Le Foyer Chrétien

Chapitre 45

Le premier devoir de la mère: éduquer ses enfants

Les possibilités d’un enfant bien éduqué—Dieu connaît toutes les possibilités que possède un petit être. Il sait que grâce à une éducation adéquate l’enfant peut devenir une puissance pour le bien dans ce monde. Il observe avec un profond intérêt si les parents vont appliquer son plan ou si, au contraire, ils vont, par une coupable indulgence, s’opposer à ses desseins en conduisant l’enfant à sa ruine présente et éternelle. Transformer cet être apparemment inutile et insignifiant en quelqu’un qui soit une bénédiction pour le monde et qui fasse honneur à Dieu est une grande et lourde tâche. Les parents ne devraient rien tolérer qui puisse faire obstacle aux obligations qu’ils ont envers leurs enfants.

Une œuvre pour Dieu et pour la société—Ceux qui observent la loi de Dieu considèrent leurs enfants avec d’indéfinissables sentiments d’espoir et de crainte, se demandant quel rôle ils vont jouer dans le rude combat qui les attend. La mère, inquiète, s’interroge: « Quel chemin vont-ils prendre? Que puis-je faire pour les préparer à bien remplir leur rôle et bénéficier ainsi de la gloire éternelle? » De grandes responsabilités reposent sur vous, mamans. Bien que vous ne siégiez pas dans une assemblée nationale, ... vous pouvez accomplir une grande œuvre pour Dieu et pour votre pays. Vous pouvez éduquer vos enfants. Vous pouvez les aider à acquérir un caractère qui ne sera pas dirigé et influencé par le mal, mais qui, au contraire, dirigera et influencera les autres pour le bien. Par vos prières ferventes, vous pouvez actionner le levier qui fait mouvoir le monde.

C’est durant l’enfance et la jeunesse que l’instruction devrait être donnée. On devrait apprendre aux enfants à se rendre utiles et à participer aux travaux domestiques; les parents devraient rendre ces tâches aussi agréables que possible grâce à des directives et des encouragements prodigués avec bonté.

L’éducation familiale est souvent négligée—Bien que l’on se vante des progrès réalisés dans les méthodes d’éducation, l’instruction des enfants est aujourd’hui tristement insuffisante. C’est surtout l’éducation familiale qui est négligée. Les parents, tout spécialement les mères, ne sont pas conscients de leurs responsabilités. Ils n’ont ni la patience ni la sagesse d’instruire et de surveiller les petits êtres qui leur sont confiés.

Il est bien vrai que beaucoup de mères ne sont pas, à leur poste, fidèles aux devoirs de leur charge. Dieu ne nous demande rien que nous ne puissions accomplir par sa force, rien qui ne soit pour notre bien et celui de nos enfants.

Les mères doivent rechercher l’aide divine—Si les mamans étaient plus conscientes de l’importance de leur mission, elles auraient plus souvent recours à la prière secrète, présentant leurs enfants à Jésus, implorant sur eux sa bénédiction et réclamant la sagesse pour mener à bien leur tâche sacrée. Que chacune saisisse toutes les occasions pour modeler et façonner le tempérament et les habitudes de ses enfants. Qu’elle veille soigneusement au développement de leur caractère, réprimant les traits qui sont trop marqués, favorisant l’épanouissement de ceux qui sont déficients. Qu’elle fasse de sa propre vie un noble et pur exemple pour ceux dont elle a la charge.

La mère devrait entreprendre sa tâche avec courage et énergie, faisant constamment appel à l’aide divine pour la seconder dans tous ses efforts. Elle ne devrait jamais être satisfaite tant qu’elle n’a pas constaté chez ses enfants une amélioration progressive du caractère, tant qu’ils n’ont pas, dans la vie, un objectif plus élevé que la simple recherche de leur satisfaction personnelle.

Il est impossible de mesurer la portée de l’influence d’une mère qui prie. Elle reconnaît Dieu dans toutes ses voies. Elle conduit ses enfants devant le trône de la grâce et les présente à Jésus, invoquant sur eux sa bénédiction. De telles prières sont, pour ces petits, une « source de vie ». Offertes avec foi, elles constituent le soutien et la force de la mère chrétienne. Négliger la prière avec nos enfants, c’est perdre une des plus grandes bénédictions que nous puissions obtenir, une des aides les plus efficaces au milieu des soucis, des responsabilités et des fardeaux inhérents à notre vie quotidienne.

La puissance des prières d’une mère ne peut être évaluée. Celle qui s’agenouillera aux côtés de son fils et de sa fille, à l’heure où ils devront affronter les problèmes de l’enfance et les dangers de la jeunesse, ne connaîtra qu’au jour du jugement l’influence que ses prières auront exercée sur leur vie. Si une mère reste par la foi en contact avec le Fils de Dieu, elle, de sa douce main, peut préserver son fils de la puissance de la tentation et empêcher sa fille de se complaire dans le péché. Lorsque la passion semble remporter la victoire, le pouvoir de l’amour, l’influence modératrice d’une mère fidèle et résolue peut ramener l’âme dans le droit chemin.

Lorsque des visiteurs surviennent—Vous devriez prendre le temps de parler et de prier avec vos tout-petits, et ne pas permettre que soit interrompu ce moment de communion avec Dieu et vos enfants. Vous pouvez dire à vos visiteurs: « Dieu m’a donné une œuvre à accomplir et je n’ai pas de temps à perdre en bavardages. » Vous devriez comprendre que vous avez une tâche à mener à bien pour le présent et pour l’éternité. Vous vous devez en premier lieu à vos enfants.

Vos enfants doivent avoir la priorité sur les visiteurs et sur toute autre considération. ... L’œuvre à accomplir envers votre enfant dans ses premières années ne saurait tolérer aucune négligence. À aucun moment de sa vie les principes ne devraient être oubliés.

Ne leur dites pas d’aller dehors, afin que vous puissiez vous entretenir avec vos visiteurs, mais apprenez-leur à se tenir tranquilles et respectueux en leur présence.

Les mères doivent être des modèles de bonté et de noblesse—Mamans, sachez tirer parti de vos précieux instants. Souvenez-vous que vos enfants grandissent, et qu’ils échapperont bientôt à votre contrôle et à votre éducation. Vous pouvez être pour eux l’exemple de tout ce qui est bon, pur et noble. Identifiez vos intérêts aux leurs.

Si vous faillissez en tout autre domaine, soyez ici consciencieusement efficientes. Le jour où vos enfants quitteront votre foyer, où ils auront reçu leur éducation, s’ils sont purs et vertueux, même s’ils occupent la dernière et la plus petite place dans le grand plan établi par Dieu pour le salut du monde, votre vie ne saurait être regardée comme un échec et considérée avec le moindre remords.

Les jeunes enfants sont pour leur mère un miroir, dans lequel elle peut voir refléter ses propres habitudes et son comportement. Aussi, combien ne devrait-elle pas surveiller son langage et sa façon d’agir en présence de ces petits élèves! Elle doit cultiver les traits mêmes de caractère qu’elle aimerait voir se développer en eux.

Visez plus haut que les normes de ce monde—La maman ne devrait pas se laisser gouverner par les conceptions du monde, ni viser à atteindre ses normes. Elle devrait décider pour elle-même de ce qui constitue le suprême objectif et l’idéal de la vie et y tendre de toutes ses forces. Elle peut, faute de temps, laisser de côté bien des choses concernant sa maison, sans qu’il en résulte beaucoup de mal; mais elle ne peut impunément délaisser l’éducation de ses enfants. L’imperfection de leur caractère révélera sa négligence. Les fautes qu’elle a laissé passer sans les corriger, les manières grossières et brusques, les habitudes de paresse et de nonchalance seront une source de déshonneur pour elle et gâcheront sa vie. Mamans, la destinée de vos enfants repose pour une grande part entre vos mains. Si vous manquez à votre devoir, vous risquez de les pousser dans les rangs de Satan et de faire d’eux ses agents pour la perte d’autres âmes. Par contre, l’éducation que vous leur aurez donnée et votre pieux exemple peuvent les conduire au Christ; en retour, ils en influenceront d’autres, si bien que beaucoup d’âmes pourront être sauvées grâce à vous.

Encouragez le bien; réprimez le mal—Les parents doivent coopérer avec Dieu en élevant leurs enfants dans son amour et dans sa crainte. Ils ne peuvent lui déplaire davantage qu’en négligeant de conduire leurs enfants dans le droit chemin. ... Ils doivent surveiller soigneusement les paroles et les actes de leurs enfants, sinon c’est l’ennemi qui gagnera de l’influence sur eux. C’est ce qu’il désire vivement, afin de contrecarrer les desseins de Dieu. Avec bonté, bienveillance et sollicitude, les parents doivent s’occuper de leurs enfants, encourageant tout ce qui est bien et réprimant tout ce qui est mal dans leur caractère.

La joie que procure une œuvre dûment accomplie—Les enfants constituent l’héritage du Seigneur, et nous devrons lui rendre compte de la manière dont nous aurons géré son bien. Apprendre à suivre Jésus est la meilleure forme de collaboration que Dieu propose aux parents. Cette tâche exige de la persévérance et les efforts incessants de toute une vie. La négliger revient à montrer que nous sommes des économes infidèles. ...

Avec amour, foi et prière, les parents doivent travailler en faveur des leurs jusqu’à ce qu’ils puissent se présenter avec joie devant Dieu, en disant: « Me voici, moi et les enfants que l’Éternel m’a donnés. »