Messages choisis - Volume 1

Chapitre 28

La loi, objet de la haine de Satan

En me réveillant la nuit dernière j'ai senti un lourd fardeau sur mon coeur. Je présentais un message à nos frères et soeurs, c'était un message d'avertissement et d'instruction concernant l'attitude de personnes qui répandent de fausses théories quant à la réception du Saint-Esprit et la manière dont il opère par des instruments humains.

J'ai appris qu'un fanatisme analogue à celui auquel il fallut faire face après l'expiration du temps en 1844 se manifestera à nouveau parmi nous dans les derniers jours du message, et qu'il faudra y faire face avec autant d'énergie qu'il n'en fallut au cours de notre première expérience.

Nous nous trouvons au seuil d'événements graves et solennels. Les prophéties s'accomplissent. Une histoire étrange et pleine d'intérêt s'inscrit dans les livres du ciel - événements prédits comme devant précéder de peu le grand jour de Dieu. Tout dans le monde est dans un état instable. Les nations sont irritées, et l'on fait de grands préparatifs de guerre. Une nation conspire contre une nation, un royaume contre un royaume. Le grand jour de Dieu est proche. Toutefois, bien que les nations rassemblent leurs forces en vue de la guerre et de l'effusion de sang, l'ordre est encore donné aux anges de retenir les quatre vents jusqu'à ce que les serviteurs de Dieu soient scellés au front.

Le monde aujourd'hui souffre des conséquences inévitables de la transgression de la loi de Dieu. L'oeuvre de la création achevée, Dieu se reposa le septième jour, et sanctifia ce jour de son repos, le mettant à part comme le jour que l'homme doit consacrer à l'adoration. Mais le monde en général, en ce temps-ci, ne tient aucun compte de la loi de Jéhova. Un autre jour a été substitué en lieu et place du jour de repos choisi par Dieu. L'instrument humain dresse ses voies et sa volonté contre les enseignements positifs de la Parole, et le monde est plongé dans la révolte et le péché.

L'opposition à la loi de Dieu a débuté dans les parvis célestes, avec Lucifer, le chérubin protecteur. Satan voulait être le premier dans les conseils célestes, égal à Dieu. Il entreprit son oeuvre de rébellion avec les anges placés sous son commandement, s'efforçant de répandre parmi eux un esprit de mécontentement. Il procéda avec tant d'habileté que beaucoup d'anges lui accordèrent leur allégeance avant de bien connaître ses desseins. Même les anges restés fidèles ne pouvaient discerner clairement son caractère, ni voir où tendaient ses efforts. Quant Satan eut réussi à gagner beaucoup d'anges, il plaida sa cause auprès de Dieu, prétendant que les anges désiraient lui voir occuper la position détenue par le Christ.

Le mal alla croissant jusqu'au moment où l'esprit de mécontentement éclata en une révolte ouverte. C'est alors qu'il y eut guerre dans le ciel; Satan fut jeté dehors avec tous ceux qui sympathisaient avec lui. Satan avait combattu pour s'emparer du ciel, et il avait perdu la bataille. Dieu ne pouvait plus, dès lors, lui confier des honneurs et de l'autorité; ces choses lui furent retirées, tout comme sa participation au gouvernement du ciel.

Depuis ce moment-là Satan et ses confédérés sont restés les ennemis déclarés de Dieu dans notre monde, s'opposant sans cesse à la cause de la vérité et de la justice. Satan a continué à présenter le Christ et Dieu sous un faux jour, et le monde s'est rangé à ses côtés. Même les Eglises faisant profession de christianisme ont pris position en faveur du premier grand apostat.

Satan se donne comme le prince du royaume de ce monde: c'est en cette qualité qu'il s'est approché du Christ dans la dernière des trois grandes tentations au désert. Montrant au Sauveur les royaumes du monde qu'il avait fait défiler devant lui, Satan lui dit: « Je te donnerai toutes ces choses si, te prosternant devant moi, tu m'adores. »

Dans les parvis célestes le Christ avait su que le temps viendrait où il lui faudrait affronter le pouvoir de Satan et le vaincre s'il voulait arracher la race humaine à sa domination. Le moment venu, le Fils de Dieu déposa sa couronne et sa robe royales; cachant sa divinité sous son humanité, il vint sur la terre pour affronter et vaincre le prince du mal. Afin de devenir l'Avocat de l'homme auprès du Père, le Sauveur allait vivre sur la terre comme tout être humain doit le faire, acceptant les adversités, les douleurs et les tentations. L'Enfant de Bethléhem allait s'identifier avec la race humaine; par une vie immaculée de la crèche à la croix il allait montrer que l'homme qui voudrait se repentir et se confier en lui retrouverait la faveur de Dieu. Il allait apporter à l'homme la grâce rédemptrice, le pardon des péchés. Les hommes obtiendraient le pardon, pourvu qu'ils voulussent rentrer dans l'ordre et cesser leurs transgressions.

Dans la faiblesse de son humanité le Christ allait subir les tentations d'un être doué des facultés supérieures que Dieu a accordées à la famille angélique. Mais l'humanité du Christ était unie à sa divinité, ce qui lui permettrait de résister à toutes les tentations de Satan et de préserver son âme des souillures du péché. A tout fils et à toute fille d'Adam prêt à accepter par la foi les justes attributs de son caractère il donnerait le pouvoir de la victoire.

Dieu a aimé le monde au point de donner son Fils unique afin que quiconque le recevrait devienne capable d'imiter sa vie juste. Le Christ a fourni la preuve de la possibilité pour l'homme de saisir par la foi la puissance de Dieu. Il a montré que le pécheur, en se repentant et en exerçant sa foi en la justice du Christ, peut être réconcilié avec Dieu et participer à la nature divine, fuyant la corruption qui règne dans le monde par la convoitise.

Satan offre aujourd'hui les mêmes tentations qu'il offrit au Christ, promettant les royaumes du monde en retour de notre allégeance. Mais les tentations de Satan n'ont aucun pouvoir sur celui qui regarde à Jésus, le chef et le consommateur de la foi. Il ne peut entraîner au péché celui qui accepte par la foi les vertus de Celui qui a été tenté comme nous en toutes choses, sans pécher.

« Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. » Il est invincible, celui qui se repent de ses péchés et qui accepte le don de la vie du Fils de Dieu. Saisissant par la foi la nature divine, il devient enfant de Dieu. Il prie, il croit. Tenté et soumis à l'épreuve, il réclame la puissance que le Christ lui a acquise par sa mort, et il triomphe par sa grâce. C'est ce que tout pécheur doit comprendre. Il doit se repentir de ses péchés, croire à la puissance du Christ, accepter la force capable de le sauver et de le préserver du péché. Combien nous devrions être reconnaissants, en pensant à l'exemple que le Christ nous a donné!

Ne cherchez pas à éviter la croix

Théories et spéculations d'invention humaine peuvent abonder; qui veut sortir vainqueur de l'épreuve, jusqu'à la fin, doit être assez humble pour se tenir dans la dépendance du pouvoir divin. Si nous saisissons la puissance de l'Infini, si nous venons au Christ en disant: « Je ne t'apporte rien; je me cramponne à ta croix », alors les agents divins peuvent coopérer avec nous pour sanctifier et purifier nos vies.

Que personne ne cherche à éviter la croix. C'est elle qui nous assure la victoire. C'est au moyen des afflictions et des épreuves que les agents divins peuvent effectuer dans nos vies une oeuvre qui aura pour résultat l'amour, la paix et la bonté du Christ.

L'étude de la Parole doit accomplir une grande oeuvre, jour après jour, dans le coeur humain. Nous avons besoin d'apprendre la simplicité de la vraie foi. Ceci portera sa récompense. Efforçons-nous d'obtenir des progrès décisifs dans l'intelligence spirituelle. Faisons de la précieuse Parole notre conseillère. Il nous faut nous avancer avec prudence, en nous tenant tout près de Jésus. Il nous faut l'esprit et la grâce du Christ, ainsi que la foi agissant par l'amour, qui purifie l'âme.

Il nous faut bien comprendre ce que Dieu exige de son peuple. Chacun peut comprendre la loi qui est l'expression de son caractère. Les paroles écrites du doigt de Dieu sur des tables de pierres révèlent si parfaitement sa volonté à l'égard de son peuple, qu'il n'y a pas lieu de s'y méprendre. Les lois du royaume ont été clairement définies pour être révélées à tous peuples et langues en tant que principes du gouvernement divin. Il convient d'étudier ces lois contenues au chapitre 20 de l'Exode et au chapitre 31, versets 12 à 18.

Quand siégera le jugement, quand les livres seront ouverts et que tout homme sera jugé d'après ce qui sera écrit dans ces livres, les tables de pierre, restées cachées sous la garde de Dieu jusqu'à ce jour-là, seront présentées au monde comme la règle de la justice. Alors hommes et femmes comprendront que leur salut dépend de leur obéissance à la loi parfaite de Dieu. Il n'y aura aucune excuse pour le péché de qui que ce soit. En accord avec les justes principes de cette loi, les sentences de vie ou de mort seront prononcées sur tous les hommes.