La Foi Vivante

Chapitre 22

LA PERFECTION CHRÉTIENNE

A. T. Jones

Cela aussi a été dit, il y a bien, bien longtemps. « Je sais bien qu'il en est ainsi; comment l'homme serait-il juste devant Dieu? S'il voulait contester avec lui, sur mille choses, il ne pourrait répondre à une seule... Recourir à la force? Il est tout-puissant. À la justice? Qui me fera comparaître? Et si je comparaissais, qu'arriverait-il? Suis-je juste, ma bouche me condamnera. » Si je peux me mesurer moi-même à ma propre satisfaction, et déclarer le compte équilibré, lorsqu'il est comparé à mon estimation, mon estimation est si insuffisante qu'elle me condamne absolument. Il n'y a là aucun motif de justification. « Suis-je innocent, il me déclarera coupable. » (Traduction littérale : « Si je dis, je suis parfait, ma propre bouche prouvera aussi que je suis coupable. »)
 
« Innocent, je le suis; mais je ne tiens pas à la vie, je méprise mon existence. Mon propre modèle de perfection, confronté au sien et vu à la lumière du sien, serait si imparfait que moi-même je le mépriserais. Quand je me laverais dans la neige, quand je purifierais mes mains avec du savon, tu me plongerais dans la fange et mes vêtements m'auraient en horreur. » [ Job 9.1-2, 19-21, 30-31 ]
 
Voilà ce que nous pourrions faire de mieux pour nous rapprocher du modèle si nous avions à le faire. Alors, abandonnons définitivement l'idée que la perfection est quelque chose que nous avons à réaliser. La perfection est quelque chose que nous devons atteindre, et rien d'autre. Dieu y compte et y a pourvu. C'est pour cela que nous avons été créés. Le seul but de notre existence est d'être précisément tels : parfaits de la perfection de Dieu. Et souvenez-vous que nous devons être parfaits selon Son caractère. Son modèle de caractère doit être le nôtre. Non pas un caractère qui lui ressemble; celui-là même doit être le nôtre. Et cela seul est la perfection chrétienne.
 
Que nous devions parvenir à cela, trois textes nous le disent. Le premier est le premier chapitre d'Éphésiens en commençant au verset 3 afin de bien comprendre ce que dit le verset 4 : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ! En lui, Dieu nous a élus, avant la fondation du monde. » (et remarquez pourquoi Il nous a choisis, voici le dessein qu'Il avait avant la fondation du monde, en nous choisissant, vous et moi, et en nous amenant jusqu'à cette heure. Alors, considérons la conséquence) « pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, dans son amour ».
 
Voilà Sa seule pensée en ce qui nous concerne. Voilà la seule raison pour laquelle Il nous a créés. Voilà le but de notre expérience. Alors, un autre mot sans plus attendre : s'il en est ainsi, pourquoi ne voulons-nous pas l'envisager? Pourquoi ne pas rencontrer tout de suite le but de notre existence et être saints et irrépréhensibles devant Lui dans l'amour?
 
Le texte suivant est [ Colossiens 1.19-22 ] : « Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de la croix. Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises oeuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour VOUS FAIRE PARAÎTRE devant lui, saints, irrépréhensibles et sans reproche. »
 
Premièrement, Il nous a créés dans ce but. Par le péché, nous avons été rejetés hors de ce dessein. Le dessein tout entier fut déjoué, mais il souffrit la croix; il a plu à Dieu de faire ainsi, afin que son dessein originel fut accompli. Ce qu'il faut retenir, c'est que par Sa croix, Il nous a réconciliés, afin que ce dessein originel s'accomplisse en nous, le dessein qui était le sien avant la fondation du monde, que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui dans l'amour. Le sang de Christ, le rétablissement de la paix qui est apporté au monde par Jésus-Christ, a pour but de pouvoir nous faire paraître saints -- qu'il puisse accomplir cela même à quoi il nous avait destinés avant la fondation du monde -- qu'Il nous fasse paraître VOUS ET MOI « saints, irrépréhensibles et sans reproche devant lui ».
 
Le chemin de la perfection chrétienne est le chemin de la croix, et il n'y a pas d'autre chemin. Je veux dire qu'il n'y a pas d'autre chemin pour vous et moi. Le moyen de nous la donner, le seul moyen, fut le moyen de la croix. Il est venu par ce chemin et Il l'a apportée; et le seul chemin pour vous et pour moi pour l'obtenir, c'est le chemin de la croix. Il y a pourvu de telle façon qu'Il le ferait Lui-même; pour ce qui est de l'accomplir, ce n'est en rien notre affaire.
 
Remarquez bien maintenant : [ Éphésiens 4.7-13 ]; ce qui est véritablement accompli en cela, combien pleinement il a pourvu à ce qui était demandé.
 
« Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. » Réfléchissez. Qu'a fait le don de Christ au point où nous en sommes de notre étude? Il « a fait la paix par le sang de sa croix » et a tout réconcilié avec Dieu. Et Il l'a fait pour que nous soyons ce que, avant la fondation du monde, il voulait que nous soyons -- « saints, irrépréhensibles et sans reproche devant lui ». Telle est la mesure du don de Christ en cette affaire... Et Il a accompli son dessein pour tous en ce qu'il a ouvert la voie à tous. Et à chacun de NOUS, en ce moment même, la grâce est donnée selon la même mesure. Ainsi, ce que la croix NOUS a apporté, et a mis à notre disposition, la grâce de Dieu nous le DONNE et l'accomplit en nous.