Premiers Écrits

Au petit troupeau

Chers freres: Le 26 janvier 1850, le Seigneur m'a donné une vision que je vais vous relater. J'ai vu que certains enfants de Dieu sont inconséquents et endormis, ou seulement à demi-éveillés. Ils ne comprennent pas l'importance des temps où nous vivons, que l'homme chargé du "balai"1Voir le songe de William Miller, page 82.est arrivé et que quelques-uns risquent d'être balayés. Je suppliai Jésus de les épargner quelque temps encore et de leur faire comprendre le terrible danger qu'ils courent, afin qu'ils puissent se préparer avant qu'il ne soit pour toujours trop tard. L'ange me dit: "La destruction vient comme un violent ouragan." Je demandai à l'ange d'avoir pitié de 49ceux qui aiment ce monde, qui sont attachés à leurs biens, ne voulant pas s'en séparer en les sacrifiant pour envoyer des messagers chargés de nourrir les brebis affamées qui périssent faute de nourriture spirituelle.

Lorsque j'ai vu de pauvres âmes qui se mouraient parce qu'elles ne connaissaient pas la vérité présente, et que quelques-uns de ceux qui prétendaient y croire les laissaient périr en retenant les moyens nécessaires pour leur communiquer la Parole de Dieu, j'en fus très peinée, et je demandai à l'ange de m'épargner ce spectacle. J'ai vu que lorsque la cause de Dieu exigeait que l'on sacrifie ses biens pour la faire progresser, comme Jésus le demanda au jeune homme riche (Matthieu 19:16-22), certains s'en allaient tout tristes. Ils ne se doutaient pas que, bientôt, leurs richesses leur seraient enlevées, et que ce serait trop tard pour en faire le sacrifice, afin de s'assurer un trésor dans le ciel.

Je vis ensuite le glorieux Rédempteur, beau, adorable. Il quitta le royaume de gloire pour venir ici-bas, afin de donner sa vie précieuse, lui juste pour des injustes. Il supporta les moqueries, subit la flagellation, fut couronné d'épines et sua des grumeaux de sang au jardin des Oliviers, alors qu'il était chargé des péchés du monde. L'ange me demanda: "Pourquoi?" Oh! je voyais et je savais que c'était pour nous. Pour nos péchés il avait souffert tout cela, afin de nous racheter pour Dieu par son sang précieux.

Puis je vis encore ceux qui n'étaient pas disposés à sacrifier les biens de ce monde pour sauver les pécheurs, en leur faisant connaître la vérité alors que Jésus se tient encore devant le Père et offre son sang, ses souffrances et sa mort pour les sauver, tandis que des messagers du Seigneur attendent, prêts à leur communiquer la vérité pour qu'ils puissent recevoir le sceau du Dieu vivant. C'était dur pour quelques-uns de ceux qui prétendent croire à la vérité présente de donner aux messagers ne fût-ce qu'un peu de l'argent que Dieu leur a confié comme à des économes.

Les souffrances de Jésus, son amour insondable qui l'a poussé à donner sa vie pour l'homme perdu, me furent à nouveau présentés, ainsi que la vie de ceux qui se disent ses disciples et qui possèdent des biens de ce monde, mais qui considèrent que c'est trop difficile de les donner pour sauver des âmes. L'ange demanda: "De tels gens peuvent-ils aller au ciel?" Un autre répondit: "Non, jamais, jamais. Ceux qui se désintéressent de la cause de Dieu sur la terre ne pourront jamais chanter là-haut le cantique des rachetés." Je vis que Dieu achèverait bientôt son œuvre ici-bas, et que ses messagers devaient se hâter de réunir ses brebis dispersées. Un ange demanda: "Tous sont-ils des messagers?" Un autre répondit: "Non, non; les messagers de Dieu ont un message."

Je vis que la cause de Dieu avait été paralysée et déshonorée par des hommes auxquels Dieu n'avait pas confié de message. Ceux-là devront rendre compte un jour de chaque dollar dépensé pour des voyages inutiles. Cet argent aurait pu être utilisé pour faire avancer la cause de Dieu. Faute de l'aliment spirituel que les messagers de Dieu auraient pu leur donner, des âmes étaient mortes d'inanition. Je vis que ceux qui avaient la force de travailler et de soutenir la cause étaient responsables de leurs forces, comme d'autres de leurs biens.

Le temps du "crible" a commencé et continuera. Tous ceux qui hésitent à se décider pour la vérité et à faire des sacrifices pour la cause de Dieu seront éliminés par ce crible. L'ange dit: "Croyez-vous que le sacrifice est obligatoire? Non, non. Il doit être volontaire. L'acquisition du champ exige tout ce qu'on a." Je suppliai Dieu d'épargner ses enfants, dont quelques-uns faiblissaient et mouraient. Alors je vis que les jugements du Tout-Puissant s'abattraient promptement sur la terre, et je demandai à l'ange d'en faire part au peuple en son propre langage. Il me répondit: "Tous les éclairs et les tonnerres du Sinaï n'arriveraient pas à 51émouvoir ceux qui ne sont pas touchés par les vérités de la Parole de Dieu. Le message d'un ange ne les réveillerait pas non plus."

Je contemplai à nouveau la beauté de Jésus. Sa robe était d'une blancheur immaculée. Aucune langue ne saurait décrire sa gloire et sa beauté. Tous ceux qui gardent les commandements de Dieu entreront par les portes de la cité céleste, et auront droit à l'arbre de vie. Ils seront pour toujours avec Jésus dont le visage resplendit comme le soleil en plein midi.

Je vis Adam et Eve au jardin d'Eden. Ils mangèrent du fruit défendu et furent chassés du paradis, puis une épée flamboyante fut piacée autour de l'arbre de vie, de peur que nos premiers parents ne mangent du fruit et ne deviennent des pécheurs immortels; car le but de l'arbre de vie était de perpétuer l'immortalité. J'entendis un ange demander: "Quel membre de la famille d'Adam a pu passer outre cette épée flamboyante et avoir accès à l'arbre de vie?" Un autre ange répondit: "Aucun membre de la famille d'Adam n'est passé outre l'épée flamboyante ni a goûté au fruit de l'arbre de vie; c'est pourquoi il n'est pas de pécheurs immortels. L'âme qui pèche subira une mort éternelle-une mort qui durera à jamais, sans aucun espoir de résurrection. Alors la colère de Dieu sera apaisée.

"Les saints se reposeront dans la sainte cité, ils seront rois et sacrificateurs et régneront mille ans. Puis Jésus descendra avec les saints sur le mont des Oliviers, qui se partagera en deux et deviendra une grande plaine où se trouvera le paradis de Dieu. Le reste de la terre ne sera pas purifié avant la fin des mille ans, quand les méchants ressusciteront et s'assembleront autour de la cité. Les pieds des méchants ne fouleront jamais la terre restaurée. Du feu descendra du ciel et les dévorera-il ne leur laissera ni racine ni rameaux. Satan est la racine et ses enfants sont les rameaux. Le même feu qui anéantira les méchants purifiera la terre."