La Foi Vivante

Chapitre 21

L'ÉPITRE AUX GALATES

A. T. Jones

GALATES 2.20
 
« Je suis (version Segond : j'ai été) crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et s'est livré lui-même pour moi. »
 
Il ne serait peut-être pas déplacé de mettre en évidence ce que ce texte dit en notant ce qu'il ne dit pas.
 
Il ne dit pas : je veux être crucifié avec Christ. Il ne dit pas : je désire être crucifié avec Christ, afin qu'il vive en moi. Ce qu'il dit, c'est : « je suis crucifié avec Christ ».
 
En outre, il ne dit pas : Paul a été crucifié avec Christ; Christ a vécu en Paul et le Fils de Dieu a aimé Paul et s'est livré Lui-même pour Paul. Tout cela est vrai, mais ce n'est pas cela que le texte dit, ni ce qu'il signifie, car il signifie exactement ce qu'il dit. Et ce qu'il dit, c'est : « je suis crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; et si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé, et qui s'est livré Lui-même pour moi ».
 
Ainsi, ce verset est un fondement magnifique et solide de la foi chrétienne pour toute âme en ce monde. Ainsi, est-il possible pour toute âme de dire, avec la pleine assurance de la foi chrétienne : « Il m'a aimé, il s'est livré lui-même pour moi. » « Je suis crucifié avec Christ », « Christ vit en moi. » Lire aussi [ 1 Jean 4.15 ].
 
Pour une âme, dire : Je suis crucifiée avec Christ, ce n'est pas parler en l'air. Ce n'est pas croire quelque chose par conjecture. Ce n'est pas dire quelque chose dont on n'est pas certain. Toute âme en ce monde peut dire en toute vérité et sincérité : « Je suis crucifiée avec Christ. » C'est la simple reconnaissance d'un fait, la reconnaissance d'une chose déjà accomplie, car cette parole est l'énoncé d'un fait.
 
C'est un fait que Jésus a été crucifié. Et quand il a été crucifié, nous avons aussi été crucifiés, car il était l'un de nous. Son nom est EMMANUEL, c'est-à-dire « Dieu avec nous » -- non pas Dieu avec lui, mais Dieu avec nous. Si son nom n'est pas « Dieu avec lui », mais « Dieu avec nous » et si Dieu avec lui n'était pas Dieu avec lui, mais Dieu avec nous, alors qui était-Il, sinon « nous ». Il fallait qu'Il soit « nous » pour que Dieu avec lui puisse être non pas Dieu avec lui, mais « Dieu avec nous ». Et quand on le mit en croix, qui donc fut crucifié, si ce n'est « nous »?
 
Là est la grande vérité qu'annonce ce texte. Jésus-Christ était « nous ». Il était de la même chair et du même sang que nous. Il avait notre propre nature; Il était en tout semblable à nous. « Il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères. » Il s'est dépouillé lui-même en devenant semblable aux hommes. Il était le « second Adam ». Et précisément, comme le premier Adam c'était « nous », de même Christ, le second Adam était aussi nous. Lorsque le premier Adam mourut, nous, entraînés avec lui, nous sommes morts. Et lorsque le second Adam fut crucifié -- comme il était « nous » et que nous étions entraînés avec lui, nous sommes crucifiés avec Lui. De même que le premier Adam était en lui-même le genre humain tout entier; ainsi lorsque le dernier Adam fut crucifié, le genre humain tout entier, la vieille nature humaine pécheresse, fut crucifiée avec Lui. C'est pourquoi il est écrit : « Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit pour que nous ne soyons plus esclave du péché. »
 
Ainsi, toute âme en ce monde, peut dire sa vérité, dans le triomphe parfait de la foi chrétienne : « Je suis crucifiée avec Christ. » Ma vieille nature humaine pécheresse est crucifiée avec lui, afin que ce corps du péché fût détruit, et ne sois plus esclave du péché [ Romains 6.6 ] « et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ». Portant toujours avec moi dans mon corps la mort de Jésus, la crucifixion du Seigneur Jésus, car je suis crucifiée avec Lui -- afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans mon corps. Car moi qui vis, je suis sans cesse livré à la mort, à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans ma chair mortelle [ 2 Corinthiens 4.10-11 ]. Ainsi donc, la vie que je mène maintenant dans la chair, je la vis par la foi du Fils de Dieu qui m'a aimé et s'est donné Lui-même pour moi.
 
Dans cette réalité bienheureuse de la crucifixion du Seigneur Jésus, accomplie pour toute âme humaine, ce n'est pas seulement le fondement de la foi pour toute âme qui se trouve déposé, mais en elle est fait aussi le don de la foi à toute âme. Ainsi, la croix de Christ n'est pas seulement la sagesse de Dieu, déployée de Dieu à nous, mais aussi la puissance même de Dieu manifestée pour nous délivrer de tout péché et nous conduire à Dieu.
 
Oh, pécheurs, croyez-le. Oh, recevez-le. Abandonnez-vous à cette puissante vérité. Dites-la, dites-la avec la pleine assurance de la foi et dites-la toujours. « Je suis crucifié avec Christ, et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; et la vie que je mène maintenant dans la chair, je la vis par la foi du Fils de Dieu, qui m'a aimé et s'est donné lui-même pour moi. » Dites-le car c'est la vérité, la vérité, la sagesse et la puissance même de Dieu, qui sauvent l'âme de tout péché.