Messages choisis - Volume 1

Chapitre 47

La vérité telle qu'elle est en Jésus

Dieu a manifesté un amour sans égal en livrant son Fils unique à la mort pour les pécheurs. Nous avons entière confiance en ce passage de l'Ecriture qui dit: « Dieu est amour » (1 Jean 4:8); néanmoins on a parfois perverti honteusement cette parole; une fausse interprétation a entraîné une erreur dangereuse. La sainte loi de Dieu est le seul étalon nous permettant d'estimer l'amour divin. Si nous ne la prenons pas pour notre étalon, nous nous créons un étalon de notre confection. Dieu nous a donné de précieux gages de son amour, mais nous ne devons pas attribuer à Jéhova une tendresse qui l'amènerait à accorder l'impunité.

Le Créateur aime ses créatures, mais celui qui préfère le péché à la justice, l'erreur à la vérité, perpétue la transgression qui amena le malheur sur notre monde: il ne saurait être considéré avec faveur par le Dieu de vérité. Le chemin de la vérité et de la justice aboutit à la croix. Beaucoup se trompent au sujet des exigences de Dieu: ils leur font dire tout ce qui ne trouble pas leurs consciences, tout ce qui ne gêne pas leurs affaires; mais la vérité seule sanctifie.

L'amour de Dieu manifesté en Jésus nous conduit à une juste conception du caractère de Dieu. En voyant le Christ percé pour nos péchés nous comprenons que nous ne pouvons transgresser la loi de Dieu et retenir sa faveur; nous voyons qu'en tant que pécheurs il nous faut nous approprier les mérites du Christ et cesser de pécher. Alors nous nous approchons de Dieu. Une idée correcte de l'amour de Dieu nous ôte toute envie d'en abuser.

La croix du Christ atteste l'immutabilité de la loi divine - elle atteste que Dieu nous a tant aimés qu'il a donné son Fils à la mort pour nos péchés; mais le Christ est venu, non pour anéantir la loi, mais pour l'accomplir. Pas un iota ou un trait de la loi ne pouvait être changé pour atteindre l'homme déchu. Jésus est mort pour que sa justice puisse être imputée au pécheur repentant, et pour que l'homme devienne capable d'observer la loi.

Bien que l'amour de Dieu soit infini, le pardon ne peut être accordé au pécheur si ce n'est grâce au plan de la rédemption qui a entraîné la honte, le déshonneur, l'ignominie et la mort du Fils de Dieu. Cela devrait suffire à bannir à tout jamais l'idée entretenue par certaines personnes qui ont des prétentions de sainteté, selon laquelle sa mort a rendu inutile l'obéissance à la loi de Dieu. C'est à l'école du Christ qu'il nous faut, jour après jour, étudier le plan de la rédemption. Si nous cessons d'apprendre, nous cessons par là même d'être élèves à l'école du Christ. Mais si nous continuons d'étudier sous la direction du divin Maître, il nous ouvrira l'intelligence et nous fera apprendre les magnifiques leçons contenues dans la loi de Dieu.

Avançons prudemment devant le Seigneur; combien de fois n'avons-nous pas violé nos engagements et oublié nos meilleures résolutions; combien de fois, en dépit de grandes lumières, n'avons-nous pas tourné le dos à Dieu pour rechercher nos idoles: pensons-y. Il est tout à fait indiqué que nous nous humiliions sous la puissante main de Dieu.

Maturité dans l'expérience chrétienne

C'est une chose naturelle pour nous d'avoir de nous-mêmes une plus haute opinion qu'il ne convient; si pénible que cela puisse être de nous connaître tels que nous sommes réellement, nous devrions demander à Dieu de nous révéler à nous-mêmes tels qu'il nous voit. Il ne suffit pas, cependant, de demander cette révélation de nous-mêmes; il faut encore prier pour que Jésus nous soit révélé en tant que Sauveur qui pardonne le péché. Quand nous verrons Jésus tel qu'il est, un vif désir s'emparera de nos coeurs d'être débarrassés de notre moi, afin que nous soyons remplis de toute la plénitude du Christ. Quand nous aurons fait cette expérience, nous nous ferons du bien mutuellement, et nous utiliserons tous les moyens possibles pour atteindre à une vraie piété. Il nous faut purifier nos âmes de toute souillure de la chair et de l'esprit, et achever notre sanctification dans la crainte de Dieu.

L'amour d'un Dieu saint est un principe admirable, capable de nous assurer l'appui de l'univers aux heures de l'épreuve. Mais si, le temps de grâce échu pour nous, nous sommes trouvés transgresseurs de la loi divine, le Dieu d'amour deviendra un ministre de vengeance. Dieu ne tolère aucun compromis avec le péché. Quiconque désobéit sera puni. La colère de Dieu a frappé son Fils bien-aimé suspendu sur la croix du Calvaire à la place du transgresseur. Actuellement l'amour de Dieu se penche sur le plus vil, le plus misérable des pécheurs pourvu qu'il s'approche du Christ le coeur contrit. Il le saisit pour faire de lui un enfant de Dieu fidèle et obéissant; mais aucune âme ne peut être sauvée en demeurant dans le péché.

Le péché est la transgression de la loi; le même bras qui aujourd'hui se montre puissant pour sauver exercera la même puissance pour punir le transgresseur qui aura dépassé les bornes de la patience divine. Quiconque refuse de rechercher la vie, de sonder les Ecritures afin d'y découvrir la vérité, de peur de se voir condamné dans ses habitudes, sera abandonné à l'aveuglement de son esprit et aux séductions de Satan. Dans la mesure où les croyants repentants et obéissants se verront protégés par l'amour de Dieu, les impénitents et les désobéissants seront abandonnés aux conséquences de leur ignorance et de la dureté de leur coeur, parce qu'ils n'auront pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.

Beaucoup de ceux qui font profession de christianisme n'arrivent jamais à une maturité chrétienne. Ils admettent que l'homme est tombé, que ses facultés sont affaiblies, qu'il est devenu incapable de perfectionnement moral, mais ils affirment que le Christ s'est chargé de tout le fardeau des souffrances et du renoncement, et ils ne demandent pas mieux que de le lui laisser porter. Ils disent qu'il ne leur reste qu'à croire, alors que le Christ a dit: « Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix, et qu'il me suive. » Matthieu 16:24. Jésus a observé les commandements de Dieu. Les pharisiens l'ont accusé de violer le quatrième commandement parce qu'il avait guéri entièrement un homme le jour du sabbat, mais Jésus demanda à ses accusateurs: « Je vous demande s'il est permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une personne ou de la tuer. Alors, promenant ses regards sur eux tous, il dit à l'homme: Etends ta main. Il le fit, et sa main fut guérie.

»Ils furent remplis de fureur, et ils se consultèrent sur ce qu'ils feraient à Jésus. » Luc 6:9-11.

Loin d'apporter aux pharisiens la conviction que Jésus était le Fils de Dieu, ce miracle les remplit de rage, de voir que plusieurs des témoins du miracle glorifiaient Dieu. Jésus déclara que son oeuvre de miséricorde était permise le jour du sabbat. Les pharisiens, de leur côté, affirmaient que cela n'était pas légitime. Qui devons-nous croire? Le Christ a dit: « J'ai gardé les commandements de mon Père, et... je demeure dans son amour. » Jean 15:10. Nous sommes donc en parfaite sécurité quand nous marchons sur les traces de Jésus en gardant les commandements. Dieu nous a doués de facultés qui doivent être constamment exercées en coopération avec Jésus; il s'agit de travailler à notre salut avec crainte et tremblement, sachant que c'est Dieu qui opère en nous le vouloir et le faire selon son bon plaisir.

Ne jamais cesser d'avancer

Nous ne devons jamais nous déclarer satisfaits, cesser de progresser et dire: « Je suis sauvé. » Quand une telle idée est cultivée, les motifs de vigilance, de prière, d'efforts persévérants pour monter plus haut cessent d'exister. Aucune langue sanctifiée ne prononcera ces mots avant la venue du Christ, quand nous franchirons les portes de la cité de Dieu. Alors il sera tout à fait à propos de donner gloire à Dieu et à l'Agneau pour une éternelle délivrance. Aussi longtemps que quelqu'un est plein de faiblesse, - incapable de se sauver par ses propres efforts, - il ne devrait pas avoir l'audace de dire: « Je suis sauvé. »

Ce n'est pas au moment de revêtir l'armure que l'on peut s'attribuer la victoire, car il faut d'abord combattre et gagner la bataille. Celui-là seul qui persévère jusqu'à la fin sera sauvé. Le Seigneur a dit: Si le juste « se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui ». Hébreux 10:38. Une âme qui ne va pas de l'avant de victoire en victoire recule vers la perdition. Il ne nous appartient pas d'évaluer un caractère. Nous avons assez vu ce qu'on appelle perfection ici-bas. Seule la sainte loi de Dieu nous permet de savoir si oui ou non nous marchons dans ses voies. Si nous désobéissons, nos caractères ne sont pas en accord avec la règle morale du gouvernement de Dieu, et c'est mentir que d'affirmer: « Je suis sauvé. » Personne ne peut être sauvé en transgressant la loi de Dieu, fondement de son gouvernement au ciel et sur la terre.

Ceux qui par ignorance se joignent aux rangs de l'ennemi et font écho aux paroles de leurs conducteurs religieux déclarant du haut de la chaire que la loi de Dieu ne lie plus la famille humaine, seront éclairés de manière à découvrir leur erreur pourvu qu'ils acceptent les preuves fournies par la Parole de Dieu. Jésus était l'ange caché dans la colonne de nuée de jour, de feu la nuit, qui commandait aux Hébreux d'enseigner la loi de Dieu, promulguée quand les fondements de la terre furent posés, alors que les étoiles du matin s'unissaient aux fils de Dieu pour chanter leur allégresse.

La même loi fut proclamée avec majesté par la même voix du Sinaï, qui disait: « Ces commandements, que je te donne aujourd'hui, seront dans ton coeur. Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. » Deutéronome 6:6-8. Les transgresseurs de la loi de Dieu s'impatientent quand on en fait mention; ils s'irritent quand on en parle.

La Parole de Dieu est privée de son effet par des mensonges et des traditions. Satan a offert sa propre version de la loi de Dieu, et le monde l'a préférée à un « Ainsi dit le Seigneur ». Le conflit initié dans le ciel au sujet de la loi de Dieu s'est poursuivi sur la terre quand Satan eut été expulsé du ciel.

Nous devons toujours mieux nous rendre compte de notre grand besoin, afin d'apprécier notre Sauveur et de le faire connaître à d'autres. La profondeur de notre transgression n'apparaît que lorsqu'on mesure la longueur de la chaîne qui nous est jetée pour nous permettre de monter. Nous devrions faire un effort mental pour entrevoir la ruine effroyable que le péché nous a apportée; nous devrions nous efforcer de comprendre le plan divin qui a pour but de nous rendre la faveur divine. De savoir que le Fils bien-aimé de Dieu a dû venir dans notre monde pour livrer nos batailles à notre place et nous rendre capables de triompher en son nom, devrait à tout jamais humilier nos coeurs orgueilleux. Il suffira d'un seul regard jeté sur la croix du Calvaire pour faire cesser toute vantardise sur nos lèvres et nous faire écrier: « Impur, indigne de tant de souffrances, d'un tel prix payé pour mon rachat. »

L'ignorance et la propre suffisance vont de pair. La loi de Dieu a été donnée pour régler notre conduite; ses principes ont une grande portée. Aucun péché, aucun acte injuste n'échappe à sa condamnation. Le grand statut n'est que vérité; il raconte avec une exactitude infaillible l'histoire de la tromperie de Satan et la ruine de ceux qui l'ont suivi. Satan se vantait d'offrir des lois meilleures que les statuts et les jugements de Dieu; c'est pourquoi il fut banni du ciel. Il a renouvelé une tentative semblable sur la terre. Depuis le moment de sa chute il a tenté de tromper le monde, de conduire les hommes à la ruine, cela pour se venger de ce que Dieu l'a vaincu et précipité du ciel. Ses efforts pour se substituer à Dieu avec ses artifices sont constants et persistants. Il a retenu le monde captif dans ses filets; beaucoup, même au sein du peuple de Dieu, ignorent ses artifices et lui fournissent l'occasion de travailler à la ruine des âmes. Ils ne font pas preuve d'un zèle ardent pour exalter le Christ et annoncer aux multitudes qui périssent: « Voici l'agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » Jean 1:29.

Ceux qui ne connaissent pas la loi du gouvernement divin, telle qu'elle a été exposée sur la montagne, ignorent la vérité qui est en Jésus. Le Christ a révélé les principes à longue portée de la loi; il a commenté chaque précepte et s'est conformé à chacune de ses exigences dans sa vie exemplaire. Celui qui connaît la vérité telle qu'elle se trouve dans la loi connaît aussi la vérité en Jésus; si moyennant la foi en Christ il obéit aux commandements divins, sa vie est cachée avec Christ en Dieu.

La connaissance des exigences de la loi aurait pour effet de dissiper le dernier rayon d'espoir de notre âme si un Sauveur n'avait été offert à l'homme; mais la vérité telle qu'elle est en Jésus est une saveur de vie pour la vie. Le Fils bien-aimé de Dieu est mort afin de nous imputer sa propre justice, mais non pour nous donner la liberté de violer la sainte loi de Dieu, comme Satan voudrait nous le faire accroire. La foi en Christ communique à l'homme la force morale qui lui permet de résister au mal.

La sanctification est l'oeuvre de toute une vie

L'oeuvre de la sanctification est l'oeuvre de toute une vie; elle doit se poursuivre continuellement; mais cette oeuvre ne peut s'accomplir dans un coeur qui rejette ou néglige la lumière sur n'importe quelle partie de la vérité. Une âme sanctifiée ne se résigne pas à l'ignorance; elle veut marcher dans la lumière qu'elle possède et aspire à plus de lumière encore. Semblable au mineur qui creuse à la recherche d'or et d'argent, le disciple du Christ recherche les trésors cachés de la vérité; il s'avance de lumière en lumière, augmentant sans cesse ses connaissances. Il croît sans cesse en grâce et dans la connaissance de la vérité. Le moi doit être vaincu. Tout défaut de caractère doit être discerné dans le grand miroir de Dieu. Nous voyons ainsi si oui ou non nous sommes condamnés par la règle divine du caractère.

Si vous vous sentez condamnés, il n'y a qu'une chose à faire: se repentir devant Dieu d'avoir transgressé sa loi, avoir foi en notre Seigneur Jésus-Christ qui seul peut nous purifier du péché. Pour obtenir le ciel il faut se conformer aux saintes exigences de Dieu. Combattre selon les règles n'est pas lutter en vain. Croyez seulement à la vérité telle qu'elle est en Jésus, et vous serez fortifiés en vue de la bataille à livrer aux puissances des ténèbres. Les lutteurs d'autrefois s'efforçaient de gagner une couronne corruptible. Nous luttons en vue d'une couronne qui ne se flétrit pas.

Satan fera usage de tous ses artifices et de toutes ses ruses pour amener notre ruine. Si vous vous rangez parmi ceux qui en prennent à leur aise, en disant des lèvres: « Je suis sauvé », alors que vous négligez les commandements de Dieu, vous serez perdus pour toujours. Jésus a prononcé des paroles terribles pour ceux qui en prennent à leur aise et qui restent inactifs. Celui qui obéit trouve en Jésus une vérité pleine de douceur. C'est la joie du Saint-Esprit. Laissez-vous donc persuader: ouvrez votre esprit et votre coeur pour accueillir tout rayon de lumière émanant du trône de Dieu.

Ce n'est pas le temps d'être indifférent, négligent, et d'aimer le plaisir. Le Christ revient avec puissance et une grande gloire. Etes-vous prêts? Est-ce que vous vous débarrassez de vos péchés? Etes-vous sanctifiés par la vérité, conformément à la prière du Christ? Il a demandé, au sujet de ses disciples: « Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité. » Jean 17:17.

Les parents devraient élever leurs enfants dans la crainte du Seigneur, leur apprenant à se conformer joyeusement à la volonté divine. On ne peut surestimer les avantages d'une piété précoce. Pour beaucoup les impressions reçues au temps de la jeunesse durent jusque dans l'éternité. C'est pendant la jeunesse que les statuts et les commandements de Dieu s'inscrivent le plus aisément sur les tablettes de l'âme. On a beaucoup négligé d'instruire les enfants; on ne leur a pas présenté comme il le fallait la justice du Christ.

Le temps de grâce nous est accordé pour que nous puissions former un caractère prêt pour l'éternité. Pensée solennelle: vos enfants sont confiés à vos soins pour que l'éducation que vous leur donnez forme en eux des caractères susceptibles d'être approuvés de Dieu et non point des caractères qui deviennent des jouets entre les mains de Satan et de ses anges. Du milieu de la colonne de nuée et de feu Jésus fit entendre sa voix et recommanda à son peuple d'instruire ses enfants avec diligence concernant les commandements de Dieu. Qui est-ce qui se conforme à ces instructions? Qui s'efforce de faire en sorte que ses enfants aient l'approbation divine? Qui se souvient constamment que les talents et les dons de ses enfants appartiennent à Dieu et devraient être entièrement consacrés à son service?

Anne consacra Samuel au Seigneur, et Dieu se révéla à lui dès son enfance. Nous devrions nous donner beaucoup plus de peine pour nos enfants et notre jeunesse; car Dieu leur permettra de faire de grandes choses en son nom, enseignant la vérité dans des pays étrangers, à ceux qui gisent dans les ténèbres de l'erreur et de la superstition. Si vous gâtez vos enfants, faisant tous leurs caprices; si vous encouragez chez eux la coquetterie, la vanité et l'orgueil, vous ferez une oeuvre qui sera une source de désappointement pour Jésus, qui a payé un prix infini pour leur rachat. Il désire que les enfants le servent d'un coeur non partagé.

Parents, une grande oeuvre vous attend pour Jésus qui a tout fait pour vous. Prenez-le pour votre guide et votre secours. Dieu ne vous a pas refusé le don le plus précieux qu'il pût vous offrir - son Fils unique. Il ne faut pas empêcher enfants et jeunes gens de venir à Jésus. Satan cherche à s'attacher les enfants avec des liens d'acier; ce n'est que par des efforts personnels décisifs que vous réussirez à les conduire à Jésus. Il faudrait se donner plus de peine pour les enfants et les jeunes gens: ils sont l'espoir de l'Eglise. Joseph, Daniel et ses compagnons, Samuel, David, Jean, Timothée: autant d'exemples lumineux attestant que « le commencement de la sagesse, c'est la crainte de l'Eternel ». Proverbes 9:10.

Faisons des efforts plus énergiques si nous voulons que le Seigneur Jésus demeure avec nous en qualité de conseiller et d'assistant. La lumière qui émane du Fils de Dieu cloué à la croix peut ramener tous les égarés. Il possède une puissance capable de purifier le coeur et de transformer le caractère. Que tout vrai chrétien oeuvre en faveur des enfants et des jeunes gens, plaçant devant leurs yeux l'amour immaculé de Jésus. Alors l'attrait et les illusions du monde perdront leur force; on ne verra aucun avantage à suivre le sentier de la désobéissance.