Premiers Écrits

Un avertissement

Cher lecteur: Le devoir qui m'incombe vis-à-vis de mes frères et sœurs et la crainte que leur sang ne soit trouvé sur mes vêtements m'ont dirigée en écrivant ce petit ouvrage. Je n'ignore pas que beaucoup de gens ne croient pas aux visions, et qu'un bon nombre de ceux qui prétendent attendre le Christ, et enseignent que nous sommes dans les "derniers temps", disent qu'elles viennent de Satan. Je m'attends à beaucoup d'opposition de la part de tous ces gens; et je n'aurais pas publié mes visions si je n'avais senti que c'était la volonté de Dieu, car elles m'attireront probablement la haine et la dérision de quelques-uns. Mais je crains Dieu plus que les hommes.

Lorsque le Seigneur commença à me confier des messages pour son peuple, j'avais beaucoup de difficulté à les transmettre. Souvent je les adoucissais autant que possible par crainte d'offenser certaines personnes. C'était pour moi une grande épreuve que de communiquer les messages tels que Dieu me les donnait. Je ne me rendais pas compte de mon infidélité; je ne mesurais pas le danger et le péché d'une telle attitude jusqu'à ce que, dans une vision, je fus transportée en présence de Jésus. Le Sauveur me regarda sévèrement, puis il détourna de moi sa face. Il ne m'est pas possible de décrire la terreur et l'angoisse que je ressentis. Je tombai la face contre terre en la présence du Seigneur, et je n'eus pas la force d'articuler une parole. Oh, combien j'avais hâte de ne plus voir ce regard terrible! Je pus alors me représenter, dans une certaine mesure, la terreur des méchants lorsqu'ils crieront aux montagnes et aux rochers: "Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau."

Puis un ange m'invita à me relever, et ce que je vis peut difficilement être décrit. Je me trouvais en présence d'un groupe de personnes hirsutes, aux vêtements en lambeaux et dont l'expression était l'image exacte du désespoir et de l'horreur. Elles s'approchèrent de moi, ôtèrent leurs vêtements et les frottèrent aux miens. Je regardai alors mes vêtements et je m'aperçus qu'ils étaient tachés de sang, et que ce sang les rongeait et y faisait des trous. Une fois encore je tombai comme morte aux pieds de l'ange qui m'accompagnait. Je n'avais pas la moindre excuse à faire valoir. Ma langue se refusait à parler et il me tardait de quitter ce lieu saint. Mais l'ange me releva, et me dit: "Tel n'est pas encore ton cas, mais cette scène t'a été montrée pour que tu saches quelle sera ta situation si tu négliges de déclarer aux autres ce que Dieu t'a révélé. Si tu es fidèle jusqu'à la fin, tu mangeras du fruit de l'arbre de vie et tu te désaltéreras aux sources des eaux vives. Tu auras beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu te suffira." Je fus alors décidée à faire tout ce que le Seigneur exigerait de moi, afin d'avoir son approbation et de ne plus sentir se poser sur moi son regard sévère.

On m'a souvent accusée faussement d'enseigner des idées propres au spiritisme. Mais avant que le rédacteur du Day-Star émette cette opinion, le Seigneur me donna une vision des tristes résultats dont aurait à souffrir le troupeau si on lui enseignait des idées spirites comme celles que soutenaient ce rédacteur et d'autres personnes. J'ai souvent vu l'adorable Jésus, et remarqué sa personne. Je lui ai demandé si son Père était: lui aussi une personne et s'il avait une forme comme la sienne. Il me répondit: "Je suis l'image expresse de sa personne." (Voir Appendice.)

J'ai souvent remarqué que les idées spirites dissipaient toute la gloire céleste et que dans l'esprit de beaucoup de gens le trône de David et la personne adorable de Jésus ont été consumés par le feu du spiritisme. J'ai vu que quelques-uns de ceux qui avaient été séduits et entraînés dans cette erreur seraient exposés à la lumière de la vérité, mais que ce serait presque impossible pour eux de s'affranchir complètement de la puissance séductrice du spiritisme. De telles personnes devraient confesser résolument leurs erreurs et les abandonner pour toujours.

Cher lecteur, je vous recommande la Parole de Dieu; qu'elle soit la règle de votre foi et de votre vie. C'est par elle que nous serons jugés. Dans sa Parole, Dieu a promis de donner des visions dans "les derniers jours"; non comme une nouvelle règle de foi, mais pour consoler son peuple et corriger ceux qui s'éloignent des vérités bibliques. C'est ainsi que Dieu agit envers Pierre lorsqu'il l'envoya prêcher aux Gentils. Actes des Apôtres 10.

À ceux qui feront circuler ce petit ouvrage, je dirai qu'il est destiné aux enfants de Dieu sincères et non à ceux qui tournent en ridicule les choses de l'Esprit de Dieu.