Le Ministère de la Guérison

Chapitre 11

Sauvons les intempérants

Toute vraie réforme est du ressort de l’Évangile et tend à élever l’âme vers une vie plus noble. La tempérance exige tout particulièrement le concours des croyants. Ces derniers devraient attirer sur elle l’attention du public et créer un mouvement en sa faveur. Qu’ils proclament partout les principes de la véritable tempérance et engagent les gens à s’abstenir de toute boisson enivrante. Il faut s’efforcer sérieusement de libérer ceux qui sont esclaves de mauvaises habitudes.

Il n’est pas un endroit où il n’y ait quelque chose à faire pour les victimes de l’intempérance. Dans les églises, les institutions religieuses, et même au sein des familles soi-disant chrétiennes, ils sont nombreux les jeunes qui s’engagent dans le chemin qui conduit à leur perte. Intempérants, ils se rendent malades. Pour se procurer l’argent nécessaire à la satisfaction de leur passion, ils n’hésitent pas à commettre des actes malhonnêtes. Ils ruinent ainsi leur santé et faussent leur caractère. Éloignés de Dieu, méprisés par la société, ces malheureux se rendent compte qu’il n’y a plus d’espoir pour eux, ni dans cette vie ni dans la vie à venir. Ils ont brisé le cœur de leurs parents. Les hommes estiment que leur cas est désespéré. Mais ce n’est pas ainsi que Dieu les considère. Il connaît les circonstances qui les ont amenés là, et il a pitié d’eux. Ce sont de pauvres créatures qui ont besoin qu’on leur vienne en aide. Ne leur donnons pas l’occasion de dire: « Personne ne s’occupe de moi. »

Parmi les victimes de l’intempérance, il en est de toutes classes et de toutes professions. Des hommes éminents par leurs talents ou leur savoir ont cédé à leurs appétits de telle manière qu’il leur a été impossible de résister à la tentation. D’aucuns qui étaient riches sont maintenant sans foyer et sans amis. Plongés dans la misère, la souffrance, la maladie et le déshonneur, ils ont perdu tout empire sur eux-mêmes. Si une main secourable ne leur est tendue, ils descendront toujours plus bas. Pour eux, la satisfaction de leurs passions n’est pas seulement un péché, c’est une maladie.

En nous occupant des intempérants, nous devons souvent, à l’instar du Christ, considérer d’abord leur état physique. Il leur faut une nourriture saine, exempte de tout stimulant, des vêtements propres et un milieu où ils seront dans les meilleures conditions physiques possibles. Ils devront être entourés d’une atmosphère réconfortante, et jouir de l’influence salutaire du christianisme. Il faudrait que toutes les villes aient un asile où les esclaves de la boisson puissent recevoir l’aide nécessaire pour briser leurs chaînes. Beaucoup de buveurs, ne voyant dans l’alcool que le seul remède à leurs peines, penseraient autrement, si, au lieu de jouer le rôle du prêtre et du Lévite de la parabole évangélique, les soi-disant chrétiens voulaient suivre l’exemple du bon Samaritain.

Dans nos rapports avec les victimes de l’intempérance, souvenons-nous que nous n’avons pas affaire à des hommes sains d’esprit, mais à des êtres temporairement sous la domination d’un démon. Soyons donc patients et indulgents avec eux. Ne pensons pas à leur apparence repoussante, mais à la vie précieuse que le Christ est venu racheter par son sang. Lorsque le buveur comprend l’état de dégradation où il est tombé, donnez-lui des preuves de votre amour à son égard. Ne lui faites aucun reproche et ne lui témoignez aucune aversion. Le malheureux se maudit assez lui-même. Aidez-le à reprendre courage. Efforcez-vous de faire renaître l’espoir dans son cœur. Cherchez à mettre en évidence les bons côtés de son caractère. Montrez-lui qu’il peut retrouver le respect de ses semblables. Amenez-le à comprendre la valeur des talents que Dieu lui a confiés, et qu’il a négligé de faire valoir.

Bien que la volonté du buveur soit pervertie et amoindrie, tout espoir n’est pas perdu. Le Christ éveillera dans son cœur les nobles sentiments et les plus saints désirs. Lisez l’Écriture à ceux qui sont la proie de la tentation et qui luttent; insistez sur les promesses divines. Celles-ci seront pour eux comme les feuilles de l’arbre de vie. Continuez patiemment vos efforts, jusqu’à ce qu’ils saisissent avec reconnaissance l’espoir de la rédemption par le Christ.

Persévérez auprès d’eux, sinon vous ne réussirez jamais. Ils continueront à être les jouets de la tentation, et ils retomberont bien souvent. Mais poursuivez vos efforts, sans vous décourager.

Ces malheureux ont le désir de vivre chrétiennement, mais leur volonté est si faible. Il faut que des personnes charitables veillent sur leurs âmes comme si elles devaient en rendre compte. Ayant perdu leur noblesse, ils doivent la reconquérir. Beaucoup ont à lutter contre de fortes tendances héréditaires. En venant au monde, ils ont eu des besoins contraires à la nature, des impulsions sensuelles. Pour arriver à en triompher, il leur faut une vigilance de tous les instants. Au dedans comme au dehors, le bien et le mal se disputent la suprématie. Ceux qui n’ont pas passé par là ne peuvent comprendre la force presque irrésistible des appétits, ni la violence du conflit entre les habitudes mauvaises et la détermination d’être tempérant en toutes choses. C’est un combat à recommencer constamment.

Beaucoup de ceux qui se sentent attirés vers le Christ n’ont pas le courage moral de poursuivre la lutte contre leurs appétits et leurs passions. Mais l’ouvrier ne doit pas se laisser décourager. Ce ne sont pas seulement ceux qui ont été retirés des plus profonds abîmes qui retombent.

Souvenez-vous que vous ne travaillez pas seuls. Les anges s’unissent au service des véritables enfants de Dieu. Et le Christ est le restaurateur. Le grand Médecin lui-même se tient aux côtés de ses fidèles ouvriers, disant à l’âme repentante: « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » (Marc 2:5)

Bien des réprouvés saisiront l’espérance que leur offre l’Évangile, et entreront au royaume des cieux, tandis que d’autres, dont les lumières et les privilèges ont été grands, mais qui n’en ont pas profité, seront laissés dans les ténèbres.

Les victimes des mauvaises habitudes doivent faire des efforts persévérants pour s’en affranchir. On peut tenter l’impossible pour les relever, leur parler de la grâce de Dieu offerte gratuitement pour les sauver, le Christ peut intercéder en leur faveur, les anges peuvent intervenir, tout sera inutile si eux-mêmes n’entreprennent la lutte libératrice.

Les dernières recommandations de David à son fils Salomon, jeune encore et sur le point d’hériter de la couronne d’Israël, furent: « Fortifie-toi, et sois un homme! » (1 Rois 2:2) Ces paroles s’adressent encore aujourd’hui à tous ceux qui recherchent une couronne impérissable.

Ceux qui cèdent à leurs appétits doivent être amenés à se rendre compte qu’une grande rénovation morale est indispensable s’ils veulent être des hommes. Dieu leur demande de se réveiller et de recouvrer, par la force du Christ, la dignité humaine perdue par leur faiblesse coupable.

Entraînés par la force de la tentation et la passion, beaucoup s’écrient, désespérés: « Il m’est impossible de résister. » Dites à ces pauvres gens qu’ils peuvent, qu’ils doivent résister. Peut-être ont-ils été maintes fois vaincus, mais il ne faut pas nécessairement qu’ils le soient toujours. Moralement faibles, asservis aux habitudes d’une vie de péché, leurs promesses, leurs résolutions sont comme des murs de sable. Le souvenir des promesses oubliées, des engagements rompus affaiblit leur confiance en leur sincérité et leur fait croire que Dieu ne peut ni les accepter ni leur venir en aide. Mais il ne faut pas qu’ils désespèrent.

Ceux qui se confient dans le Christ ne sont asservis à aucune habitude, ni à aucune tendance mauvaise, héréditaire ou acquise. Au lieu d’être soumis à leurs bas instincts, ils dominent leurs passions. Dans cette lutte contre le mal, Dieu ne nous a pas laissés seuls. Quelles que soient nos tendances, innées ou acquises, nous pouvons les vaincre par la force qu’il veut nous communiquer.

La puissance de la volonté

Ceux qui sont les jouets de la tentation ont besoin de comprendre la force réelle de la volonté. Celle-ci est la puissance qui gouverne la nature humaine, qui décide, qui choisit. Tout dépend de la volonté. Le désir d’être bon, pur, est légitime en lui-même; mais si nous nous arrêtons là, il est sans valeur. Beaucoup vont à leur perte tout en espérant et en désirant triompher de leurs tendances au mal. Ils ne soumettent pas leur volonté à celle de Dieu et ne choisissent pas de le servir.

Dieu nous a donné la faculté de choisir. Il n’est pas en notre pouvoir de changer nos cœurs, ni de dominer nos pensées, nos impulsions et nos affections. Nous ne pouvons nous purifier et nous rendre dignes de servir Dieu, mais il nous est possible de prendre la résolution de le servir et de lui soumettre notre volonté. Alors il produira en nous « le vouloir et le faire, selon son bon plaisir », et toute notre nature sera soumise au Christ. (Philippiens 2:13)

Une transformation totale peut être opérée dans notre vie par l’exercice de la volonté. En soumettant cette dernière au Sauveur, nous participons à la puissance divine. Nous recevons d’en haut la force de tenir ferme. Une vie noble et pure, qui triomphe des désirs et des passions, est rendue possible à quiconque veut unir sa volonté, faible et chancelante, à la volonté divine, toute-puissante et inébranlable.

Ceux qui luttent contre les tendances tyranniques de la chair doivent comprendre les principes de la vie saine. Montrons-leur qu’en violant les lois de la santé, on crée un terrain propice à la maladie, aux appétits qui ne sont pas naturels, et on jette ainsi les bases de l’alcoolisme. Ce n’est qu’en obéissant à ces lois que l’on peut résister victorieusement à la soif de stimulants artificiels. S’il faut compter sur Dieu pour briser les liens de l’esclavage, il est nécessaire de collaborer avec lui en obéissant à ses lois morales et physiques.

Ceux qui sont décidés à se réformer doivent trouver un emploi, car lorsqu’on peut travailler il ne faut pas s’attendre à être nourri, vêtu et logé gratuitement. Il est donc indispensable, dans leur propre intérêt, aussi bien que dans celui des autres, qu’ils cherchent à produire l’équivalent de ce qu’ils reçoivent. Encouragez-les donc à subvenir à leurs besoins. C’est ainsi qu’ils développeront en eux le sentiment de leur dignité et le goût d’une noble indépendance. Occuper le corps et l’esprit à un travail utile, c’est essentiel pour se préserver de la tentation.

Déceptions et dangers

Ceux qui s’occupent de cette œuvre de relèvement rencontreront de nombreuses déceptions. Beaucoup de buveurs qui promettent de se réformer ne s’amendent que superficiellement. Ils obéissent à l’impulsion du moment et, pendant un certain temps, semblent avoir changé complètement; mais cette transformation n’a pas atteint leur cœur. Ils conservent le même égoïsme, le même goût des plaisirs insensés, la même indulgence pour leurs passions. Ignorant en quoi consiste la formation du caractère, ils ne peuvent être considérés comme des hommes de principes. Ils ont altéré leurs forces mentales et spirituelles en s’abandonnant à leurs passions; de là leur faiblesse, leur irrésolution, leur inconstance. Leurs tendances les poussent à la sensualité, et ils sont souvent un danger pour les autres. Considérés comme guéris, et désormais dignes de confiance, il leur est procuré des emplois où leur influence corrompt les innocents.

Ceux mêmes qui désirent sincèrement se réformer courent le danger de retomber. Il faut les traiter avec beaucoup d’égards et de sagesse. La tendance à flatter et à exalter les buveurs qui sont sortis de l’abîme du péché est souvent pour eux la cause d’une nouvelle chute. La coutume d’inviter ces hommes et ces femmes à relater en public leur vie de péché est très dangereuse à la fois pour ceux qui parlent et pour ceux qui les écoutent. S’attarder à des scènes de péché souille l’âme et l’esprit, et la notoriété procurée ainsi à ces buveurs relevés leur est néfaste, car beaucoup sont amenés à croire que leur vie de désordre leur vaut une certaine célébrité. Ils cultivent un esprit de confiance en eux-mêmes qui leur est fatal au point de vue spirituel. Ce n’est qu’en se méfiant d’eux-mêmes et en se rendant compte de leur besoin de la grâce divine qu’ils peuvent rester debout.

Tous ceux qui se convertissent réellement doivent s’efforcer d’en sauver d’autres. Que nul ne détourne de cette mission celui qui cesse d’appartenir à Satan pour servir Dieu. Lorsque vous constatez que l’Esprit d’en haut opère dans un homme, encouragez-le à se consacrer au service du Seigneur. « Appliquez-vous à convaincre les hésitants. » (Jude 22) La sagesse céleste nous mettra en contact avec des âmes sincèrement repentantes qui perdent tout espoir, faute d’être encouragées. Dieu mettra au cœur de ses serviteurs d’accueillir dans leurs rangs ces êtres timides et repentants. Quels qu’aient été leurs égarements, si bas qu’ils soient tombés, lorsque la contrition les amène au Christ, il les reçoit. Encouragez-les alors à travailler pour lui. S’ils désirent faire quelque chose en faveur de ceux qui sont encore dans l’abîme du péché d’où eux-mêmes ont été retirés, facilitez leur tâche. Mettez-les en rapport avec des chrétiens d’expérience pour qu’ils se fortifient au point de vue spirituel. Que leur cœur et leurs mains soient occupés au service du Maître.

Certains pécheurs tombés très bas deviennent parfois, lorsque la lumière a pénétré dans leur cœur, des messagers particulièrement efficaces auprès de ceux qui suivent encore le mauvais chemin. Soutenus par la foi, quelques-uns assument de lourdes responsabilités dans l’œuvre du salut des âmes. Ils savent quelle est la faiblesse, la dépravation, la force du péché et des mauvaises habitudes de ceux qui ne connaissent pas encore le salut. Incapables de triompher sans le Christ, ils s’écrient à chaque instant: « Mon espoir est dans le Sauveur. »

Ils peuvent faire une œuvre des plus utiles. Celui qui était tombé, et qui avait presque perdu tout espoir, mais qui a été sauvé en écoutant un message d’amour, comprendra la science du salut des âmes. Son cœur est rempli d’amour pour son Sauveur, et il sait comment aller à la recherche de ceux qui sont perdus. Il peut amener les pécheurs à l’Agneau de Dieu. N’a-t-il pas lui-même été ramené à la bergerie? Aussi s’est-il donné sans réserve au Seigneur. La main que, dans sa faiblesse, il tendait pour être secouru a été saisie par le Sauveur. C’est par de tels hommes que beaucoup d’enfants prodigues seront ramenés au Père céleste.

Pour quiconque s’efforce de passer d’une vie de péché à une vie pure, la puissance transformatrice se trouve en Jésus-Christ, le seul nom « qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes des Apôtres 4:12). Si quelqu’un a soif d’espérance, et désire être délivré du mal, a-t-il dit lui-même, « qu’il vienne à moi, et qu’il boive » (Jean 7:37). Sa grâce et sa puissance sont les seuls remèdes contre le vice.

Les bonnes résolutions qui s’appuient sur nos propres forces n’ont aucune valeur; elles ne sauraient triompher d’une mauvaise habitude. Nous n’arriverons jamais à être tempérants en toutes choses si notre cœur n’est renouvelé par la grâce divine. Impossible par nous-mêmes de nous préserver du péché un seul instant. Nous ne pouvons compter que sur Dieu.

Une véritable réforme débute par la purification de l’âme. Nous ne pourrons travailler en faveur de ceux qui sont tombés que dans la mesure où la grâce du Christ interviendra pour réformer les caractères et où les âmes seront amenées en contact intime avec Dieu.

Par son obéissance parfaite à la loi divine, le Christ a donné un exemple à tous les hommes. Soutenus par sa puissance, guidés par ses enseignements, vivons comme il a vécu lui-même.

Pour faire œuvre utile en faveur de ceux qui sont tombés, nous devons d’abord mettre en évidence les exigences de la loi divine et la nécessité de s’y conformer. Faisons ressortir la différence frappante qui existe entre celui qui sert Dieu et celui qui s’en écarte. Dieu est amour, mais il ne saurait excuser la désobéissance volontaire à ses commandements. Nul n’échappera aux conséquences de celle-ci. Dieu ne peut honorer que ceux qui l’honorent. Notre conduite en ce monde décidera de notre destinée éternelle; nous récolterons ce que nous aurons semé. L’effet suivra inévitablement la cause.

Dieu ne peut agréer qu’une obéissance totale, et ses exigences n’ont rien d’imprécis. Il n’a rien ordonné qui ne soit indispensable pour que nous puissions être en harmonie avec lui. Montrons aux pécheurs le caractère idéal selon Dieu, et amenons-le au Sauveur dont la grâce seule nous permet de le réaliser.

Le Sauveur s’est chargé de nos infirmités, et il a vécu sans péché, afin de donner à l’homme, malgré sa faiblesse, la certitude de vaincre. Il est venu ici-bas pour nous rendre « participants de sa nature divine », et sa vie est la preuve que l’humanité unie à la divinité ne pèche plus.

Le Christ a vaincu pour montrer à l’homme comment il peut vaincre. Il a affronté toutes les tentations de Satan avec la Parole de Dieu, et c’est en s’appuyant sur les promesses divines qu’il a pu obéir aux commandements. Le tentateur n’a obtenu de lui aucun avantage. Chaque fois qu’il était tenté, il répondait: « Il est écrit... » C’est donc par la Parole de Dieu qu’on peut triompher du mal. De grandes et précieuses promesses nous ont été données, « afin que par elles [nous devenions participants] de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise » (2 Pierre 1:4).

Que celui qui est tenté ne s’arrête donc pas aux circonstances, à ses faiblesses, ou à la puissance de la tentation, mais à celle de la Parole de Dieu. Toute la force de cette Parole est à notre disposition. « Je serre ta parole dans mon cœur, dit le Psalmiste, afin de ne pas pécher contre toi. » « Je me tiens en garde contre la voie des violents. » (Psaumes 119:11; 17:4)

Parlez de courage aux pécheurs. Présentez-les à Dieu dans vos prières. Parmi ceux que la tentation terrasse, un bon nombre en sont humiliés, et ont l’impression de s’approcher vainement du Seigneur. Mais cette pensée leur est suggérée par l’ennemi. Lorsqu’ils ont péché et n’osent plus prier, dites-leur que c’est bien alors qu’il faut le faire. Ils peuvent se sentir profondément humiliés, et honteux d’eux-mêmes; mais s’ils confessent leurs péchés, celui qui est fidèle et juste les leur pardonnera et les purifiera de toute iniquité.

Rien n’est apparemment plus faible, et cependant plus invincible, que l’âme qui comprend son néant et se repose entièrement sur les mérites du Christ. Par la prière, l’étude de sa Parole, par la foi en sa présence, le plus faible des hommes peut s’approcher du Sauveur et saisir sa main qui ne l’abandonnera jamais.

Tous ceux qui sont en communion avec le Christ peuvent s’approprier les paroles suivantes:

Pour moi, je regarderai vers l’Éternel,
Je mettrai mon espérance dans le Dieu de mon salut;
Mon Dieu m’exaucera.
Ne te réjouis pas à mon sujet, mon ennemie!
Car si je suis tombée, je me relèverai;
Si je suis assise dans les ténèbres,
L’Éternel sera ma lumière. ...

Il aura encore compassion de nous,
Il mettra sous ses pieds nos iniquités;
Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés.
(Michée 7:7, 8, 19)

Dieu a promis:

Je rendrai les hommes plus rares que l’or fin,
Je les rendrai plus rares que l’or d’Ophir.
(Ésaïe 13:12)

Tandis que vous reposez au milieu des étables,
Les ailes de la colombe sont couvertes d’argent,
Et son plumage est d’un jaune d’or.
(Psaumes 68:14)
Ce sont ceux auxquels le Christ aura le plus pardonné qui l’aimeront davantage. Au dernier jour, ils se tiendront le plus près de son trône.

Ils « verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts » (Apocalypse 22:4).