Le Foyer Chrétien

Chapitre 21

Les avantages de la campagne

Un lopin de terre et une maison confortable—Partout où cela est possible, le devoir des parents est de prévoir des habitations à la campagne pour leurs enfants.

Les parents qui possèdent un terrain et une demeure confortable sont des rois et des reines.

Ne considérez pas comme un sacrifice de devoir quitter la ville et de vous établir à la campagne. En effet, de riches bénédictions y attendent ceux qui veulent les saisir.

La campagne offre la sécurité économique—À plusieurs reprises, le Seigneur a fait savoir que son peuple doit éloigner ses familles des villes et les établir à la campagne où elles peuvent cultiver les produits dont elles ont besoin; car, à l’avenir, pouvoir acheter et vendre deviendra un sérieux problème. Dès maintenant, nous devons nous conformer aux instructions qui nous ont été répétées maintes et maintes fois: Sortez des villes pour vous établir dans des régions rurales, où les maisons ne sont pas trop rapprochées les unes des autres et où vous ne serez pas en contact étroit avec des ennemis. (Des conseils plus détaillés sur ce sujet figurent dans l’ouvrage Country Living.)

Conseils à un citadin—Ce serait une bonne chose pour vous d’abandonner tous vos soucis et de vous retirer à la campagne, où les influences qui corrompent les facultés morales de la jeunesse ne s’exercent pas de façon aussi intense. Il est certain qu’à la campagne vous ne serez pas entièrement à l’abri des soucis et des problèmes, mais vous y éviterez un grand nombre de maux, car vous fermerez la porte à une foule de tentations qui menacent de dominer l’esprit de vos enfants. Ils ont besoin à la fois d’occupation et de diversité. La monotonie de leur foyer les rend insatisfaits et remuants; ils ont pris l’habitude de se mêler aux voyous et ont subi ainsi les inconvénients d’une éducation grossière. ...

La vie à la campagne leur serait grandement bénéfique, car une activité en plein air favoriserait leur santé à la fois physique et mentale. Ils devraient avoir un jardin à cultiver, ce qui leur procurerait à la fois un divertissement agréable et une activité utile. La culture des légumes et des fleurs développe le goût et le jugement, tout en donnant une connaissance plus étendue de la création de Dieu, de sa beauté et de son utilité. Orienté vers le Créateur et le Maître de toutes choses, leur esprit s’en trouvera affermi et ennobli.

De riches bénédictions promises aux habitants de la campagne—Dans ses profondeurs, la terre tient en réserve de riches bénédictions pour ceux qui ont le courage, la volonté et la persévérance de recueillir ses trésors. ... De nombreux fermiers n’ont pas tiré de leurs terres des revenus normaux parce qu’ils ont considéré la culture comme un travail dégradant; ils ne se sont pas rendu compte qu’il s’y trouve une bénédiction pour eux-mêmes et pour leurs familles.

Un travail qui stimule l’esprit et affine le caractère—En cultivant le sol, le travailleur attentif découvrira des trésors auxquels il n’avait jamais pensé. Personne ne peut faire de l’agriculture ou du jardinage avec succès sans se soumettre aux lois de la nature. Il faut étudier les besoins spéciaux de chaque variété de plantes. Suivant l’espèce, il faut des terrains et des méthodes de culture différents. Le succès ne s’obtient que par la soumission aux lois qui gouvernent ces diverses espèces de végétaux. L’attention nécessaire pour transplanter, afin que pas une seule racine ne soit trop serrée ou mal placée, les soins à donner aux jeunes plantes, la taille et l’arrosage, la préservation contre la gelée pendant la nuit et le soleil pendant le jour, la lutte contre les mauvaises herbes, les maladies et les insectes nuisibles non seulement enseignent des leçons importantes concernant la formation du caractère, mais font du travail lui-même un moyen de développement. Lorsque l’on cultive l’application, la patience, l’attention et l’obéissance aux lois naturelles, on obtient une éducation d’une très haute importance. Le contact permanent avec le mystère de la vie et la beauté de la nature aussi bien que la tendresse nécessaire pour prendre soin de ces objets merveilleux de la création, affermissent l’intelligence et affinent le caractère.

Dieu est prêt à instruire et à enseigner—Celui qui a appris à Adam et à Ève, en Éden, la manière d’entretenir le jardin, est disposé à instruire les hommes d’aujourd’hui. La sagesse est à la disposition de quiconque manie la charrue, jette la semence et dispose les plants. La terre renferme des trésors cachés, et le Seigneur aimerait voir travailler la terre par les milliers et dizaines de milliers de gens qui s’entassent dans les villes pour tenter la chance de gagner quelques sous. ... Ceux qui établissent leur famille à la campagne la préserve d’un grand nombre de tentations. Les enfants qui vivent avec des parents aimant et craignant Dieu y sont d’ailleurs beaucoup mieux placés pour recevoir les enseignements du grand Maître, qui est la source de toute sagesse. Ils bénéficient ainsi d’une occasion nettement plus favorable d’acquérir une formation qui les prépare au royaume des cieux.

Le plan de Dieu pour Israël—Par leur désobéissance, Adam et Ève avaient perdu l’Éden, et toute la terre avait été maudite à cause du péché. Toutefois, si le peuple de Dieu se conformait aux instructions reçues, le pays serait rétabli dans sa fertilité et sa beauté premières. L’Éternel avait lui-même donné à Israël des directives pour cultiver le sol et contribuer à cette œuvre de restauration. Ainsi, grâce aux prescriptions divines, tout le pays était destiné à devenir une leçon de choses pour illustrer la vérité spirituelle. Parce qu’elle obéit à des lois physiques, la terre produit ses richesses; de même, c’est en se soumettant à la loi morale qu’Israël pouvait refléter le caractère du Très-Haut.

Des leçons spirituelles pour la vie quotidienne—Dieu nous a entourés des magnifiques spectacles de la nature pour susciter notre intérêt. Il veut que nous associons les gloires de sa nature à son caractère. Si nous étudions soigneusement le livre de la nature, nous y contemplerons avec fruit l’amour et la puissance infinie de Dieu.

Les enseignements de Jésus se rapportent non seulement au jour du repos, mais encore à la semaine de labeur. Dans les travaux de semence, de labourage et de moisson, il nous apprend à voir l’image de l’œuvre de la grâce dans nos cœurs. Il désire que nous fassions une application utile des vérités de la Bible dans les moindres actes de la vie. Si nous agissons ainsi, nos occupations journalières n’absorberont pas notre attention au point de nous faire oublier le Seigneur. Constamment, elles nous rappelleront notre Créateur et notre Rédempteur. Semblable à un fil d’or, la pensée de Dieu courra tout au travers de nos préoccupations domestiques. Sa gloire resplendira de nouveau pour nous sur la nature entière. Nous connaîtrons de mieux en mieux la vérité céleste et nous nous rapprocherons toujours plus de la pureté divine.

Des lois identiques gouvernent la nature et l’humanité—Le grand Maître plaçait ses auditeurs en contact avec la nature, afin qu’ils puissent prêter l’oreille à la voix de la création. À mesure que leurs cœurs s’attendrissaient et que leurs esprits s’ouvraient à ses instructions, il les aidait à interpréter l’enseignement spirituel des choses que leurs yeux contemplaient. ... Ces leçons contenaient un enseignement et un appel pour chacun. Ainsi, loin d’être une simple routine dépourvue de réflexion, la tâche que le Maître s’imposait chaque jour était illuminée et idéalisée par le rappel constant des choses visibles et invisibles.

C’est ainsi que nous devrions enseigner. Que les enfants apprennent à voir dans la nature l’expression de l’amour et de la sagesse de Dieu. Que des liens soient établis dans leur pensée entre Dieu et les oiseaux, les fleurs et les arbres: que toutes les choses visibles deviennent pour eux des interprètes des choses invisibles et tous les éléments de la vie des moyens de s’assimiler l’enseignement divin.

Tandis qu’ils apprendront à étudier les leçons que contiennent toutes les choses créées et les expériences de la vie, montrez-leur que les mêmes lois qui gouvernent les choses de la nature et les événements de la vie doivent aussi nous diriger, qu’elles nous sont données pour notre bien et que l’obéissance à ces lois peut seule nous procurer le succès et le véritable bonheur.

Leçons pratiques enseignées par l’agriculture—Parmi les leçons innombrables touchant les différents processus de croissance des plantes, quelques-unes des plus importantes sont énoncées dans la parabole du Sauveur sur la semence. Elles s’adressent aux jeunes comme aux plus âgés. ...

La germination de la semence représente le début de la vie spirituelle, et le développement de la plante est une figure de la formation du caractère. ... Lorsque les parents et les éducateurs cherchent à enseigner ces leçons, ils devraient le faire d’une manière pratique. Que les enfants préparent eux-mêmes le sol et y répandent la semence. Tandis qu’ils travaillent, les parents ou les maîtres peuvent leur expliquer que le cœur est un jardin dans lequel de bonnes ou de mauvaises semences peuvent être jetées; de même que le jardin doit être préparé pour recevoir la semence naturelle, de même aussi le cœur doit l’être pour recevoir la semence de la vérité. ... Personne ne s’attend à moissonner sur un terrain en friche. Sans relâche et avec persévérance, il faut préparer le sol, semer, cultiver et prendre soin de la récolte. Il doit en être ainsi pour la semence spirituelle.

Les mauvaises habitudes comparables aux mauvaises herbes—Autant que possible, le foyer devrait se trouver loin de la ville, dans un endroit où les enfants disposeraient d’un terrain à cultiver. Chacun d’eux devrait avoir son propre lopin de terre. Tandis que vous leur apprenez à jardiner, à préparer la terre pour y déposer la semence, et que vous leur montrez combien il est important d’enlever toutes les mauvaises herbes, attirez aussi leur attention sur la nécessité de se débarrasser, dans la vie, des habitudes inavouables et funestes. Apprenez-leur à réprimer les mauvaises habitudes comme ils luttent contre les mauvaises herbes de leur jardin. Cet enseignement vous prendra du temps, mais il en vaut grandement la peine.

L’ambiance du foyer, une illustration de nos croyances—Devant Dieu, les parents sont placés dans l’obligation de créer autour du foyer une ambiance qui corresponde à la vérité qu’ils professent. Ils peuvent ainsi donner un enseignement correct à leurs enfants, et ceux-ci sauront établir un rapport entre le foyer d’ici-bas et celui d’en haut. La famille doit, autant que possible, devenir un modèle de celle qui existera dans le ciel. Ainsi, les tendances à se complaire dans ce qui est vil s’estomperont graduellement. Il faut faire comprendre aux enfants qu’ici-bas ils ne sont que des stagiaires et leur permettre, grâce à cette éducation, de devenir des habitants des demeures que le Christ est allé préparer pour ceux qui l’aiment et qui gardent ses commandements. C’est pour les parents le devoir le plus sacré qu’ils aient à remplir.

Parents, cherchez à vous fixer à la campagne—Aussi longtemps que Dieu me donnera la force de parler à notre communauté, je ne cesserai d’inviter les parents à quitter les villes et à se fixer à la campagne, où ils pourront acquérir un terrain pour le cultiver et recevoir du grand Livre de la Nature des leçons de pureté et de simplicité. Les trésors de la Nature sont les silencieux témoins du Seigneur, qu’il nous donne pour nous enseigner des vérités spirituelles. Ils nous parlent de l’amour de Dieu et nous dispensent la sagesse du grand Artiste et Maître.

J’aime les belles fleurs. Elles nous rappellent le jardin d’Éden, et nous orientent vers le pays béni dans lequel, si nous sommes fidèles, nous entrerons bientôt. Le Seigneur me fait découvrir les propriétés thérapeutiques des fleurs et des arbres.