Le Ministère de la Guérison

Chapitre 13

Notre devoir envers les indigents

Quand on a tout fait pour que les pauvres puissent subvenir eux-mêmes à leurs besoins, il reste encore à s’occuper des veuves et des orphelins, des vieillards, des infirmes et des malades. Ne les négligeons jamais; ils sont confiés par Dieu lui-même à la compassion, à l’amour et aux soins dévoués de tous ceux qu’il a faits ses économes.

Les frères en la foi

« Ainsi donc, pendant que nous en avons l’occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères dans la foi. » (Galates 6:10)

Le Christ a chargé son Église de prendre un soin tout particulier de ses membres nécessiteux. Il permet qu’il y ait des pauvres dans chaque communauté — n’a-t-il pas dit qu’il y en aurait toujours? — mais il tient les chrétiens responsables de la sollicitude dont il y a lieu de les entourer.

De même que les membres d’une famille digne de ce nom s’entraident les uns les autres, se soignant quand ils sont malades, soutenant les faibles, instruisant les ignorants, entourant de leurs conseils les inexpérimentés, ainsi les « frères en la foi » doivent prendre soin de ceux des leurs qui sont dans le besoin. Il ne faut pas qu’ils s’en désintéressent.

Les veuves et les orphelins

Les veuves et les orphelins sont l’objet de la sollicitude toute particulière du Seigneur:
Le père des orphelins, le défenseur des veuves,
C’est Dieu dans sa demeure sainte.

Ton créateur est ton époux:
L’Éternel des armées est son nom;
Et ton rédempteur est le Saint d’Israël:
Il se nomme Dieu de toute la terre.

Laisse tes orphelins, je les ferai vivre,
Et que tes veuves se confient en moi!
(Psaumes 68:6; Ésaïe 54:5; Jérémie 49:11)
Plus d’un père appelé à quitter ses bien-aimés est mort confiant dans les promesses divines. Le Seigneur pourvoit, en effet, aux besoins de la veuve et de l’orphelin, non en leur envoyant, comme autrefois, la manne du ciel ni des corbeaux pour les nourrir, mais en agissant sur les cœurs de manière à en chasser l’égoïsme et à en faire jaillir les sources de l’amour chrétien. Il confie à ses enfants, en dépôt précieux, ceux qui sont dans le deuil et l’affliction et qui ont un droit indubitable à notre sympathie.

Dans les maisons pourvues de tout le confort désirable, dans les greniers chargés de récoltes abondantes, dans les magasins remplis d’étoffes et de vêtements, dans les coffres où sont entassés l’or et l’argent se trouvent les moyens de subsistance que Dieu tient en réserve pour les nécessiteux. Il nous demande d’être les auxiliaires de sa munificence.

Beaucoup de mères, restées veuves, luttent héroïquement sous le poids de leur double fardeau, travaillant souvent au-delà de leurs forces pour subvenir aux besoins de leurs chers enfants et les garder près d’elles. Elles ont bien peu de temps à consacrer à l’éducation et à l’instruction de ces derniers, et rares sont les occasions qui leur permettraient d’avoir quelques distractions. Elles ont besoin d’encouragements, de sympathie et d’aide matérielle.

Dieu nous appelle à remplacer dans la mesure du possible, auprès de ces enfants, le père qui n’est plus. Au lieu de nous tenir à l’écart et de nous plaindre de leurs espiègleries et du dérangement qu’ils peuvent nous causer, venons à leur secours autant que faire se peut. Cherchons à soulager la mère rongée de soucis. Allégeons son fardeau.

Il faut penser aussi aux nombreux orphelins qui sont privés de la tutelle de leurs parents et de l’influence d’une famille pieuse. Que les chrétiens ouvrent leurs cœurs et leurs maisons à ces infortunés. Cette œuvre que Dieu leur a personnellement confiée ne devrait pas être abandonnée à quelque institution de bienfaisance ou aux hasards de la charité publique. Si ces enfants n’ont personne parmi leur parenté qui puisse prendre soin d’eux, il incombe aux membres de l’église de leur procurer un asile. Le dessein de notre Créateur est que nous vivions en famille, car c’est dans l’atmosphère aimante d’un intérieur chrétien que l’enfant peut le mieux se développer.

Beaucoup de gens sans enfants pourraient faire une bonne œuvre en prenant soin de ceux des autres. Au lieu de passer leur temps à soigner et à dorloter des animaux, qu’ils s’occupent plutôt de petits enfants dont ils peuvent façonner le caractère à la ressemblance divine. Qu’ils reportent leur amour sur les déshérités de la famille humaine, et s’efforcent de les élever « en les instruisant et en les avertissant selon le Seigneur ». Beaucoup se feraient ainsi un grand bien à eux-mêmes.

Les vieillards

Les vieillards ont eux aussi besoin des influences bienfaisantes de la famille. Qu’ils trouvent au foyer de leurs frères et de leurs sœurs en Christ la consolation d’avoir perdu le leur. Si vous leur permettez de s’intéresser aux activités de la famille et de participer aux occupations du ménage, ils auront le sentiment de n’être pas inutiles et de pouvoir encore faire quelque chose. Dites-leur que vous appréciez leur aide; cela réjouira leur cœur et donnera un but nouveau à leur existence.

Les personnes dont les cheveux blancs et la démarche incertaine indiquent la fin prochaine devraient autant que possible trouver asile chez leurs amis, dans un endroit qui leur soit familier et où elles pourront adorer Dieu avec ceux qu’elles connaissent et qu’elles aiment. Que des mains affectueuses prennent donc soin d’elles.

Les membres d’une famille devraient s’occuper de leurs parents âgés. Qu’ils considèrent cela comme un privilège. Lorsque c’est impossible, cette tâche incombe à l’église, et il faut qu’elle l’accepte comme un honneur et un devoir. Tous ceux qui possèdent l’esprit du Christ auront un regard de tendresse pour les faibles et les vieillards.

La présence, sous notre toit, de l’un de ces déshérités est une occasion précieuse de collaborer avec le Christ dans son œuvre de miséricorde, et de développer des traits de caractère semblables aux siens. Une bénédiction repose sur l’association des vieux et des jeunes. Ceux-ci peuvent apporter un rayon de soleil dans le cœur des vieillards qui, au moment où la vie va bientôt leur échapper, ont besoin du contact de leur enthousiasme et de leur optimisme. En retour, les jeunes profiteront des leçons de sagesse et d’expérience que leur donneront leurs aînés. Ils ont surtout besoin d’apprendre à accomplir un service désintéressé. La présence d’un être ayant besoin de sympathie et d’indulgence serait pour bien des foyers une bénédiction inestimable. Elle adoucirait et raffinerait la vie de famille et ferait naître chez les jeunes comme chez les plus âgés les grâces chrétiennes qui les illumineraient d’une beauté divine et les enrichiraient des trésors impérissables du ciel.

Une épreuve du caractère

« Vous avez toujours les pauvres avec vous, a dit Jésus, et vous pouvez leur faire du bien quand vous voulez. » (Marc 14:7) L’apôtre Jacques ajoute: « La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde. » (Jacques 1:27)

Le Christ éprouve tous ceux qui se disent ses disciples en plaçant parmi eux des indigents et des faibles pour qu’ils prennent soin d’eux. Par notre amour et notre dévouement pour ses créatures dans le besoin, nous prouvons la sincérité de notre amour pour lui. Négliger ces devoirs, c’est se déclarer faux disciple, étranger au Christ et à son amour.

Si l’on faisait tout ce qui est possible pour procurer un foyer aux orphelins en les plaçant dans des familles, il en resterait encore beaucoup dont il y aurait lieu de s’occuper. Bon nombre d’entre eux ont hérité de tares qui en font de petits êtres pervers et peu attrayants. Mais le Christ les a rachetés par son sang, et à ses yeux ils sont aussi précieux que nos propres enfants. A moins qu’une main secourable ne leur soit tendue, ils croîtront dans l’ignorance et seront entraînés au vice et au crime. Beaucoup pourraient être arrachés à leur triste sort grâce à l’œuvre qui serait accomplie en leur faveur par des orphelinats.

Mais pour que de telles institutions soient efficaces, il faudrait qu’elles soient calquées sur le modèle d’un véritable foyer chrétien. A de vastes établissements groupant un grand nombre d’enfants, il faudrait préférer plusieurs petites institutions. Au lieu de les placer en ville ou dans le voisinage d’un grand centre, on devrait les établir à la campagne, à proximité de terres cultivables, où les enfants seraient en contact avec la nature et pourraient également bénéficier d’un enseignement professionnel. Ceux qui auraient la responsabilité de telles institutions seraient des hommes et des femmes cultivés, magnanimes, désintéressés, travaillant par amour pour le Christ. Entourés de soins, beaucoup d’enfants négligés et sans foyer pourraient devenir des membres utiles de la société, être en honneur au Christ et soulager à leur tour la misère de leurs semblables.

Beaucoup méprisent l’économie en la confondant avec l’avarice et l’étroitesse. Mais l’économie est compatible avec la plus large libéralité. En fait, sans économie il ne peut y avoir de véritable libéralité. Nous devons épargner afin de pouvoir donner.

Nul ne peut pratiquer la véritable bienfaisance sans abnégation. Ce n’est qu’en vivant avec simplicité, dans le renoncement et l’économie, qu’il est possible d’accomplir l’œuvre dont nous sommes chargés comme représentants du Christ. Bannissons de nos cœurs l’orgueil et les aspirations mondaines. Que le désintéressement du Christ nous inspire dans tout ce que nous faisons, et qu’on lise sur les murs de nos demeures: « Fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile »; et sur nos armoires à linge, comme écrit par le doigt même de Dieu: « Revêts ceux qui sont nus »; de même que sur nos tables, chargées d’une nourriture abondante: « Partage ton pain avec celui qui a faim. » (Ésaïe 58:7)

Les occasions de nous rendre utiles sont nombreuses. Nous déplorons souvent l’insuffisance de nos ressources alors que nous pourrions les multiplier mille fois si nous étions des chrétiens zélés. Notre égoïsme, notre complaisance envers nous-mêmes font obstacle à notre utilité.

Que d’argent dépensé pour des choses dont on se fait des idoles, et qui absorbent, avec nos pensées, du temps et des forces qui pourraient être mieux employés! Que d’argent gaspillé en achats de maisons et de meubles coûteux, en plaisirs égoïstes, en aliments recherchés et malsains, en satisfactions dangereuses! Que de prodigalités sous forme de cadeaux qui ne font de bien à personne! De soi-disant chrétiens dépensent bien plus pour ce qui est inutile, souvent même nuisible, que pour arracher les âmes au tentateur.

Il en est qui dépensent tellement pour se vêtir qu’il ne leur reste plus rien pour subvenir aux besoins des nécessiteux. Il leur faut des atours et des vêtements coûteux, et ils ne se soucient nullement des besoins de ceux qui ne peuvent qu’à grand-peine se procurer les habits les plus modestes.

Mes sœurs, si vous vous conformiez, dans la manière de vous vêtir, aux règles établies par la Bible, vous auriez en abondance de quoi venir en aide à vos sœurs moins favorisées. Vous pourriez leur donner, non seulement de votre argent, mais aussi de votre temps, ce qui souvent leur serait plus utile. Vous auriez l’occasion de leur faire beaucoup de bien par vos conseils, votre tact, votre savoir-faire, et de leur montrer comment s’habiller simplement mais avec goût. Il en est qui n’osent se rendre à la maison de Dieu parce que leur vêtement, usé et rapiécé, formerait un contraste trop frappant avec celui des autres. D’autres sont sensibles et éprouvent de ce fait un sentiment d’humiliation et d’injustice. C’est ce qui explique que beaucoup en viennent à douter de la religion et endurcissent leur cœur à l’Évangile.

Le Christ a dit, après avoir nourri la foule: « Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. » Alors que chaque jour la famine, l’épée et la maladie font des milliers de victimes, le devoir de ceux qui aiment leurs semblables est de veiller à ce que rien dont un être humain puisse avoir besoin ne se perde ni ne se dépense inutilement.

Le gaspillage de notre temps et de nos pensées est un péché. Chaque instant consacré à des fins égoïstes est perdu. Si nous connaissions la valeur du temps, et si nous en faisions un emploi judicieux, nous arriverions à nous acquitter de tout ce qui nous incombe tant pour nous que pour nos semblables. Que chaque chrétien demande donc à Dieu de le guider dans l’emploi de son temps, de son argent et de ses forces. « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. » (Jacques 1:5)

« Donnez, et il vous sera donné »

Nous lisons dans l’Écriture sainte: « Faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants. » (Luc 6:35)

« Celui qui donne au pauvre n’éprouve pas la disette, mais celui qui ferme les yeux est chargé de malédictions. » (Proverbes 28:27)

« Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée, et qui déborde. » (Luc 6:38)