Le Foyer Chrétien

Chapitre 28

La première école de l’enfant

Le plan originel de Dieu pour l’éducation—Le système d’éducation établi en Éden avait pour centre la famille. Adam était le « fils de Dieu » (Luc 3:38), et c’est de leur Père que les enfants du Très-Haut recevaient l’instruction. Leur école était dans le sens le plus complet du terme une école de famille.

Dans le plan que l’Éternel conçut pour l’éducation de l’homme après la chute, le Christ est le représentant du Père, le lien entre Dieu et sa créature. Il est le grand Pédagogue de l’humanité. Il a voulu que les hommes et les femmes soient ses représentants. La famille était l’école, et les parents étaient les maîtres.

Cette éducation ayant pour centre la famille prévalait à l’époque des patriarches. Dans ces écoles, Dieu veillait à ce que les conditions nécessaires à la formation du caractère fussent les plus favorables. Ceux qui se séparaient de Dieu construisaient des villes, s’y groupaient et se laissaient aller au luxe et au vice qui font aujourd’hui l’orgueil et la malédiction du monde. Ceux qui, au contraire, se soumettaient à ses directions continuaient à réaliser le plan que Dieu avait conçu dès les origines. S’attachant aux principes divins, ils habitaient dans les champs et sur les collines, cultivaient la terre et gardaient les troupeaux. Dans cette vie libre et indépendante qui leur fournissait l’occasion de travailler, d’étudier et de méditer, ils apprenaient de Dieu et enseignaient à leurs enfants à sonder les œuvres et les merveilles du Tout-Puissant. C’est cette méthode d’éducation que Dieu désirait établir en Israël.

Dans la vie courante, la famille était à la fois une école et une église, les parents étant les éducateurs dans les choses profanes et dans les choses sacrées.

Le cercle familial est une école—Dans sa sagesse, le Seigneur a décrété que la famille constituerait le plus important des moyens d’éducation. C’est à la maison que l’éducation de l’enfant doit commencer. C’est sa première école. Ici, avec ses parents pour pédagogues, il doit apprendre les leçons qui le guideront tout au long de sa vie—leçons de déférence, d’obéissance, de respect, de maîtrise de soi. Les influences éducatrices du foyer renferment une puissance indéniable pour le bien ou pour le mal. À bien des égards, elles agissent silencieusement et progressivement, mais lorsqu’elles s’exercent dans la bonne direction, elles deviennent une force d’une grande portée en faveur de la vérité et de la justice. Si l’enfant ne reçoit pas chez lui la formation adéquate, c’est Satan qui l’éduquera en se servant d’instruments de son choix. C’est dire à quel point est importante l’école du foyer!

Considérez le cercle familial comme une école de formation, où vous préparez vos enfants à l’accomplissement de leurs devoirs au foyer, dans la société et dans l’église.

L’éducation au foyer est d’une importance primordiale—On admet et on déplore presque universellement le triste fait que l’éducation et la formation au foyer de la jeunesse actuelle ont été négligées.

Aucune sphère d’activité n’est plus importante que celle qui est confiée aux fondateurs et aux gardiens du foyer. Parmi les responsabilités qui incombent aux hommes, il n’en est pas qui entraînent des conséquences plus étendues et plus décisives que celles qui reposent sur les parents.

La jeunesse d’aujourd’hui détermine ce que sera la société de demain et l’avenir de nos enfants et de nos jeunes gens dépend de la famille où ils grandissent. La maladie, la misère et le crime dont souffre l’humanité proviennent en grande partie du manque d’éducation familiale. Si la vie de famille était pure et saine, si les enfants y étaient préparés aux responsabilités et aux dangers de la vie, quel changement ne verrait-on pas dans le monde!

Tout le reste est secondaire—Chaque enfant qui entre dans ce monde est la propriété de Jésus-Christ et on devrait lui apprendre, par le précepte et par l’exemple, à aimer Dieu et à lui obéir. Mais la plupart des parents ont manqué à la mission que Dieu leur a confiée, négligeant d’instruire et de former leurs enfants, dès qu’ils sont en âge de comprendre, afin qu’ils puissent connaître et aimer le Christ. Par des efforts persévérants, les parents doivent veiller sur l’esprit sensible et influençable de leurs enfants et reléguer au second plan tout ce qui, dans la vie familiale, ne concerne pas directement le devoir essentiel que Dieu leur prescrit, à savoir: éduquer leurs enfants dans la dépendance et le conseil du Seigneur.

Les parents ne devraient pas se laisser dominer par le souci des affaires, les us et coutumes du monde et les exigences de la mode, au point de négliger leurs enfants dès le berceau et de ne pas leur donner la formation appropriée à mesure qu’ils grandissent.

Une des causes principales pour lesquelles le mal déferle sur le monde d’aujourd’hui est que les parents se laissent absorber par d’autres choses que celle qui est essentielle: de quelle manière se qualifier pour enseigner avec patience et bonté la voie du Seigneur à leurs enfants? Si le voile cachant les réalités pouvait être tiré, nous verrions qu’un très grand nombre d’enfants qui se sont égarés, ont été soustraits aux bonnes influences par suite de cette négligence. Parents, pouvez-vous vous permettre de faire la même expérience? Aucune activité ne devrait prendre à vos yeux une importance telle qu’elle vous empêche de consacrer à vos enfants tout le temps nécessaire pour leur faire comprendre ce que signifie obéir au Seigneur et avoir en lui une confiance implicite. ...

Quelle récompense viendra couronner vos efforts? Vous trouverez vos enfants marchant à vos côtés, désireux de s’engager et de coopérer avec vous dans la voie que vous leur montrez. Et vous verrez que votre action en sera facilitée.

Des éducateurs placés par Dieu dans l’école du foyer—Les parents devraient se considérer dans un certain sens comme des instruments de Dieu, tel Abraham, pour apprendre à leurs enfants à marcher dans la voie du Seigneur. Mais ils doivent sonder les Écritures avec sérieux pour savoir exactement où se trouve la voie du Seigneur et pouvoir l’indiquer à toute la famille. Le prophète Michée déclare (6: 8): « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. » Pour devenir des éducateurs, les parents doivent d’abord être des élèves, recherchant la lumière dans les paroles divines et s’efforçant, par le précepte et par l’exemple, de la faire pénétrer dans l’éducation de leurs enfants.

D’après les instructions que Dieu m’a transmises, je sais que le mari et la femme doivent, au foyer, exercer tout à la fois les fonctions de prédicateurs, de médecins, d’infirmiers et d’éducateurs, s’efforçant d’unir les enfants à Dieu tout en se les attachant à eux-mêmes; ils doivent leur apprendre à éviter toute habitude qui, d’une manière ou d’une autre, porterait préjudice au corps et à son fonctionnement voulu par Dieu, et leur enseigner à prendre soin de leur organisme tout entier.

Dans cette œuvre de formation, la mère doit jouer un rôle de tout premier plan; alors que d’autres devoirs importants et sérieux reposent sur le père, la mère, en raison de ses contacts constants avec ses enfants, en particulier pendant leurs premières années, doit être tout spécialement leur éducatrice et leur compagne. Elle devrait s’employer à leur enseigner l’ordre et la propreté, à développer en eux de bonnes habitudes et de bonnes dispositions, à les aider à devenir travailleurs, confiants en leurs possibilités et disposés à aider leurs semblables: en un mot, à vivre et agir comme s’ils se trouvaient constamment en présence de Dieu.

Les sœurs plus âgées peuvent exercer une puissante influence sur les membres plus jeunes de la famille. Ceux-ci, ayant constamment devant leurs yeux l’exemple des aînés, se laisseront plus volontiers guider par l’esprit d’imitation que par des préceptes souvent répétés. La sœur aînée devrait prendre conscience du devoir qui lui incombe, en tant que chrétienne, d’aider sa mère en prenant part à ses nombreux et pénibles fardeaux.

Les parents devraient se trouver le plus souvent possible chez eux, et, par le précepte et par l’exemple, enseigner à leurs enfants l’amour et la crainte de Dieu; leur apprendre à faire preuve d’intelligence, de sociabilité et d’affection; à se montrer travailleurs, économes et portés au renoncement. En leur témoignant à la maison de l’amour, de la compréhension et en les encourageant, les parents leur assurent un refuge solide et accueillant contre de nombreuses tentations du monde.

Préparation pour l’école d’église—C’est dans l’école du foyer que nos garçons et nos filles se préparent à entrer dans l’école d’église. Les parents devraient constamment y penser et, en qualité d’éducateurs au foyer, consacrer toutes leurs facultés à Dieu, en vue de remplir leur mission noble et sacrée. Un enseignement suivi et fidèle reçu au foyer constitue pour les enfants la meilleure préparation pour entrer à l’école.

Primauté des ordres divins—La Bible contient des directives pour tous, parents et enfants, un critère élevé et sacré dont nous ne pouvons nous éloigner. Les ordres de Dieu doivent avoir la première place. Que le père et la mère de famille ouvrent la Parole de Dieu devant celui qui sonde les cœurs et lui adressent cette requête: « Qu’est-ce que Dieu a dit? »

Apprenez à vos enfants à aimer la vérité parce que c’est la vérité, et parce qu’ils doivent être sanctifiés par elle et préparés à subir la grande épreuve qui décidera s’ils sont ou non qualifiés pour assumer une tâche plus élevée et devenir des membres de la famille royale, des fils et des filles du Roi des cieux.

Se préparer en vue du conflit à venir—Satan rassemble ses troupes; sommes-nous préparés individuellement à affronter le terrible conflit qui est sur le point de se déchaîner? Préparons-nous nos enfants pour cette grande crise? Nous efforçons-nous, nous et nos familles, d’étudier la position de nos adversaires et leur stratégie de combat? Nos enfants ont-ils formé des habitudes de décision qui leur permettront d’être fermes, inébranlables dans leur attachement aux vrais principes et dans l’accomplissement de leur devoir? Je prie pour que tous nous comprenions les signes des temps et pour que, nous et nos enfants, nous nous préparions afin qu’au moment du combat, Dieu puisse être notre refuge et notre défense.