Le Foyer Chrétien

Chapitre 10

Des directives indispensables

Prenez conseil de la Bible—Ordonné par Dieu, le mariage est une institution sacrée où il ne faut jamais s’engager dans un esprit d’égoïsme. Ceux qui envisagent de prendre une telle décision doivent, avec sérieux et prière, apprécier son importance et rechercher le conseil divin pour savoir s’ils agissent en harmonie avec la volonté de Dieu. Les instructions données sur ce point par la Parole divine doivent être prises en considération. Le ciel éprouve de la joie lorsqu’un mariage est contracté avec la détermination, chez les époux, de se conformer aux directives fournies dans les Écritures.

S’il est un sujet qui doive être considéré avec un esprit calme et un jugement exempt de toute passion, c’est bien celui du mariage. Et si jamais il est nécessaire de prendre le conseil de la Bible, c’est avant de franchir l’étape qui doit avoir pour effet d’unir deux personnes pour la vie. Mais on estime généralement que, dans ce domaine, il faut se laisser guider par les sentiments; et, dans de trop nombreux cas, s’impose un sentimentalisme excessif qui conduit le couple à une ruine certaine. C’est ici que les jeunes ont coutume de montrer moins de discernement qu’en d’autres domaines; c’est ici qu’ils refusent d’écouter la raison. Le mariage semble exercer sur eux un pouvoir fascinant. Sur ce point, ils ne se soumettent pas à Dieu. Ils sont esclaves de leurs sens et agissent en secret, comme s’ils craignaient de voir leurs projets contrariés par quelqu’un.

Beaucoup naviguent en direction d’un port dangereux. Ils ont besoin d’un pilote, mais ils ne veulent pas accepter l’aide, pourtant si nécessaire; ils se croient capables de mener leur propre barque et ne se rendent pas compte qu’elle va s’écraser bientôt contre un rocher dissimulé qui peut provoquer le naufrage de leur foi et de leur bonheur. ... À moins d’être des lecteurs diligents de cette Parole [la Bible], ils commettront de graves erreurs qui terniront leur bonheur et celui d’autrui, à la fois dans cette vie et dans la vie future.

La nécessité de la prière—Si l’on avait l’habitude de prier deux fois par jour avant de songer au mariage, on devrait prier quatre fois par jour quand on se met à y penser. Le mariage exerce une influence, non seulement sur la vie terrestre, mais aussi sur la vie future. ...

La plupart des mariages de notre époque, et surtout par la manière dont ils se font, constitue un signe des derniers jours. Hommes et femmes se montrent si obstinés, que Dieu est complètement laissé hors de la question. On met la religion de côté, comme si elle n’avait rien à dire dans cette affaire si importante et solennelle.

Lorsque l’engouement rejette tout conseil—Deux personnes font connaissance; elles s’entichent aussitôt l’une de l’autre et tout leur esprit se trouve absorbé par cet engouement. La raison est aveuglée et le jugement annihilé. Elles ne rechercheront aucun conseil ou n’accepteront aucune directive, mais elles s’entêteront à suivre leur propre voie, sans se soucier des conséquences. Telle une épidémie ou une contagion qui doit suivre son cours, ce penchant les domine et rien, semble-t-il, ne peut l’en empêcher.

Certaines personnes de leur entourage se rendent peut-être compte que, si ce couple contracte mariage, il en résultera un malheur qui durera toute la vie; mais les exhortations, même les supplications sont vaines. Il est possible qu’à cause de cette union, l’utilité d’une personne que Dieu se préparait à prendre à son service soit paralysée ou réduite à néant. Mais tout raisonnement et tout effort de persuasion sont pareillement dédaignés. Tout ce qui peut être dit par des hommes et des femmes d’expérience est sans effet et ne peut changer la décision à laquelle les désirs de ce couple l’ont conduit. Ils perdent toute envie de fréquenter les réunions de prière et se désintéressent bientôt de tout ce qui est religieux. Ils sont éperdument amoureux l’un de l’autre et les devoirs de la vie sont négligés, comme s’ils n’avaient aucune importance.

Les jeunes ont besoin du conseil des personnes d’âge et d’expérience—Puisque tant de malheurs résultent des mariages ainsi contractés, pourquoi les jeunes ne montrent-ils pas plus de sagesse? Pourquoi persistent-ils à croire qu’ils n’ont pas besoin du conseil de personnes plus âgées et plus expérimentées? En affaires, les hommes et les femmes se montrent généralement très avisés. Avant de s’engager dans toute entreprise importante, ils se préparent à assumer leurs responsabilités. Ils consacrent du temps et de l’argent à un problème déterminé et ils l’étudient avec minutie afin de ne pas échouer dans la réalisation de leurs projets.

De quelle plus grande prudence ne devrait-on pas faire preuve lorsqu’il s’agit de contracter un mariage—qui concerne les générations futures et la vie à venir! Au lieu de cela, très souvent on se marie à la légère, comme s’il s’agissait d’une plaisanterie, sous le coup de l’impulsion et de la passion, avec aveuglement et une absence totale de discernement. La seule explication est que Satan exulte de voir la misère et la ruine s’installer dans ce monde et qu’il jette ses filets pour capturer les âmes. Il se réjouit en voyant ces personnes insensées passer à côté des vraies joies de la vie présente et perdre leur accès dans le monde à venir.

Le jugement éclairé des parents devrait être pris en considération—Les enfants doivent-ils se fier à leurs propres désirs et inclinations, sans tenir compte de l’opinion et des conseils de leurs parents? Certains paraissent ne jamais s’inquiéter des vœux et des préférences de ces derniers, ni prendre en considération leur jugement éclairé. L’égoïsme a fermé la porte de leur cœur à l’affection filiale. L’esprit des jeunes a besoin d’être orienté dans ce domaine. Le cinquième commandement est le seul auquel soit attachée une promesse; pourtant il est pris à la légère, il est même purement et simplement ignoré dans les exigences des jeunes amoureux. Mépriser l’amour d’une mère et refuser la sollicitude d’un père sont des péchés qui peuvent être mis au compte de beaucoup de jeunes.

Une des plus grandes erreurs commises en ce domaine est que les jeunes et tous ceux qui manquent de maturité croient que leurs affections ne doivent en aucun cas être contrariées et qu’on ne doit pas intervenir dans leurs expériences sentimentales. Or, il s’agit d’un sujet qui, plus que tout autre, mérite d’être considéré sous tous les angles. Ce faisant, il est essentiel de s’entourer de l’expérience des autres et, calmement, soigneusement, d’envisager les deux aspects de la situation en présence. Or, cette question est généralement traitée à la légère par la grande majorité des gens. Chers jeunes amis, prenez conseil auprès de Dieu et de vos parents pieux. Et priez sur ce sujet.

L’appui de parents qui craignent Dieu—Si vous avez le privilège d’avoir des parents qui craignent Dieu, sollicitez leurs conseils. Faites-leur part de vos espoirs et de vos projets; inspirez-vous des leçons que les expériences de la vie leur ont enseignées.

Si les enfants étaient plus familiers avec leurs parents, s’ils voulaient se confier à eux et partager avec eux leurs joies et leurs peines, ils s’épargneraient pour l’avenir de nombreux tracas. Lorsqu’ils sont perplexes et qu’ils ne savent comment agir, qu’ils exposent leurs problèmes à leurs parents en exprimant clairement leur propre opinion et en demandant conseil. Qui pourrait être mieux placé que des parents chrétiens pour indiquer les dangers qui peuvent se présenter? Qui, mieux qu’eux, pourrait comprendre le caractère particulier de chacun de leurs enfants? Si ces derniers ont des dispositions chrétiennes, ils sauront placer au-dessus de tous les bienfaits terrestres l’amour et l’approbation de leurs parents. Ceux-ci peuvent sympathiser avec leurs enfants et prier en leur faveur—et avec eux—pour que Dieu les protège et les conduise. Avant toute autre chose, ils sauront les orienter vers leur Ami et Conseiller qui ne déçoit jamais.

Les parents doivent guider les jeunes dans leurs affections—Pères et mères devraient prendre conscience qu’il leur incombe de guider les jeunes dans leurs affections et dans le choix de leur futur conjoint. Par leurs paroles et leur exemple, et avec l’aide de la grâce divine, ils devraient avoir à cœur de former le caractère de leurs enfants de telle sorte que, dès leurs plus tendres années, ceux-ci soient animés de sentiments purs et nobles et attirés par le bien et le vrai. Qui se ressemble s’assemble, dit le proverbe. Implantez de bonne heure dans leur âme l’amour de la vérité et de la bonté, et ils rechercheront la société de ceux qui possèdent les mêmes dispositions.

L’exemple d’Isaac—Les parents ne devraient jamais oublier qu’ils sont responsables du bonheur de leurs enfants. Le respect d’Isaac pour le jugement de son père était le résultat de l’éducation qu’il avait reçue et qui lui avait fait aimer une vie d’obéissance.

Divinement honoré du titre d’héritier de promesses destinées au monde entier, Isaac, âgé de quarante ans, s’était soumis à la décision de son père, qui avait chargé un serviteur pieux d’aller lui trouver une épouse. Le résultat de ce mariage nous est donné dans ce touchant tableau de bonheur domestique: « Puis Isaac conduisit Rébecca dans la tente de Sara, sa mère; il prit Rébecca pour femme, et il l’aima. Ainsi Isaac fut consolé après la mort de sa mère. »

Les parents avisés agiront avec prudence—Vous posez la question: « Les parents devraient-ils choisir un partenaire sans tenir compte de la mentalité et des sentiments de leur fils ou de leur fille? » Je vous retourne cette question pour vous la présenter telle qu’elle devrait être envisagée: Un fils (ou une fille) devrait-il choisir son conjoint sans rechercher d’abord le conseil de ses parents, puisqu’une telle décision aura nécessairement une influence sur le bonheur de ces derniers, dans la mesure où ils ont de l’affection pour leurs enfants? Cet enfant doit-il s’entêter à agir à sa guise, et ce, malgré les conseils, voire les supplications de ses parents? Je réponds délibérément: Non; même s’il ne devait jamais se marier. Le cinquième commandement interdit une telle attitude: « Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne. » Ce commandement renferme une promesse que le Seigneur accomplira certainement en faveur de ceux qui lui obéissent. Par ailleurs, les parents éclairés ne choisiront jamais un partenaire pour leur enfant sans tenir compte de ses désirs.