Le Foyer Chrétien

Chapitre 5

Un témoin puissant pour le Christ

Les meilleurs missionnaires proviennent de foyers chrétiens—Les missionnaires appelés à travailler en pays lointains au service du Maître reçoivent le meilleur de leur préparation au sein d’un foyer chrétien, où règnent la crainte de Dieu, l’amour pour Dieu, où le Seigneur est adoré, où la fidélité est devenue une seconde nature, où l’à-peu-près et la négligence dans l’accomplissement des devoirs domestiques ne sont pas tolérés, où la communion sereine avec Dieu est considérée comme essentielle dans l’exécution ponctuelle des tâches quotidiennes.

Les devoirs domestiques doivent être envisagés avec l’idée que s’ils sont accomplis dans l’esprit qui convient, ils nous procureront une expérience qui nous qualifiera pour travailler au service du Christ d’une manière permanente et consciencieuse. Que ne pourrait pas réaliser un chrétien zélé dans le domaine missionnaire s’il accomplissait fidèlement ses devoirs quotidiens, portant joyeusement sa croix, ne négligeant aucune tâche, si désagréable qu’elle puisse être au regard des sentiments naturels!

Notre œuvre pour le Christ doit commencer au sein de la famille ... Il n’est pas de champ missionnaire plus important. ...

Beaucoup ont négligé honteusement cette œuvre qui doit se faire au foyer. C’est le moment de penser à remédier à cet état de choses, avec l’aide divine.

C’est dans leur propre foyer que les jeunes doivent accomplir les devoirs les plus importants, répandant par leur affection et leur dévouement sincère une vraie bénédiction à l’égard de leur père, de leur mère et de leurs frères et sœurs. En se dépensant en faveur d’autrui, ils peuvent ainsi manifester leur abnégation ... Quelle influence une sœur ne peut-elle pas exercer sur ses frères! Par sa droiture, elle peut contribuer à la formation du caractère de ses frères. Ses prières, ses attitudes bienveillantes et affectueuses produisent une action profonde dans une maison.

Dans le foyer, ceux qui ont donné leur adhésion au Christ doivent manifester ce que la grâce a accompli en eux. « À tous ceux qui ont reçu cette Parole, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom. » Jean 1:12. Le vrai disciple du Christ est conscient de posséder une autorité qui lui permet d’exercer une influence dans le foyer, ce qui contribue au perfectionnement du caractère de tous les membres de la famille.

Un argument irréfutable—Le foyer chrétien où cet idéal est cultivé constitue, en faveur de la vérité du christianisme, un témoignage que l’incroyant est incapable de réfuter. Chacun peut se rendre compte qu’il y réside une puissance agissant jusque dans le cœur des enfants et que c’est là un temple érigé au Dieu d’Abraham. Si tous les foyers qui se disent chrétiens l’étaient en réalité, leur influence serait immense: ils seraient en vérité « la lumière du monde ».

Les enfants peuvent faire connaître les principes bibliques—Les enfants qui ont été bien élevés, qui aiment se rendre utiles, aider leurs parents, peuvent contribuer à répandre des idées justes et à faire connaître les principes bibliques à tous ceux avec lesquels ils entrent en contact.

Lorsque nos familles seront ce qu’elles doivent être, nos enfants ne grandiront pas dans l’indifférence au sujet de leurs devoirs, fixés par Dieu, en faveur des nécessiteux qui les entourent. Tous travailleront où le Seigneur les a placés, et de leur foyer se dégagera une lumière qui éclairera ceux qui sont dans l’ignorance et les conduira à la source de toute connaissance. Une influence sera exercée qui deviendra une puissance pour Dieu et sa vérité.

Des parents qu’on ne parvient à atteindre d’aucune manière sont souvent accessibles par l’intermédiaire de leurs enfants.

Les foyers où règne la bonne humeur sont une lumière pour leur entourage—Nous avons besoin de plus de parents et de plus de chrétiens rayonnants comme le soleil. Trop souvent nous nous replions sur nous-mêmes. Trop souvent nous négligeons de prononcer une parole aimable et encourageante et d’esquisser un sourire devant nos enfants et devant des gens accablés et découragés.

Parents, sur vous repose la responsabilité d’être des porte-lumière et des dispensateurs de vie. Brillez comme des lumières dans votre foyer, éclairant le sentier où doivent marcher vos enfants. En agissant ainsi, vous projetterez votre lumière sur ceux qui en sont privés.

Il en rayonnera une sainte influence. L’amour s’y révélera et s’y épanouira par des gestes de prévenance, de bonté, de courtoisie douce et désintéressée. Qu’ils soient nombreux, ces foyers où règne cette atmosphère, où Dieu est adoré et où s’épanouit le véritable amour; ces foyers où la prière du matin et du soir s’élève à Dieu comme l’encens de l’autel, pour redescendre sur ses membres en rosée de grâce et de bénédiction.

L’influence d’une famille unie—La tâche primordiale des chrétiens est de rechercher l’unité dans la famille. L’œuvre à accomplir peut alors s’étendre à tout le voisinage. Ceux qui bénéficient de la lumière ont le devoir de la faire briller en rayons resplendissants. Leurs paroles, embaumées par l’amour du Christ, doivent avoir la saveur de la vie qui donne la vie.

Plus les membres d’une famille sont unis dans les devoirs qui s’accomplissent à la maison, plus l’influence exercée au-dehors par le père, la mère et les enfants sera réconfortante et utile.

Des hommes épris de bonté plus nécessaires que de grands esprits—Le bonheur des familles et des églises dépend des influences exercées par les foyers. Les intérêts éternels sont conditionnés par l’accomplissement des devoirs de cette vie. Le monde n’a pas tant besoin de grands esprits que d’hommes épris de bonté qui apporteront une bénédiction dans les foyers.

Éviter les erreurs qui ferment les portes—Le foyer où la religion est vécue exerce son influence dans l’église et dans le voisinage. Mais il arrive que certaines personnes, qui se prétendent chrétiennes, entretiennent leurs voisins des difficultés rencontrées au foyer. Elles parlent de leurs griefs afin de s’attirer la sympathie. Mais c’est commettre une grave erreur que de faire part à d’autres de nos problèmes, en particulier lorsque nos doléances sont de pures inventions et qu’elles ne sont dues qu’à notre conduite irréligieuse et à notre caractère défectueux. Ceux qui se plaisent à exposer leurs griefs personnels devant autrui feraient mieux de rester chez eux pour prier, pour soumettre leur volonté perverse à Dieu, pour se jeter sur le Rocher et s’y briser, pour mourir à eux-mêmes et permettre à Jésus de faire d’eux des vases d’honneur.

Un manque de courtoisie, un mouvement d’humeur, un geste de rudesse, une parole insensée peuvent suffire à ternir votre réputation et à fermer pour toujours l’accès des cœurs.

Le rayonnement d’un christianisme vécu—Les efforts que nous consentons pour faire du foyer ce qu’il devrait être—une image du foyer céleste—nous préparent à travailler dans une sphère plus étendue. L’expérience que nous acquérons en montrant un intérêt affectueux les uns pour les autres nous permet de savoir comment atteindre les cœurs qui doivent apprendre à connaître les principes de la vraie religion. L’Église a besoin de toutes les forces spirituelles exercées qu’elle peut rassembler pour que tous les membres de la famille du Seigneur, en particulier les jeunes, puissent se trouver en sécurité. La vérité vécue dans le foyer se traduit par une action désintéressée qui s’accomplit au-dehors. Quiconque pratique le christianisme au foyer sera une lumière éclatante brillant en tout lieu.