Messages choisis - Volume 1

Chapitre 12

L'étonnement des anges

Les anges voient avec étonnement que les hommes considèrent avec tant de légèreté et d'indifférence les vérités vitales qui revêtent une si grande importance pour le pécheur, et qu'ils demeurent captifs de Satan malgré tout ce qu'a enduré la personne divine du Fils de Dieu. Oh! si nous pouvions cultiver des habitudes de contemplation devant l'abnégation et l'esprit de sacrifice manifestés dans la vie du Christ, au point d'avoir un vif sentiment du caractère haïssable du péché.

Qu'une vive gratitude naisse dans nos esprits à la pensée de la fidélité avec laquelle le Père nous pardonne en Christ, selon sa promesse. Sa grâce et son amour nous en donnent l'assurance tandis que nous contemplons le Christ élevé sur la croix du Calvaire. Chacun de nous veut-il, selon ses capacités, s'efforcer de saisir cette vérité: Jéhova notre Dieu nous aime et nous pardonne si nous croyons à Jésus et si nous l'aimons?

Quelle vérité glorieuse! Dieu est disposé à pardonner à tous ceux qui viennent à lui repentants. Prêchez cela. Elevez très haut Jésus, afin que tous puissent le contempler. ...

Dans les sacrifices qu'ils offraient les Juifs voyaient un symbole du Christ dont le sang a été versé pour le salut du monde. Toutes ces offrandes avaient pour but de servir de types au Christ et de graver dans les coeurs cette vérité importante: seul le sang de Jésus purifie de tout péché; sans l'effusion du sang il ne peut y avoir rémission des péchés. Certains se demandent avec étonnement pourquoi Dieu a demandé tant de sacrifices et réclamé tant de victimes sanglantes dans l'économie juive.

Chaque victime expirante était un type du Christ; cette leçon devait s'imprimer dans l'esprit et le coeur de la manière la plus solennelle par ces cérémonies sacrées que les prêtres avaient pour mission d'expliquer clairement. Le but des sacrifices, envisagé clairement par Dieu lui-même, était d'enseigner cette vérité d'une importance capitale: ce n'est que par le sang du Christ que l'on peut obtenir le pardon des péchés.

Cette grande vérité salutaire est souvent répétée aux oreilles des croyants et des incroyants; néanmoins les anges contemplent avec étonnement l'indifférence d'hommes pour qui ces vérités ont une telle signification. A en juger par les faits, combien peu l'Eglise apprécie la force du merveilleux plan de la rédemption. Combien peu font une vivante réalité de la vérité selon laquelle dans le sang de Jésus-Christ, qui purifie, se trouve le pardon des péchés qui s'attachent aux êtres humains comme une lèpre hideuse.

Quelles pensées profondes ceci ne devrait-il pas susciter dans l'esprit de chacun. Il n'avait pas à souffrir pour expier ses propres péchés. L'intensité de ses souffrances a été proportionnée à la dignité de sa personne et à la grandeur de son caractère immaculé. - Lettre 43, 1892.

Repentance spasmodique

« Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. » Apocalypse 3:20, 21.

Quelqu'un dira: Pourquoi faut-il que ce message résonne sans cesse à nos oreilles? C'est parce que vous ne vous repentez pas complètement. Vous ne vivez pas en Christ et vous ne faites pas habiter le Christ en vous. Quand une idole est chassée d'une âme, Satan en a une autre, toute prête à la remplacer. A moins d'une entière consécration au Christ et d'une vie de communion avec lui, à moins qu'on ne le prenne pour conseiller, on constatera que le coeur, toujours ouvert à de mauvaises pensées, se détourne aisément du service de Dieu pour se mettre au service du moi.

Il se peut que parfois vous ayez le désir de vous repentir. Mais à moins de consentir à une réforme décisive et de mettre en pratique les vérités apprises, à moins de posséder une foi active, agissante, qui sans cesse accroisse sa force, votre repentir ressemble à la rosée matinale. L'âme ne sera pas délivrée d'une manière permanente. Une repentance fruit d'un exercice spasmodique des sentiments est une repentance dont il y a lieu de se repentir; car elle est décevante. Un exercice violent des sentiments, incapable de produire des fruits paisibles de justice, vous laisse dans un état pire qu'auparavant.

Le tentateur vous poursuivra chaque jour avec une excuse plausible mais trompeuse, pour vous amener à vous servir vous-mêmes, à chercher votre propre satisfaction; ainsi vous retomberez dans vos vieilles habitudes, négligeant le service de Dieu qui vous procurerait espoir, réconfort et assurance.

Dieu demande un service volontaire - inspiré au coeur par l'amour de Jésus. Un service égoïste, rendu à contrecoeur, ne pourra jamais plaire à Dieu. Il exige le coeur tout entier, il veut être aimé sans partage, il attend une entière confiance en son pouvoir capable de délivrer du péché. ...

Dieu veut honorer de son appui toute âme sincère et ardente qui s'efforce de marcher devant lui dans la perfection de la grâce du Christ. Le Seigneur Jésus n'abandonnera jamais une âme humble et tremblante. Croirons-nous que Dieu est disposé à travailler dans nos coeurs? que si nous le laissons agir il fera de nous des êtres purs et saints, qualifiés par sa grâce abondante à devenir ses collaborateurs? Pouvons-nous, avec des sens sanctifiés, apprécier la force des promesses divines, nous les approprier, non parce que nous en sommes dignes, mais parce que par une foi vivante nous réclamons en notre faveur la justice du Christ? - Manuscrit 125, 1901.