Le Ministère de la Guérison

Chapitre 26

Stimulants et narcotiques

On classe sous le nom de stimulants et de narcotiques une grande variété de produits qui, employés comme aliments ou boissons, irritent l’estomac, empoisonnent le sang et excitent les nerfs. Leur usage comporte un réel danger. On recherche l’excitation des stimulants parce que l’on s’en trouve bien tout d’abord. Mais une réaction se produit toujours. Ils conduisent naturellement aux excès, et constituent un agent actif de dégénérescence physique.

Les condiments

En notre siècle de vitesse, moins les aliments seront excitants, mieux cela vaudra. Les condiments sont nuisibles. La moutarde, les épices, le poivre, le vinaigre, les conserves au vinaigre et les produits similaires irritent l’estomac et échauffent le sang. On présente souvent l’inflammation de l’estomac d’un buveur pour montrer l’effet des boissons alcoolisées. L’action des condiments a le même résultat. Leur usage fait que bientôt les aliments ordinaires ne satisfont plus l’appétit, et que l’organisme exige quelque chose qui soit encore plus excitant.

Le thé et le café

Le thé est un stimulant et produit même un certain degré d’ivresse. Le café et d’autres breuvages de même nature sont identiques. On éprouve d’abord une certaine euphorie. Les nerfs de l’estomac sont excités, et cette excitation se transmet au cerveau qui, à son tour, la communique au cœur. Ce dernier bat plus rapidement, et tout l’organisme en reçoit une impulsion réelle, bien que passagère. On oublie la fatigue, les forces semblent revenir; l’esprit se ranime, et l’imagination devient plus vive.

Devant de semblables résultats, il en est beaucoup qui croient que le thé ou le café leur font le plus grand bien. Mais c’est une erreur. Ces boissons ne sont pas nourrissantes, car leur effet se produit avant le temps nécessaire à la digestion et à l’assimilation. Ce qui semble être de la force n’est qu’une excitation nerveuse. Lorsque l’effet du stimulant cesse, cette prétendue force disparaît, et l’on ressent de la lassitude et de la langueur.

L’usage continuel de ces breuvages épuise les forces vitales et produit de nombreux malaises: maux de tête, insomnies, palpitations, indigestions, tremblements, etc. Les nerfs fatigués ont besoin de repos plutôt que d’excitation et de surmenage. Il faut à la nature un certain temps pour récupérer ses énergies épuisées. Aiguillonné par l’usage des excitants, l’organisme accomplit davantage pendant un certain temps. Mais, une fois affaibli, il lui est très difficile d’arriver au résultat désiré. Le besoin de stimulants devient de plus en plus irrésistible, et la volonté ne tarde pas à capituler devant la passion. Il faut des doses toujours plus fortes pour produire l’effet voulu, jusqu’au jour où, exténué et incapable d’effort, l’organisme cesse d’agir.

Le tabac

Le tabac est un poison lent, insidieux, mais très nuisible. Sous quelque forme qu’on l’emploie, il ébranle la constitution. Il est d’autant plus dangereux que ses effets sont lents et tout d’abord à peine perceptibles. Il excite, puis paralyse les nerfs, affaiblit le cerveau et obscurcit la pensée. Il affecte souvent les nerfs d’une manière plus radicale que les boissons enivrantes. Il est plus subtil, et ses effets sont difficiles à combattre. Il provoque le besoin des boissons fortes, et, dans de nombreux cas, conduit à l’alcoolisme.

L’usage du tabac est une habitude mauvaise et coûteuse, malpropre pour celui qui s’y adonne et incommode pour ceux qui l’entourent. Il a partout ses fidèles, et il est rare de se trouver dans une foule sans qu’un fumeur ne vous envoie au visage son haleine empoisonnée. Il est gênant et malsain de rester dans un wagon de chemin de fer ou dans une pièce dont l’atmosphère est chargée de fumée de tabac à laquelle vient parfois s’ajouter le relent des liqueurs. Si des hommes persistent à employer ces poisons, de quels droits se permettent-ils de vicier l’air que d’autres doivent respirer?

Chez les enfants et les jeunes gens l’usage du tabac cause un mal incalculable. Ils en sont tout particulièrement affectés. Les parents leur lèguent la débilité mentale, la faiblesse physique, le désordre des nerfs, et des besoins contraires à la nature. Ces mauvaises pratiques, continuées par les enfants, en augmentent et en perpétuent les déplorables conséquences. C’est à cela qu’il faut attribuer en grande partie la dégénérescence physique, mentale et morale qui devient aujourd’hui si alarmante.

De petits garçons commencent très tôt à fumer. L’habitude prise, alors que l’esprit et le corps sont particulièrement sensibles à l’effet du tabac, nuit à la croissance, sape la vitalité, alourdit l’esprit et abaisse le niveau moral.

Que faire pour mettre en garde les enfants et les jeunes gens contre les méfaits d’une coutume dont leurs parents, leurs maîtres et le clergé même leur donnent l’exemple? De tout jeunes garçons ont déjà la cigarette à la bouche, et si on leur fait quelques remarques, ils répondent: « Mon père fume bien! » ou, désignant le pasteur ou le directeur de l’école du dimanche: « Ces gens fument: quel mal y a-t-il à les imiter? » Beaucoup parmi ceux qui s’occupent de tempérance sont adonnés à l’usage du tabac. Comment peuvent-ils enrayer les progrès de l’intempérance?

Je fais appel à ceux qui prétendent se conformer à la Parole de Dieu. En tant que chrétiens, pouvez-vous vous permettre une habitude qui paralyse votre intelligence et vous empêche d’estimer à leur juste valeur les réalités éternelles? Pouvez-vous consentir à priver journellement Dieu de vos services, et votre prochain de l’exemple que vous devez lui donner?

Avez-vous pensé à vos responsabilités en tant qu’économes de Dieu, aux moyens qu’il a placés entre vos mains? Quelle proportion de l’argent que le Seigneur vous confie consacrez-vous habituellement à votre tabac? Combien avez-vous ainsi dépensé depuis que vous avez commencé à fumer? Comparée à cette somme, quelle est celle que vous avez donnée aux pauvres ou consacrée à la propagation de l’Évangile?

Nul être humain n’a besoin de tabac. Mais des multitudes périssent qu’on aurait pu sauver par l’emploi judicieux de l’argent qui y a été consacré. N’avez-vous pas fait un mauvais usage des biens que Dieu vous avait accordés? Ne le dérobez-vous pas, ainsi que votre semblable? Ne savez-vous pas que « vous ne vous appartenez point à vous-mêmes », que « vous avez été rachetés à un grand prix », et que vous devez glorifier « Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu »? 1 Corinthiens 6:19, 20.

Le vin est moqueur, les boissons fortes sont tumultueuses;
Quiconque en fait excès n’est pas sage.

Pour qui les ah? pour qui les hélas?
Pour qui les disputes? pour qui les plaintes?
Pour qui les blessures sans raison? pour qui les yeux rouges?
Pour ceux qui s’attardent auprès du vin, Pour ceux qui vont déguster du vin mêlé.
Ne regarde pas le vin qui paraît d’un beau rouge,
Oui fait des perles dans la coupe.
Et qui coule aisément.
Il finit par mordre comme un serpent,
Et par piquer comme un basilic.
(Proverbes 20:1; 23:29-32)
Jamais main humaine n’a brossé un aussi vivant tableau de l’avilissement et de l’esclavage des victimes de l’alcool. Asservies, dégradées, même lorsqu’elles comprennent leur misère, elles n’ont pas la force de briser leurs chaînes. « J’en veux encore », disent-elles. (Verset 35)

Il n’est pas besoin d’arguments pour montrer les effets pernicieux de l’alcool sur les buveurs. On voit partout ces infortunés aux yeux rouges, à l’air hébété, ces âmes pour lesquelles le Christ est mort, qui font verser des larmes aux anges, et sont de tristes épaves. Ce sont des taches dans notre civilisation orgueilleuse. Elles sont la honte, la malédiction et le péril de tous les pays.

Qui peut dépeindre la misère, l’angoisse, le désespoir qui se cachent dans le foyer de l’ivrogne? Pensez à la femme, souvent intelligente, parfois cultivée, unie à un homme que la boisson transforme en démon. Songez aux enfants, privés de confort et d’éducation, vivant dans la terreur de celui qui devrait être leur soutien et leur joie, et lancés dans le monde avec les stigmates de la honte ou la tare héréditaire du buveur.

Pensez aux accidents effrayants qui se produisent chaque jour, dus à la boisson. C’est un employé de chemin de fer qui néglige un signal ou comprend mal un ordre: une collision se produit, fauchant de nombreuses vies humaines. Ou c’est un navire qui fait naufrage et se perd corps et biens. En recherchant les causes de l’accident, on découvre presque toujours qu’un homme placé à un poste important était sous l’influence de l’alcool. Peut-on se permettre de boire ainsi lorsque l’on porte la responsabilité de nombreuses vies humaines? Ce n’est qu’en ceux qui s’abstiennent de toute boisson enivrante qu’il est possible de se confier.

Les autres intoxicants

Ceux qui ont un penchant pour les stimulants ne devraient jamais avoir sous les yeux ou à leur portée ni vin, ni bière, ni cidre. Ce serait les induire en tentation. Il en est beaucoup qui considèrent le cidre doux comme inoffensif, et ne se font aucun scrupule de s’en procurer. Mais il ne reste doux que très peu de temps et ne tarde pas à fermenter. Le goût piquant qu’il acquiert alors plaît à certains palais; celui qui en boit admet difficilement qu’il soit fermenté.

On met sa santé en danger en employant du cidre doux selon la méthode ordinaire. Si les gens pouvaient voir au microscope ce que contient celui dont ils font usage, bien peu voudraient en goûter. Les fabricants emploient souvent des pommes véreuses ou pourries. Ceux qui ne consentiraient à aucun prix à se servir de ces fruits d’une autre manière, en boivent le jus et le trouvent délicieux. Mais le microscope révèle que, même au sortir du pressoir, donc avant que la fermentation ait commencé, ce breuvage si agréable est impropre à la consommation.

Le vin, la bière et le cidre intoxiquent aussi réellement que les boissons fortes. Leur usage fait naître le goût pour des alcools plus forts, et c’est ainsi que se contracte l’habitude de boire des liqueurs. L’usage modéré des boissons fermentées est l’école où se forment les ivrognes. L’influence de ces breuvages est si insidieuse que leurs victimes s’engagent dans le chemin de l’alcoolisme avant même d’en avoir soupçonné le danger.

Bien que n’étant jamais considérés comme vraiment ivres, certains buveurs sont toujours sous l’influence des boissons fermentées. Ils sont fiévreux, instables, mal équilibrés, se croient sûrs d’eux-mêmes. Ils persévèrent dans leur manière de faire, jusqu’à ce qu’ils ne connaissent plus de retenue et sacrifient les principes les plus respectables. Les meilleures résolutions sont alors sans force, et les considérations les plus nobles sont incapables de soumettre la passion au contrôle de la raison.

Nulle part la Bible ne sanctionne l’usage du vin fermenté. L’eau que Jésus changea en vin aux noces de Cana était le pur jus de raisin. C’était ce « jus de la grappe » dont l’Écriture dit: « Ne la détruis pas, car il y a là une bénédiction! » (Ésaïe 65:8)

C’est l’esprit du Christ qui donna cet avertissement aux Israélites: « Le vin est moqueur, les boissons fortes sont tumultueuses; quiconque en fait excès n’est pas sage. » (Proverbes 20:1) Jésus n’en fournit jamais. Satan entraîne les hommes vers des plaisirs qui obscurcissent la raison et le sens moral, mais le Christ nous enseigne à nous maîtriser. Il ne place jamais devant les hommes ce qui pourrait être un objet de tentation. Sa vie tout entière fut un exemple d’abnégation. Lors de son jeûne de quarante jours, il se soumit à la plus terrible épreuve que puisse endurer l’homme, et cela pour briser la puissance de l’appétit. C’est l’esprit du Sauveur qui fit prescrire à Jean-Baptiste de ne boire ni vin, ni boisson enivrante. Le même esprit fit une recommandation semblable à la femme de Manoach. Jésus n’a jamais contredit ses enseignements. Le vin non fermenté qu’il fit aux noces de Cana était une boisson saine et rafraîchissante. C’est de ce vin que lui et ses disciples se servirent lors de la première Cène. C’est ce même vin qui devrait toujours être placé sur la sainte table, pour symboliser le sang du Sauveur. Ce sacrement ayant pour but de vivifier l’âme, les symboles employés doivent être au-dessus de tout reproche.

A la lumière des Écritures, de la nature et de la raison, comment des chrétiens peuvent-ils cultiver du houblon pour en faire de la bière, comment peuvent-ils se livrer à la fabrication du vin ou du cidre? S’ils aimaient leur prochain comme eux-mêmes, oseraient-ils placer sur son chemin des produits qui deviendront pour lui une embûche?

C’est souvent au foyer que commence l’intempérance. L’usage des aliments lourds et malsains affaiblit les organes de la digestion et fait naître le besoin d’aliments qui stimulent. C’est ainsi que l’on prend goût aux condiments et aux excitants, et que le désir s’en fait sentir toujours plus fréquemment et plus impérieusement. L’organisme se charge de substances toxiques, et plus il s’affaiblit, plus il exige de stimulants. Un pas dans la mauvaise direction en prépare un autre. Bien des gens qui ne voudraient pas mettre sur leur table du vin ou des liqueurs, y placent des aliments créant une soif si intense qu’il devient presque impossible de lutter contre la tentation. De mauvaises habitudes dans le manger et dans le boire détruisent la santé et préparent le chemin à l’ivrognerie.

Les campagnes en faveur de la tempérance deviendraient bien vite superflues si l’on en inculquait les principes à la jeunesse. Que les parents commencent à combattre l’intempérance dans leur propre foyer et l’on verra immédiatement les résultats.

Mères, l’une de vos tâches consiste à aider vos enfants à contracter de bonnes habitudes et des goûts simples. Éduquez leur appétit, enseignez-leur à avoir en horreur les stimulants. Mettez-les à même d’acquérir la force de résister au mal. Apprenez-leur qu’ils ne doivent pas céder aux influences de leurs camarades, ni à celles du dehors, si fortes soient-elles, mais eux-mêmes influencer les autres pour le bien.

On fait énormément pour combattre l’intempérance. Mais beaucoup de ces efforts portent à faux. Les promoteurs de la réforme devraient comprendre le mal qui résulte de l’usage des aliments malsains, des condiments, du thé et du café. Nous ne pouvons qu’encourager tous les champions de la tempérance, mais nous les supplions d’étudier davantage les causes du mal qu’ils combattent, et de s’assurer qu’ils sont conséquents avec eux-mêmes.

Il faut comprendre que l’harmonie des forces mentales et morales dépend en grande partie du bon fonctionnement de l’organisme. Tous les narcotiques et les stimulants qui affaiblissent et dégradent notre être, tendent à abaisser le niveau de l’intelligence et de la moralité. L’intempérance est à la base même de la dépravation morale du monde. En se livrant à ses goûts pervertis, l’homme perd la force de résister à la tentation.

Ceux qui travaillent en faveur de la tempérance doivent instruire le public selon ces principes. Il faut enseigner que la santé, le caractère, et même la vie sont mis en danger par l’emploi des stimulants qui excitent les énergies épuisées à une action antinaturelle et spasmodique.

La seule attitude qui convienne en ce qui concerne le café, le tabac et les boissons alcoolisées est celle qui est résumée par ces paroles: « Ne prends pas, ne touche pas, ne goûte pas. » Le thé, le café et les breuvages similaires tendent à produire les mêmes résultats que les liqueurs; et dans bien des cas, il est aussi difficile de s’en passer qu’à l’ivrogne d’abandonner la bouteille. Ceux qui renoncent aux excitants ressentent pendant quelque temps un certain malaise; mais s’ils persévèrent, ils en perdront le goût et cesseront bientôt d’en sentir le besoin. Il faut du temps à la nature pour se remettre des abus dont elle a souffert. Mais donnez-lui l’occasion de le faire, et elle s’acquittera à nouveau de sa tâche noblement et avec toute la perfection désirable.