Messages choisis - Volume 1

Chapitre 25

Le fondement de notre foi

Le Seigneur communiquera à son oeuvre une force nouvelle, vitale, à mesure que des instruments humains obéiront à l'ordre donné d'aller proclamer la vérité. Celui qui a déclaré que sa vérité resplendira à jamais fera proclamer cette vérité par des messagers fidèles, qui donneront à la trompette un son bien défini. La vérité sera critiquée, tournée en dérision, méprisée; mais plus elle sera examinée de près et mise à l'épreuve, plus vif sera son éclat.

En tant qu'Eglise nous devons nous tenir fermes sur la plate-forme de la vérité éternelle qui a surmonté toutes les épreuves. Il faut maintenir les solides piliers de notre foi. Les principes de vérité que Dieu a révélés constituent notre seul vrai fondement. Ce sont eux qui ont fait de nous ce que nous sommes. Le cours des années n'en a pas diminué la valeur. L'ennemi s'efforce constamment d'arracher ces vérités de leur cadre et de les remplacer par de fausses théories. Il se servira de tous les moyens possibles pour réaliser ses desseins perfides. Mais le Seigneur suscitera des hommes clairvoyants qui sauront donner à ces vérités la place qui leur revient dans le plan de Dieu.

Le messager céleste m'a montré que quelques-uns des raisonnements du livre Living Temple ne sont pas solides et pourraient égarer des esprits insuffisamment établis sur les principes fondamentaux de la vérité présente. Ils introduisent de pures spéculations au sujet de la personnalité de Dieu et de son omniprésence. Personne sur cette terre n'a le droit de spéculer sur cette question. Plus l'on discutera des théories fantaisistes, moins on connaîtra Dieu et la vérité qui sanctifie l'âme.

Plusieurs sont venus me demander d'expliquer les positions prises dans Living Temple. Je réponds; « Elles sont inexplicables. » Les idées exprimées ne donnent pas une vraie connaissance de Dieu. A travers tout le livre des passages de l'Ecriture sont cités; ils sont présentés de manière à faire apparaître l'erreur comme une vérité. Des théories erronées sont présentées d'une manière si plaisante qu'à moins d'un soin extrême beaucoup seront égarés.

Nous n'avons pas besoin du mysticisme contenu dans ce livre. Ceux qui s'arrêtent à ces sophismes se trouveront bientôt dans une condition qui permettra à l'ennemi de s'entretenir avec eux et de les éloigner de Dieu. D'après ce qui m'est montré, l'auteur de ce livre s'est fourvoyé. Il a perdu de vue les vérités distinctives destinées à ce temps-ci. Il ne voit pas où ses pas vont aboutir. Le sentier de la vérité côtoie celui de l'erreur; les deux semblent se confondre aux yeux de celui qui n'est pas sous l'action du Saint-Esprit et qui, par conséquent, ne discerne pas promptement la différence qui existe entre la vérité et l'erreur.

Une vue du danger qui approche

À peu près au moment où parut Living Temple, une nuit il me fut montré qu'un danger était imminent et que je devais m'y préparer en écrivant les choses que Dieu m'avait révélées concernant les principes fondamentaux de notre foi. Un exemplaire de Living Temple qui me fut envoyé resta dans ma bibliothèque sans être lu. Je savais, grâce à la lumière que le Seigneur m'avait donnée, que quelques-unes des idées défendues dans ce livre n'avaient pas l'approbation divine, et qu'il y avait là un piège préparé par l'ennemi pour les derniers jours. Je pensais qu'on ne tarderait pas à s'en rendre compte et que je n'avais pas besoin de dire quoi que ce soit à ce sujet.

Dans la controverse qui s'éleva parmi nos frères au sujet des enseignements de ce livre, ceux qui voulaient lui assurer une vaste diffusion disaient: « Il contient exactement les idées enseignées par soeur White. » Ceci m'alla droit au coeur, et j'en eus le coeur brisé; je savais en effet que cela ne correspondait pas à la vérité.

Enfin mon fils me dit: « Maman, tu devrais lire au moins quelques portions du livre pour voir si cela est conforme aux lumières que Dieu t'a données. » Il s'assit à mon côté et ensemble nous avons lu la préface, le premier chapitre presque en entier et quelques paragraphes d'autres chapitres. Pendant cette lecture je compris que je voyais là les idées contre lesquelles j'avais été invitée à mettre en garde dès les premiers jours de mes travaux publics. Quand je quittai pour la première fois l'Etat du Maine, c'était pour me rendre au Vermont et au Massachusetts, afin d'y apporter un témoignage contre ces idées. Living Temple contient l'alpha de ces théories, et je savais que l'oméga ne tarderait pas à suivre; aussi étais-je en souci pour notre Eglise. Je savais que mon devoir était d'avertir nos frères et soeurs de ne pas discuter la présence et la personnalité de Dieu. Les déclarations contenues dans Living Temple sur ce sujet ne sont pas justes. Les passages bibliques cités à l'appui de la doctrine exposée sont mal interprétés.

Je suis obligée de nier que les enseignements de Living Temple puissent être appuyés par des déclarations tirées de mes écrits. Il peut y avoir dans ce livre des expressions et des idées conformes à mes écrits. Il peut y avoir dans mes écrits plusieurs déclarations qui, isolées de leur contexte et interprétées selon l'esprit de l'auteur de Living Temple, sembleraient en harmonie avec les enseignements de ce livre. Ceci paraît justifier l'assertion d'après laquelle les idées de Living Temple sont en harmonie avec mes écrits. Puisse le Seigneur empêcher que cette opinion se répande!

Il en est peu qui soient capables de discerner les sophismes de certains et d'en apprécier les résultats. Mais le Seigneur a soulevé le rideau pour me montrer ce qui en résulterait. Les théories spiritualistes relatives à la personnalité de Dieu, si elles étaient poussées à leurs dernières conséquences, feraient disparaître d'un coup de balai toute l'économie chrétienne. On y enseigne que les événements qui sont près d'arriver ne sont pas dignes de retenir toute notre attention. On y invalide la vérité d'origine céleste, on prive le peuple de Dieu de son expérience passée pour lui donner à sa place une fausse science.

Dans une vision de la nuit il m'a été montré distinctement que certains ont considéré ces idées comme de grandes vérités auxquelles il faut maintenant donner de la publicité. Il m'a été montré une plate-forme, affermie par de solides charpentes, - les vérités de la Parole de Dieu. Quelqu'un occupant une haute position dans l'oeuvre médicale chargeait tel ou tel homme de détacher les supports de cette plate-forme. Puis j'entendis une voix qui disait: « Où sont les sentinelles qui devraient se tenir sur les murailles de Sion? Dorment- elles? Ce fondement a été posé par le Maître ouvrier et il pourra résister à tous les orages et à toutes les tempêtes. Permettra-t-on à cet homme de présenter des doctrines qui sont la négation de l'expérience passée du peuple de Dieu? Le moment est venu d'agir avec décision. »

L'ennemi des âmes a cherché à introduire la supposition selon laquelle une grande réforme doit avoir lieu parmi les adventistes du septième jour: cette réforme devrait consister à renoncer aux doctrines qui constituent les piliers de notre foi et entreprendre un travail de réorganisation. Si une telle réforme avait lieu, qu'est-ce qui s'ensuivrait? Les principes de vérité que Dieu dans sa sagesse a donnés à l'Eglise du reste seraient rejetés. Notre religion subirait un changement. Les principes fondamentaux qui ont soutenu l'oeuvre pendant les cinquante dernières années seraient tenus pour autant d'erreurs. Une nouvelle organisation serait établie. Des livres d'un ordre différent seraient écrits. On introduirait un système de philosophie intellectuelle. Les fondateurs de ce système se rendraient dans les villes pour y accomplir une oeuvre magnifique. Il va sans dire que le sabbat serait peu respecté, tout comme le Dieu qui l'a établi. Ce nouveau mouvement ne tolérerait aucune opposition. Ses chefs enseigneraient que la vertu est préférable au vice, mais du moment que Dieu serait écarté, on ne dépendrait plus que de la force humaine qui est impuissante sans Dieu. On construirait sur le sable, et tout l'édifice s'écroulerait à la première tempête.

Qui a l'autorité nécessaire pour inaugurer un tel mouvement? Nous avons nos Bibles. Nous avons notre expérience, attestée par l'action miraculeuse du Saint-Esprit. La vérité que nous possédons exclut tout compromis. N'allons-nous pas répudier tout ce qui n'est pas en harmonie avec cette vérité?

J'ai hésité et renvoyé à plus tard l'envoi de ce que l'Esprit du Seigneur m'avait contrainte à écrire. J'aurais préféré ne pas devoir présenter les influences trompeuses de ces sophismes. Mais la Providence divine veut que l'on affronte les erreurs survenues.

Un iceberg! « Aborde-le »

Peu de temps avant l'envoi des témoignages concernant les efforts de l'ennemi pour miner les fondements de notre foi en répandant des théories séduisantes, j'avais lu un incident au sujet d'un navire qui avait rencontré un iceberg dans le brouillard. Je ne pus presque pas dormir pendant plusieurs nuits. Je ployais comme un char sous le poids des gerbes. Une nuit une scène me fut présentée avec clarté. Un navire naviguait par un épais brouillard. Soudain la vigie cria: « Un iceberg tout proche! » Il y avait là un iceberg géant, se dressant bien plus haut que le navire. Une voix cria avec autorité: « Abordez-le! » Il n'y eut pas d'hésitation. Il fallait agir instantanément. L'ingénieur mit toute la vapeur, et le pilote dirigea le navire contre l'iceberg. La glace fut heurtée avec fracas. Un choc terrible et l'iceberg se brisa en plusieurs morceaux qui tombèrent avec un bruit de tonnerre sur le pont. Les passagers furent violemment secoués par la collision, mais il n'y eut pas de vies perdues. Le navire fut endommagé, mais pouvait être réparé. Il fut repoussé en arrière, trembla de la proue à la poupe, comme une créature vivante, puis poursuivit son chemin.

J'ai bien compris ce que cela signifiait. J'avais entendu mes ordres. J'avais entendu une voix, comme celle de notre Capitaine: « Aborde-le! » Je connaissais dès lors mon devoir, et je savais qu'il n'y avait pas un instant à perdre. Le moment était venu d'agir avec décision. Je devais sans délai obéir à l'ordre: « Aborde-le! »

Cette nuit-là j'étais debout à une heure du matin, écrivant aussi vite que ma main pouvait courir sur le papier. Pendant les quelques jours qui suivirent j'ai travaillé tôt et tard, préparant pour notre Eglise les instructions données au sujet des erreurs qui s'introduisaient parmi nous.

Je n'ai cessé d'espérer qu'il y aurait une réforme complète, et que l'on maintiendrait les principes pour lesquels nous avons lutté dans les premiers jours et qui furent mis en lumière par la puissance du Saint-Esprit.

Le sûr fondement de notre foi

Plusieurs parmi les nôtres ne voient pas avec quelle fermeté ont été posés les fondements de notre foi. Mon mari, le pasteur Joseph Bates, le père Pierce,* le pasteur [Hiram] Edson, et d'autres hommes claivoyants, nobles et sincères, étaient parmi ceux qui, la date de 1844 écoulée, cherchaient la vérité comme un trésor caché. Je les ai rencontrés et nous avons étudié et prié avec ardeur. Souvent nous restions ensemble tard dans la nuit, et parfois jusqu'au matin, priant pour obtenir la lumière et étudiant la Parole. Ces frères se sont souvent réunis pour étudier la Bible, afin de comprendre sa signification et d'être à même de prêcher avec puissance. Quand ils arrivaient dans leurs études à un point où ils devaient dire: « Impossible d'aller plus loin », l'Esprit du Seigneur descendait sur moi, j'entrais en vision, les passages que nous avions examinés m'étaient expliqués clairement, et j'étais informée sur la manière de travailler et d'enseigner avec succès. Une lumière était accordée pour nous aider à comprendre les Ecritures touchant le Christ, sa mission, son sacerdoce. Une ligne de vérité partant de ce temps-là pour aboutir au moment où nous entrerons dans la cité de Dieu devenait claire pour moi et je communiquais à d'autres les instructions reçues du Seigneur.

Pendant tout ce temps je ne réussissais pas à suivre les raisonnements des frères. Mon esprit paraissait fermé, de sorte que je ne pouvais comprendre la signification des passages étudiés. Ceci me remplissait de tristesse. Je demeurais dans cet état jusqu'au moment où les principaux points de notre foi nous devenaient clairs, en accord avec la Parole de Dieu. Les frères savaient que j'étais incapable de comprendre ces sujets sans une vision, et ils acceptaient comme venant du ciel les révélations accordées.

Pendant deux ou trois années mon esprit resta fermé à l'intelligence des Ecritures. Au cours de nos travaux mon mari et moi avons visité le père Andrews,* qui souffrait intensément d'un rhumatisme inflammatoire. Nous avons prié pour lui. J'ai posé mes mains sur sa tête et lui ai dit: « Père Andrews, le Seigneur Jésus vous guérit. » Guéri instantanément, il se leva, se promena dans la chambre, louant Dieu et disant: « Je n'ai jamais vu chose pareille. Des anges se trouvent dans cette chambre. » La gloire du Seigneur se manifesta. Une lumière semblait resplendir dans toute la maison, et une main d'ange se posa sur ma tête. Depuis ce temps-là et jusqu'à présent j'ai pu comprendre la Parole de Dieu.

Quelle est donc l'influence qui, à ce moment de l'histoire de notre oeuvre, voudrait agir sous main, avec énergie, pour renverser les fondements de notre foi - fondements posés au début de notre oeuvre par une étude de la Parole conduite avec prière et par des révélations? C'est sur ce fondement que nous avons construit pendant les cinquante années qui viennent de s'écouler. Cela vous étonne-t-il si j'ai quelque chose à dire quand je vois quelqu'un commencer à déplacer les piliers de notre foi? Il me faut obéir à l'ordre: « Aborde-le! » ...

Je dois communiquer le message d'avertissement que Dieu m'a confié et laisser les résultats entre les mains du Seigneur. Il me faut présenter le sujet sous toutes ses faces. Le peuple de Dieu ne doit pas être dépouillé.

Nous sommes le peuple qui observe les commandements de Dieu. Pendant les cinquante dernières années toutes les formes d'hérésie ont tenté d'obscurcir nos esprits concernant l'enseignement de la Parole de Dieu - particulièrement touchant le ministère que le Christ exerce dans le sanctuaire céleste, et le message que le Ciel nous a envoyé pour ces derniers jours, tel qu'il est contenu au chapitre 14 de l'Apocalypse. Des messages de toute espèce ont été adressés aux adventistes du septième jour, pour prendre la place des vérités qui ont été obtenues point après point, par l'étude et la prière, et confirmées par la puissance miraculeuse du Seigneur. Mais les jalons qui ont fait de nous ce que nous sommes doivent être maintenus, et ils le seront, comme Dieu l'a déclaré dans sa Parole et par le témoignage de l'Esprit. Il nous demande de nous cramponner avec fermeté, par l'étreinte de la foi, aux principes fondamentaux qui ne peuvent être mis en question.