Premiers Écrits

À ceux qui manquent d’expérience

J’ai vu que certains n’avaient pas compris l’importance de la vérité ni ses effets. Ils agissent selon l’impulsion ou l’excitation du moment, et suivent souvent leurs sentiments, sans égard à l’ordre établi dans l’église. Quelques-uns semblent penser que la religion consiste surtout à faire du bruit; d’autres, qui viennent d’accepter le troisième message, se mettent à reprendre et à enseigner ceux qui sont dans la vérité depuis des années, qui ont subi son influence sanctifiante et souffert pour elle.

Ceux qui sont ainsi remplis d’orgueil par l’ennemi, auront à apprendre ce que c’est que de se placer sous l’influence sanctifiante de la vérité. Ils devront aussi se souvenir comment cette dernière les a trouvés: malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus. Lorsque la vérité commencera à les purifier, et à les débarrasser de leurs scories, comme cela arrive sûrement lorsqu’elle est reçue avec amour, alors ils n’auront pas le sentiment qu’ils sont riches, qu’ils se sont enrichis et n’ont besoin de rien. (Voir Appendice.)

Ceux qui ont accepté la vérité et croient la connaître parfaitement, alors qu’ils en ignorent les premiers éléments, qui ne craignent pas de prendre la place de ceux qui enseignent, qui se permettent de reprendre ceux qui, depuis des années, ont été des colonnes de la vérité, montrent bien qu’ils n’en ont rien compris. S’ils avaient la moindre idée de la puissance sanctifiante de la vérité, ils porteraient des fruits de paix et de justice, et seraient humbles sous sa douce et puissante influence. Ils comprendraient ce que la vérité a fait pour eux, et considéreraient les autres comme étant meilleurs qu’eux-mêmes.

J’ai vu que l’Eglise du “reste” n’était pas préparée à affronter ce qui va arriver sur la terre. Une torpeur ressemblant à de la léthargie s’est emparée de ceux qui professent croire que nous avons le dernier message. L’ange qui m’accompagnait s’écria avec une solennité terrible: “Préparez-vous! Préparez-vous! Préparez-vous! car la colère de Dieu, sans mélange de miséricorde, va bientôt se déchaîner, et vous n’êtes pas prêts. Déchirez vos cœurs et non vos vêtements. Une grande œuvre doit être faite par le “reste” des enfants de Dieu. Mais beaucoup d’entre eux s’apitoient sur leurs petites misères.” L’ange ajouta: “Des légions de mauvais anges sont autour de vous, et cherchent à vous précipiter dans d’affreuses ténèbres, afin que vous soyez perdus. Vous vous laissez détourner trop facilement des vérités importantes des derniers jours et de la préparation nécessaire. Vous vous arrêtez à des bagatelles et à des difficultés puériles, et vous essayez de les expliquer à la satisfaction de celui-ci ou de celui-là.”

Non seulement des personnes ont perdu des heures précieuses en des conversations oiseuses, mais en ont fait perdre un grand nombre aux serviteurs de Dieu qui ont dû les écouter, alors que les cœurs n’avaient pas été subjugués par la grâce divine. Si l’on mettait de côté l’orgueil et l’égoïsme, cinq minutes suffiraient pour régler la plupart des difficultés dont ces gens se plaignent. Les heures employées à se justifier ont affligé les anges et provoqué le déplaisir de Dieu.

J’ai vu que Dieu ne voulait pas s’abaisser à écouter de longues justifications. Il ne veut pas non plus que ses serviteurs le fassent; car un temps précieux est ainsi perdu, un temps qui devrait être employé à détourner les pécheurs de la mauvaise voie, à arracher les âmes du feu.

J’ai vu que les enfants de Dieu étaient sur un terrain enchanté. Quelques-uns ont presque perdu le sentiment de la brièveté du temps et de la valeur d’une âme. L’orgueil s’est glissé dans les rangs des observateurs du sabbat: orgueil dans les vêtements, dans les efforts faits pour paraître. L’ange me dit: “Les observateurs du sabbat devront mourir à eux-mêmes: à l’orgueil, à l’amour de la louange.”

Il faut proclamer la vérité qui sauve à ceux qui en sont affamés et gisent dans les ténèbres. J’ai vu qu’un grand nombre de gens demandaient au Seigneur de les humilier; mais s’ils étaient exaucés, ce serait par de terribles actes de justice. Leur devoir est de s’humilier eux-mêmes. J’ai vu que ceux qui avaient des tendances à s’élever, couraient à la perdition. Lorsqu’une personne commence à s’élever à ses propres yeux et croit pouvoir faire elle-même quelque chose, l’Esprit de Dieu se retire d’elle, et elle se fie à ses propres forces jusqu’à ce qu’elle soit vaincue. J’ai vu qu’un seul enfant de Dieu, dans le droit sentier, peut faire mouvoir le bras du Seigneur; mais qu’un grand nombre de chrétiens infidèles, réunis, ne sont que faiblesse: ils ne sauraient rien obtenir.

Il en est beaucoup dont les cœurs sont insoumis et qui manquent d’humilité. Ils sont bien plus occupés de leurs petits griefs et de leurs épreuves puériles que des âmes qui se perdent. S’ils avaient en vue la gloire de Dieu, leur souci principal serait le salut des pécheurs qui les entourent. En outre, ils emploieraient toutes leurs énergies pour soutenir les serviteurs de Dieu, afin qu’ils annoncent avec hardiesse, mais avec amour, la vérité avant que la douce voix de la miséricorde cesse de se faire entendre. L’ange me dit: “Ceux qui se réclament du nom de Dieu ne sont pas prêts.” J’ai vu que les sept derniers fléaux allaient être bientôt versés sur les méchants sans abri. A ce moment-là, ceux qui les ont empêchés d’obéir à la vérité entendront d’amers reproches de leur part. Ils se sentiront défaillir.

L’ange me dit encore: “Vous vous êtes arrêtés à des difficultés mineures; il en résultera la perte de plusieurs pécheurs.” Dieu veut agir en notre faveur dans nos assemblées, et c’est son plaisir de le faire. Mais Satan déclare: “Je veux paralyser l’œuvre.” Et ses suppôts répondent: “Amen.” Ceux qui disent croire à la vérité s’étendent sur leurs petites épreuves et difficultés que Satan a grossi à leurs yeux. Un temps précieux est ainsi perdu qui ne se retrouvera plus. Les ennemis de la vérité ont constaté notre faiblesse; Dieu en a été offensé et le Christ blessé. Satan a ainsi atteint son but; ses plans ont réussi, il triomphe.