Premiers Écrits

Prière et foi

J'ai vu fréquemment que les enfants de Dieu négligeaient la prière, surtout la prière secrète; que plusieurs n'exerçaient pas la foi comme c'est leur privilège de le faire, attendant d'éprouver certain sentiment que seule la foi peut apporter. Mais le sentiment n'est pas la foi; les deux sont distincts. C'est à nous d'exercer la foi, à Dieu de nous donner le sentiment de la joie et des bénédictions. La grâce d'en haut est communiquée à l'âme par une foi vivante, cette foi qu'il est en notre pouvoir d'exercer.

La foi véritable se réclame des bénédictions promises avant que celles-ci soient comprises et senties. Nous devons adresser nos requêtes par la foi au-delà du second voile et nous réclamer des promesses célestes. Il faut ensuite croire que nous recevons les bénédictions divines, parce que notre foi les fait nôtres, et d'après la Parole elles nous appartiennent. "Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir." Marc 11:24. Voilà la foi, la foi réelle: croire que vous recevrez la bénédiction même avant que vous l'éprouviez. Lorsque la chose demandée est accordée, la foi disparaît. Mais ils sont nombreux ceux qui supposent avoir beaucoup de foi lorsqu'ils reçoivent l'Esprit dans une grande mesure. Ils croient même que la foi n'est pas possible s'ils ne sentent pas la puissance de l'Esprit. C'est confondre la foi avec la bénédiction qui procède de la foi. Le meilleur moment pour exercer la foi, c'est lorsque l'on se sent privé de l'Esprit. Quand d'épais nuages semblent environner l'homme, c'est alors qu'il faut percer les ténèbres et dissiper les nuages par une foi vivante. La véritable foi repose sur les promesses contenues dans la Parole de Dieu, et seuls ceux qui obéissent à la Parole peuvent se réclamer de ces glorieuses promesses. "Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé." Jean 15:7. "Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable." 1 Jean 3:22.

Nous devons pratiquer beaucoup la prière secrète. Le Christ est le cep, nous sommes les sarments. Et si nous voulons croître et fleurir, il faut que nous puisions sans cesse à la sève du Cep vivant, car si nous en sommes séparés, nous sommes sans force.

Je demandai à l'ange pourquoi il n'y avait pas plus de foi ni de puissance en Israël. Il me répondit: "Vous lâchez trop tôt le bras du Seigneur. Faites parvenir vos requêtes à son trône, et attendez avec foi. Ses promesses sont certaines; croyez que vous recevrez ce que vous demandez, et vous le recevrez." Le cas d'Elie me fut alors rappelé. Le prophète était sujet aux mêmes passions que nous, et il pria avec insistance. Sa foi triompha de l'épreuve. Il pria sept fois le Seigneur, et enfin la nuée apparut. Je vis que nous avions douté des promesses sûres, et blessé le Sauveur par notre manque de foi. L'ange dit: "Revêtez toutes les armes de Dieu. Prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez protéger le cœur, la vie elle-même, des traits enflammés du malin." Si l'ennemi peut arriver à détourner de Jésus les regards de ceux qui sont découragés pour les diriger sur eux-mêmes et leur propre indignité, au lieu des mérites du Sauveur, son amour et sa grande miséricorde, il s'emparera du bouclier de la foi et arrivera à ses fins. Ceux-là seront alors exposés à de violentes tentations. Le faible dcit donc regarder à Jésus, croire en lui; il pourra alors exercer la foi.