L'esprit de la papauté

Chapitre 6

Une autre image dans l'homme

Le but de Dieu en créant l'homme était de mettre en lui son image et sa gloire. Ils devaient les refléter continuellement. C'est ainsi qu'à travers eux, c'était Dieu que l'on voyait. Aussi longtemps qu'ils écoutèrent la parole de Dieu et marchèrent selon son conseil, ils furent le reflet de la gloire divine. Dès qu'ils péchèrent, cette gloire leur fut retirée. Ils n'étaient plus affiliés à Dieu, mais à son ennemi - Satan.

Dieu avait parlé clairement et s'ils étaient restés fidèles à cette parole, s'ils lui avaient accordé toute leur confiance, s'ils avaient refusé de ne rien écouter d'autre pour être guidés, alors la pensée et l'esprit de Dieu auraient continué à habiter en eux. Mais lorsque l'ennemi leur suggéra des pensées malveillantes et remplies de doute, alors la porte de communication avec Dieu fut fermée et ils furent le réceptacle des pensées de l'ennemi. Cet esprit est inimitié contre Dieu et ne peut être soumis à la loi de Dieu.

Lorsque le Seigneur demanda à l'homme: « As-tu mangé de l'arbre dont je t'avais commandé de ne pas manger? », il répondit: « La femme que tu as mise auprès de moi ma donné du fruit de l'arbre et j'en ai mangé. » Au lieu de répondre franchement en s'impliquant lui-même, il le fit indirectement, de façon évasive en rejetant la faute sur Dieu et sur la femme. Ainsi, tenta-t-il de s'abriter derrière eux, de se disculper en les accusant. Cela était l'image du caractère de Lucifer. Et maintenant cela se reflète clairement dans l'homme.

Ensuite, Dieu demanda à la femme: « Qu'as-tu fait? » au lieu de répondre clairement: « J'ai désobéi à ta parole », elle veut également faire retomber la responsabilité sur quelqu'un d'autre qu'elle pour se protéger. Elle répond: « Le serpent m'a séduit et j'en ai mangé ».

De telles réactions ne viennent pas du Seigneur. Elles habitent maintenant dans chaque être humain, tout le monde le sait. Ce n'est pas propre à l'homme de reconnaître franchement sa culpabilité, de confesser une faute ouvertement et spontanément. Le premier mouvement du coeur humain consiste à s'abriter derrière quelqu'un ou quelque chose... Et si, malgré tout, celui qui est accusé ne peut y échapper, ce sera toujours en trouvant des circonstances atténuantes pour être le moins coupable possible. Cet esprit nous pousse à penser que nous sommes les derniers à avoir pu faire le mal. Même lorsque nous l'avons fait, nous argumentons. Nous nous donnons raison, de toute façon. C'est là, la véritable base de la revendication d'infaillibilité. Ce n'est pas le seigneur qui a disposé ainsi le coeur de l'homme. C'est une conséquence du péché, la suite inévitable de l'emprise que Satan exerce sur l'homme; c'est la voie du péché. Ainsi, l'homme et la femme se soumirent-ils à lui et furent-ils amenés à refléter son image mauvaise qui est l'exaltation du moi. Le moi est partout, à travers tout et en tout. Mais non pas l'Esprit de Dieu.