La Foi Vivante

Chapitre 21

L'ÉPITRE AUX GALATES

A. T. Jones

GALATES 1.3-5
 
« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher au présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père, à qui soit la gloire aux siècles des siècles. Amen. »
 
« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ. » Telle est la salutation dans toutes les épîtres de Paul, à l'exception de celle aux Hébreux, et, avec de légères variantes, dans les deux de Pierre.
 
Pourtant, ce n'est aucunement une simple formalité. Ces épîtres nous sont parvenues comme parole de Dieu, ce qu'elles sont en vérité. Cette salutation donc, bien que souvent répétée -- nous parvient comme la Parole de Dieu dans la salutation et la pleine assurance de Sa faveur et de Sa paix perpétuellement offertes à toute âme. La grâce est faveur. Ainsi, cette parole de Dieu étend sa faveur à toute âme qui la lit ou l'entend.
 
Son nom même est miséricordieux -- qui fait grâce. Son nom est simplement ce qu'il est. Et ce qu'il est, il l'est « hier, aujourd'hui, éternellement et à jamais. » Avec Lui, il n'y a ni changement, ni ombre de variations [ Jacques 1.17 ]. Aussi par Lui, la grâce, la faveur sans limites sont toujours offertes à toute âme. Oh, si seulement toutes le croyaient!
 
« Et la paix ». Il est le « Dieu de paix ». Il n'y a de véritable paix que celle de Dieu. Et « il n'y a point de paix pour les méchants », dit l'Éternel. « Mais les méchants sont comme la mer agitée qui ne peut se calmer. »
 
Même si le monde entier est plongé dans l'iniquité, le Dieu de paix parle de paix à chaque âme. Car Christ, le Prince de la paix, « notre paix », a réuni Dieu et l'homme, en anéantissant dans sa chair l'inimitié, afin de créer en lui-même, avec les deux, Dieu et l'homme, un seul homme nouveau, en établissant la paix, « en faisant la paix par le sang de sa croix ». Et, « ayant fait la paix par le sang de sa croix », Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près : paix à vous tous. C'est pourquoi toujours et à jamais, la salutation qu'il adresse à chaque âme est : « La paix soit avec toi », de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ!
 
Oh, si chacun le croyait, de sorte que la paix de Dieu qui surpasse toute connaissance puisse garder son coeur et son esprit par Christ Jésus.
 
Que la paix de Dieu règne dans vos coeurs! Recevez-la, c'est tout ce qu'Il demande de vous. Ne la refusez pas, ne la repoussez pas; recevez-la.
 
« Qui s'est donné lui-même pour nos péchés. » Oh, pécheurs, qui que vous soyez, si chargés de péché que vous soyez, Christ s'est donné lui-même pour vos péchés. Laissez-Le les prendre. Il les a rachetés, vos péchés, au terrible prix de Sa crucifixion. Laissez-Le les prendre.
 
Il ne vous demande pas de rejeter tous vos péchés avant de venir à Lui et d'être tout à Lui. Il vous demande de venir avec vos péchés et d'être tout à Lui, avec vos péchés; et Il vous enlèvera et éloignera de vous à jamais tous vos péchés. Il s'est donné lui-même pour vous, avec vos péchés; Il vous a rachetés, avec vos péchés; laissez-le prendre ce qu'Il a racheté; laissez-Le posséder ce qui Lui appartient, laissez-Le vous prendre avec vos péchés.
 
Il « s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais ». « Remarquez que pour nous arracher du présent siècle mauvais, Il s'est donné lui-même pour nos péchés. Cela montre que tout ce qui existe de ce présent siècle mauvais, pour chacun de nous est dans nos propres péchés.
 
Et c'étaient « nos péchés ». Ils nous appartenaient. C'est nous qui en étions responsables. Et en ce qui nous concerne, ce présent siècle mauvais, c'était dans nos propres personnes qu'Il se trouvait, dans nos péchés. Mais béni soit le Seigneur, Il s'est donné lui-même pour nous, péchés compris; Il s'est donné lui-même pour nos péchés, pour nous-mêmes, pour tout. Et cela, Il l'a fait afin de nous arracher de ce présent siècle mauvais.
 
Voulez-vous être arrachés à ce présent siècle mauvais? Laissez-le prendre votre personne, avec ses péchés qu'Il a rachetés, et qui, dèes lors, Lui appartiennent de plein droit. Je vous en prie, ne Lui dérobez pas ce qui Lui appartient, restant ainsi dans ce présent siècle mauvais. Je vous en prie, ne commettez pas ce péché supplémentaire de garder ce qui ne vous appartient pas.
 
Comme c'étaient nos péchés et qu'Il s'est donné lui-même pour eux, il s'ensuit manifestement qu'Il s'est donné Lui-même à nous, pour nos péchés. Puisqu'Il s'est donné Lui-même pour vos péchés, vos péchés sont devenus siens; et lorsqu'Il s'est donné Lui-même à vous pour vos péchés, Il est devenu vôtre. Bienheureux échange car en Lui vous avez, comme vous appartenant en propre toute la plénitude de la divinité corporellement, et cela selon la volonté de Dieu. Rendons grâces à Dieu.
 
Pourquoi n'y aurait-il pas pour Lui « gloire dans les siècles des siècles à jamais »? Et pourquoi ne dirions-nous pas tous : « Amen »?