Le Ministère de la Guérison

Chapitre 8

Le rôle éducateur du médecin

Le bon médecin est un éducateur. Il se rend compte de ses responsabilités, non seulement envers le malade qu’il soigne, mais aussi envers la société dans laquelle il vit. Il est le gardien de la santé morale comme de la santé physique. Il s’efforce, non seulement d’enseigner les méthodes thérapeutiques, mais encore d’inculquer de bonnes habitudes et de faire connaître les lois de la vie.

Il faut enseigner les principes de la santé

La connaissance des principes de la santé n’a jamais été plus nécessaire qu’aujourd’hui. Malgré le confort croissant et les commodités dont on entoure la vie moderne, malgré les progrès remarquables de l’hygiène et de la thérapeutique, le déclin de la vigueur physique et de la force d’endurance est alarmant. Ce fait est digne de fixer l’attention de tous ceux qui ont à cœur le bien-être de leurs semblables.

Notre civilisation artificielle encourage des habitudes pernicieuses. Les coutumes et la mode sont en guerre contre la nature. La manière de vivre qu’elles imposent et les excès qu’elles excusent diminuent peu à peu nos forces physiques et mentales. D’où la maladie, la souffrance, l’intempérance et le crime.

Il est vrai que beaucoup de gens transgressent par ignorance les lois de la santé, et il faut les instruire. Mais le plus grand nombre pèchent à bon escient, et devraient comprendre combien il est important de les observer. Le médecin a de multiples occasions de parler des principes de la santé, et de montrer la nécessité de s’y conformer. Par ses bons conseils, il peut faire beaucoup pour corriger des erreurs qui font un mal incalculable à l’humanité.

L’emploi de médicaments toxiques est une pratique qui engendre une multitude de maladies. Beaucoup de gens ne cherchent pas à connaître la cause réelle de leurs malaises. Leur unique préoccupation est d’être soulagés de leurs douleurs et des inévitables incommodités qui en résultent. Pour y parvenir, ils recourent à des médicaments dont ils ne connaissent que très mal les propriétés réelles, ou s’adressent au médecin pour avoir un remède qui neutralise l’effet de leurs erreurs; mais ils n’ont pas le moins du monde l’idée de changer leurs mauvaises habitudes qui causent tout le mal. S’ils n’obtiennent pas d’amélioration immédiate, ils essaient un autre médicament, puis un autre encore, et le mal s’aggrave de jour en jour.

Il faut apprendre aux gens que les médicaments ne guérissent pas. S’ils apportent parfois un soulagement momentané, et si la guérison paraît résulter de leur emploi, c’est parce que la nature possède des forces suffisantes pour éliminer le poison et combattre les causes de la maladie. On peut dire que c’est malgré les médicaments que la santé est rétablie. Mais dans la plupart des cas, ceux-ci ne font que changer la forme ou le siège de la maladie. Souvent le poison, en apparence inoffensif pendant quelque temps, reste à l’état latent dans l’organisme et y cause plus tard des troubles fâcheux.

Beaucoup de maladies chroniques sont dues à l’usage de médicaments toxiques. C’est ainsi qu’un bon nombre de vies humaines ont été fauchées qui auraient pu être préservées grâce à des traitements naturels. Les poisons contenus dans beaucoup de prétendus remèdes créent des besoins qui ruinent le corps et l’âme. Bien des panacées populaires et des spécialités pharmaceutiques, et même certains médicaments prescrits par les médecins, sont en partie responsables de ces terribles fléaux de l’humanité que sont l’alcoolisme, l’opiomanie ou la morphinomanie.

Le seul espoir d’améliorer cet état de choses est de faire connaître les lois de la santé. Les médecins devraient enseigner que la guérison se trouve non dans les médicaments, mais dans la nature. La maladie est l’effort de l’organisme pour rétablir un équilibre rompu par la violation des principes qui régissent notre être physique. Il faut donc premièrement en rechercher la cause, écarter les mauvaises habitudes et supprimer les conditions insalubres. Puis, on aidera la nature à éliminer les impuretés et à rétablir l’état normal de l’organisme.

Remèdes naturels

L’air pur, le soleil, l’abstinence, l’eau, le repos, l’exercice, une alimentation judicieuse, la confiance en Dieu, voilà les vrais remèdes. Chacun devrait connaître les traitements naturels et la manière de les appliquer. Il est essentiel d’être au courant des principes qui régissent le soin des malades, et d’acquérir une expérience pratique à cet égard.

L’usage des remèdes naturels exige, il est vrai, des précautions et des efforts qui rebutent bien des gens, car la nature guérit et reconstitue graduellement; elle paraît lente à ceux qui manquent de patience. D’autre part, l’abandon des plaisirs malsains demande un sacrifice. Mais si l’on persévère, on découvre bien vite qu’en cessant de la contrecarrer, la nature accomplit son œuvre avec sagesse; et en obéissant à ses lois, on est récompensé par un retour à la santé du corps et de l’esprit.

On accorde généralement trop peu d’attention à la conservation de la santé, et l’on oublie que mieux vaut prévenir que guérir.

C’est le devoir de chacun envers soi-même et l’humanité de s’enquérir des lois de la vie et de s’y conformer consciencieusement. Il faut se familiariser avec le corps humain, le plus merveilleux de tous les organismes, comprendre ses différentes fonctions et leurs relations en vue de l’action admirable de l’ensemble. On devrait étudier l’influence de l’esprit sur le corps et du corps sur l’esprit, ainsi que les lois qui régissent l’un et l’autre.

Entraînement aux luttes de la vie

On ne rappellera jamais suffisamment que la santé n’est pas le fait du hasard; elle résulte de l’obéissance à des règles précises. Les athlètes le savent bien, eux qui se préparent avec le plus grand soin à un entraînement et à une discipline sévères. Tout est chez eux soigneusement réglé, car ils savent fort bien que la négligence, les excès ou le manque de soins qui affaibliraient ou paralyseraient l’un ou l’autre des organes de leur corps occasionneraient leur défaite.

Combien sont plus importantes les précautions à prendre pour réussir dans la vie! Ce n’est pas à un simulacre de bataille que nous sommes appelés: nous soutenons une lutte dont les résultats sont éternels. Nous avons à faire face à des ennemis invisibles, aux mauvais anges qui s’efforcent de dominer chaque être humain. Tout ce qui nuit à la santé affaiblit non seulement la vigueur physique, mais aussi les énergies mentales et morales. La satisfaction des mauvais penchants rend plus difficiles le discernement du bien et du mal et la résistance aux influences néfastes. Elle multiplie les risques d’échecs et de défaites.

« Ne savez-vous pas, dit Paul, que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu’un seul remporte le prix? » (1 Corinthiens 9:24) Dans la lutte où nous sommes engagés, la victoire est acquise à tous ceux qui se soumettent implicitement aux principes divins. Mais trop souvent l’application de ces principes aux détails de la vie est considérée comme secondaire ou indigne d’attention. Cependant, si l’on envisage l’enjeu de la lutte, rien ne paraîtra négligeable. Tous nos actes ont leur importance, soit pour la victoire, soit pour la défaite. « Courez, ajoute Paul, de manière à ... remporter » le prix (Verset 24).

Ce fut la gourmandise qui fit perdre le jardin d’Éden à nos premiers parents. Pour le reconquérir, la tempérance en toutes choses a plus d’importance qu’on ne le pense généralement.

Faisant allusion aux privations de ceux qui participaient aux jeux grecs d’antan, l’apôtre Paul écrit: « Tous ceux qui combattent s’imposent toute espèce d’abstinences, et ils le font pour obtenir une couronne corruptible; mais nous, faisons-le pour une couronne incorruptible. Moi donc, je cours, non pas comme à l’aventure; je frappe, non pas comme battant l’air. Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres. » (Versets 25-27)

Pour réussir, une réforme doit avoir comme point de départ la perception nette d’une vérité fondamentale. S’il faut se méfier d’une philosophie étroite ou d’une froide orthodoxie, le libéralisme large et blasé présente un danger beaucoup plus grand. Le fondement de toute réforme durable, c’est la loi divine. Chacun doit comprendre la nécessité d’obéir à celle-ci. Que ses principes, aussi éternels et absolus que Dieu lui-même, soient connus de tous.

L’un des plus déplorables effets du péché originel fut de faire perdre à l’homme la maîtrise de soi-même. On ne peut progresser réellement que si cette maîtrise est reconquise.

Le corps est le seul intermédiaire pour élever l’âme et former le caractère. De là les tentations de l’adversaire des âmes pour affaiblir et dégrader nos forces physiques. Son succès dans ce domaine lui assure la possession de notre être tout entier. Si une puissance supérieure ne maîtrise nos penchants, il causera sûrement notre perte.

Le corps doit être contrôlé par les plus nobles énergies de notre être. Soumise à Dieu, notre volonté maîtrisera nos passions. La raison, sanctifiée par la grâce divine, dirigera notre vie.

Il faut que nous ayons conscience des exigences de Dieu; il faut qu’hommes et femmes comprennent leur devoir d’être purs, de se dominer, de s’affranchir de tout appétit dépravé et de toute mauvaise habitude. Toutes nos énergies, morales et physiques, sont un don du ciel et doivent être mises à son service.

Dans le rituel mosaïque, symbole de l’Évangile, aucune offrande tarée n’était reçue à l’autel de Dieu. Le sacrifice qui représentait le Christ devait être sans tache. C’est à cela que l’Écriture fait allusion lorsqu’elle dit que les croyants doivent offrir leurs « corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu » (Romains 12:1; Éphésiens 5:27).

Aucune réforme véritable ne peut être accomplie sans la puissance divine. Les barrières humaines destinées à neutraliser les tendances naturelles ou acquises ne sont que des digues de sable contre un torrent. Tant que la vie de Jésus ne nous galvanisera pas, nous ne pourrons résister aux tentations, qu’elles viennent de l’intérieur ou de l’extérieur.

Le Christ est venu ici-bas et a vécu selon la loi divine pour que l’homme puisse acquérir une maîtrise parfaite sur ses inclinations naturelles. Médecin de l’âme et du corps, il donne la victoire sur la concupiscence. Par lui, nous pouvons former un caractère parfait.

Soumis à Dieu, notre esprit est contrôlé par la loi royale qui libère tous les captifs. En nous unissant au Christ, nous devenons libres. Faire sa volonté, c’est travailler au bien de l’humanité.

Lorsque nous obéissons à la loi divine, nous sommes affranchis de l’esclavage du péché et délivrés des passions mauvaises. Nous pouvons arriver à nous dominer, à dompter nos inclinations et à vaincre « les princes de ce monde de ténèbres » et « les esprits méchants dans les lieux célestes » (Éphésiens 6:12).

C’est au sein de la famille que ces instructions sont le plus nécessaires et feront le plus de bien. Les parents doivent poser les vrais fondements du caractère et des bonnes habitudes. Qu’ils commencent par faire comprendre aux enfants que les principes de la loi divine comportent la santé physique aussi bien que la santé morale. Montrons-leur que l’obéissance à la Parole de Dieu est leur seule sauvegarde contre les maux qui mènent le monde à sa perte. Mettons en évidence la responsabilité des parents, non seulement envers eux-mêmes, mais aussi envers leurs enfants. Ils donnent à ceux-ci l’exemple de l’obéissance ou de la transgression. Le sort de leur famille est déterminé par cet exemple et leurs enseignements. Les enfants seront ce que les ont faits les parents.

Si les parents pouvaient considérer par eux-mêmes les conséquences de leurs actes, et voir comment leur vie et leur influence accroissent la puissance du péché ou celle de la justice, un changement radical s’opérerait certainement. Beaucoup renonceraient à des coutumes traditionnelles et se soumettraient aux principes divins.

Puissance de l’exemple

Appelé par sa profession à pénétrer dans les familles, à se rendre au chevet des malades, le médecin peut calmer leurs alarmes, les ramener du bord de la tombe, parler d’espoir aux mourants. Il gagne ainsi leur confiance et leur affection, et occupe une place à laquelle bien peu sauraient prétendre. Le pasteur lui-même ne dispose pas d’occasions aussi propices, ni d’une influence aussi étendue.

L’exemple du médecin, comme son enseignement, est une force positive pour le bien. La réforme qu’il s’agit d’accomplir a besoin d’hommes et de femmes dont la conduite offre l’exemple de l’empire sur soi-même. Ce qui donne du poids aux principes que nous voulons inculquer, c’est la manière dont nous les mettons nous-mêmes en pratique. Le monde a besoin d’une démonstration vivante de ce que peut faire la grâce divine pour redonner à l’homme sa dignité perdue et l’empire sur soi-même. Rien n’est plus nécessaire à l’humanité que la puissance salutaire de l’Évangile, révélée dans la vie de ceux qui s’efforcent d’imiter le Christ.

Le médecin est continuellement en relation avec des gens qui ont besoin d’être fortifiés et encouragés par un bon exemple. Beaucoup sont faibles de caractère, manquent d’empire sur eux-mêmes et sont facilement la proie de la tentation. Il ne peut leur venir en aide que si sa conduite révèle une fermeté de principes qui lui permette de triompher des habitudes nuisibles et des passions basses. On doit voir à l’œuvre dans sa vie la puissance divine. Sinon, quelque persuasives que soient ses paroles, son influence s’exercera en faveur du mal.

Bien des gens qui réclament les conseils et les soins du médecin sont des naufragés de la vie à cause de leurs mauvaises habitudes. Blessés, meurtris, coupables, impuissants, ils comprennent leurs errements, et ne savent comment s’en affranchir. Il ne devrait y avoir, dans l’entourage de ces personnes, rien qui puisse leur rappeler le milieu délétère auquel elles doivent leur état. Il leur faut une atmosphère pure, des pensées nobles et élevées. Quelle terrible responsabilité encourent ceux qui, au lieu de leur donner le bon exemple, sont eux-mêmes les esclaves d’habitudes pernicieuses!

Le médecin et l’œuvre de la tempérance

Il en est beaucoup parmi ceux qui ont recours au médecin qui ruinent leur corps et leur âme par l’usage du tabac et des boissons enivrantes. Celui qui comprend ses responsabilités dénoncera à ses malades la cause de leurs souffrances. Mais s’il fait lui-même usage de ces poisons, quelle valeur pourront avoir ses paroles? Conscient de sa propre faiblesse, il hésitera à signaler le danger qui menace la vie de ses malades, et il n’aura à cet égard aucune influence sur la jeunesse.

Adonné à des habitudes d’intempérance, comment un médecin pourrait-il montrer l’exemple de la pureté, de l’empire sur soi-même, et travailler au relèvement de ceux qui sont tombés? Alors que son haleine dégage l’odeur des liqueurs enivrantes et du tabac, que son système nerveux est ébranlé, son cerveau obscurci par l’usage des narcotiques, comment serait-il capable d’accomplir son œuvre auprès des malades, leur inspirer confiance, et agir rapidement et avec précision?

Si un médecin n’obéit pas aux lois qui gouvernent son être, s’il préfère les plaisirs égoïstes à la vigueur du corps et de l’esprit, ne se déclare-t-il pas ainsi indigne de se voir confier des vies humaines?

Quelque consciencieux et expérimenté qu’il soit, un médecin rencontre bien des insuccès et des découragements apparents. Souvent il n’atteint pas le but qu’il s’était proposé. De ses patients qui recouvrent la santé, il ne résulte aucun bien, ni pour eux ni pour la société. Beaucoup ne se rétablissent que pour retomber dans les erreurs qui les avaient rendus malades et pour se livrer avec la même ardeur au tourbillon des plaisirs insensés. Ce que le médecin a fait pour eux semble un effort perdu.

Le Christ a fait la même expérience. Cependant, il ne cessait de se dépenser en faveur de ceux qui passaient par la souffrance. Des dix lépreux qu’il purifia un jour, un seul fut reconnaissant; et c’était un étranger, un Samaritain. Mais pour l’amour de celui-là, Jésus avait guéri les neuf autres. Que le médecin qui est en proie au découragement pense au Sauveur, le grand Médecin, dont il est écrit: « Il ne se découragera point et ne se relâchera point. ... A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards. » (Ésaïe 42:4; 53:11)

S’il n’y avait eu qu’une seule âme pour accepter l’Évangile de la grâce, le Christ aurait quand même consenti, pour la sauver, à vivre une vie de labeur et d’humilité, et à mourir sur la croix. Si donc, par nos efforts, un seul être humain peut être rendu digne de briller dans les parvis célestes, n’est-ce pas déjà un résultat réjouissant?

La tâche du médecin est ardue et fatigante. Pour s’en acquitter avec succès, il lui faut une constitution et une santé robustes. Un homme faible et maladif ne peut supporter le travail pénible qui incombe au médecin. Celui qui n’a pas une parfaite maîtrise de soi-même n’est pas qualifié pour s’occuper de toutes sortes de maladies.

Souvent troublé dans son sommeil, obligé parfois de négliger ses repas, privé dans une large mesure des distractions sociales et des privilèges religieux, le médecin paraît astreint à un genre de vie lugubre et monotone. Les déboires qu’il rencontre, la pusillanimité des uns, la dépravation des autres attristent son cœur et ébranlent sa confiance dans l’humanité.

D’autre part, la lutte contre la maladie et la mort épuise à l’extrême ses énergies. Ce rude effort l’éprouve intensément, et c’est alors qu’il est le plus accessible à la tentation. Il a besoin, plus que quiconque, de force morale, de pureté d’esprit et de foi réelle. Pour l’amour des autres comme dans son propre intérêt, il ne peut se permettre de méconnaître les lois physiques. L’insouciance dans ce domaine l’amènerait bien vite à l’insouciance au point de vue moral.

Ce qui seul peut soutenir le médecin dans toutes les circonstances, c’est de se conformer aux principes divins et d’être fortifié et ennobli par une fermeté d’intention que l’on ne peut trouver qu’en Dieu. Il doit manifester l’excellence du caractère divin. Jour après jour, heure après heure, instant après instant, il faut qu’il vive comme s’il était en présence d’un monde invisible. Tel Moïse, il agira « comme voyant celui qui est invisible ».

La justice plonge ses racines dans la sainteté. Nul ne peut mener une vie pure devant ses semblables, si celle-ci n’est « cachée avec le Christ en Dieu ». Plus l’activité du médecin est intense, plus intime doit être sa communion avec le ciel.

Plus ses devoirs sont urgents et grandes ses responsabilités, plus aussi il a besoin de la puissance divine. Il faut qu’il consacre moins de temps aux choses temporelles pour en accorder davantage aux réalités éternelles. Qu’il résiste à un monde qui voudrait l’accaparer et le séparer de la source de sa force. Plus que tous les autres hommes, qu’il se place, par la prière et l’étude des Écritures, sous l’égide de Dieu. Qu’il ne cesse de se conformer aux principes de vérité, de justice et de grâce qui sont pour l’âme la révélation des attributs de la divinité.

Dans la mesure où la Parole de Dieu est mise en pratique, elle place son empreinte sur chacun de nos actes et sur chaque trait de notre caractère; elle purifie chaque pensée et régit chaque désir. Ceux qui la suivent sont les hommes forts: ils s’élèvent au-dessus de ce qui est vil pour vivre dans une atmosphère exempte de toute impureté.

Pour celui qui est en communion avec Dieu, la fermeté qui préserva jadis Joseph et Daniel de la corruption des cours païennes produira une vie irréprochable. Son caractère sera sans tache. La lumière du Christ l’illuminera, et l’étoile du matin se lèvera sur lui dans toute sa splendeur.

Une telle vie est une barrière contre le mal, une sécurité pour ceux qui passent par la tentation, une lumière pour ceux qui s’égarent dans le dédale des difficultés et des découragements: elle est une force au service de la société.