L'esprit de la papauté

Chapitre 5

La chute de l'homme et le sort du monde

Satan et ses anges ayant été chassés du ciel n'avaient pas de lieu qui leur soit destiné. Ils étaient dans les ténèbres qu'ils avaient choisies. Satan poursuivit sa faute première en pensant qu'il pouvait se diriger indépendamment de Dieu. Il restait déterminé à devenir l'égal de Dieu. Son plan était maintenant de pervertir d'autres mondes. Son premier succès dans le ciel lui laissait penser qu'il pouvait aussi obtenir le même résultat ailleurs... Son ancienne faute était attachée à lui et faussait son raisonnement pour l'avenir. Il avait accusé Dieu d'être dur, arbitraire, inflexible et de n'accepter aucune concession face à ses créatures. Le fait d'avoir été chassé du ciel confirmait, à ses yeux, cette opinion. Il se disait maintenant que s'il arrivait à convaincre d'autres mondes, qui le suivraient, ceux-ci seraient alors, eux aussi, chassés de la présence de Dieu. Ceci augmenterait sa puissance de domination. Et si un monde cédait, pourquoi pas un autre, un autre encore et finalement, il se trouverait posséder une domination égale à celle de Dieu. C'est dans de tels sentiments qu'il s'approcha de notre planète Terre. Fut-ce sa première tentative ou bien avait-il fait d'autres auparavant? Nous ne le savons pas. Mais il réussit à attraper dans ses filets ce monde et ses habitants.

Dieu avait créé l'homme - homme et femme - légèrement inférieur aux anges. Il l'avait placé en Eden lui remettant la domination de la terre et de tout ce qui la peuplait. Il avait fait pousser du sol des arbres et des plantes et l'arbre de vie au milieu du jardin. Il lui avait donné tout ce qui pouvait contribuer à son bonheur. Le premier couple pouvait jouir de tout cela à jamais ou le refuser... Dieu mit aussi dans le jardin l'arbre de la connaissance du bien et du mal avec défense de s'en approcher et d'en manger le fruit... L'homme fut prévenu: « Le jour où tu en mangeras, tu mourras. »

Fort de son expérience de mensonge et de ruse, Satan vint en Éden. Il était animé de la même méchante ambition que dans le ciel. Ayant engagé une conversation avec la femme, celle-ci dit: « Nous pouvons manger de tous les arbres du jardin, mais concernant le fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: « Tu n'en mangeras pas, tu ne le toucheras pas, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Immédiatement, le serpent reprit son argumentation: « Tu ne mourras sûrement pas, mais Dieu sait que le jour où tu en mangeras, tes yeux s'ouvriront et tu seras COMME DIEU (égale à Dieu) connaissant le bien et le mal.

Ces mots donnent la véritable pensée qui fut proposée à la femme. Ce n'est pas « tu seras comme des dieux, mais comme Dieu lui-même ». Satan voulait faire partager son ambition d'égalité avec Dieu par les hommes.

Comme précédemment, Satan insinue le doute sur la parole de Dieu: « Dieu a-t-il réellement dit? » Plutôt qu'un mot, c'est un grognement sarcastique qui est employé partout dans le monde pour exprimer la suspicion. Aucune autre expression ne peut rendre cela.

Ayant suggéré à Ève doute, suspicion et interrogation sur l'affirmation du seigneur concernant un certain arbre du jardin, il continua sa conversation tendant à faire croire que Dieu a des projets pour les éloigner de cet arbre. C'est sa parole contre celle de Dieu. Il déclare que Dieu savait qu'ils ne mourraient pas s'ils en mangeaient, mais qu'ils en auraient, au contraire, un avantage et deviendraient comme Lui; donc Dieu voulait les priver de cet avantage incontestable, car Il craignait de voir leur égalité avec Lui.

Ainsi, du début à la fin, Satan projetait sur Dieu les traits horribles de son propre caractère méchant afin de saper complètement la confiance de l'homme en Lui... C'était la même mauvaise intention qui fut à la base de sa course dans le ciel. Malheureusement, la femme fut séduite par cette possibilité de devenir comme Dieu et elle crut Satan plutôt que Dieu... Elle prit du fruit et en mangea, car il lui semblait précieux pour ouvrir l'intelligence.

En lui-même, l'arbre n'avait pas de vertu spéciale, mais représentait un test concernant la fiabilité envers Dieu pour les hommes. Combien facilement, on douta de la Parole de Dieu malgré toutes les preuves qu'il avait données de sa droiture et de Son amour.

Voilà comment c'est aussi l'ambition de devenir « ÉGAL À DIEU » qui introduisit le péché sur notre planète, comme cela avait été le cas dans le ciel. Il avait placé devant l'esprit de la femme la même possibilité, celle-ci devant résulter de la désobéissance envers Dieu. C'est donc bien ce désir de satisfaire le MOI qui est à l'origine de chaque péché.

« Ève donna également du fruit à son mari et il en mangea ». Il accepta cette situation pour ne pas être séparé de sa femme, bien qu'il fut conscient de son erreur. Lorsque leurs yeux s'ouvrirent, ils surent qu'ils étaient nus. La gloire de Dieu qui les avait habillés comme d'un vêtement les avait quittés... Se sachant nus, ils se cachèrent de la présence du Seigneur. Étant coupables, le Seigneur leur faisait peur. Quand ils étaient innocents, ils avaient aimé sa présence sainte et bienveillante. Le péché sépare l'âme de Dieu et la remplit de crainte lors de son approche. La justification lie l'âme à Dieu et la rend heureuse de sa gloire.