Messages choisis - Volume 1

Chapitre 61

Le Christ, centre du Message

Le message du troisième ange demande que soit présenté le sabbat du quatrième commandement; cette vérité doit donc être présentée au monde, mais Jésus-Christ, le grand centre d'attraction, ne doit pas être laissé en dehors du message du troisième ange. Plusieurs de ceux qui ont été engagés dans l'oeuvre pour ce temps-ci, ont traité le Christ comme un accessoire, donnant la première place à des théories et à des raisonnements. On n'a pas donné une place éminente à la gloire de Dieu révélée à Moïse concernant le caractère divin. Le Seigneur avait dit à Moïse: « Je ferai passer devant toi toute ma bonté. » Exode 33:19. « L'Eternel passa devant lui, et s'écria: L'Eternel, l'Eternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, mais qui ne tient point le coupable pour innocent. » Exode 34:6, 7.

Il semble qu'un voile a recouvert les yeux de plusieurs de ceux qui ont travaillé dans la cause, si bien qu'en présentant la loi ils ont perdu de vue Jésus, ils ont négligé de proclamer le fait que là où le péché a abondé la grâce surabonde. C'est à la croix du Calvaire que la miséricorde et la vérité* se sont rencontrées, que la justice et la paix se sont embrassées. Le pécheur doit toujours regarder au Calvaire; avec la foi simple d'un petit enfant il doit se reposer sur les mérites du Christ, acceptant sa justice, croyant à sa miséricorde. Les ouvriers au service de la cause de la vérité devraient présenter la justice du Christ, non pas comme une chose nouvelle, mais comme une précieuse lumière que l'on avait perdue de vue pendant un temps. Acceptons le Christ comme notre Sauveur personnel: la justice de Dieu en Christ nous sera imputée. Répétons et proclamons la vérité décrite par Jean: « Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. » 1 Jean 4:10.

L'amour de Dieu: merveilleux filon de vérité précieuse qui recèle les trésors de la grâce du Christ offerts à l'Eglise et au monde. « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique... » Jean 3:16. Amour merveilleux, insondable, qui a poussé le Christ à mourir pour nous alors que nous étions encore pécheurs! Quelle perte pour quelqu'un qui comprend les fortes exigences de la loi mais qui ne sait pas voir la grâce du Christ qui surabonde! C'est vrai que la loi de Dieu révèle son amour quand elle est présentée comme la vérité en Jésus; en effet, le don du Christ à un monde coupable doit être affirmé avec insistance dans chaque discours. Il n'y a pas lieu de s'étonner si des coeurs n'ont pas été attendris par la vérité quand celle-ci a été présentée d'une manière froide et sans vie. Il n'y a pas lieu de s'étonner si la foi de quelques-uns a vacillé en présence des promesses divines, alors que des pasteurs et des ouvriers ont négligé de présenter Jésus en rapport avec la loi de Dieu. Combien de fois ne fallait-il pas donner cette assurance: « Lui, qui n'a point épargné son propre Fils, mais qui l'a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » Romains 8:32.

Satan est décidé à faire en sorte que les hommes ne voient pas l'amour de Dieu, qui l'a amené à donner son Fils unique pour le salut d'une race perdue; car c'est la bonté de Dieu qui conduit à la repentance. Comment arriverons-nous à présenter au monde le riche amour de Dieu? Impossible de le mesurer; tout ce que l'on peut faire c'est de s'écrier: « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! » 1 Jean 3:1. Disons aux pécheurs: « Voici l'agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » Jean 1:29. En présentant Jésus en qualité de représentant du Père, nous réussirons à dissiper l'ombre que Satan a jetée sur notre sentier, pour nous empêcher de voir la miséricorde et l'amour inexprimable de Dieu manifestés en Jésus-Christ.

Regardez à la croix

Contemplez la croix du Calvaire. C'est un gage permanent de l'amour sans bornes, de la miséricorde incommensurable du Père céleste. Si seulement chacun pouvait se repentir et faire ses premières oeuvres! Si les membres de nos églises agissent ainsi, ils montreront qu'ils aiment Dieu par-dessus tout et leurs semblables comme eux-mêmes. Ephraïm n'enviera pas Juda, Juda ne fera pas de tort à Ephraïm. Les divisions cesseront, on n'entendra plus le bruit des disputes en Israël. Par la grâce librement accordée par Dieu, tous s'efforceront d'exaucer la prière du Christ qui demandait que ses disciples fussent un comme lui et son Père sont un. La paix, l'amour, la miséricorde, la bienveillance seront les principes directeurs de chaque âme. L'amour du Christ sera le thème de chaque langue, et le Témoin fidèle n'aura plus l'occasion de dire: « Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour. » Apocalypse 2:4. Le peuple de Dieu demeurera en Christ, l'amour de Jésus sera manifesté, un même Esprit animera tous les coeurs, régénérant et renouvelant chacun à l'image du Christ, façonnant tous les coeurs de la même manière. Tous seront unis au Christ, le Chef vivant, comme les sarments vivants unis au vrai Cep. Le Christ demeurera dans chaque coeur, dirigeant, consolant, sanctifiant, offrant au monde le spectacle de disciples de Jésus réalisant l'unité, attestant ainsi que l'Eglise du reste a reçu les lettres de créance du ciel. L'unité de l'Eglise du Christ fournira la preuve du fait que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde.

Quand le peuple de Dieu aura réalisé l'unité de l'Esprit, tout pharisaïsme, toute propre justice, ce qui a été le péché de la nation juive, seront expulsés de tous les coeurs. L'empreinte du Christ marquera chaque membre de son corps; les siens seront des outres dans lesquelles il pourra verser le vin nouveau sans qu'elles éclatent. Dieu fera connaître le mystère caché pendant des siècles, « la glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens, savoir: Christ en vous, l'espérance de la gloire ». Colossiens 1:27. [Versets 28 et 29 également cités.]

Jésus est venu communiquer son Saint-Esprit à l'âme humaine; de cette manière l'amour de Dieu sera répandu dans les coeurs; mais il est impossible de doter du Saint-Esprit des hommes figés dans leurs idées, dont les doctrines sont stéréotypées et immuables, et qui marchent d'après des traditions et des commandements d'hommes, comme le faisaient les Juifs contemporains du Christ. Ils observaient scrupuleusement les coutumes de leur église, ils s'attachaient fermement à des formes, et ils étaient dénués de vitalité et de vraie piété. Le Christ les comparait aux peaux desséchées qui servaient à confectionner des outres. L'Evangile du Christ ne trouvait pas de place dans leurs coeurs qui n'étaient pas des outres neuves dans lesquelles il eût pu verser un vin nouveau. Le Christ dut chercher ailleurs que chez les scribes et les pharisiens les outres susceptibles de recevoir sa doctrine de vérité et de vie. Il cherche des hommes désireux d'expérimenter la régénération du coeur. Il est venu donner aux hommes de nouveaux coeurs. Il dit: « Je vous donnerai aussi un coeur nouveau. » Mais le propre juste d'alors et celui d'aujourd'hui n'éprouvent pas le besoin d'un coeur nouveau. Jésus laissa de côté les scribes et les pharisiens qui ne sentaient aucun besoin d'un Sauveur. Ils avaient épousé des formes et des cérémonies. Ces services avaient été institués par le Christ; ils avaient été pleins de vitalité et de beauté spirituelle; mais les Juifs avaient vidé leurs cérémonies de toute vie spirituelle et ils s'attachaient à des formes mortes, vidées de leur substance. Ayant tourné le dos aux exigences des commandements de Dieu, ils cherchaient à combler le vide en multipliant leurs propres exigences, allant au-delà de ce que Dieu demandait; plus ils devenaient rigides et plus l'amour et l'Esprit de Dieu leur faisait défaut. Le Christ dit au peuple: « Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse. Faites donc et observez tout ce qu'ils vous disent; mais n'agissez pas selon leurs oeuvres. Car ils disent, et ne font pas. Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt. Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements; ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues; ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes: Rabbi, Rabbi! » « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous payez la dîme de la menthe, de l'aneth et du cumin, et que vous laissez ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité: c'est là ce qu'il fallait pratiquer, sans négliger les autres choses. » Matthieu 23:2-7, 23.

L'Église du reste est appelée à faire une expérience semblable à celle des Juifs; le Témoin fidèle qui marche au milieu des sept chandeliers d'or adresse à son peuple un message solennel: « Ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour. Souviens-toi donc d'où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres; sinon, je viendrai à toi, et j'ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. » Apocalypse 2:4, 5. L'amour de Dieu est allé décroissant dans l'Eglise; il en est résulté que l'égoïsme a repris une nouvelle activité. La perte de l'amour de Dieu a entraîné la perte de l'amour des frères. L'Eglise peut correspondre au tableau qui a été fait de celle d'Ephèse tout en manquant de piété vivante. C'est à ce propos que Jésus a dit: « Je connais tes oeuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs; que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t'es point lassé. Mais ce que j'ai contre toi, c'est que tu as abandonné ton premier amour. » Apocalypse 2:2-4.

Une religion légaliste a été considérée comme normale pour notre temps. C'est là une erreur. Le reproche adressé aux pharisiens par le Christ est applicable à ceux qui ont perdu leur premier amour. Une religion froide, légaliste, n'amènera jamais des âmes à Christ, étant dépourvue d'amour et sans Christ. Quand des jeûnes et des prières sont pratiqués dans un esprit de propre justice, ils sont en abomination aux yeux de Dieu. Les assemblées de culte solennelles, le cycle des cérémonies religieuses, une humiliation de façade, un sacrifice imposé - tout ceci clame au monde que l'on est propre juste. Ces choses ont pour but d'attirer l'attention sur celui qui s'impose des devoirs rigoureux, comme pour dire: en voilà un qui mérite le ciel. Mais tout cela n'est qu'illusion. Les oeuvres ne nous paieront pas l'entrée dans le ciel. Le grand Sacrifice qui a été offert est suffisant pour tous ceux qui voudront croire. L'amour du Christ communiquera une vie nouvelle au croyant. Celui qui se désaltère à la source de vie sera rempli du vin nouveau du royaume. La foi en Christ fera que le croyant sera animé d'un bon esprit et inspiré par des mobiles élevés; celui qui regarde à Jésus, chef et consommateur de la foi, n'aura que des sentiments célestes et pleins de bonté. Regardez à Dieu et non pas à l'homme. Dieu est votre Père céleste, toujours prêt à supporter vos infirmités, à vous pardonner et vous guérir. « Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » Jean 17:3. En contemplant le Christ vous serez transformés; vous en viendrez à détester l'orgueil, la vanité, l'estime de vous-mêmes, votre propre justice et votre incrédulité d'autrefois. Vous rejetterez loin de vous ces péchés, comme un fardeau inutile, vous marcherez humblement devant Dieu, avec douceur et confiance. Vous vous conduirez avec amour, patience, amabilité, bonté, miséricorde, et avec toutes les grâces qui habitent dans un enfant de Dieu; pour finir vous trouverez une place parmi les sanctifiés.