Le Ministère de la Guérison

Chapitre 33

L'influence du foyer

Le foyer devrait être pour l’enfant le lieu le plus attrayant du monde, et la présence de la mère, son bien le plus précieux. L’enfant a une nature sensible et aimante; un rien fait son bonheur, un rien l’attriste. Par une discipline aimable, des paroles et des actes empreints de tendre affection, la mère peut facilement gagner son cœur.

Les jeunes enfants aiment la compagnie et ont rarement du plaisir à rester seuls. Ils sont avides de sympathie et de tendresse, et pensent que ce qui leur plaît, plaît aussi à maman. Il est donc naturel pour eux d’aller à elle avec leurs petites joies et leurs petits chagrins. Aussi devrait-elle veiller à ne pas blesser leur cœur sensible en traitant avec indifférence les choses qui, insignifiantes à ses yeux, ont pour eux une grande importance. Sa sympathie et son approbation sont précieuses. Un regard approbateur, une parole encourageante, un éloge réchauffera leur cœur comme un rayon de soleil, et suffira pour les rendre heureux toute la journée.

Au lieu de les éloigner d’elle, pour ne pas être dérangée par le bruit de leurs jeux ou leurs petites exigences, la mère devrait leur proposer des amusements ou leur procurer de petits travaux qui occuperaient leurs mains agiles et leur esprit toujours en éveil.

En se plaçant à leur niveau, en prenant part à leurs distractions, en dirigeant leur activité, elle gagnera leur confiance et trouvera des occasions favorables pour corriger leurs mauvaises habitudes, réprimer leur égoïsme ou leurs emportements. Un conseil ou une réprimande en temps opportun a une grande valeur. Avec de la patience et de l’affection, elle peut diriger leur esprit dans la bonne voie et cultiver en eux des traits de caractère attrayants.

Il faut, toutefois, que la mère prenne garde que ses enfants ne puissent rien faire par eux-mêmes et soient toujours occupés de leur propre personne, s’imaginant qu’ils sont le centre du monde et que tout doit tourner autour d’eux. Certains parents consacrent trop de temps et d’attention à divertir leurs enfants au lieu de leur apprendre à s’amuser eux-mêmes, et à exercer leur propre ingéniosité et leur adresse. Ils sauraient ainsi se contenter de plaisirs simples et à leur portée. Entraînez-les à supporter courageusement leurs légers désappointements et leurs petites peines. Au lieu de faire état de leurs moindres égratignures, détournez-en leur attention et apprenez-leur à ne pas donner trop d’importance aux circonstances adverses. Amenez-les à penser aux autres et à prévenir leurs désirs.

En aucun cas ne faites preuve de négligence à leur égard. Accablée de soucis, la mère se dit parfois qu’elle ne peut prendre le temps d’instruire ses enfants et de leur témoigner de l’amour et de la sympathie. Mais elle doit se souvenir que s’ils ne trouvent pas dans la famille de quoi satisfaire leurs besoins d’affection et de compagnie, ils chercheront ailleurs, peut-être au détriment de leur esprit et de leur caractère.

Par manque de temps ou de réflexion, bien des mères refusent à leurs enfants quelque plaisir innocent, tandis que leurs doigts et leurs yeux fatigués poursuivent avec assiduité un travail de broderie qui ne servira le plus souvent qu’à faire naître la vanité dans ces jeunes cœurs. En approchant de l’âge adulte, ils montreront, par leur orgueil et leur futilité morale, les fruits de ces leçons. Ces mères déploreront alors les fautes de leurs enfants, sans se rendre compte qu’elles récoltent ce qu’elles ont semé.

Il en est d’autres qui ne sont pas logiques dans leur manière d’élever leurs enfants. Tantôt elles leur permettent des choses mauvaises, tantôt elles leur refusent un plaisir inoffensif qui comblerait de joie leur innocence. En cela elles n’imitent pas le Christ, qui aimait les enfants, les comprenait et sympathisait avec eux dans leurs plaisirs et dans leurs peines.

La responsabilité du père

Le père est le chef de la famille, et il est normal que la mère s’attende à trouver en lui l’affection, la sympathie et l’aide nécessaire pour élever les enfants. Ces derniers sont à lui aussi bien qu’à elle, et il est également intéressé à leur bien-être. Quant à eux, ils cherchent en leur père un soutien et un guide. Que celui-ci ait donc une conception juste de la vie, et des influences et compagnies qui doivent entourer sa famille; par-dessus tout, qu’il agisse dans l’amour et la crainte de Dieu et selon les enseignements de sa Parole, afin de guider les pas de ses chers enfants dans le droit chemin.

Le père est aussi le législateur de la famille. Et, comme Abraham, il faut qu’il fasse de la loi de Dieu la règle de sa maison. Le Seigneur dit d’Abraham: « Je l’ai choisi, afin qu’il ordonne à ses fils et à sa maison. » (Genèse 18:19) Il ne doit y avoir chez lui ni négligence coupable dans la répression du mal, ni favoritisme veule et imprudent, ni compromis entre le devoir et les exigences d’une affection mal placée. Abraham donnait non seulement de bonnes instructions, mais il maintenait l’autorité de règles justes et équitables. C’est pour notre bien que Dieu nous a donné des lois. Les enfants ne devraient pas être abandonnés à eux-mêmes sur des sentiers conduisant à la perdition. Avec bonté, mais avec fermeté, par des efforts persévérants et par la prière, que les parents répriment leurs mauvais désirs et combattent leurs inclinations fâcheuses.

Que le père insiste auprès de ses enfants sur la valeur des vertus austères: l’énergie, l’intégrité, l’honnêteté, la patience, le courage, l’activité et l’initiative. Et ce qu’il exige d’eux, qu’il le pratique lui-même, en sorte que sa conduite soit une vivante illustration de ces vertus.

Toutefois, pères, ne découragez pas vos enfants. Joignez l’autorité à l’affection, et à la fermeté la bienveillance et la sympathie. Consacrez-leur quelques-unes de vos heures de loisir; apprenez à les connaître toujours mieux; participez à leurs travaux et à leurs jeux. Gagnez leur confiance, leur amitié, particulièrement celle de vos fils. C’est ainsi que vous exercerez sur eux une heureuse influence.

Le père doit tout faire pour que le bonheur règne dans son foyer. Que ses soucis et ses difficultés, quelle qu’en soit la nature, ne viennent pas en troubler l’atmosphère. Lorsqu’il a fini son travail, qu’il rentre chez lui avec le sourire sur les lèvres et des paroles aimables.

La prière au foyer

Dans un sens, le père est le prêtre du foyer; c’est lui qui offre sur l’autel de la famille les sacrifices du matin et du soir. Mais la mère et les enfants doivent aussi participer à la prière et aux chants de louange. Le matin, avant de se rendre au travail, qu’il rassemble ses enfants autour de lui et les confie à la garde du Père céleste. La journée terminée, que la famille s’unisse afin d’offrir une prière de reconnaissance et un chant de louange pour la protection dont elle a été l’objet.

Pères et mères, quelque pressantes que soient vos affaires, ne manquez pas de réunir votre famille autour de l’autel divin; implorez sur elle la protection des saints anges. Souvenez-vous que vos enfants sont sans cesse exposés à la tentation. Jeunes et vieux sont chaque jour assiégés par des ennemis sans nombre. La patience, la joie et l’amour ne s’obtiennent que par la prière. Ce n’est qu’en recevant constamment l’aide d’en haut que l’on peut remporter la victoire sur soi-même.

Le foyer doit être le lieu où règnent la joie, la courtoisie et l’affection, car là où ces grâces abondent se trouvent aussi le bonheur et la paix. Des difficultés peuvent surgir: elles sont le lot de l’humanité; mais ne perdez jamais courage. Que la gratitude et la bonté illuminent votre cœur, même aux jours les plus sombres. C’est dans de telles familles que les anges de Dieu aiment à se rendre. Que le mari et la femme cherchent à faire le bonheur l’un de l’autre; qu’ils se témoignent ces attentions délicates, ces petites prévenances aimables qui égayent et embellissent la vie. Une confiance parfaite devrait exister entre eux. Qu’ils envisagent ensemble leurs responsabilités et travaillent pour le plus grand bien de leurs enfants, ne se critiquant jamais en leur présence et ne mettant jamais en doute la valeur de leur jugement respectif. Que la femme s’efforce de ne pas compliquer la tâche de son mari à l’égard des enfants et que le mari collabore avec sa femme en la conseillant avec sagesse et affection.

Il ne faut laisser s’élever aucune barrière de froideur et de réserve entre parents et enfants. Parents, efforcez-vous de connaître toujours mieux vos enfants, vous mettant à leur portée, cherchant à comprendre leurs goûts et leurs dispositions, tout en essayant de pénétrer leurs sentiments et leurs pensées.

Montrez-leur que vous les aimez et que vous êtes disposés à faire l’impossible pour les rendre heureux. Vos recommandations auront alors à leurs yeux une bien plus grande valeur. Dirigez-les avec tendresse et compassion, vous souvenant que « leurs anges dans les cieux voient continuellement la face [du] Père ». Matthieu 18:10. Si vous voulez que ces messagers célestes accomplissent pour vos enfants l’œuvre dont Dieu les a chargés, coopérez avec eux de toutes vos forces et par tous les moyens.

Élevés dans l’atmosphère saine et affectueuse d’un foyer digne de ce nom, les enfants n’éprouveront aucun désir de chercher ailleurs leurs plaisirs et leurs camarades. Le mal ne les attirera pas. L’esprit qui prévaut au foyer façonnera leur caractère; ils y formeront des habitudes et y acquerront des principes qui, lorsqu’ils auront quitté la maison et pris leur place dans le monde, constitueront pour eux un rempart contre la tentation.

Les enfants, comme les parents, ont des devoirs à remplir. Il faut leur enseigner qu’ils font partie intégrante du foyer. Ils y sont nourris, vêtus, soignés et aimés. En reconnaissance de ces nombreux bienfaits, ils doivent participer au bien-être de la famille et s’efforcer de la rendre heureuse.

Les enfants sont parfois tentés de s’impatienter sous les restrictions; mais plus tard, ils béniront leurs parents pour les soins affectueux et la vigilance éclairée dont ils ont été entourés et qui les ont guidés pendant leurs années d’inexpérience.