La voie consacrée

Chapitre 2

Christ en tant que Dieu

Quelle est donc la pensée centrale du premier chapitre des Hébreux concernant Christ ?

Tout d’abord, Dieu – le Père – est présenté comme l’interlocuteur des hommes qui, « après avoir autrefois,... parlé à nos pères par les prophètes, ... nous a parlé par le Fils ».

C’est ainsi que Christ, le Fils de Dieu, nous est présenté. Ensuite, on nous dit du Fils et du Père : « qu’il (le Père) a établi héritier de toutes choses, par lequel il (le Père, par le moyen du Fils) a aussi créé le monde ». Ainsi, en introduction à l’étude de Christ comme souverain sacrificateur, il nous est présenté comme étant avec Dieu le créateur et le Verbe ou la Parole active et vivifiante dans la création : « par lequel il a aussi créé le monde ».

Concernant le Fils de Dieu lui-même, nous lisons : lequel « étant le reflet de sa gloire et l’empreinte de sa personne (Dieu le Père), et soutenant toutes choses par sa Parole puissante, a fait la purification des péchés et s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts. » (Hébreux 1:3)

Ceci nous apprend que dans les cieux, la nature de Christ était la nature de Dieu; que dans Sa personne et dans Sa substance, Il est l’impression et le caractère mêmes de Dieu. Ceci veut dire que dans le ciel, avant qu’Il ne vienne sur cette terre, Christ était de la même nature et de la même substance que Dieu.

C'est pourquoi il est dit de Lui : Il est « devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité un nom plus excellent que le leur. » (Hébreux 1:4). Ce nom « plus excellent » est le nom de Dieu qui est donné par le Père à son Fils, au huitième verset : « Au Fils, il dit : Ton trône, ô Dieu, est éternel. »

Ainsi, il est « plus excellent que les anges », comme Dieu l’est en comparaison avec eux. Et c’est à cause de cela qu’il possède un nom plus excellent, qui exprime ce qu’il est dans Sa nature profonde. Et ce nom, il l’a par héritage ; ce n’est pas un nom qui Lui fut donné, mais un nom qu’Il a hérité.

Il est dans la nature des choses, et c’est une vérité éternelle que le seul nom possible qu’une personne puisse hériter est le nom de son père. Ce nom de Christ qui est plus excellent que celui des anges est le nom de Son Père. Or, le nom de son Père est Dieu. Le nom qu’il a par héritage est donc aussi Dieu. Et ce nom est le sien, car il est « plus excellent » que celui des anges. Ce nom étant Dieu est « plus excellent » que celui des anges, car Dieu est meilleur que les anges.

Sa position et Sa nature, meilleures que celles des anges sont d’autant plus excellentes : « Car auquel des anges a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui? Et encore : Je serai pour lui un Père et il sera pour moi un Fils. » (Hébreux 1:5). Ceci confirme la pensée du « nom excellent » mentionné plus haut. Car, étant le Fils de Dieu – et Dieu étant son Père – Il a obtenu par héritage le nom de Son Père qui est « Dieu » et qui est d’autant plus excellent que le nom des anges, dans la mesure où Dieu l’est plus qu’eux.

La même pensée est confirmée dans les paroles qui suivent : « Et lorsqu’il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent. » (Hébreux 1:6). Il est tellement meilleur que les anges qu’il est adoré par eux, et ceci en accord avec la volonté de Dieu, car il est Dieu dans Sa nature.

La pensée de ce puissant contraste entre Christ et les anges s’affermit encore davantage : « De plus, il dit des anges : Celui qui fait de ses anges des vents, et de ses serviteurs une flamme de feu. Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel. » (Hébreux 1:7).

Il continue : « le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ; Tu as aimé la justice et tu as haï l’iniquité ; c’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint d’une huile de joie au-dessus de tes égaux. » (Hébreux 1:8-9)

Le Père dit en parlant du Fils : « Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, et les cieux sont l’ouvrage de tes mains; ils périront, mais tu subsistes; ils vieilliront tous comme un vêtement, tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés; mais toi, tu restes le même, et tes années ne finiront point ». (Hébreux 1:10-12)

Remarquez les contrastes et découvrez la nature de Christ. Les cieux périront, mais lui subsiste. Les cieux vieilliront, mais ses années ne finiront point. Les cieux seront changés, mais lui reste le même. Ceci démontre qu’il est Dieu : de la nature de Dieu.

Ce contraste entre Christ et les anges est encore plus frappant : « Et auquel des anges a-t-il jamais dit : « Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied? Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut? ». (Hébreux 1 13-14)

Ainsi, dans le premier chapitre des Hébreux, Christ est exalté au-dessus des anges, comme Dieu. Et il est beaucoup plus exalté que les anges, comme Dieu, pour la raison qu’il est « Dieu ».

Dans ce chapitre, il est montré comme ayant hérité du nom de Dieu parce qu’il est de la nature de Dieu. Et sa nature est si complètement celle de Dieu, qu’il est la véritable empreinte et substance de Dieu.

Tel est Christ le Sauveur, Esprit de l’Esprit, substance de la substance de Dieu.

Ceci est essentiel pour comprendre le chapitre deux où sera révélée sa nature en tant qu’homme.