La Foi Vivante

Chapitre 2

LEÇONS DE FOI

A. T. Jones

* * *
 
« À celui qui n'accomplit pas d'oeuvres mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi est comptée pour justice [ Romains 4.5 ].
 
C'est la seule manière par laquelle quiconque en ce monde peut devenir juste : d'abord reconnaître qu'il est impie, puis croire que Dieu justifie, compte pour juste l'impie et il est juste de la justice même de Dieu.
 
Tous dans le monde sont impies. « Impie » -- (ungodly) -- signifie « qui ne ressemble pas à Dieu ». Et il est écrit : « Tous ont péché et sont privés de la gloire -- (bonté et caractère) -- de Dieu. »
 
C'est pourquoi quiconque admet qu'il a été, en quoi que ce soit, incapable de ressembler à Dieu, reconnaît en cela qu'il est impie.
 
Mais la vérité c'est que tout homme est incapable de ressembler à Dieu : « Car ils sont tous dévoyés, ensemble pervertis, pas un qui fasse le bien, pas même un seul. » [ Romains 3.9-18 ].
 
Ainsi, puisqu'il n'y en a pas un seul sur terre qui ne soit impie, et puisque Dieu justifie l'impie, cela de par Dieu, rend la justification entière, gratuite et certaine pour toute âme sur la terre.
 
Tout ce que chacun a à faire, de son côté, pour s'en assurer, c'est d'accepter, de croire que Dieu justifie réellement, personnellement, individuellement, celui qui est impie.
 
Puis ayant cette qualification, ayant fait cette préparation, tout ce qui est exigé de lui pour obtenir la justification, entière, gratuite et certaine, est de croire que Dieu le justifie, lui l'impie.
 
Pour beaucoup il est fort aisé de se croire impie et même de l'avouer mais de croire que Dieu les justifie, c'est trop demander. Et la seule raison pour laquelle ils ne peuvent croire que Dieu les justifie, c'est qu'ils sont impies, tellement impies.
 
Si seulement ils pouvaient trouver en eux-mêmes quelque chose de bon, ou s'ils pouvaient se reprendre et mieux faire, peut-être trouveraient-ils du courage pour espérer que Dieu les justifierait. Oui, ils voudraient se justifier par des oeuvres et professer ensuite qu'ils croient à la justification par la foi!
 
Mais ce ne serait rien d'autre qu'éliminer toute raison de justification, car si quelqu'un trouve quelque chose de bon en lui, il l'a déjà et n'a pas besoin de l'obtenir d'ailleurs. S'il peut se reprendre et mieux faire par lui-même, il n'a besoin d'aucune justification venant d'ailleurs.
 
C'est donc une contradiction dans les termes que de dire que je suis tellement impie que je ne vois pas comment le Seigneur peut me justifier. Car si je ne suis pas impie, je n'ai pas besoin d'être rendu juste, je suis juste. Il n'y a pas de milieu entre la piété et l'impiété.
 
Mais lorsque quelqu'un se reconnaît tellement impie qu'il ne voit pas le moindre motif d'espérer la justification, c'est alors précisément que la foi entre en jeu.
 
Car la foi est la confiance en la parole de Dieu seulement. Aussi longtemps que l'on a quelque confiance en soi, aussi longtemps que l'on a quelque motif que ce soit d'espérer pouvoir compter sur soi-même ou au sujet de soi-même, il ne saurait y avoir de foi, aussi longtemps il n'y a pas de place pour la foi, puisque la foi est la confiance en la parole seulement.
 
Mais lorsque tout motif convenable d'espérer pouvoir compter sur quoi que ce soit en soi-même ou au sujet de soi a disparu, et qu'on admet qu'il a disparu, lorsque tout ce que l'on peut voir s'oppose à tout espoir de justification, c'est alors que, s'en remettant à la promesse de Dieu, à la parole seule, espérant contre toute espérance, la foi entre en jeu et par la foi on obtient la justification pleine et gratuite si impie soit-on.
 
Pour toujours il est écrit : « ... à celui qui n'accomplit pas d'oeuvres mais croit en celui qui justifie l'impie, sa foi est comptée comme justice. La justice même de Dieu par la foi en Jésus-Christ, lui que Dieu a destiné... pour montrer ce qu'était sa justice pour la rémission des péchés d'autrefois.
 
Voilà ce que c'est que faire usage de la foi. Vous servez-vous de la foi? Car comprendre comment faire usage de la foi, c'est cela la science de l'évangile.
 
* * *
 
« Étant justifiés par la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ [ Romains 5.1 ].
 
Puisque la foi est la confiance en la seule parole de Dieu pour ce que dit cette parole, être justifié par la foi est simplement être compté comme juste par la confiance en la parole seulement.
 
Et puisque la parole est la parole de Dieu, la confiance en la parole seule est confiance en Dieu seul, dans la parole. La justification par la foi, donc, est la justification, être compté juste par la confiance en Dieu seulement parce qu'Il a promis.
 
Nous sommes tous autant que nous sommes, pécheurs, coupables et impies. Dès lors nous sommes tous soumis au jugement de Dieu [ Romains 3.9-16 ]. Cependant pour nous tous il y a un moyen d'échapper au jugement de Dieu. Mais ce seul moyen est d'avoir confiance en Dieu.
 
Lorsque David avait péché en dénombrant la population et qu'il avait ainsi encouru le jugement exemplaire de Dieu, le Seigneur lui donna le choix entre sept années de famine, ou trois mois de déroute devant ses ennemis, ou une peste de trois jours. Mais David ne voulut pas choisir, il s'en remit à Dieu pour que ce soit lui qui choisisse, en disant : « Tombons plutôt entre les mains du Seigneur, car sa miséricorde est grande » [ 2 Samuel 24.11-14 ].
 
Lorsque nous avons confiance en Dieu seul, en Sa parole, pour la justice, nous sommes en paix, car ainsi nous obtenons réellement la justice et « le fruit de la justice sera la paix, la justice produira le calme et la sécurité pour toujours [ Ésaïe 32.17 ].
 
Lorsque nous avons confiance en Dieu seul dans sa parole, nous sommes en paix par notre Seigneur Jésus-Christ car « il est notre paix, lui qui a fait des deux, un, ayant détruit dans sa chair, l'inimitié afin de créer en lui, des deux, un seul homme nouveau en établissant la paix [ Éphésiens 2.14-15 ].
 
Plus, lorsque nous avons confiance en Dieu seul, dans sa parole, pour la justice, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, car Dieu a « établi la paix par le sang de sa croix, pour tout réconcilier avec lui et par lui..., sur la terre et dans les cieux et vous qui autrefois étiez étrangers, vous dont les oeuvres mauvaises manifestaient l'hostilité profonde, voilà que maintenant Dieu vous a réconciliés dans le corps périssable de son fils, par sa mort, pour vous faire paraître devant lui saints, irréprochables, inattaquables. Mais il faut que par la foi, vous teniez solides et fermes. [ Colossiens 1.20-23 ].
 
Alors qu'Il a rendu la voie si simple, la justification si complète, la paix si assurée pour tous et qu'il ne demande à chacun que de les recevoir en les acceptant simplement de lui et en ayant confiance en lui pour cela, pourquoi toute âme sur terre ne serait-elle pas justifiée et ne serait-elle pas en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ?
 
C'est cela que l'Écriture veut dire lorsqu'elle insiste sur la nécessité pour nous de faire usage de la foi. Faites-vous usage de la foi? Êtes-vous justifiés par la foi? Avez-vous la justice par la foi? Êtes-vous en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ?
 
Ayez foi en Dieu [ Marc 11.22 ].
 
* * *
 
La foi est confiance absolue en la seule parole de Dieu, pour l'accomplissement de ce que dit cette parole. Ceci étant, on ne doit jamais oublier un seul instant que là où il n'y a pas de parole de Dieu, il ne saurait y avoir de foi.
 
On le voit aussi dans cette vérité que « la foi vient de la prédication et la prédication c'est l'annonce de la parole de Dieu [ Romains 10.17 ]. Puisque la foi vient ainsi, en effet, par la parole de Dieu elle-même, il est tout à fait clair que là où il n'y a pas de parole de Dieu il ne peut y avoir de foi.
 
Ceci est admirablement illustre par un épisode de la vie de David; comme David avait à coeur de bâtir une maison pour le Seigneur, le Seigneur lui parla par le prophète Nathan qui lui dit : « Le Seigneur t'annonce que le Seigneur te fera une maison..., ta maison et ta royauté seront à jamais stables, ton trône à jamais affermi. »
 
Alors David pria en disant : « Et maintenant, Seigneur Dieu, la parole que tu as prononcé sur ton serviteur et sa maison, tiens-la à jamais et agis comme tu l'as dit. Que ton Nom soit magnifié à jamais et qu'on dise : « le Seigneur, le Tout-Puissant est Dieu sur Israël. Et que la maison de ton serviteur David reste ferme en ta présence.
 
En effet, c'est toi-même, Seigneur Dieu d'Israël, qui as averti ton serviteur en disant : « Je te bâtirai une maison. » Voilà pourquoi ton serviteur a trouvé le courage de t'adresser cette prière. Et maintenant Seigneur Dieu, c'est toi qui es Dieu, tes paroles sont vérité et tu as parlé de ce bonheur à ton serviteur. Veuille maintenant bénir la maison de ton serviteur, pour qu'elle soit à jamais en ta présence. Car c'est toi Seigneur Dieu qui as parlé et par la bénédiction la maison de ton serviteur sera bénie à jamais. [ 2 Samuel 7.11-29 ].
 
Sa prière relevait entièrement de la foi. Parce qu'elle relevait entièrement de la parole de Dieu. La parole de Dieu en était la cause, la parole de Dieu en était le principe et la parole de Dieu était la seule espérance, pour David, que sa prière serait un jour exaucée.
 
Sa demande se conforma à la volonté de Dieu, parce que la volonté de Dieu était déclarée dans la parole de Dieu. Ayant formulé sa demande conformément à la volonté clairement exprimée de Dieu, David savait que sa prière était entendue. Et sachant que sa prière était entendue, David savait qu'il avait demandé selon la volonté de Dieu [ 1 Jean 1.4 ]. C'est pourquoi il dit : « Qu'il en soit ainsi. » C'est pourquoi aussi la réponse à cette prière fut, elle est et elle sera à jamais assurée à David.
 
Et ceci a été écrit pour notre instruction, afin que nous sachions comment prier avec foi et comment dans la prière exercer notre foi. Ainsi : « Allez et faites de même. » Car la connaissance de ce que l'Écriture veut dire lorsqu'elle insiste sur la nécessité pour nous de cultiver la foi est plus essentielle qu'aucune autre connaissance que l'on puisse acquérir.
 
* * *