Maranatha, le Seigneur vient!

24 Mars

L'épreuve des tentations

Donnez-vous vous-mêmes à Dieu... et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous. (Romains 6:13, 14)

Ce n'est que par la puissance de Dieu que les coeurs peuvent être soustraits à l'emprise du mal. Seul le sang du Crucifié purifie du péché; seule Sa grâce peut nous rendre capables de résister aux tendances d'une nature corrompue et de les vaincre (Evangelism 601).

La valeur du sacrifice infini de notre rédemption est la preuve que le péché est un mal terrible. C'est à cause de celui-ci que l'organisme humain est détraqué, l'esprit est perverti, l'imagination corrompue. Il dégrade les facultés de l'âme. Les tentations de l'extérieur trouvent le chemin de nos coeurs, et nos pas se tournent imperceptiblement vers le mal.

Autant le sacrifice accompli en notre faveur était complet, autant doit l'être aussi notre affranchissement des souillures du péché. La loi divine n'excuse aucune méchanceté, elle condamne toute injustice. La morale évangélique a pour seul idéal la perfection du caractère divin. La vie de Christ a été une vie d'obéissance totale à tous les préceptes de la loi. Il pouvait dire: "J'ai gardé les commandements de Mon Père" (Jn 15:10). Il nous a donné un exemple d'obéissance et d'abnégation (The Ministry of Healing, p. 451).

Satan offre aujourd'hui les mêmes tentations qu'il offrit au Christ, promettant les royaumes du monde en retour de notre allégeance. Mais les tentations de Satan n'ont aucun pouvoir sur celui qui regarde à Jésus, le chef et le consommateur de la foi. Il ne peut entraîner au péché celui qui accepte par la foi les vertus de Celui qui a été tenté comme nous en toutes choses, sans pécher (1SM 224).

Aucune contrainte n'est utilisée dans l'oeuvre de la rédemption. Aucune force extérieure n'intervient. Placé sous l'influence de l'Esprit de Dieu, l'homme est libre de choisir qui il veut servir. Lors du changement qui se produit au moment où une âme se livre au Christ, cette âme a le sentiment d'une entière liberté. C'est l'âme elle-même qui bannit le péché. Il est vrai que nous ne possédons pas en nous-mêmes le pouvoir de nous soustraire à la domination de Satan; mais quand nous désirons être affranchis du péché et que notre détresse nous arrache un cri en vue d'obtenir une puissance venant du dehors et d'en haut, les facultés de l'âme sont pénétrées par l'énergie du Saint-Esprit qui permet d'obéir aux décisions de la volonté en accord avec la volonté divine. (The Desire of Age, p. 466).