La Foi Vivante

Chapitre 7

CHRIST FIN DE LA LOI

E. J. Wagonner

En Romains 10.4 nous lisons : « Car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient. » Avant d'expliquer le sens de ce texte, il peut être utile de signaler brièvement ce qu'il ne signifie pas. Il ne signifie pas que Christ a mis fin à la loi, en effet :
 
1. Christ lui-même a dit au sujet de la loi : « Je ne suis pas venu la détruire » [ Matthieu 5.17 ].
 
2. Le prophète a dit que, loin de la détruire, le Seigneur « rendrait la loi grande et magnifique [ Ésaïe 42.21 ].
 
3. La loi est dans le coeur de Christ : « Alors je dis: Voici, je viens, dans le rouleau du livre il est écrit de moi : mes délices sont de faire ta volonté, mon Dieu! Et ta loi est au fond de mon coeur [ Psaumes 40.7-8 ].
 
4. Puisque la loi est la justice de Dieu, le fondement de Son gouvernement, « elle ne peut être abolie » [ Luc 16.17 ].
 
Le lecteur doit savoir que le mot « fin » ne signifie pas nécessairement « terminaison ». Il est souvent pris au sens de dessein, objectif ou but. En [ 1 Timothée 1.5 ], le même auteur dit : « La fin (le but) du commandement, c'est une charité venant d'un coeur pur, d'une bonne conscience et d'une foi sincère. Le mot ici traduit par charité, l'est souvent par amour, ce qui est le cas dans la Nouvelle Version, en ce passage. Dans [ Jean 5.3 ] nous lisons : « L'amour de Dieu consiste à garder ses commandements... »; et l'apôtre Paul lui-même dit que « l'amour est l'accomplissement de la loi [ Romains 13.10 ]. Dans ces deux passages, le mot clé (agapé) est utilisé et c'est celui qui figure en [ 1 Timothée 1.5 ]. C'est pourquoi, disons-nous, ce texte signifie : Le but du commandement (ou la foi) est qu'il soit observé. Chacun reconnaîtra que c'est là une évidence.
 
Mais ce n'est pas le but ultime de la loi. Dans ce verset qui suit celui que nous étudions, Paul cite Moïse en disant de la loi que « celui qui l'accomplit vivra par elle ». Christ dit au jeune homme : « Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements [ Matthieu 19.17 ]. Ainsi, puisque le but de la loi était d'être observée ou, en d'autres termes, de produire des hommes justes et que la promesse est que ceux qui lui obéissent vivront, nous pouvons en déduire que le but de la loi était de donner la vie. Les paroles de Paul disant que la loi « conduit à la vie » [ Romains 7.10 ] s'accordent avec cette parole.
 
Mais « ... tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu et le salaire du péché c'est la mort [ Romains 3.23 ]. Ainsi la loi est impuissante à réaliser sa fin en produisant des hommes parfaits et en donnant ainsi la vie. Lorsqu'un homme a une fois transgressé la loi, aucune obéissance ultérieure ne pourra jamais le rendre parfait. C'est pourquoi « la loi qui fut donnée pour conduire à la vie s'avère conduire à la mort [ Romains 7.10 ].
 
S'il nous fallait en rester là, avec la loi incapable d'accomplir son objectif, nous laisserions le monde entier sous le poids de la condamnation et d'une sentence de mort. Mais nous allons voir que Christ permet à l'homme de s'assurer tout ensemble la justice et la vie. Nous lisons que : « nous sommes gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ [ Romains 3.24 ]. Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ [ Romains 5.11 ]. Plus encore, Il nous rend capable d'observer la loi. « Celui qui n'a point connu le péché, Il (Dieu) l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu [ 2 Corinthiens 5.21 ]. C'est pourquoi, en Christ, il nous est possible d'être rendus parfaits -- la justice de Dieu -- et c'est précisément ce que nous aurions été grâce à une obéissance constante et fidèle à la loi.
 
Nous lisons encore : Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ, qui vivent non selon la chair, mais selon l'esprit... car -- chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force -- Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre fils dans une chair semblable à celle du péché et cela non selon la chair mais selon l'esprit [ Romains 8.1-4 ].
 
Qu'est-ce que la loi ne pouvait faire? Elle ne pouvait lever la condamnation d'un seul être coupable. Pourquoi cela? Parce que « la chair la rendait sans force ». Dans la loi, il n'y a aucun élément de faiblesse, c'est dans la chair qu'est la faiblesse. Ce n'est pas la faute d'un bon outil si, d'un bois pourri il ne peut faire un pilier solide. La loi ne pouvait purifier la vie passée d'un homme et le rendre innocent; et le misérable homme déchu n'avait plus dans sa chair assez de force pour observer la loi. Aussi Dieu impute à ceux qui croient la justice de Christ, lui qui fut fait semblable à une chair de péché, afin que la justice de la loi puisse s'accomplir dans leur vie. C'est ainsi que Christ est la fin de la loi.
 
Concluons donc : Nous avons vu que le but de la loi était de donner la vie à cause de l'obéissance. Tous les hommes ont péché et ont été condamnés à mort. Mais Christ a revêtu la nature humaine et communiqué Sa propre justice à ceux qui acceptent Son sacrifice et, à la fin, lorsqu'ils se montrent, par lui, fidèles à la loi, il accomplira pour eux la fin ultime en les couronnant de la vie éternelle. C'est pourquoi nous répétons et nous ne saurions trop en estimer la valeur, que Christ a été fait pour nous « sagesse, justice, sanctification et rédemption ».