueuse de Dieu qui disait: “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le.”