Le Ministère de la Guérison

Chapitre 24

La viande comme aliment

Au commencement, le régime prescrit à l’homme ne comportait aucun aliment d’origine animale. Ce n’est qu’après le déluge, alors que toute végétation était détruite, que l’homme reçut la permission d’en faire usage.

En assignant à l’homme sa nourriture en Éden, le Seigneur lui indiquait quelle sorte d’aliments lui convenait le mieux. Plus tard, il donna dans le désert une leçon semblable au peuple d’Israël. Lorsqu’il le fit sortir du pays d’Égypte, son dessein était d’en faire un peuple particulier. Pour que celui-ci fût en exemple et en bénédiction au monde, il lui fournit l’aliment le mieux adapté au but à atteindre: non pas la viande, mais la manne, le « pain du ciel ». C’est à cause du mécontentement et des murmures des Israélites qui se souvenaient des « potées de viande » d’Égypte, que la nourriture animale leur fut accordée. Mais pour très peu de temps seulement, car son usage amena la maladie et la mort à des milliers d’entre eux. Cependant, l’alimentation non carnée ne fut jamais acceptée de bon cœur. Elle continua à provoquer des plaintes, ouvertes ou cachées, et ne fut pas maintenue de façon permanente.

Une fois en Canaan, les Israélites reçurent la permission de manger de la viande, mais avec des restrictions pour en diminuer les conséquences fâcheuses. Le porc fut interdit ainsi que d’autres mammifères, oiseaux et poissons, déclarés impurs. La graisse et le sang furent aussi strictement défendus.

Les bêtes dont il était permis de consommer la chair devaient être saines. Aucun animal déchiré, aucun animal ayant péri de mort naturelle ou qui n’avait pas été vidé entièrement de son sang ne pouvait servir de nourriture.

En s’écartant des directions divines touchant leur manière de se nourrir, les Israélites s’exposèrent à de sérieux préjudices. Ayant désiré une alimentation carnée, ils durent en subir les conséquences. Ils ne parvinrent pas au caractère idéal que Dieu leur avait proposé, et n’accomplirent pas ses desseins. Le Seigneur « accorda ce qu’ils demandaient; puis il envoya le dépérissement dans leur corps ». Psaumes 106:15. Ils firent passer les choses terrestres avant les choses spirituelles, et n’arrivèrent pas à la prééminence sacrée que Dieu voulait leur accorder.

Raisons d’écarter la viande

Ceux qui consomment de la viande absorbent en réalité — mais de seconde main — les éléments contenus dans les céréales et les légumes, puisque l’animal s’en nourrit. La vie des céréales et des légumes passe dans l’animal, et nous la recevons en mangeant la chair de l’animal. Ne serait-il pas préférable de prendre directement cette vie dans les aliments que Dieu nous a destinés?

La viande n’a jamais été le meilleur aliment, mais elle est doublement sujette à caution depuis que la maladie chez les animaux est devenue si fréquente. Ceux qui suivent un régime carné ne se rendent pas compte de ce qu’ils mangent. S’ils pouvaient voir l’animal vivant et connaître la qualité de sa chair, ils s’en détourneraient souvent avec dégoût. C’est en consommant de la viande, remplie de germes de la tuberculose et du cancer, que ces maladies, et d’autres également dangereuses, se contractent.

Les tissus du porc fourmillent de parasites. Dieu dit de cet animal: « Vous le regarderez comme impur. Vous ne mangerez pas leur chair et vous ne toucherez pas leurs corps morts. » Deutéronome 14:8. Ce commandement fut donné parce que la viande de porc est impropre à l’alimentation. Les porcs ont été créés pour nous débarrasser des immondices. Leur viande n’a jamais été destinée à servir de nourriture à l’homme. Il est impossible que la chair d’un animal qui vit dans la saleté et se nourrit de détritus soit saine.

Il arrive fréquemment que le propriétaire d’animaux malades, craignant de les perdre s’il les garde plus longtemps, les conduise au marché où ils sont vendus pour la boucherie. C’est parfois le moyen employé pour engraisser ces animaux qui les rend malades. Privés à la fois de lumière et d’air pur, respirant l’atmosphère empestée des étables, nourris peut-être d’aliments en décomposition, ils ne tardent pas à être contaminés dans tout leur organisme.

Souvent, les animaux sont amenés de loin au marché et souffrent le martyre avant d’y arriver. Pris dans de verts pâturages, ils sont entassés dans des wagons et privés d’eau et de nourriture pendant de longues heures. Enfiévrées, épuisées, ces pauvres bêtes sont conduites à la mort, et les hommes se régalent de leur cadavre.

En maints endroits, les poissons vivant dans une eau polluée par les égouts des grandes villes deviennent, pour ceux qui les consomment, une cause de maladie. Même s’ils se rendent plus loin et sont pêchés en eau pure, ils risquent de rendre malades et de causer la mort de gens qui ne suspectent pas le danger.

Les effets de l’usage de la viande peuvent ne pas apparaître immédiatement, mais ce n’est pas une preuve de la non-toxicité de l’alimentation carnée. Bien peu de personnes en arrivent à croire que la viande qu’ils ont consommée a vicié leur sang et causé leurs souffrances. Beaucoup meurent de maladies dues entièrement à un régime carné sans que personne songe à incriminer ce dernier.

Les méfaits de la viande ne sont pas moindres au point de vue moral que physique. Tout ce qui nuit au corps nuit également à l’esprit et à l’âme. Pensez à la cruauté envers les animaux qu’implique l’usage de la viande, à ses effets sur ceux qui l’infligent et sur ceux qui en sont témoins. Qu’advient-il de la tendresse que nous devrions avoir pour ces créatures de Dieu?

L’intelligence dont font preuve beaucoup de bêtes se rapproche tellement de celle des êtres humains qu’elle est pour nous un mystère. Les animaux voient, entendent, aiment. Ils connaissent la peur, la souffrance et font un usage plus judicieux de leurs organes que beaucoup d’êtres humains. Ils sympathisent aux douleurs de leurs compagnons et témoignent à ceux qui prennent soin d’eux une affection bien supérieure à celle dont font preuve certains hommes. Leur attachement à leur maître ne peut être brisé qu’au prix de grandes souffrances.

Quel est l’homme de cœur qui, après avoir pris soin de quelque animal domestique et lu dans son regard la confiance et l’affection, voudrait ensuite le livrer au couteau du boucher? Comment trouver du plaisir à manger sa chair?

C’est une erreur de croire que la force musculaire dépend de la viande. Les besoins de l’organisme seront mieux satisfaits, on jouira d’une meilleure santé sans en faire usage. Les céréales, les fruits, les oléagineux et les légumes contiennent tous les éléments nutritifs nécessaires à la formation d’un sang généreux. Ces éléments ne sont pas aussi bien ou aussi complètement fournis par une alimentation carnée. Si la viande donnait la force et la santé, la chair des animaux aurait été incluse dans le régime originel de l’homme.

Lorsqu’on abandonne l’usage de la viande, on éprouve souvent un sentiment de faiblesse, un manque de vigueur. Beaucoup voient là une indication de l’absolue nécessité d’une alimentation carnée; mais c’est bien plutôt la preuve que la viande est un stimulant, qu’elle enfièvre le sang et excite les nerfs. Il est aussi difficile à certains de l’abandonner qu’il ne l’est au buveur de délaisser la boisson; mais en persévérant, ils verront que ce changement est pour leur bien.

Lorsqu’on renonce à la viande, il faut la remplacer par une variété de céréales, d’oléagineux, de légumes et de fruits nourrissants et appétissants. Cela est particulièrement nécessaire pour les personnes faibles ou surmenées. Dans certaines contrées pauvres, la viande est l’aliment le meilleur marché Un changement d’habitudes y sera donc plus difficile, mais non impossible. Il faut toutefois avoir égard à la situation des gens et à la force d’une habitude qui a duré toute une vie, et se garder d’insister sur une idée, si juste soit-elle. Nul ne doit être sollicité de changer de régime brusquement. Il faut pouvoir remplacer la viande par des aliments sains et d’un prix modique. C’est de la cuisinière que dépend, en grande partie, la solution du problème. Avec application et adresse, elle peut préparer des mets nutritifs et appétissants, remplaçant en grande partie la viande.

Dans tous les cas, l’éducation de la conscience, l’affermissement de la volonté, l’emploi d’aliments sains et savoureux opéreront le changement sans peine et feront disparaître le besoin de se nourrir de chair.

Le temps n’est-il pas venu où chacun devrait se passer de viande? Comment ceux qui aspirent à la pureté et à la sainteté, afin de vivre un jour en la compagnie des anges, peuvent-ils continuer à se nourrir d’un aliment qui exerce sur l’esprit et sur le corps un effet aussi pernicieux? Comment peuvent-ils ôter la vie à des créatures de Dieu pour se délecter de leur chair? Qu’ils reviennent plutôt aux aliments sains et délicieux donnés à nos premiers parents, qu’ils pratiquent la compassion envers les animaux que le Seigneur a créés et placés sous la domination de l’homme, et qu’ils enseignent à leurs enfants à faire de même.