La Foi Vivante

Chapitre 2

LEÇONS DE FOI

A. T. Jones

* * *
 
La connaissance de ce que l'Écriture veut dire lorsqu'elle insiste sur la nécessité de cultiver la foi, est plus essentielle, qu'aucune autre connaissance que l'on puisse acquérir.
 
Remarquez qu'il s'agit de la connaissance de ce que l'Écriture veut dire quant à la nécessité de cultiver la foi, non pas particulièrement d'avoir la foi, mais de la cultiver.
 
Les Écritures disent peu de chose d'une nécessité quelconque d'avoir la foi, alors qu'elles parlent beaucoup d'avoir à cultiver la foi.
 
La raison en est que, à tous la foi est donnée au départ : tout ce qu'ils ont à faire est de cultiver la foi. Personne ne peut avoir plus de foi qu'il ne lui en a été donné sans cultiver cette foi qui est déjà donnée. Et rien de ce que l'homme connaît ne grandit aussi vite que la foi, dès lors qu'elle est cultivée, la foi grandit à l'extrême.
 
La foi, c'est compter que la parole de Dieu accomplira elle-même ce qu'elle dit et avoir confiance en « la parole seule » pour accomplir ce qu'elle dit. Cultiver la confiance que la parole de Dieu, « la parole seule » accomplira ce qu'elle dit, c'est cultiver la foi.
 
La foi est « le don de Dieu » [ Éphésiens 2.8 ] et elle est donnée à tous; cela est dit clairement dans les Écritures : « ... mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun » [ Romains 12.3 ]. Cette mesure de foi que « Dieu a donnée à chacun » est le capital dont Dieu dote au départ « tout homme venant dans le monde » et tout homme doit exploiter ce capital, le cultiver, pour le salut de son âme.
 
Il n'y a aucun danger de jamais diminuer ce capital si on s'en sert, aussi sûrement qu'il est utilisé, il s'accroîtra à l'extrême. Et aussi sûrement qu'il s'accroît, la justice, la paix, la joie du Seigneur sont assurées pour la plénitude du salut de l'âme.
 
Et encore, la foi vient par la parole de Dieu. C'est pourquoi il est écrit : « La parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton coeur. Or c'est la parole de la foi que nous prêchons » [ Romains 10.8 ]. Ainsi la foi, la parole même de la foi, est dans la bouche et le coeur de tout homme.
 
Comment cela? Lorsque le premier couple pécha dans le jardin, ils crurent pleinement en Satan; ils se livrèrent entièrement à lui, ils en furent totalement prisonniers. Il y eut alors entre eux et Satan accord parfait et paix. Mais Dieu ne laissa pas les choses en l'état, Il brisa cet accord, il gâcha cette paix. Il le fit par Sa parole, en disant : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité... » [ Genèse 3.15 ].
 
« C'est Dieu seul qui peut sans cesse mettre inimitié entre la descendance de la femme et la descendance du serpent. Après la faute de l'homme, sa nature devint mauvaise. C'est alors qu'il y eut la paix entre Satan et l'homme déchu. Si Dieu n'était pas intervenu, les hommes auraient fait alliance contre le ciel et au lieu de se faire la guerre entre eux, ils auraient mené une guerre contre Dieu. Il n'y a pas inimitié naturelle entre les anges déchus et les hommes déchus. Les uns et les autres sont mauvais, par le fait de l'apostasie, et le mal partout où il existe, se liguera toujours contre le bien.
 
Les anges déchus et les hommes déchus s'allient comme des compagnons. L'astucieux général des anges déchus évalua que s'il pouvait amener des hommes, comme il l'avait fait pour les anges, à s'associer à la rébellion, ils seraient ses agents de liaison pour inciter les hommes à se liguer dans une révolte contre le ciel. Dès l'instant où on s'est séparé de Dieu, on ne peut plus être ennemi de Satan. L'inimitié entre l'homme et Satan sur terre y est amenée surnaturellement. À moins que la puissance divine de conversion ne s'exerce chaque jour sur le coeur humain, il n'aura aucune inclination à la religion, bien plutôt les hommes préfèreront être esclaves de Satan que libres en Jésus-Christ. Je dis que Dieu mettra l'inimitié. L'homme ne le peut pas. Pour que la volonté soit amenée à se soumettre à la volonté de Dieu, il faut que ce soit parce que l'homme tourne son coeur et sa volonté du côté du Seigneur. »
 
Cette hostilité à Satan, cette haine du mal que Dieu met en chacun par Sa parole, fait que toute âme aspire à la délivrance et la délivrance ne peut être trouvée qu'en Jésus-Christ [ Romains 7.14-25 ].
 
Ainsi cette parole de Dieu, qui plante en chaque âme l'inimitié envers Satan, cette haine du mal, qui appelle la délivrance qui ne peut se trouver qu'en Jésus-Christ, c'est là le don de la foi aux hommes, c'est là « la mesure de la foi » que Dieu a donnée à tout homme, c'est là « la parole de la foi » qui est dans la bouche et dans le coeur de toute personne dans le monde.
 
C'est là : « ... la parole de la foi que nous prêchons. Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus et si tu crois dans ton coeur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c'est en croyant du coeur qu'on parvient à la justice et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut... » [ Romains 10.8-10 ].
 
Ainsi donc ne dis pas : « ... qui montera au ciel? C'est en faire redescendre Christ, ou : Qui descendra dans l'abîme? C'est faire remonter Christ d'entre les morts. Que dit-elle donc? La parole est près de toi dans ta bouche et dans ton coeur... c'est la parole de la foi que nous prêchons » [ Romains 10.6-8; Deutéronome 30.11-14 ].
 
Dis cela et sers-toi de la foi que Dieu t'a donnée, comme à toute autre personne dans le monde, car « comprendre comment faire usage de la foi, c'est cela la science de l'évangile ».
 
* * *
 
La foi, c'est mettre sa confiance dans la parole de Dieu seule et compter que cette parole seule fera ce qu'elle dit. Ainsi donc, la justification par la foi c'est la justification par la confiance en la parole de Dieu seulement et compter que cette parole seule l'accomplira. La justification par la foi c'est la justice par la foi, car la justification c'est être déclaré juste.
 
La foi vient de la parole de Dieu. La justification par la foi, donc, est une justification qui vient par la parole de Dieu. La justice par la foi est une justice qui vient par la parole de Dieu.
 
La parole de Dieu s'accomplit par elle-même car lorsqu'Il créa toutes choses, Il dit et cela fut. Et lorsqu'Il était sur terre, Il apaisa la mer en furie, purifia les lépreux, guérit les malades, ressuscita les morts et pardonna les péchés seulement par Sa parole; là aussi : Il dit et cela fut.
 
Eh bien, le Même qui, en créant, « dit et cela fut », le Même qui dit « que la lumière soit et la lumière fut », le Même qui sur terre dit « la parole seule » et les malades étaient guéris, les lépreux purifiés et les morts revenaient à la vie, c'est le Même qui dit « La justice de Dieu est pour tous ceux qui croient. »
 
Car bien que tous aient péchés et soient privés de la justice de Dieu, nous sommes : « ... gratuitement justifiés par Sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C'est Lui que Dieu a destiné, par Son sang, à être pour ceux qui croiraient victime propitiatoire afin de montrer Sa justice, parce qu'Il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de Sa patience, afin, dis-je, de montrer Sa justice dans le temps de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus » [ Romains 3.24-25 ].
 
Lorsqu'Il créa toute chose au commencement, Dieu destina Christ à prononcer la parole qui ferait exister toutes choses. Christ prononça cette parole et toutes choses furent. Et dans la rédemption, qui est création, Dieu destina Christ à prononcer la parole de justice. Et lorsque Dieu dit, par la parole seule, cela est. Sa parole, soit pour créer, soit pour délivrer, est la même.
 
« Les mondes furent formés par la parole de Dieu, de sorte que les choses visibles ne furent pas tirées de choses visibles. » Il y eut un temps où il n'y avait pas de mondes, ni aucun des éléments qui composent aujourd'hui les mondes, Dieu destina Christ à prononcer la parole qui ferait surgir les mondes et les éléments mêmes dont ils seraient composés.
 
« Il dit et cela fut. » Avant qu'il n'ait parlé, les mondes n'étaient pas; après qu'Il eût parlé, les mondes étaient là. Ainsi la parole de Dieu prononcée par Jésus-Christ est capable de faire exister ce qui n'existait pas avant que la parole ne soit dite et qui, sans cette parole, n'aurait jamais pu exister.
 
Il en est exactement de même dans la vie de l'homme. Dans la vie de l'homme il n'y a aucune justice. En l'homme il n'y a nulle justice, rien d'où la justice puisse apparaître dans sa vie. Mais Dieu a destiné Christ pour déclarer la justice en l'homme et pour lui. Christ a dit la parole seulement, et dans le vide enténébré de la vie humaine vient la justice pour tout homme qui veut bien la recevoir.
 
Là où, avant que la parole ne soit reçue, il n'y avait ni justice ni rien qui puisse jamais produire la justice, après que la parole a été reçue, il y a une justice parfaite et la Source même d'où elle jaillit. La parole de Dieu reçue par la foi -- c'est-à-dire la parole de Dieu dont on attend qu'elle accomplisse ce qu'elle dit et en laquelle on a confiance pour le faire -- produit la justice dans l'homme et dans la vie où il n'y en avait jamais eu auparavant; exactement comme, dans la première création, la parole de Dieu fit surgir les mondes là où il n'y avait jamais eu de mondes auparavant. Il a parlé et cela est pour tout homme qui croit; c'est-à-dire pour tout homme qui le reçoit. La parole elle-même l'accomplit.
 
Ainsi donc, « justifiés (rendus justes) par la foi (par le fait d'espérer et de n'avoir confiance qu'en la seule parole de Dieu) nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ » [ Romains 5.1 ]. Il en est ainsi, béni soit le Seigneur! Et vivre de cette bénédiction, c'est cultiver la foi.
 
* * *