L'esprit de la papauté

Chapitre 3

Dieu a tout prévu

Dès les jours de l'éternité, Dieu et son Fils, Jésus-Christ connaissait ce qui arriverait par le péché de Satan. Ils virent les résultats effrayants d'une telle initiative. Ils savaient que la vie et la mort, le bonheur et la souffrance de toutes les créatures étaient engagés dans cette lutte. Dieu ne pouvait pas céder aux suggestions de l'ange rebelle. Il ne pouvait rien changer à l'ordre parfait de l'Univers. C'est pourquoi Dieu essaya de convaincre Lucifer de changer de voie, de revenir en arrière, de se repentir, comme Il le fait pour toute l'humanité actuellement. Les anges qui le suivaient furent aussi exhortés à quitter la voie de perdition pour revenir à Dieu. Le dessein de Dieu est le même pour toutes ses créatures: Il veut les sauver. Il associe l'homme de bonne volonté à son oeuvre en faveur des perdus. C'est pourquoi l'apôtre Paul a pu écrire: « Les dominations et les autorités célestes connaissent aujourd'hui PAR L'ÉGLISE, la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein qu'Il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur » (Éphésiens 3:8-11). Le problème du péché sur terre n'est que la continuation de ce qui s'est passé dans le ciel. Aussi, il s'ensuit que l'appel de Dieu à l'homme de revenir vers Lui n'est que la continuation de son appel adressé à Lucifer et à ses anges. Mais Lucifer méconnut et pervertit cet appel de Dieu. Il était tellement imbu de lui-même qu'il crut deviner en cela un désir de Dieu de traiter avec lui d'égal à égal. Au lieu d'y voir la bonté de Dieu, il crut y discerner une certaine crainte de la part du seigneur devant des initiatives qui pouvaient mettre en péril le gouvernement divin.

Nous savons qu'en aucune façon, Dieu ne pouvait approuver les prétentions de Lucifer. Celui-ci découvrit rapidement que Dieu lui demandait une reddition inconditionnelle et l'abandon de ses prétentions. Aussi décida-t-il de ne pas céder. Il manifesta son propre caractère d'entêtement et d'obstination dans la révolte. Il crut que Dieu ne cherchait pas un accord avec lui, non parce qu'Il ne le pouvait pas, en raison des principes de Son gouvernement, mais parce qu'Il ne le voulait pas.

Ceci ne fit que le confirmer dans ses projets iniques et il conserva l'espoir d'usurper la domination de Dieu. Il parlementa avec tous, montrant que Dieu était sévère, ferme et dur, qu'Il n'était décidé à aucune concession, mais s'attendait à une soumission aveugle et déraisonnable, que des êtres tels que lui et les anges ne pouvaient accepter d'être ainsi traités. C'était consentir à s'abaisser à jamais, à rester confiné dans un cercle étroit, sans aucune liberté de développement. Tout cela, d'après lui, était le fruit d'une décision arbitraire de la part de Dieu de favoriser Jésus-Christ qui gardait une place d'honneur et de domination - non pas en raison de quelque mérite qui lui revenait de droit, mais seulement parce que son père l'avait décidé ainsi, privant tous les autres de leur dignité. Lucifer réussit à faire partager cette opinion à un tiers des anges (Apocalypse 12:4).

Pour sauver ceux qui accusaient Dieu de ne penser qu'à Lui-même et à sa domination, Dieu était prêt à donner son Fils unique et à se donner Lui-même à travers lui. C'était tout le contraire de ce qu'affirmait Satan. La rédemption avait été prévue de toute éternité pour éradiquer le mal et l'égoïsme qui pouvaient apparaître dans l'Univers en vertu du principe de liberté respecté par Dieu. Le dessein de Dieu était de rassembler toutes choses, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre.

Lucifer avait péché. Or, le péché ne peut subsister en présence de Dieu. La mort est la seule issue; mais si Jésus offrait Sa propre vie en rançon, il aurait pu reprendre sa place, pardonné et justifié. Que ce soit dans l'homme ou dans les chérubins qui entourent le trône de Dieu, le péché est le même. L'image de Dieu que le Créateur a placée dans ses créatures était ternie, abolie. C’était l'ego qui dominait et non plus l'Esprit de Dieu. Il aurait fallu qu'il abandonne volontairement sa prétention à la supériorité et que de nouveau l'image de Dieu soit gravée en lui et reflétée dans sa vie. Sans avoir recours à Dieu et à Jésus-Christ, il ne pouvait se sauver lui-même de cet état.

Dans l'invitation de Dieu à revenir dans son état premier, il y avait la notion du sacrifice de Christ pour lui, comme pour tout homme pécheur. Il aurait fallu qu'il éprouve les sentiments qui étaient en Jésus-Christ et dont parle Paul dans le passage cité de l'Épître aux Philippiens, que, comme Lui, « il ne regarda plus comme une chose à convoiter d'être égal avec Dieu et devienne obéissant jusqu'à la mort. » (Philippiens 2:6-8)

La même chose fut offerte aux anges, mais hélas, ils n'acceptèrent pas plus que leur nouveau chef - Satan. Que faire d'autre pour eux? Lorsque ce chérubin oint avait choisi sa propre voie au lieu de celle de Dieu, lorsqu'il avait suivi son propre dessein à la place de celui de Dieu, lorsqu'il avait opté pour une indépendance vis-à-vis de Dieu, lorsqu'il avait non seulement rejeté l'invitation gratuite du seigneur pour revenir, mais prétendait juger celui même qui lui faisait cette offre, il rejeta doublement le présent du salut par Jésus-Christ. Lorsque Lucifer fit son choix définitif, se confirmant dans cette voie, et que tous ceux qui le suivaient - un tiers des anges - préférèrent lui obéir au lieu de servir Dieu et Christ, que pourrait-on encore faire pour eux? Absolument rien.

Ils avaient délibérément choisi et confirmé leur décision. Ils avaient rejeté le salut de manière catégorique et Dieu ne pouvait plus que les laisser à leur dessein. Mais Dieu et le péché ne pouvaient cohabiter plus longtemps. Le ciel ne pouvait rester le ciel s'il continuait à les héberger. D'autre part, eux ne s'y sentiraient plus à l'aise et il fallait qu'ils soient chassés. Comme ils résistèrent, alors « il y eut guerre dans Ie ciel, Michaël et ses anges combattirent contre le dragon et ses anges combattirent et ils n'eurent pas l'avantage. Il ne se trouva plus de place pour eux dans le ciel. » (Apocalypse 12:7-8)

Ils auraient voulu chasser Dieu et Christ du ciel et prendre leur place. Être à la place de Dieu était désormais leur but, leur motivation. Mais heureusement, ils furent précipités dans les abîmes de ténèbres où ils sont retenus en vue du jugement final (2 Pierre 2:4). Cela peut être traduit par l'esclavage des ténèbres. Le mot grec employé signifie que ces ténèbres étaient absolument impénétrables sans le moindre rayon d'espoir venant de Dieu.