Le Foyer Chrétien

Chapitre 39

L’influence de la mère

L’influence de la mère s’étendra jusque dans l’éternité—Le milieu où vit la mère peut être humble, mais son influence, jointe à celle du père, demeure jusque dans l’éternité. La puissance qu’elle exerce dans le bien est, après Dieu, la plus forte qui soit sur cette terre.

L’influence de la mère est continuelle; si elle l’utilise toujours en faveur du bien, le caractère de ses enfants témoignera de son courage moral et de sa valeur. Son sourire, ses encouragements peuvent être une force d’inspiration. Elle peut mettre un rayon de soleil dans le cœur de son enfant par un mot de tendresse ou un sourire d’approbation. ...

Si elle emploie son influence en faveur de la vérité et de la vertu; si elle est guidée par la sagesse divine, combien sa vie sera puissante pour le Christ! On en ressentira les effets dans le temps et jusque dans l’éternité. Qu’il est impressionnant de se dire que les regards, les paroles et les actes d’une mère porteront des fruits jusque dans la vie éternelle, et que le salut ou la ruine de bien des gens résultera de son influence!

La mère ne se rend pas bien compte à quel point l’influence de la bonne éducation qu’elle donne à ses enfants peut agir sur leur vie présente et s’étendre jusque dans la vie future et éternelle. Façonner un caractère d’après le Modèle divin requiert fidélité, énergie et persévérance; mais ce travail sera fructueux, car Dieu récompense tout ce que nous entreprenons pour le salut des âmes.

Telle mère, tels enfants—Le lien terrestre le plus tendre est celui qui rattache la mère à son enfant. Bien plus que par son père, l’enfant est marqué d’emblée par la vie et l’exemple de sa maman, car le lien qui les unit est plus fort et plus tendre.

Les pensées et les sentiments d’une mère exerceront une forte influence sur l’héritage moral qu’elle léguera à son enfant. Si elle permet à son esprit de s’attarder sur tout ce qu’elle ressent, si elle se complaît dans l’égoïsme, si elle est maussade et exigeante, le caractère de celui-ci s’en ressentira. C’est ainsi que beaucoup de gens ont reçu en héritage une tendance presque insurmontable à faire le mal. L’ennemi des âmes comprend cela beaucoup mieux que bien des parents. Il soumettra la mère à ses tentations, sachant que, si elle ne lui résiste pas, il pourra atteindre son enfant à travers elle. Le seul espoir de la mère est en Dieu. Elle peut implorer de lui la force et la grâce; et elle ne les recherchera pas en vain.

Une mère chrétienne doit avoir l’esprit constamment en éveil, afin de discerner les dangers qui entourent ses enfants. Elle-même gardera son âme dans une atmosphère pure et sainte; elle soumettra son caractère et ses principes à la Parole de Dieu et accomplira fidèlement son devoir, vivant au-dessus des petites tentations qui l’assailliront continuellement.

L’influence salutaire d’une mère patiente—Plusieurs fois dans la journée, on entend le cri d’une petite voix inquiète, puis d’une autre: « Maman, maman! » Afin de répondre à ces appels, maman doit aller et venir ici et là pour satisfaire chacun. L’un est préoccupé et a besoin du sage conseil de sa mère pour calmer ses appréhensions. Un autre est tellement content de ce qu’il vient de réaliser qu’il veut le lui montrer, pensant qu’elle en sera tout aussi heureuse que lui. Une parole d’approbation sera pour lui comme un rayon de soleil qui illuminera son cœur des heures durant. La maman peut répandre parmi ses tout-petits des rayons de lumière et de joie. Elle peut les tenir tellement près de son cœur que sa présence soit pour eux ce qu’il y a de plus merveilleux au monde.

Mais il arrive souvent que la patience de la mère soit mise à rude épreuve par tous ces menus incidents qui semblent réclamer la plus grande attention. Les petites mains espiègles et les petits pieds sans cesse en mouvement lui causent bien du travail et bien des soucis. Elle doit savoir contrôler ses réactions, sinon des mots d’impatience jailliront de ses lèvres. Par moments, elle en perd presque la tête, mais une prière silencieuse à son Rédempteur compatissant lui calme les nerfs et la rend à nouveau capable de se maîtriser avec la sérénité requise. Elle parle d’une voix douce, mais il lui en a coûté de retenir des paroles dures et de surmonter des sentiments de colère qui, s’ils s’étaient manifestés, auraient détruit une influence bien longue à reconquérir.

Les enfants comprennent vite et sont parfaitement capables de distinguer entre une parole patiente et affectueuse et un commandement impatient et intempestif, qui tarit l’amour et l’affection dans leur cœur. La véritable mère chrétienne ne fera pas fuir ses enfants loin d’elle par son irritabilité et son manque d’amour et de compréhension.

Former des esprits et modeler des caractères—Cette responsabilité repose d’une manière toute particulière sur la mère. C’est elle dont le sang nourrit l’enfant et forme son corps; elle lui transmet aussi les dispositions mentales et spirituelles qui influenceront le développement de son esprit et de son caractère. Ce fut Jokébed, cette Israélite animée d’une foi inébranlable et que « l’édit du roi n’effrayait pas », qui donna naissance à Moïse. Ce fut Anne, cette femme de prière, divinement inspirée, qui fut la mère de Samuel, l’enfant instruit du ciel, le juge incorruptible, le fondateur des écoles de prophètes en Israël. Ce fut Élisabeth, apparentée par les liens du sang et de l’esprit à Marie de Nazareth, qui mit au monde le précurseur du Messie.

Ce que le monde doit aux mères—Le jour de Dieu révélera tout ce que le monde doit aux mères pieuses, pour les hommes qui ont été les avocats intrépides de la vérité et des réformes—des hommes qui ont été assez hardis pour oser agir, qui sont restés inébranlables au milieu des épreuves et des tentations; des hommes qui ont choisi les intérêts élevés et sacrés de la vérité et la gloire de Dieu plutôt que les honneurs du monde ou que la vie elle-même.

Mamans, sachez que votre influence et votre exemple affectent le caractère et la destinée de vos enfants; pour assumer cette responsabilité, efforcez-vous d’acquérir un esprit bien équilibré et un caractère pur qui ne reflète que la vérité, l’amour et la beauté.