Le Foyer Chrétien

Chapitre 76

Jours fériés et anniversaires

Conseils à propos des jours fériés—Nous ne devrions pas chômer les jours fériés comme le fait le monde, mais nous ne devrions pas nous en désintéresser complètement, de peur d’indisposer nos enfants. À notre époque en particulier, où ceux-ci courent le danger de subir les influences néfastes et corruptrices des plaisirs et des séductions du monde, que les parents cherchent à leur proposer quelque chose pour remplacer ces distractions dangereuses. Faites comprendre à vos enfants que vous n’avez en vue que leur bien et leur bonheur.

À force de respecter les jours fériés, les gens du monde et les membres de nos églises ont fini par croire que ces jours de relâche sont indispensables à leur santé et à leur bonheur. Mais ils s’avèrent au contraire tout à fait néfastes.

Nous avons sincèrement cherché à modifier cet ordre des choses en rendant ces jours de congé les plus intéressants possible pour nos enfants et nos jeunes afin de les détourner des distractions auxquelles se livrent les incroyants.

Quelle mention l’ange portera-t-il dans son livre?—Après une journée gaspillée dans les plaisirs, quelle satisfaction en retire-t-on? En tant qu’ouvrier du Seigneur, qui a-t-on aidé à vivre une vie meilleure, plus noble et plus pure? Que liraient les enfants de Dieu s’ils pouvaient consulter le registre tenu par l’ange? « Un jour de perdu! » Un jour de perdu pour leur âme, perdu pour le service du Christ, parce qu’aucun bien n’a été accompli. D’autres jours seront peut-être accordés, mais celui-là, passé dans des conversations banales ou insensées entre garçons et filles, ils ne le revivront plus jamais.

Jamais de telles occasions ne se représenteront. On aurait mieux fait d’en profiter pour accomplir un travail réel et utile. L’usage qui en a été fait n’était pas judicieux et cette journée a sombré dans l’oubli, mais elle reparaîtra à l’heure du jugement comme une journée gaspillée.

L’anniversaire, une occasion de louer Dieu—Sous la dispensation juive, à la naissance d’un enfant, on apportait une offrande à Dieu, conformément à ses prescriptions. De nos jours, on voit certains parents s’imposer de réels sacrifices pour offrir des cadeaux d’anniversaire à leurs enfants, en quelque sorte pour les honorer, comme si l’être humain devait être honoré. Dans ce domaine aussi Satan est arrivé à ses fins: il a détourné nos pensées et nos présents vers les hommes, de sorte que les enfants ne pensent qu’à eux, comme s’ils méritaient d’être l’objet d’une faveur spéciale. ...

Le jour de leur anniversaire, on devrait rappeler aux enfants qu’ils ont une raison d’être reconnaissants à Dieu dont l’immense bonté les a préservés durant l’année écoulée. Ils en retireraient ainsi de précieuses leçons. Nous sommes redevables au grand Dispensateur pour tous ses présents: la vie, la santé, la nourriture, le vêtement, et surtout l’espérance de la vie éternelle. Nous devons donc reconnaître ses multiples bienfaits et lui présenter nos offrandes de gratitude. Ces dons d’anniversaire sont approuvés par le ciel.

Une occasion de faire le bilan de l’année—Apprenez-leur [aux enfants] à faire le bilan de leur vie pour l’année qui vient de s’écouler, et à se demander s’ils aimeraient en voir le compte rendu qui a été inscrit dans les registres célestes. Incitez-les à réfléchir sérieusement pour qu’ils sachent si leur conduite, leurs paroles, leurs actes sont de nature à plaire à Dieu. Leur vie ressemble-t-elle davantage à celle de Jésus, est-elle plus noble et plus belle aux yeux de Dieu? Conduisez-les dans la connaissance du Seigneur, de ses voies et de ses préceptes.

Priorité à la cause de Dieu—J’ai dit à ma famille et à mes amis que je ne désirais pas recevoir de cadeau d’anniversaire et de Noël, sauf si l’on me permet d’en faire bénéficier le trésor du Seigneur, pour favoriser le développement de notre œuvre missionnaire.

Comment observer le jour du « Thanksgiving »?—Le jour du « Thanksgiving » approche. Sera-ce, comme c’est souvent le cas, une journée consacrée uniquement à nous-mêmes? Ou une journée d’actions de grâces pour Dieu? Nos « jours d’actions de grâces » peuvent devenir une source de grands bienfaits pour nous comme pour nos semblables, si nous profitons de cette occasion pour nous souvenir des pauvres qui vivent parmi nous. ...

Il y a mille et une façons de venir en aide aux pauvres en leur faisant sentir, avec délicatesse, qu’ils nous font une faveur en acceptant nos dons et notre sympathie. Nous devons nous rappeler qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Nos frères réservent leurs meilleures attentions à ceux qu’ils veulent honorer et dont ils veulent obtenir la considération; mais ces personnes n’ont nullement besoin d’être aidées. Si l’on en croit les us et coutumes, il faut donner à ceux qui nous le rendront; mais ce n’est pas là donner comme le prescrit la Bible. La Parole de Dieu s’oppose à cette manière de se faire plaisir à soi-même en offrant des cadeaux et elle déclare: « Qui donne au riche ne va qu’à l’indigence. » (Proverbes 22:16), version Osty.

Le temps est proche où nos principes seront mis à l’épreuve. Réfléchissons dès maintenant à ce que nous pouvons faire en faveur de ceux dont Dieu nous fait connaître la misère. Par notre intermédiaire, il peut déverser sur eux ses bénédictions. Pensez à la veuve, à l’orphelin, à la famille pauvre que vous pouvez secourir, non pour faire étalage de générosité, mais pour être l’agent par lequel le Seigneur les comblera de ses bienfaits. ...

Mais votre devoir ne s’arrête pas là. Faites une offrande à votre meilleur Ami; remerciez-le de ses bontés; exprimez-lui votre reconnaissance pour ses faveurs; apportez à Dieu une offrande de gratitude. ... Frères et sœurs, faites un repas simple pour le « Thanksgiving », et avec l’argent que vous auriez dû dépenser en gâteries pour votre gourmandise, faites une offrande d’actions de grâces au Seigneur.

Ne passez plus ces journées de fête à satisfaire vos appétits et à exalter votre vanité. Nous avons là une occasion de venir aux pieds du Seigneur avec des dons de reconnaissance pour la vie qu’il nous a conservée durant l’année écoulée. ... Si cette fête doit être observée, que ce soit en faveur des nécessiteux.

Une occasion d’exprimer notre reconnaissance—Nous avons certainement des raisons d’être reconnaissants. Nous devrions être heureux et nous réjouir en Dieu, car il nous a accordé de nombreuses faveurs. ... Nous voulons que cette journée corresponde à sa véritable raison d’être. Ne permettons pas qu’elle soit détournée de son but ou dénaturée. Mais qu’elle soit le fidèle reflet de son nom: une journée d’actions de grâces. Que nos voix s’élèvent dans la louange!

Pourquoi pas des « jours fériés » pour Dieu?—Ne vaudrait-il pas mieux célébrer des « jours fériés » en l’honneur de Dieu? Ils seraient pour nous l’occasion de rappeler ses bienfaits en notre faveur. Ne serait-il pas profitable de nous souvenir de ses bénédictions passées et des appels émouvants qu’il a adressés à nos âmes pour que nous ne nous détournions pas de lui?

Le monde célèbre de nombreuses fêtes au cours desquelles les hommes s’adonnent à bien des plaisirs: courses de chevaux, jeux d’argent, tabac, boissons. ...

Le peuple de Dieu ne devrait-il pas avoir plus souvent des réunions spirituelles afin de rendre grâces à Dieu pour ses riches bénédictions?

Les jours fériés offrent des occasions de faire du travail missionnaire—Dans l’église, nous voulons des hommes capables d’organiser un travail utile et de le répartir entre les jeunes gens et les jeunes filles, en vue de répondre aux besoins de leurs semblables, et de contribuer au salut des hommes, des femmes, des jeunes et des enfants. Il ne sera pas possible à tous de consacrer la totalité de leur temps à cette tâche, car certains doivent travailler pour gagner leur vie. Cependant, ils disposent des jours fériés et d’autres moments où ils peuvent se vouer à l’œuvre missionnaire et faire ainsi du bien, s’ils ne peuvent pas donner beaucoup de leurs revenus.

Lorsque vous avez un jour férié, faites-en un jour de joie pour vos enfants, pour les pauvres et ceux qui souffrent. Que ce jour ne passe pas sans que vous exprimiez votre reconnaissance à Jésus et lui apportiez votre offrande.