Le Foyer Chrétien

Chapitre 50

L’honneur dû aux parents

La dette des enfants envers les parents—Les enfants devraient comprendre qu’ils ont une dette envers leurs parents, qui ont veillé sur eux dès leur enfance et les ont soignés quand ils étaient malades. Il faudrait qu’ils se rendent compte que leurs parents ont eu beaucoup de soucis à leur sujet. Des parents consciencieux et pieux, en particulier, ont fait tout ce qu’ils ont pu pour que leurs enfants marchent dans le droit chemin. Combien leurs cœurs étaient lourds lorsqu’ils voyaient leurs fautes! Si ceux qui ont fait saigner le cœur de leurs parents pouvaient voir les effets de leur conduite, ils en seraient certainement touchés. S’ils voyaient les larmes de leur mère et entendaient les prières qu’elle adresse à Dieu en leur faveur, s’ils surprenaient ses soupirs étouffés, leur cœur en serait attendri; ils se hâteraient de confesser leurs torts et d’en demander pardon.

Lorsqu’ils seront adultes, les enfants apprécieront les parents qui auront rempli fidèlement leur rôle d’éducateurs et ne leur auront pas permis d’entretenir de mauvais sentiments ni de se complaire dans des habitudes malsaines.

Un commandement qui s’impose à tout le monde—« Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. » Exode 20:12. C’est le premier commandement assorti d’une promesse. Il concerne les enfants et les jeunes, les adultes et les personnes âgées. Il n’est aucune période de la vie où l’on soit dispensé d’honorer ses parents. Cette exigence solennelle s’applique à tous les fils et toutes les filles, c’est l’une des conditions de la prolongation de leur vie dans le pays que Dieu offrira à ceux qui auront été fidèles. Ce n’est pas là une question futile: elle est d’une importance vitale. La promesse est liée à l’obéissance. Si vous obéissez, vous vivrez longtemps dans le pays que le Seigneur, votre Dieu, vous donne. Si vous désobéissez, vous ne pourrez y prolonger vos jours.

Les parents ont droit à un degré d’affection et de respect qui n’est dû à aucune autre personne. Dieu lui-même les tient responsables des âmes qu’il leur a confiées, et il leur demande de le remplacer auprès de leurs enfants durant les premières années de leur vie. Celui qui rejette l’autorité légitime de ses parents rejette donc l’autorité de Dieu. D’après le cinquième commandement, on doit non seulement respecter ses parents et leur obéir, mais encore les entourer d’affection et de tendresse, alléger leur charge, veiller sur leur réputation, et constituer l’appui et la consolation de leur vieillesse.

Dieu ne peut faire prospérer ceux qui se soustraient délibérément à l’obligation clairement exprimée dans sa Parole, celle des enfants envers leurs parents. ... S’ils n’ont pour eux ni respect ni égards, ils ne respecteront ni n’aimeront leur Créateur.

Si les enfants ont des parents incroyants, dont les ordres sont en contradiction avec les commandements du Christ, ils doivent, quoi qu’il leur en coûte, obéir à Dieu et s’en remettre à lui quant aux conséquences.

La transgression du cinquième commandement—Dans ces derniers temps, la désobéissance et le manque de respect des enfants sont tels que Dieu les souligne comme un signe de la proximité de la fin. Cela montre que Satan est presque parvenu à dominer l’esprit des jeunes. Un grand nombre d’entre eux ne respectent plus les personnes âgées.

Beaucoup d’enfants prétendent connaître la vérité et refusent à leurs parents l’honneur et l’affection qui leur sont dus. Ils ne leur témoignent que peu d’amour, ils ne se soucient pas de leur faire plaisir en accédant à leurs désirs et en cherchant à les soulager de leurs soucis. Bien des soi-disant chrétiens ne savent pas ce que veut dire « honorer son père et sa mère »; par conséquent, ce n’est pas à eux que s’adressent ces paroles: « afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne ».

Ceux qui n’ont pas reçu une bonne éducation n’auront, dans ce siècle de rébellion, qu’une faible notion de leurs obligations envers leurs parents. Souvent, plus ces derniers en font pour eux, plus les enfants sont ingrats et moins ils les respectent. Les enfants qui ont été gâtés et choyés s’attendent à ce qu’il en soit toujours ainsi; si ce n’est pas le cas, ils sont déçus et découragés. Ces mêmes dispositions se remarqueront pendant toute leur vie. Ils seront incapables de se diriger eux-mêmes et attendront toujours que les autres leur fassent plaisir et cèdent à leurs caprices. Une fois arrivés à l’âge adulte, s’ils rencontrent de l’opposition, ils se croient brimés. Ils se traînent lamentablement dans la vie, presque incapables de supporter leurs propres fardeaux, murmurant souvent et s’irritant de ce que tout ne s’accorde pas avec leurs désirs.

Pas de place dans le ciel pour les enfants ingrats—J’ai vu que Satan avait aveuglé l’esprit des jeunes afin qu’ils ne puissent comprendre les vérités contenues dans la Parole de Dieu. Leur sensibilité est tellement émoussée qu’ils ne prennent pas garde aux injonctions de l’apôtre: « Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c’est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la [nouvelle] terre. » Éphésiens 6:1-3. « Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. » Christ’s Object Lessons, 3:20. Ceux qui n’honorent pas leurs parents et leur désobéissent, qui méprisent leurs conseils et leurs enseignements, ne pourront avoir part à la nouvelle terre. Quand celle-ci sera purifiée, il n’y aura pas de place pour le fils et la fille rebelles, indociles et ingrats. S’ils n’apprennent pas dès ici-bas l’obéissance et la soumission, ils ne les apprendront jamais; la paix des rachetés ne sera pas troublée par des enfants désobéissants, indisciplinés et entêtés. Aucun de ceux qui violent les commandements n’héritera du royaume des cieux.

Savoir témoigner son affection—J’ai vu des enfants qui semblaient n’avoir pour leurs parents aucune affection, aucune manifestation de l’amour et de la tendresse qui leur sont dus et qu’ils apprécieraient. En revanche, ces jeunes savent très bien exprimer leur attachement et leur tendresse aux amis qu’ils ont choisis et pour lesquels ils témoignent une préférence marquée. Est-ce là ce que Dieu a voulu? Certainement pas. Réservez toute la chaleur, l’amour et l’affection au cercle de famille. Votre père et votre mère apprécieront les petites attentions dont vous les entourerez. Vos efforts pour alléger leurs tâches, pour réprimer toute parole de mauvaise humeur ou d’ingratitude, prouvent que vous n’êtes pas un enfant indifférent et que vous savez apprécier les soins et l’amour dont vos années de jeunesse ont été entourées.

Enfants, il est indispensable que vos mamans vous aiment, sans quoi vous seriez très malheureux. Mais n’est-il pas tout aussi normal que les enfants aiment leurs parents et le leur montrent par des regards aimants, des paroles gentilles, et qu’ils prêtent leur concours avec empressement, aidant leur père au dehors et leur mère dans la maison?

Des actions accomplies comme si elles l’étaient pour Jésus lui-même—Si vous êtes réellement convertis, si vous êtes les enfants de Jésus, vous honorerez vos parents; vous ne vous contenterez pas de faire ce qu’ils vous disent, mais vous rechercherez encore des occasions de leur être agréables. En agissant ainsi, vous travaillez pour le Christ. Il considère toutes ces attentions et ces égards comme s’ils étaient pour lui. C’est le travail missionnaire le plus important; et ceux qui sont fidèles dans l’accomplissement de ces petits devoirs quotidiens acquièrent une précieuse expérience.