Le Foyer Chrétien

Chapitre 64

L’honnêteté en affaires

La Bible, un guide pour l’homme d’affaires—Il n’est aucune branche dans les affaires—à condition qu’elle soit permise—pour laquelle on ne trouve dans la Bible une préparation essentielle. Les principes qu’elle donne en matière d’honnêteté, d’économie, de tempérance et de pureté sont le secret du véritable succès. Tels qu’ils se présentent dans le livre des Proverbes, ils constituent un trésor de sagesse pratique. Dans quel ouvrage un commerçant, un artisan, un directeur d’entreprise quelconque pourrait-il trouver, pour lui-même et pour ses employés, de meilleurs conseils que ceux contenus dans ces paroles du sage:

« Si tu vois un homme habile dans son ouvrage, il se tient auprès des rois; il ne se tient pas auprès des gens obscurs. »

« Tout travail procure l’abondance, mais les paroles en l’air ne mènent qu’à la disette. »

« L’âme du paresseux a des désirs qu’il ne peut satisfaire. ... L’ivrogne et celui qui se livre à des excès s’appauvrissent, et l’assoupissement fait porter des haillons. »

Plus d’un aurait échappé à l’embarras ou à la faillite s’il avait pris garde aux sérieux avertissements des Écritures si souvent répétés:

« Celui qui a hâte de s’enrichir ne reste pas impuni. »

« La richesse mal acquise diminue, mais celui qui amasse peu à peu l’augmente. »

« Des trésors acquis par une langue mensongère sont une vanité fugitive et l’avant-coureur de la mort. »

« Celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête. »

« Celui qui cautionne autrui s’en trouve mal, mais celui qui craint de s’engager est en sécurité. »

Le huitième commandement condamne ... le larcin et le vol qualifié. Il réclame une stricte probité dans les plus petits détails de la vie. Il défend la tromperie en matière commerciale et exige le paiement des dettes et des salaires.

La malhonnêteté dégrade l’esprit et le caractère—Celui qui profère le mensonge et pratique la fraude perd le respect de soi-même. Il est peut-être inconscient du fait que Dieu le voit et qu’il connaît toutes ses transactions en affaires, que des saints anges pèsent ses mobiles et écoutent ses paroles, et qu’il sera rémunéré selon ses œuvres; mais, à supposer qu’il lui soit possible de cacher ses méfaits aux hommes et à Dieu, le fait de se savoir l’auteur de ces procédés suffit à avilir son esprit et son caractère. Une seule mauvaise action ne détermine pas tout le caractère, mais elle y fait une brèche, et l’on succombe plus facilement à la tentation suivante, jusqu’à ce qu’on prenne l’habitude de mentir et d’être malhonnête en affaires, et que l’on perde ainsi la confiance de son entourage.

Si, dans nos rapports avec nos semblables, nous commettons de légères malhonnêtetés ou des fraudes plus graves, nous ferons de même avec Dieu. Les hommes qui persistent à recourir à la tromperie finiront par abandonner leurs principes et par abuser leur propre âme, perdant ainsi le ciel et la vie éternelle. Pour pouvoir obtenir un petit profit temporel, ils n’hésiteront pas à sacrifier leur honneur et la religion elle-même.

Évitez les dettes—Beaucoup de familles sont pauvres parce qu’elles dépensent tout leur argent dès qu’elles le reçoivent.

Vous devez veiller à ce que personne ne dirige ses affaires de manière à s’endetter. ... Lorsque quelqu’un s’engage dans les dettes, il tombe dans les filets que Satan déploie devant les âmes. ...

L’un des pièges consiste à prélever de l’argent et à l’employer dans un but quelconque avant même qu’il ait été gagné.

Exhortations adressées à une personne qui vit au-dessus de ses moyens—Vous ne devez pas vous permettre d’avoir des ennuis d’argent, cela affaiblit votre foi et tend à vous décourager; et le fait même d’y penser vous rend presque furieux. Vous devez réduire vos dépenses et vous efforcer de corriger ce défaut de caractère. Vous pouvez et devez faire des efforts bien déterminés pour maîtriser votre tendance à dépenser plus que vous ne gagnez.

La cause de Dieu peut en pâtir—Le monde a le droit de s’attendre à une stricte intégrité de la part de ceux qui se disent chrétiens. Pour un seul homme qui ne se soucie pas de payer ce qu’il doit, on risque de juger toute notre dénomination comme indigne de confiance.

Ceux qui prétendent à la sainteté devraient faire honneur à la doctrine qu’ils professent et ne pas permettre que la vérité soit outragée par leur attitude inconsidérée. « Ne devez rien à personne », dit l’apôtre.

Conseils à quelqu’un qui a des dettes—Soyez bien décidé à ne plus jamais contracter de nouvelles dettes. Pour ne pas retomber dans ce travers, renoncez plutôt à mille choses. Car ces dettes ont été la grande malédiction de votre vie. Il faut les éviter comme la peste.

Prenez avec Dieu l’engagement solennel de rembourser vos dettes et de ne plus rien devoir à personne, même si vous devez vous contenter de porridge et de pain. Il est si facile, en préparant vos repas, de gaspiller quelques francs pour des choses superflues! Qui ménage ses centimes accumulera des francs. Ce sont ces petits riens dépensés çà et là pour une chose ou une autre qui finissent très vite par faire des centaines de francs. En tout cas, aussi longtemps que vous êtes chargé de dettes, efforcez-vous de vivre dans le renoncement. ... Ne vous relâchez pas, ne vous découragez pas et ne revenez pas en arrière. Ne tenez pas compte de ce qui vous ferait plaisir ou envie, économisez franc par franc et remboursez vos dettes. Liquidez-les aussi vite que possible. Lorsque vous vous en serez entièrement libéré, que vous ne devrez plus rien à personne, vous aurez remporté une grande victoire.

Se montrer compréhensif envers des débiteurs malchanceux—Lorsque quelqu’un se trouve endetté et qu’il est vraiment incapable de faire face à ses obligations, on ne devrait pas le contraindre à faire ce qui dépasse ses possibilités. Tout en lui donnant la faculté de payer ce qu’il doit, il ne faut pas le mettre dans une situation inextricable. Bien que, dans ce cas, une attitude intransigeante puisse être considérée comme conforme à la justice, ce n’est pas là une marque de la miséricorde et de l’amour de Dieu.

Danger des positions extrêmes—Certains manquent de sagesse et contractent des dettes qu’ils pourraient éviter. D’autres, en revanche, montrent une prudence qui reflète un manque de foi. En profitant de certaines circonstances, nous pouvons à certains moments, tout en restant fidèles aux principes, investir des fonds dans des conditions si favorables que l’œuvre de Dieu en sera fortifiée et grandie.