L'esprit de la papauté

Chapitre 4

Pourquoi ne furent-ils pas détruits?

À l'ouïe de ce drame, plusieurs questions viennent à l'esprit: Pourquoi Dieu n’a-t-Il pas détruit les mauvais anges d'un seul coup? C'est que Dieu est préoccupé tout d'abord par le mauvais principe véhiculé par ces anges et les faire disparaître n'aurait pas forcément éliminé l'idée de l'ego, supérieur au renoncement à soi...

La sagesse et la justice de Dieu avaient été remises en question par l'une des principales créatures de Son royaume. Comme il s'agissait d'un dessein éternel; cela prendrait l'éternité pour le faire comprendre aux personnes dont l'existence est mesurée dans un temps très court. Il faudrait déployer ce dessein pendant l'éternité pour qu'il soit compris et apprécié par des êtres dont la vie est courte. Satan avait réussi à convaincre le tiers des habitants du ciel, eux qui connaissaient déjà l'efficacité du gouvernement divin. Qu'en serait-il alors des autres?

Lucifer avait représenté Dieu comme un être exigeant, dur, arbitraire, volontaire, incapable de faire un sacrifice pour Ses créatures. Il avait réussi à le faire voir ainsi par beaucoup de créatures. Le fait de les détruire de suite aurait laissé le doute planer dans les esprits limités qui ne comprenaient pas le dessein infini. On aurait pu penser que Lucifer et ses acolytes n'avaient peut-être pas mérité ce sort. Cette suspicion aurait pu inciter à penser que finalement Satan avait raison. Un service de crainte et d'esclavage se serait alors instauré dans les cieux. Ce sont les termes que Lucifer utilisa contre Dieu.

Ce raisonnement n'est pas imaginaire. En effet, lorsque ce chérubin oint, hautement exalté, si glorieux qu'il était appelé « Porteur de lumière » ce qui signifiait qu'il portait la lumière de Dieu partout où il allait, lorsqu'une telle créature n'ayant pas de supérieur dans les hôtes célestes se méprenait sur les desseins de Dieu, les conséquences étaient graves. Ceux qui étaient moins doués que lui et dont il était le chef n'auraient pu que se méprendre sur le dessein et le caractère de Dieu si Dieu avait immédiatement éliminé le fauteur de trouble. Les insinuations que Lucifer avait disséminées un peu partout avec beaucoup de ruse auraient porté des fruits de doute envers Dieu chez les habitants des parvis célestes.

Tenant compte de la situation et des principes impliqués, il était impossible dans la nature des choses pour le Seigneur de mettre fin au mal, en éliminant les auteurs du mal. Tout ce que Dieu pouvait faire était de laisser aller les choses jusqu'à ce que les prétentions de Satan aient fait leur preuve, afin que le problème soit compris par tous dans les cieux et sur la terre. Plus tard, lorsque toute trace de mal aura disparu avec la destruction des méchants, chaque genou fléchira dans le ciel, sur la terre et sous la terre et toute langue confessera que Jésus-Christ est seigneur de la gloire de Dieu le Père.

Éphésiens 1:9-10.
« Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, le dessein bienveillant qu'il s'était proposé en lui, pour l'exécuter quand les temps seraient accomplis: réunir sous un seul chef, le Christ, tout ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre.

Dans le royaume de Dieu, ce sera alors TOUS EN CHRIST et NON À L'EGO.

On pourrait aussi poser la question: pour éviter tout cela, Dieu n'aurait-Il pas pu créer Lucifer et ses anges, de manière à ce qu'ils ne pèchent pas? Mais Il ne le pouvait pas! Les créer sans la possibilité de pécher, c'était leur ôter du même coup la possibilité de choisir et alors non seulement ils n'auraient pas été libres de penser, mais aussi incapables de penser. Cela aurait signifié: être sans discernement, semblable à une machine. Cela ne pouvait pas les rendre heureux ni être à l'honneur de celui qui les aurait créés ainsi.

La liberté de choix est essentielle pour l'intelligence humaine et la liberté de penser est à la base de cette faculté... Dieu a créé des êtres libres de choisir, de penser et d'agir. Il est Lui-même l'auteur de ces facultés et ne peut les refuser aux anges ou aux hommes. Cela concourt bien plus à son honneur de créer des êtres libres, même s'ils doivent choisir le mal qu'en les créant de telle manière qu'ils ne soient que des automates...

Il en ressort donc que la capacité de s'éloigner de Dieu, de lui désobéir, de le renier faisait obligatoirement partie de cette liberté dont Dieu prit le risque auprès de ses créatures. C'est l'un des points essentiels du dessein éternel qu'Il avait formé en Jésus-Christ.

Si nous remontons par la pensée à l'époque d'avant la création, nous comprenons que Dieu n'est pas un Être qui se suffit à Lui-même. Sa joie n'est pas comblée en s'asseyant solitaire et centré sur Lui-même. Il a besoin de déverser Son amour sur l'Univers infini, peuplé de créatures en harmonie avec Lui. C'est là la plénitude de la joie éternelle.

Par contre, cela implique forcément le risque que l'une ou l'autre de ces créatures choisisse de ne plus obéir à Dieu, de lui retirer sa confiance, de préférer sa propre volonté à la volonté de Dieu. Ce risque devrait-il entraîner la nécessité de ne pas créer, de rester éternellement solitaire? C'est inconcevable. Dieu deviendrait un être inutile et Il ne serait même plus Dieu puisqu'Il serait entravé dans ses desseins.

Heureusement, il n'en est rien. L'amour de Dieu avait prévu de se donner lui-même pour effacer le péché et restaurer ses créatures dans le dessein primitif. Les anges qui ont péché et les hommes ont eu une seconde chance de faire le bon choix entre Dieu et eux-mêmes, entre la vie et la mort. Ceux qui choisiront la mort une seconde fois l'obtiendront et les autres qui auront choisi la vie connaîtront la vie éternelle, et la plénitude de l'amour parfait.

C’est là le mystère de Dieu: Christ tout en tous, image de Dieu, reflet et empreinte de sa personne faite d'amour, de miséricorde et de justice. (Voir Éphésiens 3:1).