La Foi Vivante

Chapitre 5

CRÉATION OU ÉVOLUTION?

A. T. Jones

Lorsque Dieu, par la parole, avait créé les mondes, pour celui-ci Il dit : « Que la lumière soit. » Eh bien, combien de temps s'est écoulé entre les paroles et le moment où la lumière fut? Je veux que vous compreniez bien cette question, afin que vous puissiez décider si vous êtes évolutionniste ou créationniste. Permettez-moi de vous poser la question de nouveau. N'y eut-il pas six longues périodes de temps entre le moment où la parole fut dite et son accomplissement? Vous dites non! Pas une semaine, pas un jour, pas une heure, pas une minute, pas même une seconde, non, certes. Il n'y eut pas une seconde entre le moment où Dieu dit : « Que la lumière soit » et l'existence de la lumière. « Aussitôt que la parole fut dite, la lumière fut. Oui, voilà comment cela s'est passé. J'examine cela avec minutie afin que cela se fixe bien dans votre esprit. Alors, est-ce bien entendu que lorsque Dieu dit : « Que la lumière soit, » il ne se passa pas une seconde entre cela et l'apparition de la lumière? Oui, très bien. Alors celui qui admet qu'un temps quelconque s'est écoulé est un évolutionniste. S'il admet qu'il s'agit de durées incalculables succédant à des durées incalculables, il est simplement plus évolutionniste que celui qui pense qu'il n'y eut qu'un jour, il lui est semblable, c'est seulement un peu plus accentué.
 
Ensuite Dieu dit : « Qu'il y ait un firmament. » Qu'arriva-t-il? Cela fut. Alors, entre le moment où Dieu dit : « Qu'il y ait un firmament... » et « qu'il sépare les eaux d'avec les eaux, combien de temps s'écoula-t-il avant que le firmament ne soit là? Cela fut-il fait instantanément? Oui. dès lors, celui qui affirme qu'il y a en une très longue période de temps entre la parole et l'existence de la chose, qu'est-il? Un évolutionniste. S'il admet qu'il y a eu un jour, on une heure, ou une minute entre la proclamation de la parole et l'existence, celui-là n'admet pas la création.
 
Lorsque le Seigneur dit : « Que les eaux qui sont au-dessus du ciel se rassemblent en un seul lieu et que le sec paraisse » et de même quand Il dit : « Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit... » cela fut ainsi. Puis « Dieu mit deux grands luminaires dans les cieux et il fit aussi les étoiles » et cela fut ainsi. Il dit : « Que les eaux produisent des animaux vivants et que des oiseaux volent sur la terre et vers l'étendue du ciel, » cela fut ainsi. Lorsque Dieu dit : « Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles, des animaux terrestres, selon leur espèce, » cela fut ainsi. Quand il dit, cela fut. Voilà ce qu'est la création.
 
Vous le voyez donc, pour l'évolutionniste il est parfaitement logique et assez raisonnable d'écarter la parole de Dieu et de n'avoir en elle aucune foi, car l'évolution elle-même est l'opposé de la création. Si l'évolution est l'opposé de la création et que la création est la parole de Dieu, alors l'évolution est contraire à la parole de Dieu. Bien entendu, l'évolutionniste authentique ou originel et cohérent ne faisait aucun cas de cette parole, ni de ces évolutionnistes mitigés -- ceux qui font intervenir la création pour faire commencer les choses. Il faut tant de temps, des ères si indéfinies et indéterminées pour que l'évolution réalise quoi que ce soit, qu'elle élimine la création.
 
L'évolutionniste authentique reconnaît que la création doit être immédiate, mais il ne croit pas à l'action immédiate et dès lors il ne croit pas à la création. N'oubliez pas que la création est immédiate, sinon il n'y a pas création. Si ce n'est pas immédiat, c'est de l'évolution. Aussi, pour revenir à la création au commencement, lorsque Dieu parle, il y a dans sa parole l'énergie créatrice de produire ce que dit cette parole. Voilà ce qu'est la création et cette parole de Dieu est la même hier, aujourd'hui et demain, elle vit et demeure à jamais, elle a en elle la vie de Dieu, la vie éternelle. C'est pourquoi elle est la parole de Dieu, car à jamais elle possède en elle-même l'énergie créatrice.
 
Ainsi quand Jésus était là, Il dit : « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. » Les paroles de Jésus sont la parole de Dieu. Elles sont imprégnées de la vie de Dieu. Elles sont vie éternelle, elles subsistent à jamais et en elles est l'énergie créatrice pour produire ce qu'elles disent.
 
Cela est illustré par bien des épisodes de la vie de Jésus, racontée dans le Nouveau Testament. Je n'ai pas besoin de les citer tous, mais je vais me référer à un ou deux d'entre eux, afin que vous saisissiez bien ce principe. Vous vous souvenez qu'après le sermon sur la montagne, Jésus descendit et rencontra un centenier qui Lui dit : « Mon serviteur est malade à la maison, atteint de paralysie et souffrant beaucoup. Jésus lui dit : J'irai et le guérirai. » Le centenier répondit : « Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis un seul mot et mon serviteur sera guéri. » Jésus se tourna vers ceux qui l'accompagnaient et dit :
 
« Même en Israël je n'ai trouvé une aussi grande foi. » Israël avait la Bible, il connaissait la parole de Dieu. Il se flattait d'être le peuple du Livre, le peuple de Dieu. Il la lisait, il prêchait dans les synagogues : « Mes paroles... accompliront ce qui me plaît. » Il disait, en lisant cela : « C'est très bien, il faut le faire. Nous en comprenons la nécessité et nous le ferons. Nous accomplirons ce qu'elle dit. »
 
Et ils faisaient de leur mieux pour l'accomplir. Cela prit beaucoup de temps, si longtemps, en fait, que les Israélites n'en vinrent jamais à bout. Ils étaient si éloignés d'un accomplissement réel de la parole que les plus grands d'entre eux en venaient à s'écrier : « Si seulement une personne parvenait pendant une seule journée à observer toute la loi et à ne point faillir sur un seul point, mieux, si seulement une seule personne parvenait à observer ce seul point de la loi qui concerne l'observation correcte du Sabbat, alors les malheurs d'Israël prendraient fin et le Messie viendrait enfin. »
 
Ainsi, ils eurent beau commencer à faire ce que dit la parole, cela leur prit tant de temps qu'ils n'y parvinrent jamais. Il y avait la parole de Dieu qui disait : « Elle accomplira ce qui me plaît », c'est de la puissance créatrice que cela était dit et bien qu'ils fissent profession de reconnaître l'énergie créatrice de la parole de Dieu, cependant dans leur propre vie ils l'oubliaient et disaient : « Nous le ferons. » Ils cherchaient en eux le processus qui les conduirait au point où cette parole et eux-mêmes s'accorderaient. Qu'étaient-ils? Avez-vous peur de répondre de crainte d'en avoir été là vous aussi? N'ayez pas peur de dire qu'ils étaient évolutionnistes, car c'est ce qu'ils étaient, c'est ce que sont un bon nombre d'entre nous.
 
Leur ligne de conduite était opposée à la création, il n'y avait en elle nulle création. Ils ne furent pas des créatures nouvelles, aucune vie nouvelle ne fut formée en eux, ce ne fut pas accompli par la puissance de Dieu, cela ne venait que d'eux-mêmes et ils étaient si éloignés de croire à la création qu'ils rejetèrent le Créateur et s'en débarrassèrent en le crucifiant. Voilà ce que l'évolution fait toujours, car ne l'oubliez pas, l'évolution est directement opposée à la création.